Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
les conséquences de la défaillance du débiteur

les conséquences de la défaillance du débiteur

Ratings:

4.5

(1)
|Views: 1,287|Likes:
Published by VincentVigneau

More info:

Published by: VincentVigneau on Oct 22, 2007
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/17/2011

pdf

text

original

 
les conséquences de la défaillance du débiteur
* La loi du 10 janvier 1978 a entendu protéger les consommateurs de la duretédes clauses pénales habituellement insérées dans les contrats de crédit. Pour cefaire, elle a contingenté les sommes que peuvent réclamer les organismes decrédit.
a) contrat de prêt
* En cas de défaillance de l'emprunteur, le prêteur a la choix entre deux solutions(article L 311-30 du Code de la Consommation)::- il n'exige pas le remboursement du capital restant dû. Il peut dans ce casdemander à l'emprunteur défaillant une indemnité égale à 8% des échéanceséchues impayées. S'il accepte des reports d'échéances à venir, le montant del'indemnité est ramené à 4% des échéances reportées (article D 311-12).- il exige le remboursement du capital restant dû en se prévalant de la déchéancedu terme (article D 311-11) . Dans ce cas, il a le droit d'obtenir selon l'article L311-30:- le remboursement du capital restant dû,- les intérêts échus mais non payés,ces deux postes correspondent en fait aux échéances impayées majorées ducapital restant dû à la date de la déchéance du terme- les intérêts de ces sommes à un taux égal à celui du contrat jusqu'à ladate du règlement effectif. La Cour de Cassation considère qu'en matière de prêtsd'argent, le capital restant dû et les intérêts échus impayés produisent desintérêts à compter du jour de l'arrêté de compte . Elle a ainsi annulé une décisionprescrivant à un débiteur de verser des intérêts de droit sur le capital restant dûet sur les intérêts échus à compter du jour de l'assignation au motif qu'en fixantainsi le point de départ des intérêts et leur taux selon des modalités différentesde celles qui sont prévues par l'article L 311-30, le tribunal a contrevenu auxdispositions de la Loi (Cass Civ I 13 juillet 1982, B.I.263, voir également CA Paris25 octobre 1991, D 1992 IR p 24, CA Douai 8 septembre 1994, GP 19/20 avril1996 p 15)- une indemnité dépendant de la durée restant à courir du contrat fixée pardécret. Aux termes du décret du 17 mars 1978, elle est égale à 8% du capitalrestant dû à la date de la défaillance.Cette indemnité est considérée par la loi comme une clause pénalepuisque l'article L 311-30 fait référence aux articles 1152 et 1231 du Code Civil,de sorte que le juge peut la réduire (ou l'augmenter) même d'office si elle estmanifestement excessive (ou insuffisante).
Exemple de calcul :
Prenons l'exemple d'un prêt de 25.000 F à 9 %, remboursable à compter du 10mars 1993 à l'aide de 36 mensualités de 795 F (sans assurance) ; l'emprunteur a
 
réglé les mensualités jusqu'au 10 juillet 1994, et a cessé ensuite tout paiement ;on souhaite arrêter les comptes au 7 septembre 1995 (jour du jugement) ;quelles sont les sommes dues à cette date ?Le tableau d'amortissement communiqué par le créancier nous apprend que 17mensualités ont été payées, et que le capital restant dû était de 14.029 F aprèspaiement de la 17
e
mensualité le 10 juillet 1994
1
.La logique juridique et financière suppose que l'on calcule les intérêts échus du10 juillet 1994 au 7 septembre 1995, et que l'on ajoute cette somme au capitalrestant dû.La calculatrice financière nous donne le nombre de jours séparant le 10 juillet1994 du 7 septembre 1995, soit 424 .Les intérêts échus à cette date atteignent donc : 14.029 x 9 / 100 / 365 x 424 =1.466,70 F
 
L'emprunteur reste devoir au 7 septembre 1995 : 14.029 + 1.466,70 =15.495,70 F.En fait, les établissements de crédit attendent en général que plusieursmensualités demeurent impayées pour se prévaloir de l'exigibilité anticipée ducapital.Pour cette raison, les décomptes distinguent habituellement :- les mensualités échues impayées- le capital restant dû lors de la déchéance du terme.Reprenons l'exemple ci-dessus et supposons que la déchéance du termeintervienne au 10 avril 1995 (date de la 26
e
mensualité) ; l'établissementréclamera le capital restant dû à cette date (7.631,41 F), et les neuf mensualitésimpayées du 10 août 1994 au 10 avril 1995 (795 × 9 = 7.155 F), ainsi que lesintérêts sur le capital restant dû à compter de la date de déchéance du terme(282,26 F pour 150 jours du 10 avril 1995 au 7 septembre 1995), soit au total15.068,67 F (au lieu de 15.495,70 F dans l'exemple susvisé).Un tel décompte, plutôt favorable au débiteur, n'appelle pas d'observationscritiques particulières.
b) contrat de location-vente ou de location avec promesse de vente
En cas de défaillance dans l’exécution, par l’emprunteur, d’un contrat delocation assortie d’une promesse de vente ou d’un contrat de location vente, laloi accorde au prêteur le droit d’exiger ou non la résiliation du bail et le paiementd’un certain nombre de sommes. * - le bailleur n'exige pas la résiliation du contrat, il peut dans ce cas obtenir(article L 311-31):
1
En l'absence de tableau d'amortissement, ces informations peuvent être fournies par la calculatrice financière(Cf.
 supra
n 13).
 
- la restitution du bien financé- les loyers échus impayés- une indemnité égale à 8% des échéances échues impayées. Cependant,au cas où il accepte des reports d'échéances à venir, le montant de l'indemnitéest ramené à 4% des échéances reportées (article D 311).* - le bailleur exige la résiliation du bail; Il est en droit dans ce cas d'obtenir (A.S.Gugllielmi et G. Guglielmi, L'indemnité de Résiliation prévue à l'article 21 de la loidu 10 Janvier 1978, GP 6,7 et 8 aout 1990, Doctrine p 3):- la restitution du bien financé- les loyers échus impayés- une indemnité de résiliation prévue à l’article D 311-13, égale à ladifférence entre la valeur résiduelle HT stipulée au contrat augmentée de lavaleur actualisée, à la date de résiliation du contrat, de la somme hors taxe desloyers non encore échus et la valeur vénale hors taxes (Cass Civ I 17 février1993, Bull n° 20 Audijuris n
°
35 p 3) à la date de la défaillance du bien restitué.Cette indemnité est majorée des taxes fiscales applicables (et notamment la TVACE 24 juin 1987, JCP Not 8 juillet 1988 p 192 et Cass Civ I 15 janvier 1991, JCP 91ed G IV,96).A cet effet, il convient de préciser que:- la notion de valeur actualisée se calcule, aux termes du décret, selon laméthode des intérêts composés en prenant comme taux annuel de référence letaux moyen de rendement des obligations émises au cours du semestre civilprécédent la date de conclusion du contrat majoré de la moitié. Elle s'obtient parla formule suivante:Valeur actuelle HT = loyer H.T. x (1 - (1 + t))-ntdans laquelle:n : représente le nombre de mensualités non échues à la date de la résiliationt : représente le taux d'actualisation (soit, s'il s'agit des loyers mensuels,1/12eme du taux annuel moyen de rendement des obligations émises au coursdu semestre civil précédent la date de conclusion du contrat majoré de la moitié).- la valeur vénale est celle obtenue par le bailleur s'il vend le bien restitué ( CassCiv I, 12 novembre 1987, Bull Civ I, n
°
289, JCP 88, ed G, IV 23, D 1988 somm p406 obs Aubert) . Toutefois, le locataire a la faculté, dans un délai de trente joursà compter de la résiliation du contrat, de présenter au bailleur un acquéreurfaisant une offre écrite d'achat. Si le bailleur n'accepte pas cette offre et s'il vendultérieurement à un prix inférieur, la valeur déduite devra être celle de l'offrerefusée par lui (article 3 du décret du 17 mars 1978).

Activity (3)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
rubdek liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->