Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
4Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Synthese heroines tragiques - 2

Synthese heroines tragiques - 2

Ratings: (0)|Views: 1,684|Likes:
Published by Laurent Alibert

More info:

Published by: Laurent Alibert on Feb 20, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

01/31/2013

pdf

text

original

 
 
Synthèse des cours « héroïnes tragiques » de Sophie Marchand (Paris IV)
CUF de Moscou (2-10 février)
Théâtre au XVIIIème siècle - évolution du rôle des acteurs et actrices
Abbé Dubos : Réflexion critique sur la poésie et la peinture. La notion d’esthétique n’est pasencore celle de Kant et de Baumgartner chez Dubos, mais elle est déjà sur le chemin.Le premier, il dit que le théâtre doit être jugé dans la salle de spectacle et non comme unpoème.A la fin du XVIIIème siècle, on commence à donner un rôle important aux acteurs. Lecritique Desfontaines dit que dans
 Ariane
et
Timocrate
, deux pièces de Thomas Corneille « ilfaut une Mademoiselle Duclos pour Ariane, et une Mademoiselle Ballicourt pour Médée »En 1770, Rétif de la Bretonne a écrit « La mimographe », roman dans lequel femme qui serend compte que son mari la trompe avec une actrice décide de s’intéresser dès lors au mondedu théâtre. Perspective méta-théâtrale nouvelle.« Souvent un auteur maladroit ne fait qu’ébaucher le tableau, une actrice aimable l’achève.Elle y joint le pathétique, la dégradation, la vaguesse et le coloris. Le mérite des acteursdouble celui de la pièce. »Les auteurs le reconnaissent eux-mêmes. Voltaire a très bien compris cela et a su s’entourerd’acteurs qui ont fait valoir son théâtre, et qu’il a su parfois former. Dans sa demeuregenevoise (plus précisément à Ferney), il a reçu beaucoup de ses comédiens pour leur donnerdes directions de jeu.Voltaire a également rendu hommage aux actrices qui ont fait le succès de ses pièces : « Cen’est point moi qui ait fait la pièce c’est Mademoiselle Dumesnil ». Egalement hommage àMademoiselle Clairon : « Vous récitez des vers plats et sans grâce, vous leur donnez poids etdouceur. » A propos de Mademoiselle Gossin : « Zaïre est ton image, ce sont tes yeux[…] »Cette reconnaissance des acteurs par les auteurs se fait parallèlement à la naissance d’unvéritable vedettariat entièrement nouveau : dans les journaux, on parle des acteurs (débatsvisant à désigner qui est la meilleure), on vend des images des acteurs et actrices et leursportraits sur le Pont-Neuf.Dans les année 1780, de nouvelles publications voient le jour : des mémoires d’acteurs.Curiosités, recueil d’anecdotes les concernant sont également publiés. Ils sont devenusimportants dans la société e l’époque.En même temps que le développement du théâtre naît un discours critique sur le théâtre.
 
 
Pourquoi acteurs et actrices étaient considérés comme malhonnêtes. Comédien = image dumenteur, de celui qui n’a pas de fond. Actrices encore plus suspectes que les acteurs car elles jouent des rôles d’amoureuses, traversées par toutes les passions. Image de la prostituée.Problème de l’actrice : c’est une femme dont la vie n’est pas réglée par la société. Nonmariée, hors-normes. Mythologie de l’actrice, femme du côté du corps.Anecdotes : Mademoiselle Gossin, qui a créé le rôle de Zaïre => presque toutes les anecdotesà son égard concernent ses aventures avec ses (nombreux) amants.Les journaux accordent une énorme place à un évènement assez mineur en 1773 (janvier) : le jour où débute une nouvelle actrice, Mademoiselle Rocourt. Brisard est venu la présenter aupublic (tradition qui se faisait) et lui demander de marquer de l’indulgence pour la novice.Mais celle-ci était tellement belle (et munie d’une voix séduisante, etc..) qu’ à son apparitionle public fut littéralement transporté.Vers 1770, Le
Paradoxe sur le comédien
(Diderot) => mise en valeur du « technicien »comme bon acteur. C’est un changement de point de vue, car dans les année 1720, Diderotpensait que c’est le comédien ému, sensible qui donne le meilleur acteur. Hors, avec le temps,il a compris en observant les acteurs que le comédie ému ne peut pas l’être tous les soirs (àchaque représentation) et que lorsqu’il est moins ému, ce type de comédien s’avère moinsbon.=> « paradoxe sur la comédienne » : ce n’est pas non plus la nature de la femme qui fait labonne actrice, mais le travail. Promotion de l’actrice travailleuse = moyen de revaloriser lafigure de l’actrice.Rémond de Saint Albine => auteur du premier ouvrage de théorie de l’acteur. Il est pour unevision d’un acteur sensible. Il faut être proche du rôle etc… (mais il est nuancé)Mademoiselle Gossin dans les années 1730, elle joue des rôles de jeune première et est trèspopulaire, puis dans les années 1740-50, plus grosse, plus vieille, elle a tendance à beaucoupmoins plaire…A propos de Mademoiselle Gossin : « l’art est fait pour toi et tu n’en as pas besoin ». Elleexcelle à jouer des rôles de femmes qui lui ressemble (jeune première, etc…)A l’opposé se situe la grande actrice intellectuelle du XVIIIème siècle, Mademoiselle Claironqui ne s’est jamais identifiée aux rôles qu’elle jouait.Elle est du côté de la dignité d’actrice et de femme par son intelligence :« Etais-je Roxanne, Aménaïde ou Iriate? […] Non, bien évidemment. »La victoire de la féminité dans la représentation s’accompagne d’une revendication artistique.La question féminine est toujours liée à un rapport au corps.Evolution XVIIème/XVIIIème siècle de la place de la femme. Changement des sujets de lacomédie. On passe des
caractères
aux
types sociaux
(le père de famille, l’enfant prodigue…)
 
 
L’héroïne féminine est présentée comme faible au XVIIème siècle. Elle devient beaucoupplus forte au siècle suivant.Lemierre,
 La veuve de Malabar 
(deux versions de l’acte V), En 1780, la comédie françaisechange de lieu => la deuxième version montrera une représentation du bûcherQuelles sont les thèmes principaux qui concernent les femmes?=> le mariage : Emergence de l’idée de mariage d’amour. Mais l’évolution des mœurs dont lethéâtre est à la fois le reflet et l’agent.1727 et 1735 : deux pièces sur le même sujet : les difficulté d’un personnage aimant safemme face à la société courtisane qui trouve cela fort laid (sociologiquement tout à faitexplicable dans la mesure où les mariage étaient principalement des affaires économiques).Destouches,
 Le philosophe amoureux
 Nivelle de la Chaussée,
 Le préjugé à la mode
 La pièce de Nivelle est particulièrement intéressante. Modèle courtisan opposé au modèlesentimental. « Cet homme est possédé du démon conjugal » (à propos d’un personnage qui ale malheur d’aimer sa femme).A travers cette comédie, se diffuse un nouvelle image de la relation homme/femme.
 Le jeu de l’amour et du hasard 
de Marivaux, quelques années plus tard.[Note sur le schéma familial : souvent chez Marivaux père très bienveillant et mère atroce]Personnage de Sylvia => apprécie l’indépendance de vie de jeune fille=> ne veut pas que son père soit trop content de son obéissance=> elle veut choisir son mari, qu’il lui convienne (très novateur, carc’est normalement le père et/ou le futur mari qui choisit)Sylvia parviendra à l’acte V, non seulement à faire un mariage d’amour, mais à manipulerson futur mari.Le théâtre de l’époque ira également s’occuper de tous les liens familiaux (la maternité,etc…)Exemple :
 Dupuy et Deroney
=> dans cette pièce comme dans celle de Marivaux, la jeunefille finit par épouser celui que voulait son père (elle rentre dans le rang)Succès romanesque de Samuel Richardson en France (Pamela) influence le théâtre. La jeunefille séduite, non-mariée par cause de cette séduction. Les lectrices françaises se sontidentifiées à Pamela
 Le mariage de Figaro
(1782/84) => personnage de Marceline.Moquerie des scènes de reconnaissance traditionnelle.A Bartolo, elle dit une tirade-diatribe contre les séducteurs qui jettent ensuite les femmesséduites dans la misère. (renversement du comique au sérieux)Dans cette scène, passage d’un personnage ridicule à un personnage sérieux (Marceline) qui

Activity (4)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
offre2012 liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->