Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
4Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
La stèle des fondateurs de Cyrène

La stèle des fondateurs de Cyrène

Ratings: (0)|Views: 2,867|Likes:
Published by thpime2985

More info:

Published by: thpime2985 on Nov 13, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

03/06/2013

pdf

text

original

 
La stèle des fondateurs de Cyrène
I.Introduction
La colonisation, phénomène majeur, à la périphérie du sujet du cours mais bien dans son cadre chronologique.Les Grecs sont partis de cités-mères pour construire
ex-nihilo
des villes, les colonies, en général proches de lamer.
Hérodote (484-420) date le départ de Théra de 638.
Cyrène est la colonie d’une colonie (Théra) qui se dit minyenne et spartiate d’origine. Le mythe des originesde Cyrène est très complexe et nous l’aborderons.
Historiquement, il y a eu deux générations de colons (Crétois puis Doriens ; Hérodote souligne le rôle desCrétois).
La fondation de Cyrène nous est connue par 3 textes dont deux principaux. Le texte le plus périphérique est laquatrième ode de Pindare. Hérodote est beaucoup plus prolixe dans le livre 4 de son
Ι σ τ ο ρ ι α
; nousavons aussi la stèle dite des fondateurs.
Cette stèle fut gravée au début du IVème siècle alors que le serment date de vers 630. Le fait que l’on aitutilisé du marbre, difficile à tailler, témoigne de l’importance de stèle, destinée principalement aux habitantsde Cyrène et de Théra. Il s’agit de rappeler leur origine et leur légitimité aux premiers et d’attirer les secondsdans la ville. Il s’agit d’un décret d’isopolitie, ie d’égalité de droits.
Du point de vue stylistique, on note un redoublement, fréquent dans les langues anciennes, notamment engrec. Nous ne disposons ici que de la seconde partie du texte mais la première dit à peu près la même chose.
Texte original car gravé d’après un texte existant depuis longtemps (2 siècles) et non réalisé pour l’occasion,ce que prouve l’étude de la langue et des formulations. Mais l’authenticité du texte reste sujette à débat. Lefait de fixer par écrit est important car cela donne un caractère solennel et durable (la pierre de la stèle est faite pour durer) à un texte qui est par essence oral (le serment) dans une société où l’art oratoire oral donc est trèsdéveloppé. Le serment oral transmis de génération en génération est très fort mais il était peut-être devenuinsuffisant au IVème siècle, quand Cyrène avait besoin de se légitimer et d’attirer de nouveaux habitants.
Le graveur est anonyme mais c’est la ville qui parle ; l’auteur est donc Cyrène.
L’utilisation du discours indirect, ie non de paroles rapportées dans leur forme mais seulement dans leur sens,fait pencher en faveur d’une certaine authenticité.
Du point de vue des temps, les actions sont au passé et les recommandations et injonctions au présent et aufutur, ce qui donne un aspect daté à la fondation mais un caractère intemporel au serment (cf marbre), auxdécisions et aux imprécations.
Le texte oscille entre plusieurs visions de la colonisation. En quoi montre-t-il à la fois une fondation religieuserigide, systématique et contrainte et une colonisation nécessaire sur le plan économique et favorisée sur le plan social, à une époque où Cyrène vient de défaire des Battiades et est en quête de légitimité et veut fairevenir de nouveaux habitants particulièrement de Théra ?
II.Une fondation religieuse contrainte…
La voix de l’oracle : une fondation voulue par Apollon
Importance de l’oracle
Le serment et la malédiction encourue par les réfractaires
Un serment oral finalement écrit
Une dimension religieuse avec une malédiction
III…. ou économique choisie ?
La nécessité d’une colonie agraire de peuplement
Les causes possibles de l’émigration, notamment la sténochôria.
L’incitation économique et sociale
Promesse de terre
 
Isopolitie
Possibilité de retour 
IV.Un texte qui vient à point nommé
Le mythe du bon Battos et la critique en creux de ses successeurs
Battos, héros civilisateur presque divin et roi efficace
Le rejet des Battiades et l’importance de l’assemblée
Ouverture et réaffirmation des liens avec la cité-mère
 Nécessité d’attirer des habitants, notamment depuis la cité-mère
Rappel des prérogatives et de la légitimité de la colonie et de son lien avec Théra
V.Conclusion
Un effort collectif organisé pour résoudre un problème de surpopulation, avec des départs contraints et enthéorie des départs volontaires (mais on ne sait pas vraiment dans quelle mesure cela a joué à Théra ;l’attachement des Grecs à la terre est très fort, particulièrement sur les petites îles où l’insularité renforce cesentiment ; l’émigration volontaire serait plus le fait de Péloponnésiens, notamment de Spartiates, habitants dela ville qui est la cité-mère de Théra).
Il faut préserver l’harmonie (Homonoïa/Omonia/Concordia, sœur de la paix (grenade et rameau d’olivier ; présence sur les monnaies hellénistiques).
Les Cyrénéens possèdent légitimement leur terre. Battos le fondateur est glorifié mais les autres Battiadessont oubliés. Avec ce décret d’isopolitie, Cyrène essaie de faire venir de nouveaux habitants, notamment deThéra.
Il y a une ritualisation avec un rituel archaïque pour Bertrand, celui des statues de cire, et une malédiction.
Le manque de terre explique la colonisation. La raison n’était probablement pas commerciale à l’origine(reconstruction d’Hérodote probable à partir de ce qu’il voit et veut donc expliquer) ; l’hypothèse d’un conflitinterne est peu vraisemblable et la raison religieuse est insuffisante, surtout si l’on suit Hérodote qui affirmeque le premier oracle n’a pas été entendu.
Cyrène est une colonie à part, dans sa fondation et dans son développement. Mais elle nous permet de voir les principales modalités et causes de la colonisation grecque. La ville de Battos était promise à un bel avenir,avec une grande prospérité commerciale et à l’époque hellénistique et romaine la présence d’une écolerenommée de mathématiciens (Eratosthène(s), 276-194).
VI.Bibliographie
Sources antiques
Hérodote,
 Enquête
, livre 4.
Pindare,
Quatrième Ode Pythique
.
Etudes contemporaines
CH. V. Daremberg et E. Saglio,
 Dictionnaires des Antiquités Grecques et Romaines
, Paris : Hachette, 1877-1919.
 Note : livre ancien mais avec l’article le plus complet sur les légendes de Cyrênê.
Cyrène et la Cyrénaïque grecques, aux époques archaïque et classique
et paru en 2002)
Fr. Létoublon, « le serment fondateur » in
Mètis : Anthropologie des mondes grecs anciens
, volume 4 n°1,1989, pages 101 à 115.
M. C. Howatson (sous la dir. de),
 Dictionnaire de l'Antiquité : Mythologie, littérature, civilisation
, Paris :Robert Laffont (pour la version française ; Oxford University Press en version originale), 1998 (1989 pour la première version originale)
M.C. Amouretti et F. Ruzé,
 Le monde grec antique
, Paris : Hachette Supérieur, 2003.
 
J. Boardman, Les Grecs outre-mer colonisation et commerce archaïques, Naples : centre Jean Bérard pour lédition française (Londres : Thames and Hudson pour la version originale), 1995 (1964 pour la prmeièreédition).
Cl. Calame, Mythe et histoire dans l’antiquité grecque la création symbolique d’une colonie, Paris : PayotLausanne, 1996.
Cl. Baurin, Les Grecs et la Méditerranée orientale : Des "siècles obscurs" à la fin de l'époquearchaïque, Paris : Presses Universitaires de France, 1997.
J-M. Bertrand, Inscriptions historiques grecques, Paris : Les Belles Lettres, 2004 (1992 pour lapremière édition).
Cl Mossé, la colonisation dans l’antiquité, Paris : Nathan Fernand Fac, 1992.
VII.Documents
Fond de carte traduit et adapté par Thomas Merle, 2010 ; source :http://www.es.flinders.edu.au/~mattom/science+society/lectures/illustrations/lecture10/cyrene.html

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->