Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more ➡
Download
Standard view
Full view
of .
Add note
Save to My Library
Sync to mobile
Look up keyword
Like this
1Activity
×
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Regard éthique - Le bien-être animal

Regard éthique - Le bien-être animal

Ratings: (0)|Views: 387|Likes:
Published by Council of Europe
Quelle peut être la souffrance des animaux ? La loi a-t-elle une incidence sur leur bien-être, et les facteurs économiques peuvent-ils faire obstacle à l’amélioration de ce bien-être ?
Le traitement des animaux fait depuis longtemps l’objet de débats, mais leur bien-être reste un sujet très controversé et il n’y a que quelques dizaines d’années que leur sort suscite réellement un intérêt.
Le grand public s’intéresse maintenant à cette question et exerce une pression de plus en plus forte sur les personnes qui utilisent les animaux, afin qu’elles modifient leurs comportements, et sur les responsables politiques, pour qu’ils adoptent de nouvelles lois.
On trouvera ici un exposé détaillé des questions d’éthique, des points de vue religieux et des positions des différents pays vis-à-vis du bien-être des animaux, et une présentation des conventions du Conseil de l’Europe et des autres instruments européens visant à ce que ce problème soit traité au niveau international.
Quelle peut être la souffrance des animaux ? La loi a-t-elle une incidence sur leur bien-être, et les facteurs économiques peuvent-ils faire obstacle à l’amélioration de ce bien-être ?
Le traitement des animaux fait depuis longtemps l’objet de débats, mais leur bien-être reste un sujet très controversé et il n’y a que quelques dizaines d’années que leur sort suscite réellement un intérêt.
Le grand public s’intéresse maintenant à cette question et exerce une pression de plus en plus forte sur les personnes qui utilisent les animaux, afin qu’elles modifient leurs comportements, et sur les responsables politiques, pour qu’ils adoptent de nouvelles lois.
On trouvera ici un exposé détaillé des questions d’éthique, des points de vue religieux et des positions des différents pays vis-à-vis du bien-être des animaux, et une présentation des conventions du Conseil de l’Europe et des autres instruments européens visant à ce que ce problème soit traité au niveau international.

More info:

Published by: Council of Europe on Oct 27, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See More
See less

10/27/2010

pdf

text

original

 
 13
Introduction – Conceptsrelatifs à la protectionet au bien-être des animaux 
Donald M. Broom
Bref historique des attitudes à l’égard des animaux
L’idée selon laquelle les animaux utilisés par l’homme ne doi-vent pas être traités comme des objets inanimés mais être proté-gés contre tout acte pouvant les faire souffrir est très ancienne etassez généralisée dans la société humaine. Indépendammentdes lois qui peuvent exister, de nombreuses personnes ont detout temps condamné les cruautés envers les animaux. D’unautre côté, la cruauté était inhérente à certaines formes de diver-tissement. En Europe, les premiers textes législatifs visant àempêcher la cruauté à l’égard des chiens et des chevaux remon-tent à au moins 200 ans. Ils ont peu à peu été étendus à d’autresespèces. La plupart concernaient des animaux de compagnie etdes animaux domestiques, mais pas les animaux d’élevage. Cer-taines lois protégeaient les animaux contre les formes d’expéri-mentation capables, pensait-on, de causer des souffrances. Desformes de divertissement jugées cruelles à l’égard des animauxont aussi été interdites, mais d’autres sont encore autorisées. Lesréglementations visant à assurer un minimum de confort auxanimaux ont vu leur champ d’application s’élargir, en termestant d’espèces visées que de types d’utilisations. Un nombregrandissant de pays ont adopté de telles lois.Le traitement des animaux est un domaine régi par des codesde conduite, où il existe des descriptions de bonnes pratiques.Même dans les groupes qui ont pour vocation leur mise à mort,il existe depuis toujours des codes tacites définissant les actesadmissibles et ceux jugés inadmissibles. Par exemple, commeindiqué par Serpell (1986, 1989), les personnes qui chassentdes mammifères ou des oiseaux à l’aide de fusils et de chiensconsacrent de l’énergie et des ressources pour tenter de faireen sorte, d’une part, qu’ils soient abattus de manière à garantirune mort rapide et, d’autre part, que tout animal atteint soitretrouvé et achevé, et non abandonné à une mort lente. Plusrécemment, des codes de bonne pratique relatifs aux animaux
 
 14
destinés à l’alimentation ou à d’autres usages ont été produitspar diverses organisations (voir ci-dessous).Le traitement réservé aux animaux est largement déterminépar la manière dont ils sont perçus par l’utilisateur humain oupar la personne chargée de s’en occuper. Si l’animal est consi-déré comme un objet utilitaire, guère différent d’une choseinanimée, des actes qui seront à l’origine d’inconfort pour l’ani-mal sont beaucoup plus probables que s’il est considérécomme un être semblable à l’homme sous de nombreuxaspects. Par conséquent, la connaissance du fonctionnementanimal tend à engendrer le respect dès lors qu’il apparaît quel’animal est un être sensible, c’est-à-dire ayant une consciencesuffisante de soi et de ses liens avec l’environnement (voir ci-dessous). Ces dernières années, on a beaucoup appris dans cedomaine. Les progrès rapides des connaissances relatives aucomportement et à la physiologie des animaux, notamment,ont largement retenu l’attention des médias. C’est l’une desprincipales raisons de l’intérêt accru porté à leur bien-être.Dans de nombreux pays, au cours des trente dernières annéeset plus particulièrement des dix dernières, l’opinion publiquese préoccupe de plus en plus du bien-être animal. Cette évolu-tion est résumée au tableau 1.
Tableau 1 – Signes de l’intérêt croissantporté au bien-être animal
1.Lettres du grand public et couverture par les médias2.Références dans les débats parlementaires et les déclara-tions des pouvoirs publics3.Demandes de données scientifiques relatives au bien-être animal4.Activités des comités scientifiques et autres comitésconsultatifs5.Financement de travaux de recherche en matière debien-être animal6.Multiplication des cours de formation et des conférences7.Multiplication des réglementations
(Broom, 1999).
Regard éthique – Le bien-être animal 
 
Les simples particuliers exercent une influence en adressantdes lettres au gouvernement, aux autres instances publiquesou aux organisations commerciales, ou encore par le biais dedéclarations dans la presse. Les députés du Parlement euro-péen affirment recevoir plus de courriers concernant le bien-être animal que relatifs à tout autre sujet. Les dirigeants poli-tiques réagissent en soulevant ces questions et en lesenglobant dans leurs programmes, en demandant des donnéesscientifiques, en encourageant de nouvelles recherches et lamise en place de cours de formation, et en promulguant deslois.Les exploitants et les travailleurs agricoles, ou toute autre orga-nisation commerciale utilisant des animaux, sont influencéspar divers facteurs lorsqu’ils décident des conditions de loge-ment des bêtes, des modalités d’exploitation et de leur mise enœuvre. Dans la mesure où ils cherchent à faire des bénéfices,les coûts encourus et les gains potentiels qu’ils pourront retirerde leurs produits sont des facteurs de première importance. Ilexiste toutefois un coût qui n’est pas toujours pleinementapprécié par de nombreux acteurs du secteur animal, à savoircelui induit par les consommateurs qui n’aiment pas certainsaspects de la production et refusent d’acheter le produit(Broom, 1994).Les attitudes des exploitants dépendent de leur formation ini-tiale, des pratiques traditionnelles, des connaissances acquisesà la suite d’une formation, de leur expérience personnelle et,plus généralement, de leur philosophie et de leurs convictions. Jusqu’à récemment, les cours de formation agricole ne met-taient guère l’accent sur les aspects relatifs au bien-être desanimaux (Broom, 2005), sauf lorsque cela avait des répercus-sions sur la rentabilité. Même les maladies n’étaient le plussouvent mentionnées qu’en rapport avec leurs incidences surla croissance, la reproduction ou la quantité et la qualité duproduit. Aujourd’hui, les cours sont plus susceptibles d’incluredes notions de bien-être animal, et la plupart des revues de lafilière agricole abordent maintenant ces aspects. Les agricul-teurs, ou les personnes qui utilisent ou gardent des animauxen captivité, pensent souvent que les pratiques traditionnellessont correctes «parce qu’on a toujours fait comme ça». Même si
 15
Introduction

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->