Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
219_02012011

219_02012011

Ratings: (0)|Views: 395 |Likes:
Published by elmoudjahid_dz

More info:

Published by: elmoudjahid_dz on Jan 31, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/03/2013

pdf

text

original

 
Météo
PÉTROLE
Le Brentà 99,22dollar
 
sle baril
MONNAIE
L'euroà 1,370d
 
ollar
13°à Alger24°à In S
 
alah
     Quotidien national d’information  20, rue de la Liberté - Alger  Tél. :(021) 73.70.81 Fax :(021) 73.90.43  52
e
Année Algérie :10,00 DA -France :1 €
LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE
27 Safar 1432 - Mardi 1
er
Février 2011 - N°14115 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287
 
Adoption de la Déclaration du 16
e
Sommet de  l’Unionafricaine sur le thème des valeurs part
 
agées
 
FOOTBALL
 
SANTÉ
 
CHAN2011
Les locauxà pied d'œuvreau Soudan
P. 32
 
La coriandre contrel'empoisonnement alimentaire ?
Manque de fer :
Gareà l’anémie !
PP. 16-17
Modernisation etprofessionnalisation
Formation prof
 
essionnelle
Plusde 200.000nouveaux postes pour larentrée de février
 
Le 10-55 à la disposition des citoyens
 
GENDARMERIENATIONALE
La longue marchede l’Afrique versla renaissance
M. Medelci s’entretientavec le président de l’AG de l’ONU
 
La formation au sein de l'Armée nationale populaire (ANP)s'inscrit dans la tradition de l'Armée de libération nationale(ALN) dans  ce domaine et tend à se mettre au diapason desexigences de modernisation en  intégrant les nouvellestechnologies.
Egypte
 
Les rapatriements s’accélèrent, les entreprises ferment.
Les tensions propulsent le pétrole au-dessus des 100 dollars le baril.
Marche imposante annoncée pour aujourd’hui.
Le mouvementde protestations’amplifie
 
Journée d’étude sur la formationde l’ALN à l’ANP
PP. 5-6P. 18
PP. 12-13
P. 19P. 4
A
DDIS
-A
BEBA
 
13° à Alger,24° à In Salah
Froid,pluieetneige
Letempsseranuageuxetinstableavecdesaversesdepluielocalementassezmaruéesnotammentsurlesrégionsdel'OuestetduCentre.Laneigeseraderetour.Aujourdhui,elleestattenduesurlesmassifsdel'OuestetduCentreaudessusde0900m.Lesventsserontengénéralmodérés(20/30Km/h)desecteurouestànord-Ouest.Lamerserapeuagitéeàagitée.Ausud,letempsserapartiellementvoiléaveclocalementueluespluieslocalementassezmaruéesnotammentsurleSaharaméridional.Lesventsserontengénéralmodérés(30/40km/h).Aujourdhui,lemercureaffichera13°àAlger,14°àAnnaba,13°àOran,11°àBatna,9°àConstantine,9°àChlef,7°Sétif,16°àGhardaïa,13°àTlemcen,21°àAdraret24°àInSalah.
Météo
EL MOUDJAHID
2
Mardi 1
er
Février 2011
Cet après-midi à 14 h, à l’APN
Election d’un membredu conseil constitutionnel
L’APN tiendra cet après-midi à 14h30 une séanceplénière qui sera consacrée à l’élection d’un membre duconseil constitutionnel.
Cet après-midi à 14 h 30,au Palais des Rais (Bastion 23)
Conférence sur«le dialogue autourde l’éducation»
Dans le cadre de ses activités culturelles, le centre desarts et de la culture du Palais des Rais (Bastion 23)organise cet après-midi à partir de 14 h 30 uneconférence sous le thème «Dialogue autour de
l’éducation». Larencontre sera animée par M
me Fatiha Lerara, épouse Derradji.
Demain, au palais de la cultureMoufdi Zakaria
Le Salon du recrutement«Talent et emploi »ouvre ses portes
L’agence Graduate et le site leader de recrutement online emploitic.com organisent, à partir de demainprochains au Palais de la culture Moufdi Zakaria, lesalon du recrutement «Talent et emploi».
Conférence de presse,ce matin, de l’associationEl-Kalaâ
L’association de la Préservation de l’environnement dela commune d’Alger-Centre « El Kalaa » encollaboration avec l’UGCAA et l’association Oum ElHannoune, organisent une conférence de presse cematin à 10 h 30 au siège de l’UGCAA.
Réseau méditerranéende la santé animale
Réunion des directeursdes services vétérinaires
Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural,M. Rachid Benaissa, procèdera ce matin à la résidenceEl Mithak à l’ouverture d’une réunion des directeurs desservices vétérinaires du réseau méditerranéen de la santéanimale, qui regroupe les pays de la rive sud de laMéditerranée : l’Algérie, la Mauritanie, le Maroc, laTunisie, la Libye et l’Egypte ; et les cinq pays de la rivenord : le Portugal, l’Espagne, la France, l’Italie et Malte.L’ouverture de la réunion aura lieu à 8 h 30.
Le cinéaste Ahmed Rachedi sort de sa réserve
“La validation du projet de film sur Krim Belkacemempêchée par une "espèce" d'inertie”
Demain, à 10h,au Conseilde la nation
Clôture dela sessionordinaired’automne
Le Conseil de la nation procédera demain à10h à la clôture de la session ordinaired’automne, conformément à l’article 118 de laconstitution et à l’article 5 de la loi organiquerégissant les relations entre le Parlement et leGouvernement.
«Tlemcen, capitale de laculture islamique 2011»
Conférence depresse deM
me
Khalida Toumi,
Dans le cadre de lamanifestation «Tlemcen,capitale de la cultureislamique 2011», M
me
Khalida Toumi, ministrede la Culture, animeraune conférence de pressele samedi 5 février à 11heures à la salle FrantzFanon de l’office RiadEl-Feth.La ministre rendra public le programme dela manifestation et présentera l’étatd’avancement des préparatifs de cet événement.
Ce matin au siègede l’UGTA
Conférencede presse“Belle capitale”
L’Association EL-Kalaa en collaborationavec l’Union générale des commerçants etartisans algériens “UGCAA” et l’associationOum-El-Hannoune, organisent une conférencede presse. Durant laquelle, ils aborderont lesquestions, sur le cadre de vie de notre cité“Belle capitale”.- Stop à la dégradation de mon quartier- Tout ensemble contre l’incivismeLa conférence de presse aura lieu ce matinà 10 h 30 au siège de l’UGCAA, 42 rue LarbiBen M’Hidi, face à l’APC d’Alger-Centre.
Ce matin, à 10h
Conférence sur l’expansion urbaine
Une table ronde sera organisée, ce matin à 10h, au centre de presse MohamedAbderrahmani d’
El Moudjahid 
, sur le thème des défis posés par l’expansion urbaine, enmatière d’aménagement, d’habitat, de santé, de transport et de protection de l’environnement.Participeront, à cette rencontre, des spécialistes et professionnels.
Ce matin à 10 h 30 à l’hôtel El Djazair
Conférence du CRSS sur le thème«les transformations politiquesen Tunisie»
Le Centre de recherches stratégiques et sécuritaires (CRSS) organise ce matin à 10 h 30 àl’hôtel El Djazair, une conférence sur le thème « les transformations politiques en Tunisie.Approche sociologique ».La rencontre sera animée par l’éminent sociologue tunisien M. Mohamed Jouili.
Du 3 au 5 févier,au Palais de nations
1
re
conférencenationale sur lapolitique de santéet de réformehospitalière
Le Palais de nations abritera du 3 au 5 février la première conférence nationale sur lapolitique de santé et de réforme hospitalière.
Ould Abbès l’a annoncé hier
Projet de création d'uneAcadémie algériennedes sciences médicales
Un projet de décret portant création d'une Académie algérienne dessciences médicales sera soumis au gouvernement, a annoncé hier, à Algerle ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M.Djamel Ould Abbès. Le ministre a fait cette annonce en marge d'une réception en l'honneur desprofesseurs en chirurgie Abdelaziz Graba et Mohamed Nadjib Bouayad, admis récemment en tantque membres de l'Académie nationale de chirurgie de France. "Les professeurs Graba et Bouayadainsi que les pionniers de la médecine algérienne comme le professeur Pierre Chaulet et d'autresseront les fondateurs de cette académie", a indiqué le ministre. Il a précisé que cette institution aurapour missions, entre autres, la recherche et la formation en médecine, ajoutant que l'académie seraouverte à toutes les compétences nationales. Les professeurs Graba et Bouayad ont salué l'annoncefaite par le ministre de la Santé, soulignant que cette initiative constituera une "motivationsupplémentaire" pour les spécialistes algériens.Les professeurs en chirurgieAbdelaziz Graba et Mohamed NadjibBouayad, admis récemment en tant quemembres de l'Académie nationale dechirurgie de France, ont été honorés hier, àAlger lors d'une réception organisée parle ministère de la Santé, de la Populationet de la Réforme hospitalière.Le professeur Graba est chef deservice de chirurgie oncologique aucentre Pierre-et-Marie-Curie (Alger) et leprofesseur Bouayad est spécialiste enchirurgie vasculaire au CHU d'Oran.Dans une brève allocution à cetteoccasion, le ministre de la Santé, de laPopulation et de la Réforme hospitalière,M. Djamel Ould Abbès a souligné quel'admission des professeurs Graba etBouayad à cette académie "est un honneurpour ces deux spécialistes et pourl'Algérie". Il a relevé que l'admission àune institution scientifique mondialementconnue prouve que la decinealgérienne est d'un niveau "très élevé",ajoutant que les deux professeurs sont des"purs produits" de l'école algérienne. Poursa part, le professeur Bouayad s'est dit"fier" et "honoré" d'être admis à uneacadémie "aussi prestigieuse" que celle dechirurgie de France. Il a ajouté que cettedistinction est le résultat d'un "longtravail" notamment dans les domainespédagogique, de publication et derecherche. De son côté, le professeurGraba a indiqué que cette admission estune "reconnaissance" envers la médecineet l'université algérienne, précisant quecette distinction est la "consécration d'unlong parcours en médecine mais aussi ledébut de nouvelles activités". Il a tenu àdédier cette distinction, notamment auprésident de la République, M. AbdelazizBouteflika, pour "l'attention particulière"qu'il accorde à la science.Des attestations d'honneur et descadeaux, au nom du chef de l'Etat, ont étéremis aux deux professeurs par M. OuldAbbès.Des cadres du ministère, d'éminentsprofesseurs et des pionniers de lamédecine algérienne ont pris part à cettecérémonie.
Le projet de film "
Krim Belkacem-Darguez
",du nom d'une des plus grandes figures de laguerre de Libération, est "en attente depuis deuxans et demi" d'une réponse du ministère desMoudjahidine, s'est inquiété dimanche leréalisateur du long métrage. "Nous attendonsdepuis deux ans et demi une réponse (validationou refus) qui ne vient pas", s'est indigné AhmedRachedi qui estime que cette posture du ministèredes Moudjahidine relève d'une "espèce d'inertiequi ne dit pas son nom", plus qu'elle ne renvoie àun refus clair du scénario.Le projet du long métrage avait été soumis auministère de la Culture qui l'a transféré auministère des Moudjahidine, a rappelé le cinéaste.Le ministère des Moudjahidine est seul habilité àvalider ou rejeter les scénarios de films traitantde la guerre de libération, après examen par soncentre d'études historiques sur la guerre delibération qui regroupe des chercheurs et desuniversitaires spécialisés. Les premièresobservations du centre transmises au cinéastecomportaient deux recommandations. Lapremière porte sur le changement du titre du film,"Darguez", ("C'est un homme", en tamazight) etla deuxième concerne l'espace, jugé "tropimportant", donné dans le scénario à AbbèneRamdane, autre figure marquante de la guerre deLibération et concepteur du Congrès de laSoummam. "Il n'y a rien dans le contenu du filmqui puisse conduire à son rejet", s'est défenduAhmed Rachedi qui avait déjà exprimé son refusd'introduire les changement exigés, s'attachant àl'intégrité du scénario initial. S'agissant dessources qui ont servi de base pour l'élaboration dufilm, le cinéaste a encore répété qu'il s'étaitappuyé sur des témoignages authentiques, celui,par exemple, du commandant Zerrari (de son nomde guerre Azzedine), ami proche du défunt, ainsique sur d'autres sources, rares, écrites sur le sujet.Le film co-écrit par le commandant Azzedineet le scénariste Boukhalfa Amazit d'une durée dedeux heures, retrace le parcours de KrimBelkacem, figure de proue de la guerre delibération, assassinéen 1972 à Berlin.Questionné surle sort réservé aufilm de AhmedRachedi, ledirecteur du Centredes rechercheshistoriques sur laguerre deLiration, affilié au ministère desMoudjahidine, M. Djamel Yahiaoui a affirmé quela commission de lecture du centre "a validé lecontenu historique du long métrage"."Nous avons remis notre rapport sur le textedu contenu du film, qui était favorable, il y 2 ou3 mois au ministère des Moudjahidine", a-t-ilassuré ajoutant que "le centre n'a d'autresprérogatives que la vérification du contenuhistorique des productions de ce genre" et que ledernier mot quant à la validation ou le rejetrevient au ministère des Moudjahidine.
PT
Louisa Hanoune :et “les urgencesde l’heure”
Le Parti des travailleurs (PT) aappelé, hier, à Alger, à lever "lesrestrictions" sur les marches pacifiques dans la capitale.Dans une conférence de presse animée à l'issue de lesession ordinaire du comité central du PT, la secrétairegénérale du PT, M
me
Louisa Hanoune a appelé lesautorités du pays à prendre des "décisions immédiates"en faveur des libertés politiques et à ouvrir le débatpolitique dans les médias lourds, notamment latélévision. "La conjoncture nécessite une vraidémocratisation de la vie politique et une réformepolitique institutionnelle", a expliqué M
me
Hanoune quia estimé que c'est "l'urgence de l'heure".Par ailleurs, elle a réitéré la position de son parti quantà l'élection d'une assemblée constituante, ajoutant quele PT est aussi à l'avant garde pour la défense de lasouveraineté nationale qui, a-t-elle dit, est "la prioritédes combats du PT". Elle a également souligné que lecomité central du parti a décidé de créer des "comitéspopulaires" au niveau des quartiers pour "communiqueret être à l'écoute de la population".Le comité central du PT a aussi décidé d'organiser unrassemblement à Alger le 5 févier prochain poursoutenir les peuples tunisiens et égyptiens et tous lespeuples qui luttent et se révoltent pour améliorer lasituation dans leur pays. Le PT a décidé, par ailleurs,de convoquer le plénum du conseil du parti, issu dudernier congrès afin d'aider ses cadres à "mieuxcomprendre les situations de l'heure", a indiqué M
me
Hanoune.A propos des événements en Egypte, M
me
Hanoune aestimé que ce pays a un "rôle pivot dans le maintien del'ordre impérialiste dans la région et la défense durejeton israélien". "L'administration américaine est prêteà accepter un régime militaire et toute la pression, quis'exerce pour dénaturer le mouvement en Egypte, enest la preuve", a-t-elle dit. Dans ce contexte, elle aestimé que la situation en Algérie "diffère de celle del'Egypte, soit par l'orientation économique ou par sapolitique étrangère", ajoutant que "l'Algérie n'a pas dequoi avoir honte de sa politique étrangère, elle n'ajamais pensé normaliser avec Israël et a toujourssoutenu la défense de la souveraineté des peuples".Interrogée sur la levée de l'état d'urgence, M
me
Hanounea indiqué que son parti est pour "la levée de toutes lesrestrictions" mais ne s'immisce pas dans la stratégie delutte antiterroriste. Elle a toutefois ajouté que lesAlgériens doivent "se réapproprier tous les espacespublics" et que son parti lutte pour une réformepolitique "graduelle".
Les professeurs en chirurgieGraba et Bouayad honorés à Alger
 
Mardi 1
er
Février 2011
3
N
ation
EL MOUDJAHID
Unesociétéforteetstable
L’Algérie s’est engagée dansun processus qui est invariablepuisqu’il traduit une stratégiedurable et qui repose sur le tryp-tyque : Etat de droit-développe-ment-diplomatie. C’est, commeon le voit, une stratégie globale etdurable qui s’est fixée des objec-tifs clairs et dont les moyens pourles atteindre sont définis au préa-lable. Rien n’est laissé au hasard.Il y a donc une visibilité et parconséquent une feuille de route.La construction de l’Etat dedroit est uneœuvre de longuehaleine. C’est une entreprise auquotidien qui implique plusieursacteurs : le citoyen, la sociétécivile, les forces politiques etsyndicales et, bien entendu, l’Etatau sens large du terme. Par Etat, ilfaut entendre, bien sûrl’Administration, les démembre-ments et donc, et surtout les col-lectivités locales. Il est donc clairque l’Etat de droit est une œuvrecollective et ne peut donc êtrel’apanage d’une seule partie.C’est d’ailleurs la seule approchecrédible pour asseoir solidementles fondements de l’Etat de droitqui garantit les bases de la démo-cratie. Inlassablement et progres-sivement, l’Algérie construitchaque jour l’immense édifice del’Etat de droit et de la démocratie.L’Etat de droit, et la démocra-tie, favorisent le développement.Car l’Etat de droit est synonymede stabilité, de transparence et desécurité qui constituent le levainde développement durable. Pours’en convaincre, il suffit de jeterun rapide coup d’œil sur le passé,plus précisément durant la tragé-die nationale. A cette époque,l’absence de stabilité et de sécuri-té ont été des entraves sérieuses àtout processus de développement.Le retour à la stabilité et à lasécurité a permis au pays de seremettre solidement sur ses piedsen relançant une ambitieuse poli-tique de développement. Aprèsun modeste démarrage avec lelancement du PSRE, l’Algérie, de2004 jusqu’à présent a mis enœuvre d’ambitieux programmesde développement. Il faut souli-gner que durant la période 2001-2014, l’Algérie aura investi envi-ron 500 milliards de dollars. Al’horizon 2014, le pays présente-ra une autre image, radicale etsurtout présentant des atouts ren-forcés pour émerger parmi lesnations les plus modernes. Car,investir 500 milliards de dollars,n’est pas à la portée de n’importequel pays dans le monde.La construction de l’Etat dedroit, la consolidation de ladémocratie et la relance d’uneambitieuse politique de dévelop-pement ne peuvent que conforterla place et le rôle de l’Algérie surla scène internationale. C’est cequi explique le ballet des visitesde personnalités étrangères enAlgérie. Sa voix est écoutée avecrespect et considération danstoutes les enceintes internatio-nales et ses positions sont appré-ciées pour leur maturité et leurcrédibilité.Le triptyque : Etat de droit-développement-diplomatie reflè-te la volonté d’un pays de seconstruire et de ne rien négliger.D’ailleurs, il y a une trame inti-me qui lie ces trois concepts.Leur mise en œuvre sur le terrainen est une preuve irréfutable.
Raouf C.
L’évolution sociale a fait émergerdans notre pays des attentes enmatière de démocratisation dans leschoix politiques, comme écono-miques ou sociaux. Cela nécessitel‘élaboration de stratégies d’ouvertu-re qui intègrent explicitement cesenjeux. Le renforcement des garan-ties pour les droits attachés à lacitoyenneté à la promotion des droitséconomiques sociaux et culturels avu l’engagement de profondesréformes dont la finalité est de contri-buer à placer la nation sous le prismede la moderniet de l’accès auxvaleurs universelles, celles qui com-mandent toujours le progrès humain.Notre pays ne peut se départir decette voie, au risque d’aller à contre-courant de la marche de l’histoire.C’est pour cela qu’a été engagée unedémarche qui privilégie respect etprotection des droits de l’homme,mise en place d’institutions démocra-tiques fonctionnant sous le signe dela représentations populaire.Il revientà la société de relayer cettedémarche et d’aider à la traduire surle terrain.Il y a un cadre institutionnelapproprié pour cela sanctionné parl’aval populaire et trouvant placedans le texte constitutionnel, et leslois du pays. Le pluralisme politique,la liberté d’association, l’ensembledes autres formes de libertéspubliques et parmi celles-ci, la libertéd’expression, la lutte contre lesformes de déviance sociale, notam-ment celle engagée contre la corrup-tion, le régionalisme, le népotisme, lepasse-droit, tout cela constitue autantde gages devant mener à la stabilitéet à l’affirmation d’une justice socialequi restent les moteurs d’une poli-tique de promotion du pays qui s’in-tègre sans grands heurts ni dom-mages, aux bouleversements queconnaît le monde. A la démocratisa-tion institutionnelle, à la promotiondes libertés, s’ajoutent immanquable-ment tous les progrès effectués ouceux qui restent à faire, en matièred’émancipation des ressourceshumaines au travers de la formationinvestissement majeur on le sait. Dequelque bout qu’on prenne en effet leproblème du développement, ontombe sur le problème de la forma-tion, secteur dont les ambitions nepeuvent que croître dans la mesureoù les mutations technologiques sontde plus en plus rapides.C’est au travers d’ajustements parrapport à cette réalité que les reclas-sements, ne l’oublions pas, se font auniveau des pays et des nations. Lacompréhension de tels enjeux estnécessaire pour appréhender lemonde et sa complexité et échapperau corset de nationalismes étriqués.L’Algérie a le devoir de se placer surune trajectoire qui l’installe dans uneperspective de progrès dans toutel’acception du terme.Le programme du gouvernements’y emploie même si l’on est convain-cu que des obstacles restent à fran-chir pour atteindre les vitesses decroisière souhaitées pour tout ce queest entrepris.Le pays a trop souffert d’incompré-hensions multiples, de fractures, pourqu’aujourd’hui on prenne conscienceque les enjeux sont dans l’aboutisse-ment de grandes batailles pour ledéveloppement , la promotion de res-sources humaines, l’accroissementde la recherche et la dynamique àimpulser en matière d’innovation.Ce sont tous ces facteurs qui ser-viront à favoriser la modernisation denos institutions et servir de structuresd’appui à tous ceux qui souhaitentaller de l’avant en privilégiant les inté-rêts supérieurs du pays.La nation est dotée d’atouts et depotentialités qui a eux seuls, permet-tent d’ébaucher les politiques les plusdynamiques allant dans le sens duprogrès. Il est toujours dommageableque le déploiement de ces politiquesn’aillent pas au bout de ce qu’on leurassigne en termes d’objectifs et debuts à attendre, à cause de fracturesmarquantes ou de divisions. C’estpour cela que le dialogue et laconcertation restent de précieuxoutils au service de la stabilité et dela paix sociale.C’est aussi en cela que l’ouvertu-re sous toutes ses formes produit sesmeilleurs effets. La volonté d’y parve-nir imprime aujourd’hui ce qui estentrepris dans notre pays. L’Algérie aconnu de grandes avancés et ellepoursuit avec termination laconstruction d’une société forte etstable.
TAHAR Mohamed Al Anouar
Des atouts et des potentialités
S’il est vrai que le citoyen peut prétendre légitimement à des meilleures conditions de vie, une prise en charge efficace de ses préoccupations et au respect de sa personne et de ses biens, il n’en demeure pas moins qu’à côté de cela, disons l’autre revers de la médaille, il est astreint aussi à des droits et devoirs incontestables. La loi définit ces droits et devoirs et,d’aileurs, la Constitution en établit les principes et les règles, ce qui veut dire que le citoyen est à la fois protémais aussi tenu de res- pecter la loi.Cela implique que les pouvoirs publics sont tenus également de respecter la loi pour eux-mêmes et d’imposer le respect de la loi.S’écarter de ce cadre, cela devient purement et simplement la loi de la jungle où tout est permis ; c’est le gne du plus frot. Dans un tecontexte, la faiblesse des pouvoirpublics se répercute sur le citoyen qui finira par velpper deréflexes aux antipodes du civisme le plus élémentaire. C’est la raison pour laquelle, les pouvoirs publics doivent être constammentà l’écou- te de la société, en général et du citoyen, enparticulier pour une meilleure prise en charge des pré- occupations,v oire anticiper sur l’émergence de problèmes réls. Il ne faut pas attendre que le citoyen développe une frustration ou un réflexe revendicatif pour qu’il soit écouté. Ne dit-on pas que gouver- ner c’est prévoir ? Cette approche n’est pas l’apa- nage ds politiques publiques au plan ational mais aussi, et surtout, celle des collectivités locales.En effet, être à l’écoute du citoyen,c’est observer constamment l’évo- lution de la société dans semoindres détails afin de déceler non seulement les vagues de fond” mais aussi ls “vaguelettes”. Il ne faut surtout pas croire que le remèe est le même. Il y a des solu- tins pour prendre en charge une préoccupation d’envergure natio- nale et d’autres qui sont adaptées à des problèmes bien circoncris à la fois da ns le temps et l’espace.Ce qui relève des instances au niveau national est clair et celui qui relève des prérogatives au niveau local, l’est aussi. Bien souvent, les collectivités locales ont un rôlbeaucoup plus important pousoudre les probmes decitoyens.En réalité, c’est inscrit danleurs prérogatives. Un exemple permet de soutenir cette assertion Avec l’explosion du parc national automobile, la circulation est deve- nue un cauchemar pour toutes les villes d’Algérie.Un tel problème contribue au “stress” des citoyens. Ils son“épuisés” avant de commencer leur travail et quand ils rentrent à la maison, il sont tout simplement laminés “physiquement et morale- ment. Cette situation influe,d’abord sur leurs performanceéconomiques mais contribue à la “mal vie” et donc à exacarber les tensions sociales. Ce qui est sur- prenant c’est que tout le monsouffre de ette situation mais jus- qu’à présent aucune solution n’a été envisagée pour atténuer ses conséquences. Or, il suffit, peutêtre, tout simplement de moduler les horaires pour que tout le monde ne commence pas le travail à la même heure. Les administra- tions peuvent commencer, par exemple, à 7 heures du matin ; les écoliers et leslycéens à 8 heures et le secteur économique et financier à 9 heures. Cet exemple permeseulement de suggérer que des solutions existent ; les moyenexistent pour améliorer les condi- tions de vie quotidienne decitoyens. S’écarter des sentiers battus est quelquefois, le meilleur moyen d’être efficace.Mehdi C.
Stress...
ETAT DE DROIT, DÉVELOPPEMENT, DIPLOMATIE

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->