Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Nexus 67 - Pourquoi le dogme a-t-il la peau dure (mars 2010)

Nexus 67 - Pourquoi le dogme a-t-il la peau dure (mars 2010)

Ratings: (0)|Views: 36|Likes:
Published by ustensil

More info:

Published by: ustensil on Mar 04, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/12/2012

pdf

text

original

 
NEXUS
 67
mars-avril 2010
96
Dossier
 
Pour en arriver là, il aurafallu la rencontre dudogme déjà évoqué avecles intérêts d’une industrie
qui tire un grand bénéce
des vaccins, mais aussiavec la peur culturelle desmaladies infectieuses fa-
cilement ampliée par les
médias.Il y a cependant des consé-quences importantes :
– les eets délétères sur l’immunité et la santé générale, fa
-vorisés par le fait qu’il s’agit de vaccins polyvalents conte-nant le plus souvent des adjuvants,
– les modications brutales de l’épidémiologie naturelle des
maladies (c’est-à-dire le cycle propre à chacune et les liensentre elles dans leur manifestation collective, l’absence del’une pouvant ouvrir un espace à une autre),– le fait que l’on prive de nombreux enfants des bienfaits
d’une immunité forte et dénitive en faisant l’expérienced’une maladie qui ne présente que très peu de danger pour
eux.
Liberté individuelle
Malgré cela, des programmes de vaccination collectivesont plus que jamais mis en place (Papillomavirus, Hépa-tite B, Grippe), avec des campagnes d’information parti-sane qui propagent à la fois la menace du danger et la so-lution pour l’écarter. Cela n’est pas sans rappeler l’époqueoù le clergé, mandaté par la vérité dominante, répandaitl’image d’un enfer pour les pêcheurs et appelait à la mo-rale et à la confession. La nature du dogme et le contexteont changé, mais l’attitude dogmatique reste bel et bienla même.À défaut d’un vrai débat qui mettrait toutes les donnéessur la table et conduirait à un choix éclairé (ce qui n’estpas à l’ordre du jour !), il reste la liberté individuelle, quidemande une vraie démarche de souveraineté pour ne
pas succomber aux sirènes anxiogènes. Cette liberté peut
d’autant mieux s’exercer que la plupart des vaccins nesont pas obligatoires. Une non-obligation à laquelle il se-rait d’ailleurs judicieux de s’intéresser, dans la mesure oùelle dégage la responsabilité des pouvoirs publics sur lesaccidents éventuels !Forcer les processus naturels sans les avoir compris abou-tit sournoisement à une dégradation collective de la santéglobale et de la qualité de vie. Regarder autrement l’im-
munité conduit à une plus grande conance dans le poten
-tiel naturel de la vie. C’est aussi une invitation à accompa-
gner le système immunitaire en respectant la globalité de
son mécanisme, plutôt que chercher à le maîtriser pour leforcer à exécuter nos désirs immédiats. Des désirs généra-lement peu soucieux des intérêts collectifs et des consé-quences à long terme !
Jacques Benjamin Boislève
Nexus : Commnt  ait-il q l cinc réptéact  trompnt ?Chantal Piani-Lgro :
On reconnaît comme « prouvé
scientiquement », ce qui est produit par une expérience
conduite 100 fois dans les mêmes conditions et qui 100 foisdonne le même résultat. Reproductibilité impossible à ob-tenir dans les sciences humaines. C’est pour cela qu’elles
ne peuvent avoir le qualicatif de « sciences exactes ».Qualicatif trompeur, terme souvent usurpé car le pas
-sé comme le présent nous montrent souvent que ce qui
a été armé par la science en place à une époque, n’est
pas forcément validé à une autre période.On a tué ou persécuté les partisans del’héliocentrisme comme GiordanoBruno, Galilée, ils avaient pourtantraison. Ce genre d’abus de pou-voir, voire même d’abus de savoir,arrive quand la science perd saliberté et se lie aux pouvoirs re-ligieux, commercial ou autre, quiutilisent les découvertes scienti-
ques pour servir leurs intérêts.
Porqoi la cinc r-t-llovnt d’accptr  rrr ?
Mis à part les considérations
de prot et de pouvoir, se ma
-nifeste souvent une tendance
chez l’humain à ger ce qui a
été mis en place. Une part denous refuse l’erreur, empêchele changement de paradigme,
par peur de perdre ses repères
ou de perdre sa crédibilité. Les
Une attitude scientifquevéritable ne peutexister sans… maturitéémotionnelle. C’est ce quenous explique ChantalPisani-Legros, psychologue.
À défaut d’un vraidébat, il reste laliberté individuelle,qui demande unevraie démarche desouveraineté pourne pas succomberaux sirènesanxiogènes.
Pourquoi les dogmes
La maturitépsychique nécessited’être autonome,ni dans lasoumission, ni dansla réaction.
l’œil du psy 

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->