Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword or section
Like this
6Activity

Table Of Contents

0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Ornements liturgiques de l’archevêché de Montpellier

Ornements liturgiques de l’archevêché de Montpellier

Ratings: (0)|Views: 36,531 |Likes:
Published by alicemv

More info:

Categories:Types, Research
Published by: alicemv on Feb 08, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/12/2014

pdf

text

original

 
Département Economie et EmploiDirection de la Culture et du PatrimoineService Patrimoine RégionalSecteur inventaire généralaoût et novembre 2010
Inventaire des ornements liturgiques de l’archevêché de Montpellierdéposés au musée Fabre, Montpellier
 
Analyses, textes :
Josiane Pagnon
Photographies :
Marc Kérignard
, sauf mentions contrairesMaquette :
Véronique Marzo-Marill
Remerciements :
Céline Peyre-Gautreau, Iga Jozesek-Cheuge, Cédric Gonzalez
,du musée Fabre, pour leur aide et leur disponibilité
 
Inventaire des ornements liturgiques de l’archevêché de Montpellier déposés au musée Fabre, Montpellier 
Répondant au souhait de Michel Hilaire, Directeur du musée Fabre, une mission
1
de chercheur de l’Inventairegénéral du Conseil régional de Languedoc-Roussillon a été menée à bien en août et novembre 2010.Cent dix neuf pièces ou ensembles ont été vus, datables du début du XVIIIe siècle à la première moitié du XXesiècle, qui n'offrent pas la cohérence d'une sacristie d'église, mais constituent une collection composite d’œu-vres intéressantes. Tous ces ornements n’ont plus été portés à partir de 1940 environ
3
.Certaines pièces sont de celles que l'on ne trouve guère que dans les cathédrales, telles les mitres (sept, desnuméros 78 à 83 et n°119), les glands de ceinture de prélat (n° 77), les mozettes de chanoines (n° 84 à 94),les sandales liturgiques (n° 112 et 113), les gants pontificaux (n° 76) ou les éléments de cappa magna (n° 13à 19). Des cadeaux honorifiques vont également avec la présence à Montpellier d'un prélat tenant un certainrang, et en communion avec ses pairs, ce qui explique l'écrin de mitre de Carcassonne (n° 68), la chasubled'Annecy (n° 32), la plume de Léon XIII (n° 97), la mitre de M
gr 
Veuillot (n° 82) ou les divers éléments venantde Pie IX (n° 95 et 117) et de Pie X (n° 118).L’ensemble a été influencé par la longue présence à Montpellier (1873-1921) du cardinal de Cabrières, donton sait qu’il aimait beaucoup le rouge (n° 21, 29 et 30). Il est aussi intéressant de savoir qu’il a beaucoup faittravailler les Visitandines d’Annecy, dont les mains soigneuses étaient capables de reporter des broderiesd’un fond sur un autre (n° 30).Le plus précieux ornement est sans conteste l'ornement réversible blanc/rouge n° 36, du XVIIIe siècle, oeu-vre de brodeurs d'argent et d'or professionnels. La comparaison de cet ornement avec d'autres réversibles etnotamment avec celui dit de Madame Louise, fille de Louis XV, à la basilique de Saint-Denis, incite à des re-cherches complémentaires.La reconnaissance d'ornements vendus localement est toujours intéressante, et les soeurs Malentino, activesà Montpellier vers 1895-1915, ont cousu leur marque sur deux chasubles (n° 40 et 43) et une chape (n° 23);elles se disent chasublières et, se fournissant en tissus, galons et broderies d'applications auprès des fabri-cants, elles ont effectivement pu confectionner ces trois pièces.Concernant les aubes, cotta et rochets, l'analyse n'a pas été celle d'un spécialiste de la dentelle. Même si au-cune pièce ne paraît ancienne, l'intérêt se porte sur l'aube n° 8, très riche, avec rehauts de soie, sur le rochetn° 106, constitué d'assemblage de carrés en filet ou brodés et le rochet n° 105, pour la finesse des broderiesblanches sur batiste.Si deux chasubles se distinguent par la coupe (n° 28 et 29), d'autres le font par la qualité de leur tissage (n°31, 34). Les restaurations, voire le recyclage des soieries - broderies changées de supports de la chasublen° 30, orfrois de la chape n° 26, conopée n° 52 – sont des pratiques généralisées dans toutes les églises deFrance, surtout au sortir de la Révolution ; on reste néanmoins dubitatif devant certains montages (n° 54).Cette première analyse inspire quelques suggestions de suites à donner :- établir des protections monuments historiques pour un certain nombre d’ornements ;- considérer comme une urgence la restauration de l’écran brodé (n° 67)- poursuivre la recherche concernant les ornements réversibles ;- organiser une exposition-dossier sur les pièces remarquables de la collection.
1 - Six jours d’analyses sur place, dont deux accompagnés du photographe ;six jours de recherches complémentaires et rédaction, trois journées de maquettiste.2 - Merci au Père Hees, archiviste diocésain, pour les renseignements fournis.

Activity (6)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
stoicaaurora liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->