Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
exposé Gambetta

exposé Gambetta

Ratings: (0)|Views: 1,132 |Likes:
Published by l3sciencespocaen

More info:

Published by: l3sciencespocaen on Jan 19, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

01/19/2011

pdf

text

original

 
LEON GAMBETTAEXPOSE SUR LE DISCOURS DE GRENOBLE, LE 26SEPTEMBRE 1872
Plan
I _ La remise en cause de l’idéologie conservatrice.A _ L’opposition a l’héritage révolutionnaire.B _ Une conception politique dépassée et réactionnaire.II _ L’«émergence d’une couche sociale nouvelle ». A _ Caractéristiques de cette couche sociale.B _ Son rôle politique.III _ L'idéal républicain.A_ Le renouveau idéologique.B _ La volonté d’installer la République.
 
INTRODUCTION
Le texte qui nous est présenté ici,est un extrait du discours prononcé le 26 septembre 1872 àGrenoble par Léon Gambetta.. Il est tiré de l'œuvre Les plus beaux discours de Gambetta . Celui-ciest né le 2 avril 1838 à Cahors. Il est issu d'une famille d'immigrés italiens. C'est un élève brillantqui fait des études de droit à Paris à partir de 1857. C'est également à cette époque qu'il s'engagedans l'opposition républicaine. Il acquiert une certaine notoriété de par sa grande éloquence et sesoratoires violents dénonçant le 2
nd
Empire.Il est élu député radical de la Seine en 1869 et face au désastre de Sedan, il devient partisan de laguerre à outrance et refuse de négocier les accords de paix avec la Prusse. Ainsi lorsqu'il devientministre de l'intérieur et qu'il reçoit l'administration de la guerre en septembre 1870, il entre enconflit avec le reste du gouvernement provisoire, sa position étant jugée trop radicale. Il est alorsdestitué par ses collègues et remplacé par Jules Simon. Il part pour l'Espagne afin de marquer sondésaccord avec la politique du gouvernement.A son retour, il débute une campagne de discours de grande ampleur dans le but de défendrel’établissement définitif d’un régime républicain qui n'est à cette époque qu'un régime provisoire, etqui est ainsi loin d'être définitivement installé.En effet la république n'existe que depuis le 4semptembre 1870, date à laquelle elle est proclamée àl'hôtel de ville de Paris. Elle remplace le 2
nd
Empire qui disparaît après la défaite de Sedan.Le caractère fragile de ce nouveau régime s'illustre, lors des élections législatives de février 1871où les monarchistes favorables à la paix l'emportent largement au détriment des républicains ainsique lors du pacte de Bordeaux qui a lieu quelques jours plus tard lors duquel l'Assemblée nationalesigne Adolphe Thiers, un oraniste comme « chef du pouvoir exécutif de la publiquefrançaise ». L'Assemblée précise à cette occasion que le système de gouvernement qu'elle instauren'est que provisoire. Cela s'explique par le fait que la question de la nature du régime législatif n'estque secondaire face à la priorité d'installer la paix.C'est dans ce contexte et par réalisme politique que Gambetta décide de chercher de larges soutiensà la forme républicaine du régime en dehors du prolétariat traditionnel. C’est tout le sens de son parcours à travers la France qu'il débute lors des vacances parlementaires de l'automne 1872 etdurant lequel il se transforme en « commis voyageur de la République ». Ainsi Il entame une sériede discours lors de banquets privés dans toute la France. Ceux-ci visent à rallier à l'idéalrépublicain, les campagnes et les provinces traditionnellement royalistes comme ici la Savoie quivote traditionnellement en faveur des monarchistes. Il cherche à instaurer la République de façondéfinitive et pour cela il se fait l'émissaire de ce régime politique en tentant de former un grandrassemblement politique favorable à l'instauration de la République.Dans ce discours, Gambetta débute de la ligne 1 à 11 par la dénonciations des anciens régimes ayantdirigés la France qui n'ont pas su prendre en compte la Révolution et les changements qu'elle aentraîné.Ensuite, de la ligne 11 à 30, il décrit l'émergence d'une nouvelle couche sociale appelée à jouer unrôle politique important dans cette nouvelle République.Il poursuit de la ligne 30-37 en parlant durenouveau intellectuel du parti républicain. De la ligne 54 à 62, il énonce ses recommandations afind'asseoir la République.Donc dans un premier temps nous allons aborder la remise en cause de l'idéologie conservatrice,avant de voir dans un second temps l'émergence d'une nouvelle couche sociale et enfin nousétudierons l'idéal républicain.
 
I – La remise en cause de l'idéologie conservatrice.
A _ L’opposition à l’héritage révolutionnaire.
Dans le premier paragraphe du texte, Gambetta commence par opposer deux conceptions dela société : il y a ceux qui nient les apports de la révolution de 1789 et ceux qui les défendent. Il dit :« … En France on ne peut pas s’habituer, depuis quarante cinq ans, dans certaines classes de lasociété, à prendre son parti, non seulement de la Révolution française, mais de ses conséquences, deses résultats. » Gambetta utilise des termes vagues lorsqu’il parle des opposants a la Révolutionfrançaise, il utilise les termes « on » l1, « certaines classes de la société » l2, ou encore « ceshommes » l6. Il s’agit en fait des notables traditionnels, des hommes qui sont hostiles aux progrèsinstitués par la Révolution française. Le terme de « classe » fait clairement remarquer une fractureentre les hommes face à la Révolution. Certaines classes ont été révolutionnaire tandis que d’autrese sont montrés hostile au changement.Et Gambetta associe implicitement cette classe hostile aux adversaires de la République. Il dit l1« depuis quarante – cinq ans ». Il fait référence au début du règne de Charles X (1824-1830) aucours duquel un retour aux valeurs de l’Ancien Régime s’est fait ressentir. Les adversaires de laRévolution sont ici les notables partisans d’une restauration monarchique. Il s’agit des grandsnotables, des propriétaires fonciers, des hauts fonctionnaires et aussi des notables de la bourgeoisiequi même s’ils ne se sont pas issus de l’aristocratie possèdent les attributs des groupes dominants.C’est cette élite qui est au pouvoir, elle se trouve dans les institutions représentatives, lesadministrations centrales et locales. Pour Gambetta, ces dirigeants sont déconnectés de la réalitécomme on le voit de la ligne 5 à 7 : « On se demande, en vérité, d’où peut provenir une pareilleobstination ; on se demande si ces hommes ont bien réfléchi sur ce qui se passe » et ligne 10 : « …comment ils peuvent fermer les yeux à un spectacle qui devrait les frapper ». Pour lui, les notablesfont sciemment abstraction des évolutions apportées par la Révolution. A la ligne 3 et 4, Gambettafait allusion aux conséquences et résultats de la révolution, il s’agit pour lui des idéaux de 1789c’est-à-dire du suffrage universel (qu’il aborde plus loin dans le texte), des droits de l’homme, deslibertés fondamentales comme la liberté de réunion, de presse et d’association qui ne sont pasrespectés par les monarchistes. Pour Gambetta, la République doit se fonder sur ces idées.Les monarchistes refusent les évolutions apportées par la Révolution, ce qui pour Gambettaest contraire aux idées des Républicains. Il remet en cause la vision de la société de cette classedirigeante.

Activity (3)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->