Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Droit Des Biens - L3 Droit

Droit Des Biens - L3 Droit

Ratings: (0)|Views: 340 |Likes:
Published by Sophie
Cours de droit des biens, université de Strasbourg
Cours de droit des biens, université de Strasbourg

More info:

Published by: Sophie on Dec 29, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOCX, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/02/2013

pdf

text

original

 
Droit des biensClassification des droitsDroits réels, personnels, intellectuels (se situent mal par rapport à la classification des droits réels)Représentent un monopole intellectuel dune pensée, dun nom ou dune clientèle. Ces droitsintellectuels sanalysent en un
droit exclusif dexploitation
, qui confère à son titulaire desprérogatives proches de celles que peuvent conférer un droit de propriété. On nomme ces droits
 propriété incorporelle
: on parle propriété industrielle, littéraire et artistique ou propriétécommerciale.Les droits personnels ou droit de créance correspondent au droit quà une personne appelée lecréancier dexiger une certaine prestation dune autre personne que lon nomme le débiteur.Le droit personnel comporte 3 éléments :-
 
U
n sujet actif : le créancier-
 
U
n sujet passif : le débiteur-
 
U
ne prestation qui est lobjet du droitDu point de vue du créancier ce droit correspond à une créance als que du point de vue du débiteur ilsagit dune dette. On parle aussi dobligation. Ces obligations se divisent elles-mêmes en 3 grdescatégories :-
 
Obligations de donner-
 
Obligations de faire-
 
Obligations de ne pas faire
Ob
ligation de faire
: oblige le débiteur à accomplir une prestation.
Ob
ligation de ne pas faire
: correspond à une abstention, le débiteur sengage à sabstenir de tel outel comportement, exple obligation de non concurrence
Ob
ligation de donner 
: plus curieuse, certains les contestent dans notre droit. Correspond àlobligation de transférer la propriété dun bien. Dans notre droit le transfert de propriété estinhérent, instantané ; il ne sagit pas dune obligation à laquelle le contrat donnerait naissancepuisquelle saccomplit instantanément à la formation du contrat .Dans certains cas, un retard estapporter au transfert de la propriété par la volonté des parties ou pour dautres raisons (nature de lachoses qui fait lobjet du contrat de sorte que lon voit apparaitre une obligation de donner cadtransmettre la propriété)Pas confondre avec lobligation de livrer !Les droits réels : le droit réel est un droit qui confère à son titulaire un pouvoir direct et immédiat surune chose. Exemple : le droit de propriété.Comporte 2 prérogatives essentielles : le droit de suite et de préférence.Le droit de suite permet au titulaire réel sur une chose de suivre une chose cad de la revendiquer enquelques mains quelle passe. Ainsi le propriétaire dun bien immobilier pourra revendiquerlimmeuble contre nimporte quel tiers détenteur .Vente immobilière qui est annulée, lannulation de
 
la première vente comme elle rétroactive fait que le vendeur peut revendiquer le bien contre le sousacquéreur.Le droit de préférence permet de préférer le titulaire dun droit réel par rapport au titulaire dunsimple droit personnel en cas de conflit sur une chose.Il existe 2 grandes catégories de droits réels :-
 
les droits réels principaux 
: ce sont le droit de propriété et les démembrements de lapropriété (lusufruit, les servitudes, le droit dusage et dhabitation, lemphytéose)-
 
les droits réels accessoires
correspondent à suretés réelles comme le droit de gage oulhypothèque. Il sagit de droits réels quun créancier possède sur une chose quappartient àson débiteur. On parle de droits réels accessoires car le but dun tel droit est de garantir leremboursement dune créance. Lintérêt est de permettre au créancier de bénéficier le droitde suite et de préférence et davoir la possibilité dêtre remboursé.Remarques:-
 
la distinction entre droit réel et personnel nest pas aussi tranché que la définition nepourrait le laisser penser. Par exemple on peut se poser la question de savoir commentqualifier linterdiction faite à lacquéreur dun fonds de commerce de laffecter à uncommerce déterminé.La plupart du tps, il sagit dune obligation de non concurrence mais pfs la Cour de cassation juge quune telle interdiction peut revêtir le caractère dune servitude cad dun droit réel. LaCour de cassation distingue selon les cas, la qualification droit personnel, lorsque lobligationest faite à la personne mais la qualification de droit réel, de servitude si on estime quelinterdiction est attachée au fonds (chaque fois que le fonds bénéficie dinstallationslourdes).-
 
Il arrive que lon dise que les droits personnels existent en nombre illimité, puisquil sagitdobligation en raison de la liberté des conventions, il existe de très nombreuses obligations.Mais on dit à linverse que les droits réels sont en nombre limité, globalement cest exact. Lesdroits réels les plus importants sont envisagés dans le Code civil. Ils sont beaucoup moinsnombreux que les droits personnels mais cela ne signifie pas que les droits réels ont uncaractère limitatifs car on peut en trouver dautres que ceux envisagé ds le Code civil, la Courde cassation affirme régulièrement le contraire depuislarrêt Caquelard: ni les articles du CCrelatifs au droit de propriété ni aucune autre loi nexcluent les diverses modifications etdécompositions dont le droit de propriété ordinaire est susceptible. On peut imaginerdautres décompositions que celles envisagées par les rédacteurs du CC. Les droits réelsnont donc pas un caractère limitatif.Propositions de lavant projet des droits des biens relatives à la classification des choses et desdroits : questions de présentation, lavant projet de réforme prévoit dinsérer ds le CC au sein du livre2 un titre premier intitulé « du patrimoine et des biens qui le composent ».
 
Le CC ne défini ni le patrimoine ni les biens ni les droits réels et personnels, tout cela est luvre dela jurisprudence. Les définitions retenues nont rien de révolutionnaires. Ainsi le patrimoine dunepersonne est défini comme
luniversalité de droit comprenant lensem
b
le de ses
b
iens et o
b
ligations présents et à avenir, lactif répondant du passif 
. De plus, il est précisé que toute personne physiqueou morale nest titulaire dun patrimoine et sauf si la loi en dispose autrement, dun seul. On restedans la droite ligne dAubry et Rau (seule une personne peut avoir un patrimoine unique).Dans lavant projet
les
b
iens sont définis comme des choses corporelles ou incorporelles faisant lo
bj 
et dune appropriation
ainsi que les droits réels et personnels. Le droit réel est présenté comme le droitqui confère à une personne un pouvoir direct sur un bien, il est précisé que ce droit suitle bien enquelques mains quil passe. Le nouveau texte ajoute, « lorsque le droit réel est accessoire à unecréance dont il garantie le paiement, il confère outre un droit de suite un droit de préférence sur lebien ». Le droit personnel est défini comme le droit du créancier à lencontre de son débiteur.Au titre des innovations, une innovation intéressante : lavant projet prévoit de consacrerofficiellement lexistence dun nouveau droit réel qui correspond à une forme particulière dedémembrement du droit de propriété. Ce nouveau droit correspond au
droit réel de
 j 
ouissance
 
spéciale
. Propose de créer un droit réel ouvert, qui contrairement à lusufruit ne porte pas sur latotalité de lusage dun bien, mais seulement à une ou plusieurs de ses utilités au choix duconstituant. Ce sera donc un démembrement de propriété. Il sera nécessairement temporaire.On trouve une définition des fruits et produits dans lavant projet. Le texte proposé: sauf lorsque laloi en dispose autrement,
les fruits sont ce que génèrent un
b
ien périodiquement ou non,spontanément ou par suite de sa mise en valeur sans que sa su
b
stance
en soit altéré. On abandonnele critère de la périodicité. La jurisprudence a évolué.Distinction entre meuble et immeuble. Lavant projet prend en compte le cas des animaux de façonsouple. Les animaux sont des choses corporels, ils ne sont pas des personnes. Lavant projet secontente dénoncer : « sous réserve des lois qui les protègent les animaux sont soumis au régime deschoses corporels ».Lavant projet sefforce de
rationnaliser le droit existant 
, réduction drastique du nombre de textesdans le Code civil. Par exemplelarticle 524 du CCles animaux sont immeubles par destination. Demême àlarticle 519« les moulins à vents à eaux » sont démodées.Quelques innovations : la définition des immeubles par nature va inclure les volumes (art 527: « parleur nature sont immeubles les parties déterminés par lespace terrestre, sont ainsi immeubles lesfond, les volumes, les constructions et végétaux qui sy trouvent et toutes les autres choses qui syincorporent »). La jurisprudence considère comme immeuble par nature les lots de copropriété.Pour la définition des immeubles par destination elle a été simplifié dans le but de consacrer desdéfinitions jurisprudentielles acquises : « sont immeubles par destination les meubles attachés ouaffectés à un immeuble par leur propriétaire commun , et présumés attachés ou affectés à unimmeuble sauf preuve contraire tout meuble qui ne peut en être détaché sans détérioration , ou quia été conçu ou adapté pour y être intégré » ,« Est présumé affecté à un immeuble sauf preuvecontraire tout meuble nécessaire à son exploitation ».

Activity (2)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->