Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Droit des obligations - l’inexécution avérée

Droit des obligations - l’inexécution avérée

Ratings: (0)|Views: 215|Likes:
Published by Sophie
Droit des obligations, L3 Droit, document sur l’inexécution avérée et le problème de l’exécution forcée en nature
Droit des obligations, L3 Droit, document sur l’inexécution avérée et le problème de l’exécution forcée en nature

More info:

Published by: Sophie on Dec 30, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/21/2014

pdf

text

original

 
L’inexécution avérée : problème de l’exécution forcée ennature
Dans l’hypothèse d’une
inexécution avérée définitive
, il y a deuxpossibilités :
L’exécution forcée en nature n’est pas possible
: la seulesolution est une exécution par équivalent. Dans ce cas,l’exécution va se faire sous la forme du payement d’une sommed’argent qui va remplacer la prestation inexécutée. On parle de
dommages et intérêts compensatoires.
Ces dommages etintérêts ne concernent que l’exécution d’obligations autres quele payement de sommes d’argent.Pour la jurisprudence et la doctrine classique, cette exécutionpar équivalent relève de la
responsabilité contractuelle
.Mais, cette conception traditionnelle fait l’objet de sérieusescritiques. J. Huet a montré qu’en réalité, la responsabilité contractuelle aune double fonction :
Une
fonction de payement
parce que son objet est deréaliser une exécution forcée par équivalent del’obligation restée inexécutée.
Exemple :
Les dommages et intérêts sont destinés àremplacer ce que le vendeur s’était engagé à livrer.C’est l’équivalent d’un payement par équivalent.
Un
objectif de réparation
uniquement lorsqu’il y aindemnisation du dommage qui a été causé parl’inexécution ou la mauvaise exécution.
Exemple :
dans un quartier à problèmes, une personnea décidé de passer un système de télésurveillance enpassant un contrat. Ce système a été mal installé et nefonctionne pas. De plus, un voleur en a profité. Dansune telle hypothèse, la réparation du dommage causépar la mauvaise exécution est la mise en l’état. C’estl’exécution de l’obligation promise. C’est un payement.Il y a un dommage supplémentaire (vol). Il y a donc unobjectif de réparation du dommage.D’autres auteurs sont allés plus loin encore. P. Rémy est allé jusqu’à
nier la alité du concept de responsabilicontractuelle
et son existence même. Selon lui, le débiteur quin’exécute pas ou exécute mal, doit des dommages et intérêts àson cocontractant non en raison du dommage qu’il lui a causé,mais, parce qu’il n’a pas exécuté sur le fondement de l’article1134 du CC. Pour lui, tout ce qui ne relève pas de l’exécution,relève de la
responsabilité délictuelle
(càd la réparation dudommage causé)
1
 
Cf.son article, la responsabilité contractuelle, histoire d’unfaux concept
,
RTD civ. 1994, p.223Cette conception va très loin puisque cela signifie que l’on n’aplus besoin de prouver la réunion des conditions de mise enœuvre de la responsabilité contractuelle (faute et préjudice). Leseul manquement suffit pour que lon puisse obtenirsatisfaction.L’exécution par équivalent ne relève pas du payement forcéparce qu’il n’y a pas d’exécution forcée de l’obligation elle-même.
L’exécution forcée en nature peut être concevable : il
peut se poser un problème parce que, dans certaineshypothèses, il y aura atteinte à la liberté individuelle.
Exemple :
C’est le cas du peintre qui s’est engagé à peindreun tableau.Ainsi, se pose la question de savoir si l’exécution forcée ennature, lorsqu’elle est possible, est admise ?En droit anglais, l’exécution forcée en nature ne peut jouer quedans des cas exceptionnels.En droit français, le principe est que l’exécution forcée ennature est admise sauf s’il y a atteinte à la liberté individuelledu débiteur ou impossibilité On parle de
contrainte directe.
Dans les autres cas, il faudra recourir à des moyens decontrainte indirecte.
Paragraphe 1 : La contrainte directe : l’exécution forcée ennature
Quand elle est possible, l’exécution forcée en nature procède d’unchoix qui appartient à la victime de l’inexécution.
Cf.
Cass., 3
ème
civ., 28 septembre 2005 04-14586 : unentrepreneur avait mal effectles travaux et se proposaitd’exécuter en nature. Mais, le client n’avait plus confiance. LaCour de cassation a prévu que c’est à la victime de l’inexécutionde choisir. L’entrepreneur ne peut pas imposer la réparation ennature.
A. Le domaine de l’exécution forcée en natureL’exécution forcée en nature est refusée chaque
fois quecela porterait
atteinte à la liberté physique
(pas de travailforcé), ou
intellectuelle
ou lorsque celle-ci est
impossiblematériellement.
 
2
 
S’il s’agit d’une
obligation de payer une somme d’argent
, iln’y a pas de problème puisque cela se fera par le biais d’uneprocédure d’exécution, par le biais de saisies.S’il s’agit d’une
obligation de transférer la propriété d’unbien
, il n’y a pas de véritable problème d’exécution forcée ennature parce que le transfert de propriété sulte du simpleéchange des consentements. L’obligation est en alité uneobligation de livrer qui est une obligation de faire (s’il s’agitd’une chose de genre le transfert résulte de l’individualisation quirelève de l’obligation de faire).Dans l’hypothèse d’une
obligation
 
de faire ou de ne pasfaire
, l’article 1142 du CC dispose
« toute obligation de faire oude ne pas faire se résout en cas d’inexécution par le débiteur, par des dommages et ints ».
A priori, ce texte exclutl’exécution forcée en nature.Mais, en réalité, la position de la jurisprudence est beaucoup plusnuancée.La jurisprudence admet l’exécution forcée en nature chaque foisque celle-ci n’implique aucune contrainte sur la personne dudébiteur.
S’il s’agit d’une obligation de faire
(livrer un bienmatériel), l’exécution forcée en nature est possible.
Sil sagit dune obligation daccomplir uneprestation de service
, si lobligation pèse sur ledébiteur
intuitu personae
, l’exécution forcée en naturenest pas possible. La seule possibilité sera desdommages et intérêts.Si l’obligation peut être exécutée par un tiers, il estpossible de la faire exécuter par lui aux frais du débiteurpar application de l’article 1144 du CC mais avec uneautorisation de justice préalable. Quand le tiers exécute, ilne s’agit pas d’une exécution forcée en nature. C’est uneexécution en nature par équivalent.Cette présentation est celle qui est exposée classiquement.Mais une partie de plus en plus importante de la doctrine adopte uneprésentation beaucoup plus radicale de la jurisprudence.En effet, il résulte de plus en plus des arrêts de la Cour de Cassationque la partie envers laquelle l'engagement n'a pas été exécuté peutforcer l'autre à l'exécution de la convention lorsqu'elle est possible(Civ. 3
e
, 11 mai 2005 , n° 03-21136 ; Civ. 1
e
, 16 janv 2007, n°06-13983). Ces auteurs adoptent une conception beaucoup plusrestrictive de la notion d'impossibilité. Selon ceux-ci cetteimpossibilité peut-être juridique (par exemple un droit acquis par un
3

Activity (2)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->