Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
12Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
les clauses abusives

les clauses abusives

Ratings:

4.5

(2)
|Views: 5,668 |Likes:
Published by VincentVigneau

More info:

Published by: VincentVigneau on Oct 22, 2007
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/24/2012

pdf

text

original

 
204
LA PROHIBITION DES CLAUSES ABUSIVES
* La notion de clause abusive a été introduite en droit français par l'article 35 de la loi du 10 janvier 1978. Celle-ci, devenue article L 132-1du Code de la Consommation, a mis en place pour la première fois undispositif destiné à interdire ou limiter l'emploi de clauses abusives dansles contrats conclus entre professionnels et non-professionnels ouconsommateurs.Ce premier texte a connu une importante modification par la loi du 1er vrier 1995. Celle-ci n’étant pas rétroactive, elle ne s'applique,conformément à la règle de droit commun posée à l'article 2 du CodeCivil, qu'aux contrats conclus postérieurement à son entrée en vigueur.Les contrats conclus antérieurement demeurent régis par les dispositionssous l'empire desquelles ils ont été passés
1
. Nous sommes donc tenus d'exposer successivement la situation descontrats conclus avant l'entrée en vigueur de la loi du 1er février 1995 etrégis par l'article L132-1 du Code de la Consommation dans sa rédactionrésultant de l'article 35 de la loi du 10 janvier 1978, et ceux conclus postérieurement à cette date et régis par l'article L132-1 modifié par laloi du 1er février 1995.
Section I l'Article 35 de la loi du 10 janvier 1978Sous-section I Domaine d'application
* L'article 35 s'applique tout d'abord aux contrats conclus entre professionnels et consommateurs ou non consommateurs. Bien qu'ilrésulte des travaux parlementaires que les termes consommateur et non professionnel ne devaient pas être pris comme synonymes et interprétésdans un sens étroit, nous avons vu que la jurisprudence de la Cour deCassation assimile au consommateur le professionnel qui passe uncontrat sans rapport direct avec son activité professionnelle. (voir sur ce point infra "la Notion de consommateur" n
°
??)* L'article 35 limite d'autre part son champ d'application aux clauses quisont relatives au caractère déterminé du prix ainsi qu'à son versement, àla consistance de la chose, à la charge des risques, à l'étendue desresponsabilités et garanties, aux conditions d'exécution, de résiliation, derésolution ou de reconduction des conventions.
1
 
(Cass Civ III 3 juillet 1979, JCP 1980 II 19384 note Dekeuwer-Defossez)
204
 
205
Sous-section II le mécanisme de prohibition des clauses abusives
Pour qu'une clause soit réputée non écrite, l'article 35 prévoit la réunionde trois conditions, deux matérielles et une formelle:* Les deux conditions matérielles:
-
la clause doit apparaître imposée au non-professionnel ou auconsommateur par un abus de puissance économique de l'autre partie. L'abus de puissance économique se caractérise pal'impossibilité pour le consommateur ou le non professionnel denégocier les termes du contrat.Après avoir considéré un temps qu’il se présumait dans les contratsd'adhésion
2
,c'est à dire dans les
contrats rédigés unilatéralement par l'une des parties et auxquels l'autre adhère sans possibilité réelle deles modifier 
3
,
ceux dans lesquels le contenu est terminé unilatéralement et arbitrairement par le partenaire
 
4
la premièrechambre de la Cour de cassation, en affirmant ensuite que
le seul fait qu'un contrat relève de la catégorie des contrats d'adhésion ne suffit  pas à démontrer que telle clause particulière a été imposée par unabus de puissance économique
est revenue à une position moinsfavorable au consommateur sur qui il fait reposer la charge de la preuve de l’abus de puissance économique
5
.
- elles doit conférer à la partie professionnelle un avantage excessif,c'est à dire un avantage sans contrepartie réelle qui traduit undéséquilibre entre les droits et obligations des parties . Pour la cour de cassation, la référence aux seuls désavantages subis par leconsommateur, sans les comparer avec les avantages recueillis par le professionnel ne permet pas de caractériser l'avantage excessiobtenu par celui-ci
6
.
2
 
(Cass Civ I 6 janvier 1994, D 1994 Somm Comm 209 noteDelebecque, Audijuris N
°
40 p 5 note Vigneau, JCP 1994, II n
°
2237,note Paisant, E. Agostini, de l'autonomie de la volonté à la sauvegarde de justice, D 1994, chron p 235)
3
 
(Cf Ghestin, Traité de Droit Civil, Le Contrat, 2eme ed LGDJ 1988 n
°
74)
4
 
(D. Mazeaud. Le principe de proportionnalité et la formation ducontrat : Les Petites affiches, 30 sept 1998. Cf FX Testu, Le juge et lecontrat d’adhésion, JCP G 1993, I, 3673)
5
 
Cass. 1re civ., 12 mars 2002 ; SA Icd Vie c/ C. : Juris-Data n° 2002-
013486, BICC 1
er
juin 2002, n° 574 p 25, JCP edG 2002, II 16163 note Guy Paisant
6
 
Cass. 1re civ., 12 mars 2002 ; SA Icd Vie c/ C. : Juris-Data n°2002-013486, BICC 1er juin 2002, n° 574 p 25, JCP ed G 2002, II 16163 note
205
 
206
* Pour répondre à la condition formelle, elle doit avoir fait l'objet d'unesignation par un cret pris en Conseil d'Etat aps avis de laCommission des Clauses Abusives .Un seul décret a été rédigé en application de l'article 35; il s'agit dudécret en date du 24 mars 1978 qui dispose que:art 1er : Dans les contrats conclus entre des professionnels, d'une part, etd'autre part des non professionnels ou des consommateurs, est interditecomme abusive la clause ayant pour objet ou pour effet de constater l'adhésion du non professionnel ou consommateur à des stipulationscontractuelles qui ne figurent pas sur l'écrit qu'il signe. Cette disposition aété annulée par un arrêt du Conseil d'Etat en date du 3 décembre 1980.art 2 : dans les contrats de vente conclus entre des professionnels d'une part et d'autre part des non professionnels ou des consommateurs, estinterdite la clause ayant pour effet ou pour objet de supprimer ou deréduire le droit à réparation du non professionnel ou consommateur encas de manquement par le professionnel à l'une quelconque de sesobligations.art 3 Dans les contrats conclus entre professionnels et non professionnelsou consommateurs est interdite la clause ayant pour effet ou pour objetde réserver au professionnel le droit de modifier unilatéralement lescaractéristiques du bien à livrer ou du service à rendre. Toutefois il peutêtre stipulé que le professionnel peut apporter des modifications liées àl'évolution technique, à condition qu'il n'en résulte ni augmentation de prix, ni altération de qualité et que la clause réserve au non professionnelou consommateur la possibilité de mentionner les caractéristiquesauxquelles il subordonne son engagement.art 4 : dans les contrats conclus entre des professionnels d'une part et desnon professionnels ou des consommateurs d'autre part, le professionnelne peut garantir contractuellement la chose à livrer ou le service à rendresans mentionner clairement que s'applique, en tout état de cause, lagarantie légale qui oblige le vendeur professionnel à garantir l'acheteur contre toutes les conséquences des défauts et vices cachés de la chosevendue ou du service rendu.
Section II vers une notion autonome de la clause abusive
Cette réglementation nouvelle, séduisante à priori, a rapidement montréses faiblesses. En effet, après ce premier décret du 24 mars 1978interdisant certaines clauses, le pouvoir réglementaire n'a pas su édicter Gilles Paisant
206

Activity (12)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
Samantha Ornon liked this
andreeav77 liked this
Cyril Boyer liked this
nabi07 liked this
Karim Ben Saleh liked this
Mista Lavista liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->