Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
5Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
16- Au debut etaient les Triangles

16- Au debut etaient les Triangles

Ratings: (0)|Views: 938 |Likes:
Published by Tyron Corre

More info:

Published by: Tyron Corre on Jan 11, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/25/2012

pdf

text

original

 
 
AU DEBUT ETAIENT LES TRIANGLES* * *par Raymond TERRASSE* * *
Il était une fois deux triangles qui ne se connaissaient pas, car n’ayant aucun rapport direct entre eux.Et pourtant, bien des années après leur naissance , ces deuxtriangles, que tout parait, allaient être à l’origine de la super-géométrie présentée ici.Le premier appartient à un chercheur de la Loire-Atlantique,Michel Barbot. De ses travaux sur les mystères de la forêt d’Ecouves, il avaitextrait trois sommets portant le même nom : Domfront. Le plus connu dansl’Orne, et l’autre dans l’Oise ; le dernier, spécifié ‘’ en Champagne ‘’, étant dansla Sarthe. A remarquer que nous sommes loin de Troyes, cette dénomination paraît donc curieuse, à première vue. Mais moins évidemment, au deuxièmeregard, si on se rappelle que le château de Chambord, à l’origine, appartenaitaux Comtes de Blois…
de la Maison de Champagne
.Ce rapprochement n’est pas une vaine digression, puisqueChambord apparaîtra dans le deuxième triangle. Ne sachant trop quoi tirer de cette triangulation insolite, MichelBarbot demanda à deux correspondants de lui calculer le centre de ces troissommets. Patrick Berlier lui communiqua un centre ‘’ un peu plus secret ‘’, sansrapport avec le centre géographique que je lui présentai, et situé à l’Aigle. Ils’avéra aussi que la hauteur aboutissant à Domfront dans l’Oise, passe par Gisors.Croquis N° 1 :
Triangle de Michel Barbot, publié dans SUN N° 32.
Tout est lié ; quelles que soient les recherches effectuées par deschercheurs indépendants les uns des autres, on retombe toujours sur les mêmes points-clés.Personnellement, j’en étais resté là, Michel Barbot faisant cequ’il voulait de mes renseignements envoyés en 1999 ou 2000. Par contre, poursuivant mes études orthogéométriques, qui ne portaient pas encore ce nom
Au début étaient les triangles.1
 
en ce temps-là, je dénichais un triangle isocèle faisant partie d’un groupe dont lesommet commun était les grottes d’Altamira, en Espagne.Croquis N° 2 :
Vue d’ensemble à l’échelle 1 / 10.000.000 des triangles ayant Altamira comme sommetcommun.
Le triangle qui intervient dans notre conte de fées a pour baseGué-D’Hossus et Stenay. C’est une mince tranche qui mesure 70 kilomètres à la base pour 980 de longueur. Le côté Stenay-Altamira a ceci de particulier, qu’ilse prolonge au nord-est vers Remagen en Allemagne, apparition mariale de1950. Et vers le sud-ouest, jusqu’à Fatima, en passant par les atterrissages deVouneuil-sur-Vienne, et Castello-Branco au Portugal. Quant à Fatima, elledémontre, si l’on en doutait encore, que les apparitions mariales ne sont, et n’ont jamais été aléatoires. Au total, la distance séparant Remagen de Fatima, afficheun kilométrage impressionnant : 1720 ; belle ligne orthoténique à travers quatre pays.En partant de Gué-D’Hossus, nous traversons L’Ile Bouchard,qui reçut la visite de la Vierge, le 8 décembre 1947, et qui fut détaillée par ailleurs. Puis nous coupons le centre d’une droite que nous allons revoir :Stonehenge- Rennes-le-Cteau. Ici, et sans paraître extravagant, je peuxavancer que la Noble Dame, en se déplaçant à l’Ile Bouchard, préparait le poséde Gué-D’Hossus, 46 ans et quelques mois plus tard ( 6 mars 1994 ).La hauteur est également remarquable, car elle passe par le poséde Villers-le-Tilleul, et surtout le château de Chambord. Puis elle longe lechâteau de Chenonceaux à 1000 mètres au sud-est. Le centre se place sur cetteligne à 5 kilomètres au-dessus de Chambord.Croquis N° 3 :
Au début étaient les triangles.2
 
Le château de Chambord est au cœur de l’orthogéométrie. Maisc’est l’article de Michel Barbot paru dans
Sentinel Ufo News N° 32
du premietrimestre 2006, et faisant état de ce que je lui avais transmis, qui m’a soufflé uneidée, qui aurait pu conduire à une impasse..Il s’agissait de relier, non pas les deux centres géographiques, cequi n’apportait rien, mais les deux centres d’intérêt, avec un prolongement de part et d’autre. Que le lecteur fasse la grimace, mais soit indulgent, car je vaisécrire que l’Aigle de l’orthogéométrie, c’est Chambord.Bien qu’étant habitué à ce qu’une ligne en générât une autre, quielle-même…, je ne m’attendais pas à ce déferlement de surprises.La première vint de ce que la ligne descendant vers le sud-est, passait très près du centre de Mont-Saint-Michel / Trans-en-Provence, à 184kilomètres de Chambord. Confirmé par la ligne principale N° 1, le croisement se place à 2 kilomètres au nord-ouest. Cependant, il en fallait plus pour qu’uneétude sérieuse puisse voir le jour.C’est alors qu’intervinrent trois autres triangles, dont la présences’avèrera indiscutablement logique et précieuse.Le premier, le plus grand, à la fois par sa taille et sa contribution,est isocèle. Sa base est au sud de la France, en s’étendant sur 334 kilomètres,entre Rennes-Le-Château, cher à Guy Mouny, et Théopolis, la Dardanus de
Au début étaient les triangles.3

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->