Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword or section
Like this
6Activity

Table Of Contents

0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
FOUCAULT, Michel - Dits Et Ecrits - I (1954 - 1969)

FOUCAULT, Michel - Dits Et Ecrits - I (1954 - 1969)

Ratings: (0)|Views: 265 |Likes:

More info:

Published by: Faika Berat Pehlivan on Nov 15, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/08/2014

pdf

text

original

 
Dits et écrits I (1954-1969)
Titre 
MICHEL FOUCAULTDITS ET ÉCRITS1954-1988I1954-1969
|PAGE 65 
1954l
 Introduction
Introduction,
in
Binswanger (1.),
 Le Rêve et l'Existence
(trad. J. Verdeaux), Paris, Desclée deBrouwer, 1954, pp. 9-128."À l'âge d'homme j'ai vu s'élever et grandir,sur le mur mitoyen de la vie et de la mort1
 
l
une échelle de plus en plus nue, investie d'un
pouvoir d'évulsion unique: le rêve... Voici quel'obscurité s'écarte et que VIVRE devient, sousla forme d'un âpre ascétisme allégorique, laconquête des pouvoirs extraordinaires dont nousnous sentons profusément traversés mais quenous n'exprimons qu'incomplètement faute deloyauté, de discernement cruel et de
 persévérance.
»RENÉ CHAR,
Partage formel.
Il ne s'agit pas, dans ces pages d'introduction, de refaire, selon le paradoxe familier auxpréfaces, le chemin qu'a tracé Binswanger lui-même, dans
 Le Rêve et l'Existence.
Ladifficulté du texte y incite, sans doute; mais elle est trop essentielle à la réflexion qu'ildéveloppe pour mériter d'être atténuée par le zèle d'un avertissement
ad usum delphini,
bienque le «psychologue» soit toujours dauphin dans le royaume de la réflexion. Les formesoriginales de pensée s'introduisent elles-mêmes: leur histoire est la seule forme d'exégèsequ'elles supportent, et leur destin, la seule forme de critique.Pourtant, ce n'est pas cette histoire que nous essaierons de déchiffrer ici. Un ouvrageultérieur s'efforcera de situer l'analyse existentielle dans le développement de la réflexioncontemporaine sur l'homme; nous tenterons d'y montrer, en suivant l'inflexion de laphénoménologie vers l'anthropologie, quels fondements ont été proposés à la réflexionconcrète sur l'homme. Aujourd'hui, ces
|PAGE 66 
lignes d'introduction n'ont guère qu'un propos: présenter une forme d'analyse dont le projetn'est pas d'être une philosophie, et dont la fin est de ne pas être une psychologie; une formed'analyse qui se désigne comme fondamentale par rapport à toute connaissance concrète,objective et expérimentale; dont le principe enfin et la méthode ne sont déterminés d'entréede jeu que par le privilège absolu de leur objet: l'homme ou plutôt, l'être-homme, le
 Menschsein.
Ainsi peut-on circonscrire toute la surface portante de l'anthropologie 1. Ce projet la situeen opposition à toutes les formes de positivisme psychologique qui pense épuiser le contenu1
 
significatif de l'homme dans le concept réducteur
d’homo natura
et il la replace, en mêmetemps, dans le contexte d'une réflexion ontologique qui prend pour thème majeur la présenceà l'être, l'existence, le
 Dasein.
Il est entendu qu'une anthropologie de ce style ne peut fairevaloir ses droits qu'en montrant comment peut s'articuler une analyse de l'être-homme sur uneanalytique de l'existence: problème de fondement, qui doit définir, dans la seconde, lesconditions de possibilité de la première; problème de justification qui doit mettre en valeurles dimensions propres et la signification autochtone de l'anthropologie. Disons, de manièreprovisoire, et en réservant toutes les révisions éventuelles, que l'être-homme
(Menschsein)
n'est, après tout, que le contenu effectif et concret de ce que l'ontologie analyse comme lastructure transcendantale du
 Dasein,
de la présence au monde. Son opposition originaire àune science des faits humains en style de connaissance positive, d'analyse expérimentale etde réflexion naturaliste ne renvoie donc pas l'anthropologie à une forme
a priori
despéculation philosophique. Le thème de sa recherche est celui du «fait» humain, si on entendpar «fait» non pas tel secteur objectif d'un univers naturel, mais le contenu réel d'uneexistence qui se vit et s'éprouve, se reconnaît ou se perd dans un monde qui est à la fois laplénitude de son projet et l' «élément» de sa situation. L'anthropologie peut donc se désignercomme «science de faits» du moment qu'elle développe de manière rigoureuse le contenuexistentiel de la présence au monde. La récuser de prime abord parce qu'elle n'est niphilosophie ni psychologie, parce qu'on ne peut la définir ni comme science ni commespéculation, qu'elle n'a pas l'allure d'une connaissance positive ni le contenu d'uneconnaissance
a priori,
c'est ignorer le sens originaire1. Haeberlin (P.),
 Der Mensch, eine philosophische Anthropologie,
Zurich, SchweizerSpiegel, 1941, préface.
(Anthropologie philosophique,
trad. P. Thévenaz, Paris, P.U.F., coll.«Nouvelle Encyclopédie philosophique», 1943
[N.d.É.].)
|PAGE 67 
de son projet 1. Il nous a paru qu'il valait la peine de suivre,
un instant,
le cheminement decette réflexion; et de chercher avec elle si la réalité de l'homme n'est pas accessible seulementen dehors d'une distinction entre le psychologique et le philosophique; si l'homme, dans sesformes d'existence, n'était pas le seul moyen de parvenir à l'homme.Dans l'anthropologie contemporaine, la démarche de Binswanger nous a semblé suivre lavoie royale. Il prend de biais le problème de l'ontologie et de l'anthropologie, en allant droit àl'existence concrète, à son développement et à ses contenus historiques. De là, et par uneanalyse des structures de l'existence -de cette existence-ci, qui porte tel nom et qui a traversételle histoire -, il accomplit sans cesse une démarche de va-et-vient, des formesanthropologiques aux conditions ontologiques de l'existence. La ligne de partage qui apparaîtsi difficile à tracer, il ne cesse de la franchir ou plutôt il la voit sans cesse franchie parl'existence concrète en qui se manifeste la limite réelle du
 Menschsein
et du
 Dasein.
Rien neserait plus faux que de voir dans les analyses de Binswanger une «application» du concept et1

Activity (6)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred thousand reads
1 thousand reads
1 hundred reads
didu liked this
terezavirinia liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->