Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
5Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Nexus 21 - L'archéologie censurée - Un complot destiné à dissimuler les découvertes hors normes

Nexus 21 - L'archéologie censurée - Un complot destiné à dissimuler les découvertes hors normes

Ratings: (0)|Views: 282|Likes:
Published by ustensil
L'archéologie censurée
Les vicissitudes vécues par des archéologues, des anthropologues, des géologues et des chercheurs alternatifs qui ont mis l'orthodoxie en question révèlent la réalité d'un complot destiné à dissimuler les découvertes hors normes.
L'archéologie censurée
Les vicissitudes vécues par des archéologues, des anthropologues, des géologues et des chercheurs alternatifs qui ont mis l'orthodoxie en question révèlent la réalité d'un complot destiné à dissimuler les découvertes hors normes.

More info:

Published by: ustensil on Mar 04, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

10/26/2013

pdf

text

original

 
troverse de l'érosion par l'eau"
. Unexamen des manoeuvres politiciennesque déployèrent les égyptologues pourcombattre ce qui sape leurs rempartsest instructif. L'égyptologue autodidacteJohn Anthony West attira l'attention dugéologue le Dr. Robert Schoch sur laquestion de l'érosion par l'eau. Ils allè-rent en Egypte et lancèrent une investi-gation intensive sur place. Après avoirlui-même soigneusement examiné leSphinx, le géologue se rallia à la conclu-sion initiale de West et ils annoncèrentleur découverte.Le Dr. Zahi Hawass, directeur desmonuments de Gizeh, ouvrit sans tar-der contre les deux chercheurs un tirde barrage de critique publique. Il futrejoint par l'égyptologue le Dr. Mark Lehner, considéré comme le premierexpert mondial sur le Sphinx. Il quali-fia West et Schoch "d'ignorants et sansdiscernement". Curieuse accusation quifit passer toute l'affaire du terrain pro-fessionnel au plan personnel. Les faits etconclusions étaient passés sous silenceet le débat devint non scientifique.
Il faut observer la tactique classiquequi consiste à discréditer quiconqueose mettre en question les théoriesacquises.
Distraire l'attention du problè-me de fond en "personnalisant" le débatest une stratégie efficace, fréquemmentutilisée par des politiciens qui ne se sen-tent pas sûrs de leurs arguments. Hawasset Lehner invoquèrent leur statut intou-chable et leur autorité présumée. (Onaurait pu penser que les assertions d'ungéologue auraient eu plus de poids dansle cas présent).Peu de temps plus tard, Schoch,Hawass et Lehner furent invités à undébat à
l'American Association for theAdvancement of Science.
West ne put yassister, faute de bénéficier des référen-ces nécessaires.Ceci illustre
la présomption douteusequi fait partie de l'arsenal de l'esta-blishment :
 
la pratique de la sciencen'est valablement accessible qu'auxscientifiques diplômés. Les chercheursindépendants, sans références, sontmaintenus à l'écart
par deux filtres : 1°l'accréditation et 2° l’évaluation collé-giale. Vous n'accédez pas au point 2° sivous n'avez pas le 1°.La science est une méthode que n'im-porte qui a le droit d'apprendre et de pra-tiquer. On n'a pas besoin d'un diplômepour observer et noter des faits et poury appliquer une réflexion critique, enparticulier dans les sciences sociales etnon techniques. Dans une société libre etouverte, la science doit être un processusdémocratique.Quoi qu'il en soit, West fut exclu. Depuislors, les éléments du débat ont connudes fluctuations sans issue. Même con-troverse sur la question de savoir quia construit les pyramides de Giseh etcomment.Ceci soulève le cas du Grand Mensongeet de sa promotion à travers les généra-tions, devant Dieu etdevant tout le monde.La controverse surla construction de lagrande pyramide estun exemple. Elle pour-rait être facilementrésolue si seulementles égyptologues enavaient la volonté. Lavieille théorie tant dis-cutée, selon laquelle laconstruction fut réalisée avec les moyensprimitifs de l'époque - environ 2.500 ansav. J.C. -, pourrait être démontrée vraieou fausse moyennant une expérienceassez simple conçue et organisée par desingénieurs impartiaux.Pourquoi ne l'a-t-on pas fait ? La répon-se est tellement évidente qu'elle sembleimpossible : ils savent que la théorie estfausse. Est-il vraisemblable qu'un scien-tifique hautement qualifié puisse croireque 2.300.000 tonnes de pierres, dontcertaines pèsent 70 tonnes pièce, puis-sent avoir été déplacées et élevées pardes méthodes primitives ? Cela paraîtimprobable et pourtant ils mentent sansvergogne publiquement, ils écrivent desmanuels scolaires et défendent cettethéorie, excluant toute alternative. Eten même temps nous constatons qu'ilsrefusent de la soumettre à une épreuvefondamentale.Nous pensons qu'il incombe à n'importequel scientifique d'affronter la mise àl'épreuve de sa thèse; cependant les titu-laires de sciences sociales qui défendentce point de vue ne s'y soumettent paseux-mêmes. C'est pourquoi nous soup-çonnons une conspiration. Aucune autrediscipline scientifique ne contourneraitles règles de la science avec cette impu-nité. Les égyptologues n'ont rien faitd'autre que de réfuter, par des méthodessournoises, les théories alternatives. Ilest temps de les contraindre à se justi-fier.Pourquoi les scientifiques cachent-ilsla vérité et éludent-ils la vérificationde leur hypothèse ? Leurs motivationssont transparentes. Si l'on peut prouverque ce ne sont pas les Egyptiens quiont construit la grande pyramide 2.500ans av. J.C. avec des méthodes primiti-ves, ou que la date du Sphinx peut êtrereculée à 9.000 ans av. J.C., alors toutun château de cartes s'écroule.
La thèseofficielle de l'évolution culturelle estfondée sur une chronologie de civili-sation dont l'origine ne remonte pasau-delà de Sumer, 4.000 ans av. J.C.
 La théorie ne permet pas d'envisagerqu'une civilisation avancée ait pu existeravant cette époque. Fin de la discussion.Faute d'une date fixe comme point deréférence, l'archéologie et l'histoire per-dent leur sens.L'enjeu s'aggrave encore du fait quel'évolution culturelle a été liée à la théo-rie générale darwinienne de l'évolution.Cela explique-t-il que des faits, desanomalies et des énigmes soient déniés,cachés et/ou ignorés ? Certainement.Les sciences biologiques aujourd'huisont fondées sur le darwinisme.
■
Tactique des pressions :les pierres Ica du Pérou.
A présent, examinons un cas très diffé-rent. En 1966, un pauvre fermier d'Ica,au Pérou, offrit au Dr. Javier Cabreraune pierre. Elle portait une gravurereprésentant un poisson qui, sans doute,n'aurait pas signifié grand' chose pourun villageois, mais dont l'importancen'échappa point à l'érudit Dr. Cabrera.Il y reconnut une espèce éteinte depuislongtemps et cela éveilla sa curiosité.Il en acquit d'autres de ce fermier, quidisait les avoir ramassées au bord de larivière après une crue. Le Dr. Cabreraaccumula une quantité croissante desces pierres gravées, tant et si bien quela chose, et son importance potentielle,
Page
54
NEXUS N° 21
...des milliers de "pierres d'Ica".Les gravures raffinées étaient aussiénigmatiques que fascinantes.Quelqu'un y avait représenté des hommescombattant des dinosaures, des hommesavec des télescopes et d'autresexécutant des opérationsavec du matériel chirurgical...
 
parvint aux oreilles de la communautéarchéologique.
Le docteur eut tôt faitde rassembler des milliers de "pierresd'Ica". Les gravures raffinées étaientaussi énigmatiques que fascinantes
.Quelqu'un y avait représenté des hom-mes combattant des dinosaures, deshommes avec des télescopes et d'autresexécutant des opérations avec du maté-riel chirurgical. Il y avait aussi des des-sins de continents perdus.Plusieurs pierres furent envoyées enAllemagne et la date des gravures lesfaisaient remonter à la plus haute anti-quité. Mais, comme nous le savons tousn'est-ce pas ? il ne peut y avoir eu deshommes à l'époque des dinosaures ;homo sapiens n'existe que depuis envi-ron 100.000 ans.La BBC fut informée de la découverteet se précipita pour faire un documen-taire sur les pierres d'Ica. Cette diffusionmédiatique provoqua une tempête decontroverse. Les archéologues critiquè-rent le gouvernement péruvien pour sonlaxisme en matière de protection desantiquités (mais cela n'était pas leurvéritable préoccupation). Des personneshaut placées au gouvernement subirentdes pressions.Le fermier qui avait vendu les pierres àCabrera fut arrêté ; il déclara les avoirtrouvées dans une grotte mais refusad'en révéler l'emplacement exact auxautorités locales ; tout au moins à cequ'ils disent.
La question fut réglée avec une habiletéà faire pâlir d'envie le plus corrompudes politiciens
. Le gouvernement péru-vien menaça d'inculper et d'emprisonner
 le fermier.
On lui proposa, et il accepta,un compromis juridique; il
se rétrac-ta par rapport à ses déclarations et"reconnut" avoir gravé lui-même lespierres. Cela semble complètementimprobable, car il n'était ni éduqué,ni doué et il y avait en tout 11.000pierres
. Certaines étaient assez grandeset les gravures complexes représentaientdes animaux et des scènes que jamaisce fermier n'aurait pu connaître à moinsd'avoir été un paléontologue averti. Ilaurait dû travailler tous les jours pen-dant des décennies pour graver une tellequantité de pierres. Cependant, tout celaéludait les faits sous-jacents, les pierresIca furent qualifiées de "canular" etoubliées.Ce cas-là ne nécessita pas de confronta-tion face à face ni de discrédit public denon-scientifiques par des scientifiques ;il fut réglé par des tactiques de pressionsoccultes. Comme l'affaire fut classée"canular", les preuves énigmatiques nedurent jamais faire l'objet d'un examen,contrairement à l'exemplesuivant.
■
Censurede toute réflexion"interdite" :Preuves de la trèsantique originede l'humanité.
Le cas de l'écrivain MichaelCremo est bien connu etdémontre aussi commentl'establishment scientifi-que utilise des tactiques depression envers les médiaset les gouvernements.Dans son livre
ForbiddenArchéology
[l'ArchéologieInterdite]
Cremo se penchesur plusieurs cas de vesti-ges ignorés qui prouventque l'homme existe depuisbeaucoup plus longtempsque ce que prétendent leschronologies reçues.
Les exemples qu'il présente,avec le coauteur de son livre, sont dis-cutables, mais le livre lui-même suscitabien davantage la controverse que soncontenu lorsqu'il fut utilisé dans undocumentaire.En 1996, la NBC produisit une émissionspéciale intitulée
The Mysterious Originsof Man
[Les Origines Mystérieuses del'Homme], qui fit appel à des maté-riaux du livre de Cremo. La réaction dela communauté scientifique fit sauterl'échelle de Richter. La NBC fut inondéede lettres de scientifiques furieux quiaccusèrent le producteur d' "imposteur"et qualifièrent le programme de "canu-lar".Mais les scientifiques allèrent plus loin;beaucoup plus loin. Au fil d'une suite
Page
55
NEXUS N° 21
Pierre d’Ica : Transfusion sanguineLe Docteur Cabrera dans son muséePierre d’Ica : CésariennePierre d’Ica : Mi-hommes, mi-sauriens

Activity (5)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
Jean Rose added this note
L'article de Hart est malheureusement un salmigondis de faits avérés et de sottises. il n'a donc aucune crédibilité.
1 hundred reads
Yves Artero liked this
HunterOfNight liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->