Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
27Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Audit du Cycle d'immobilisation

Audit du Cycle d'immobilisation

Ratings: (0)|Views: 3,278 |Likes:
Published by lamita13

More info:

Published by: lamita13 on Dec 22, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/08/2013

pdf

text

original

 
Audit des immobilisations
INTRODUCTION 
Avant de percer dans l’exploration d’un champ vaste tel que l’audit, il et
important d’enconnaître la source. Celle ci et belle et bien explicitée dans
« le code général denormalisation comptable » par la
définition de
« la norme générale comptable ».
Extrait du code général de normalisation comptable :« La comptabilité telle qu'elle résulte des dispositions de la normegénérale comptable porte le nom de « comptabilité normalisée »Par facilité d'expression, les entités économiques soumises à la Norme sont désignées par le texte par le terme générique « Entreprise ».
Il est donc utile de décortiquer les caractères fondamentaux de cette
norme : celle-ci est conçue defaçon à satisfaire les deux objectifs primordiaux de la normalisation comptable qui sont :de servir de base à l'information et la gestion de l'entreprise ;
de fournir une image aussi fidèle que possible de ce que représente l'
entreprise à tous les utilisateurs des comptes, privés ou publicsCette fonction d'information interne et d'information externe viseévidemment une grande diversité de destinataires : l'entreprise elle-même, ses partenaires directs, tels les fournisseurs, clients, salariés, banquiers et prêteurs,
associés et actionnaires, et les Pouvoirs Publics tant au niveau fiscal qu'au
niveau économique (comptabilité nationale) et financier (contrôle du crédit). Le champd'application de la Norme Générale Comptable est très vaste puisqu'il concerne a priori la majorité des agents économiques quelle que soitleur taille (des petites et moyennes aux plus grandes entreprises, leur secteur (public ou privé), leur objet (agricole, industriel, commercial ...) et leur forme juridique(Etat, établissement public, entreprise individuelle, société,association...).Cette très grande diversité d'utilisateurs et d'assujettis implique ladéfinition d'un modèle d'analyse et d'un langage communs à tous et quidoivent constituer, s'ils sont pertinents et fiables, l'outil privilégié du dialogueéconomique et social..
L’objectif d'information :
Une analyse économique et financière pertinente et fiable
La Norme doit présenter un ensemble d'informations pertinentes et fiables etqui traduisent de façon fidèle la vie économique et financière de l'entreprise.La comptabilité pourrait être une forme banale de l'illusion ou dumensonge si les informations qu'elle présente n'étaient ni pertinentes, nifiables.
a - La pertinence des informations tient à l'adéquation existant entre leur contenu et leur objet : une information pertinente doit représenter 
convenablement, fidèlement, les faits ou les concepts qu'elle énonce ; elle estdonc signifiante ce qui suppose que toutes les précautions ont été prises pour en définir clairement et sans ambiguïté le contenu, le contour, les limites.La Norme Générale s'est attachée à dégager de telles informations, qui puissent convenir à l'ensemble des utilisateurs. Un exemple peut être fourni par le " chiffre d'affaires ", dont les éléments1
 
doivent être parfaitement définis si l’on veut que son montant présente de l' intérêt pour lescomparaisons dans le temps comme dans l' espace. D'autres exemples, plus significatifs, parce querecouvrant des réalités plus complexes, peuvent être fournis par les principaux soldescaractéristiques de gestion, tel le " résultat courant".L’objectif étant :- de ne pas se tromper ;- de ne pas tromper les tiers.La norme Générale s'est donc attachée à dégager des informations pertinentes, présentantune signification précise pour tous les utilisateurs, donc constituant des outils d'analyse sérieuxet efficaces. b - La fiabilité des informations tient, elle, davantage à leur caractèrequantitatif ; les montants qui apparaissent dans les comptes ou dans les étatsde synthèse doivent être sûrs, ce qui implique tant une très bonne définitiondes méthodes d'évaluation qu'une parfaite maîtrise des faits comptables et de lachaîne des traitements qui aboutissent aux comptes et aux états de synthèse.
Ainsi, ce sont des règles de fond et des règles de forme de la Norme
Générale qui garantissent à la comptabilité normalisée la pertinence et lafiabilité de son apport informationnel. Il va de soi que cette garantie ne pourraêtre pleinement obtenue que par l'intervention constante de professionnelscomptables qualifiés tant en amont des états de synthèse (conception du système comptable)qu'enaval(contrôle).
L’objectif d'image fidèle
Une finalité est assignée à la comptabilité normalisée : les états desynthèse doivent donner une image fidèle du patrimoine, de la situationFinancière et des résultatsdel'entreprise.Cet objectif d'image fidèle, est à l' instar de l' obligation de "true and fair view"ou de "fair présentation" existant dans les comptabilités anglo-saxonnesuniversellement admis et largement adopté par les pays européens à économielibérale.L’image fidèle apparaît ainsi non comme un principe comptable fondamental supplémentaire,mais comme la convergence des principes retenus.L’originalité du concept d'image fidèle tient à la fois à son absence dedéfinition et aussi au fait qu'il convient, dans des cas exceptionnels, de déroger 
aux dispositions de la Norme, pour tenter d'atteindre cette fidélité.
Le plus souvent néanmoins, il suffira de fournir dans l' ETIC des informationscomplémentaires ; si celles-ci ne sont pas suffisantes à l’obtention d'une imagefidèle, alors il faudra déroger aux dispositions de la Norme (donc à des règles et procédures, voire à des principes telle la permanence des méthodes). A ceniveau ce sont les écritures mêmes, donc les postes des états de synthèse qui
sont modifiés. Detels cas de dérogations devraient être tout à fait
exceptionnels. La Norme est en effet conçuede telle sorte que l’application de ses règles conduise et suffise a priori pour l' obtention d'uneimage fidèle.A travers ce qui vient d’être cité, il est clair qu’une mission d’audit et complexe, il est doncnécessaire à l’auditeur d’utiliser une panoplie d’outils et de procédures afin de veiller à la bonne pratique des principes nommés précédemment.
Dans ce rapport nous allons traiter une partie de ces procédures en
l’adaptons au cycle des immobilisations qui représente le corps de notre sujet.2
 
I. Définition de l’ACTIF IMMOBILISE :
fiabilité des méthodes qu’emploie une entreprise pour évaluer son patrimoine.Il est donc nécessaire pour lui de se prémunir d’une base solide quand aux modes d’évaluation et decomptabilisation, c’est pour cela qu’une première partie de notre rapport va porter sur des définitionset des éclaircissements de ces domaines.Tout d’abord définissons ce que sont des « immobilisations » :Une entreprise est une entité de production déployant ses emplois afin de financer ces ressources,ainsi par définition ces dernières comportent des actifs dont notre actif immobilisé, ce dernier estconstitué de biens dont l’entreprise est propriétaire et qui sont destinés à rester de façon durablesous la même forme dans l’entreprise, et à servir son activité.Le plan comptable marocain classe ces éléments au niveau de la masse 2 qui se présente comme suit :
CLASSE 2 :
COMPTES D’ACTIF IMMOBILISE
21 IMMOBILISATION EN NON-VALEURS
Ces immobilisations sont des frais revêtant une importance significativeet qui ne sont pas directement comptabilisés dans les comptes de charges dufait qu’ils ne sont pas répétitifs, qu’ils ne peuvent être rapportés à des productions déterminées ou qu’ils peuvent bénéficier à plusieurs exercices etque l’entreprise décide d’étaler sur une durée fiscale ne dépassant pas cinq ans.
II.Distinction entre CHARGES et
IMMOBILISATIONS :
Par exception quelques charges sont inscrites à l’actif conformément aux articles cités ci-dessous :Les dépenses engagées à l'occasion d'opérations qui conditionnentl'existence ou le développement de l'entité mais dont le montant ne peut pasêtre rapporté à des productions de biens ou services déterminés peuvent êtreinscrits en immobilisations incorporelles, au poste frais d'établissement.A titre exceptionnel, les frais de recherche appliquée et dedéveloppement peuvent être inscrits en immobilisations incorporelles à lacondition de se rapporter à des projets nettement individualisés ayant desérieuses chances de réussite technique et de rentabilité commerciale et dont lecoût peut être distinctement établi. L'inscription en immobilisationsincorporelles des frais de recherche appliquée et de développement, constitutived'un changement de méthode, n'est ouverte qu'aux nouveaux projets.Les frais d'établissement ainsi que les frais de recherche appliquée et de développement, inscrits enimmobilisations incorporelles sont amortis
selon un plan et dans un délai maximal de cinq ans. Atitre exceptionnel et
 pour des projets particuliers, les frais de recherche appliquée et de
développement peuvent être amortis sur une période plus longue qui n'excède pas la duréed'utilisation de ces actifs.En cas d'échec des projets, les frais de recherche appliquée et de développementcorrespondants font immédiatement l'objet d'un amortissement exceptionnel.Des charges enregistrées au cours d'un exercice peuvent être différées lorsqu'elles serapportent à des opérations spécifiques à venir ayant de sérieuses chances de rentabilité globale.Le montant des primes de remboursement d'emprunt est amortisystématiquement sur la durée de l'emprunt soit au prorata des intérêts courus,
soit par fractions égales. Toutefois, les primes afférentes à la fraction
d'empruntremboursée sont toujours amorties.Les frais d'émission d'emprunt peuvent être répartis sur la durée
de l'emprunt d'une manière appropriée aux modalités de remboursement de
3

Activity (27)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
barassa liked this
Gacy Pambi liked this
Hamid Faracha liked this
Khaoula Mbarek liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->