Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
P. 1
HPJP

HPJP

Ratings: (0)|Views: 1,656 |Likes:
Published by ilya_novikov612

More info:

Published by: ilya_novikov612 on Mar 06, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/19/2011

pdf

text

original

 
Novikov, Ilya V. Prof. Alexis KelleBARI 2 2010/2011
HISTOIRE DE LA PENSEE JURIDIQUE ET POLITIQUE
LES FONDEMENTS DE LA PENSEE JURIDIQUE ETPOLITIQUE MODERNE
Introduction :
Les objectifs visés par l’étude de l’émergence du concept moderne de l’Etat sont aunombre de trois :- Présenter, analyser et comprendre les « classiques » de la pensée politiquemoderne, à commencer avec la Renaissance italienne et culminant avec les années1860. Ces bornes sont justifiées par le fait que le concept moderne d’Etat, quiapparaît réellement au XVIème siècle, germe en vérité depuis la fin du XVème. Aumilieu du XIXème siècle pourtant, tous les concepts juridiques et politiques utilisésaujourd’hui, dont la démocratie, la souveraineté, le peuple et la nation sont définis etconsidérés achevés.- Etudier de près l’enchaînement de la conception de l’idée moderne de l’Etat, en tantque personne morale autonome et dissociée du titulaire du pouvoir, contrairement à lavision absolutiste qui dominait jusqu’alors (Louis XIV : « l’Etat, c’est moi »). ThomasHobbes jouera un rôle décisif dans cette conception, car il est le premier à donner unedéfinition moderne de l’Etat dans son Léviathan, publié en 1651.- Introduire à l’approche historique des grands textes philosophiques de la pensée juridique et politique. Une double question sera posée pour chaque texte : « qu’est-ceque l’auteur voulait dire au moment où il écrivait ce qu’il écrivait ? » et « pourquoi a-t-il employé les arguments qu’il a employé ? ».• Le plan du cours est divisé en trois parties et suit le schéma identifié par John S. Mill : dansleur opposition philosophique, les traditions scholastiques et humanistes issues de laRenaissance italienne vont laisser à leurs successeurs des grilles de lecture pour définir ceque Hobbes appellera l’Etat ; cette définition, Hobbes y culmine grâce aux arguments deMachiavel sur la république, des réformistes sur le pouvoir et la résistance et de Jean Bodinsur la souveraineté ; les philosophes des Lumières vont alors débattre sur l’idée d’un Etat juste et libre, idées qui se verront matérialiser par la plume des révolutionnaires américainsdans la Constitution des Etats-Unis ; depuis lors, des progrès incrémentaux issus de débatscontinus vont permettre de peaufiner le concept d’Etat, considéré comme achevé dès lemilieu du XIXème siècle.
PREMIERE PARTIE : LA NAISSANCE DU CONCEPT D’ETAT
- 1 -
 
Chapitre I - La Renaissance italienne :
Introduction :
Le cadre théorique de la création du concept d’Etat est initpar deux traditionsphilosophiques qui apparaissent pendant la Renaissance italienne : la tradition scholastiqueet humaniste.
1.1). L’apport de la scholastique :
• Définition :
res publica
 
:
littéralement chose publique, il s’agit d’un concept qui se réfère àun Etat gouverné au moins partiellement en fonction du bien du peuple, par opposition à unEtat gouverné en fonction du bien privé des membres d'une classe ou d'une personne unique.
La tradition scholastique émerge en Europe au XIIIème siècle autour d’un corpus trèsparticulier ; en effet les scholastiques réfléchissent au politique (
res publica
) et au droit àpartir de la bible. Ce mouvement éminemment ecclésiastique est largement basé sur la biblemais aussi sur les lectures d’Aristote qu’on « redécouvre » avec la Renaissance. La penséescholastique se développera dans les monastères de France et d’Italie du Nord et sera portéprincipalement par des moines qui constituent l’essentiel de l’intelligentsia du mondecatholique médiéval.• Les scholastiques vont se pencher sur des questions telles que l’autorité religieuse et/oupolitique, la place de l’église dans la société, le rôle du chrétien et d’autres : ils emploient unlangage de religieux et d’institutionnel, qui sont les deux thèmes centraux de leur pensée. Laphilosophie scholastique pose quatre propositions :i). La
res publica
est un régime politique préférable à la monarchie ;ii). La richesse n’est pas source de corruption, mais plutôt de vertu ;iii). Une
res publica
doit pour survivre privilégier l’union à la discorde ;iv). L’essentiel d’une
res publica
réside non pas dans ses citoyens ou sesgouvernants, mais dans ses institutions ;
1.2). La contribution de l’humanisme :
• Face à la tradition scholastique va se construire la tradition humaniste qui voit le jour dansles cités de l’Italie du Nord. Les humanistes vont critiquer les scholastiques sur trois points :- Ils dénoncent l’abstraction juridique des scholastiques et leur lecture erronée du droitromain ;- Ils refusent l’adéquation entre richesse et vertu prônée par les scholastiques ;- Ils opposent la vision linéaire de l’histoire qu’ont les scholastiques par une visioncyclique ;- 2 -
 
• La philosophie humaniste se caractérise par cinq affirmations fondamentales :i). L’homme est autonome : il est maître de sa volonté et peut décider de son propredestin.- Les humanistes insistent sur la relecture des classiques, en particuliel’éducation rhétorique et l’étude de l’histoire romaine. Contrairement auxscholastiques qui prônent par-dessus tout, hormis la Bible, les écrits d’Aristote,les humanistes eux préconisent les œuvres de Cicéron, qui centre sa réflexionsur l’éducation du citoyen et le culte du
vir virtutis
, ou l’homme vertueux.ii). La liberté politique est centrale et doit être défendue à tout prix :iii). Pour préserver cette liberté politique, les citoyens d’une
res publica
doivent êtreprêts à la défendre et participer à l’élaboration des règles qui leur sont imposées.iv). Un cadre institutionnel pertinent et juste ne suffirait pas pour assurer la viabilitéd’une
res
 
 publica
, encore faut-il des citoyens et des gouvernants vertueux.v). Importance de la sensibilisation des titulaires de pouvoir à la bonne gouvernancepar des citoyens éclairés à travers des « lettres au Prince ».• Parmi les philosophes politiques que produira la tradition humaniste, le plus éminent estsans doute le florentin Machiavel. Ce dernier jouera un rôle central dans l’émergence duconcept d’Etat à travers les nombreux écrits qu’il laissera à la postérité.
1.3). Machiavel et la persistance des idéaux républicains :
a). Biographie :
• Nicolas Machiavel (1469-1527) naît à Florence le 3 mai 1469 au sein d'une familleaisée, rattachée par son père à la corporation des notaires et des juges ; ses aïeuxpaternels ont occupé de nombreux postes dans le gouvernement et l'administration dela République. De sa formation, on ne connaît guère que son initiation aux humanitéslatines ainsi qu'aux mathématiques et, sous l'impulsion de son père juriste, ses étudesde droit [un parcourt humaniste des plus typiques].• Si la jeunesse de Machiavel coïncide avec le règne prestigieux du plus célèbre desMédicis, Laurent le Magnifique, son entrée dans la vie publique suit immédiatementla chute dramatique du régime théocratique du moine dominicain Jérôme Savonarole,qui avait pris la relève du malheureux successeur de Laurent, Pierre de Médicis(1492-1494). C'est en effet en juin 1498, quinze jours à peine après la mort sur le bûcher de Savonarole, que Machiavel est nommé "sectaire de la secondeChancellerie" de Florence puis comme secrétaire des "Dix de l'Autorité Suprême"(Dieci di Balia), fonctions tenant à la fois du chef de bureau d'un ministère del'intérieur et d'un chargé de missions à l'extérieur : effectivement, avant d’être unphilosophe ou un conseiller, Machiavel est un diplomate.C'est dans ces fonctions (qu'il exercera jusqu'en 1512 à la chute du gimerépublicain) que Machiavel assumera d'importantes légations en Italie, auprès de
- 3 -

Activity (2)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->