Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more ➡
Download
Standard view
Full view
of .
Add note
Save to My Library
Sync to mobile
Look up keyword
Like this
1Activity
×
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Alain Anselin Potmarks Studies I II

Alain Anselin Potmarks Studies I II

Ratings: (0)|Views: 620|Likes:
Published by aczecjzefci

More info:

Published by: aczecjzefci on Mar 08, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See More
See less

03/08/2011

pdf

text

original

 
 
Onzième séminaire des Ankhou.
Après une interruption de deux ans, le SéAnkhou, animé par Alain Anselin et Fabrrepris. Il est désormais centré sur l’
étude d 
prédynastiques et de leur compar
inscriptions à l’encre
,
sceaux
,
tablette
toujours dans la perspective d’une al’invention des premiers systèmes d’écril’
ontologie juridique de la Maât
. Voiciesquisse, un texte provisoire, de ce qui fudiscuté au cours du Séminaire des Ank 
septembre 2010
, à Schoelcher (
Martinique Martinique Martinique Martinique 
)..
Potmarks Studies I.
Etude discutée de lectures de Potmarks pré-dynastiques 
.
 Al
Membre des
Les siècles des Dynasties 0 et I sont carade grands changements politiques equ’exprime parfaitement le développementnouvelles formes politiques, de type étatiquoutil le plus remarquable, l’écriture – charles formes anciennes qui les encadrent de leet de leurs valeurs – et élaborant simultnouvelles règles.
Correlation between Naqada IIIA1-IIID and Dyn. 0-(Hendrickx
Predynastic-Early Dynastic Chronology 
,200
 
minaire desice Silpa, a
s potmarks
 ison avecet
stèles
,proche deure, et surla premièreprésenté ethou du
21
in Anselin
Ankhou
térisées parculturels,conjoint dee
 
, et de leuriant partouturs normesanément de
1 ,55-93)
 
Les
ink inscriptions
fleurissent ss’affichent sur les jarres des tomsouvent à Abydos, et reflètent l’éadministratif sur les produitsEgypte. Il y a une continuité djarres de la tombe Uj et de cellela Dynastie I, elles investissentlarge (tombe S 3504 Saqqara) eprivée de biens funéraires chezelles traduisent l’engagementévènements particuliers (commede leur importance dans la gestioIlona Regulski a commencé d’enminutieuse fournissant un énouveau sur les équipes dedynasties (
I.Regulski
Scribes in
 
Early Dy dem Sand. Streiflichter aus Ägptens GesDreyer,
ed. Eva-Maria Engel, Vera MülleWiesbaden,581-611
). S’il est vrai q
stèles
ou des
sceaux
obéissentculture funéraire exprimant le stroyal des produits et des domain
inscriptions
des premiers rois lecomparaison solide par la réstandard jetées à l’encre surenviron 1500 à Saqqara et autantIlona Regulski a dénombré, sodes données de la tombe royalQa’ab), 25 inscriptions conce
Upper Egypt 
,
i
pw.t
s
m
c
.w
, et
n
h
b
(?)
m
h
w
,
deliveries fromEgypt 
. Sous
Aha
, à partir des dde la tombe S 3357 de Saqqara,elle identifie deux équipes de sdifférentes (
I.Regulski,2008,592
), l’une
deliveries from Upper Egypt 
,
arrivals from Lower Egypt 
, l’abr
mrw
, revenant plusieurs fois.
Remdu sémitique:
 
akkadien
:
s
amnu gilereni
, huile de cèdre 
 
(
(
R.Middeke-Conlin
the Aromatics Industry in OLd Babylonian
Les
potmarks
sont attestées dès
Hor
(
E. van den Brink
Two pottery jars ifrom the Tomb B1 at Umm el Ga’ab, Abydos
,
 
U. Hartung,
op.cit 
.,2008, 655-660
). Ellesle pouvoir, ou y être liées – certaEgypte sont même «
like serekhs
et connaissent leur apogée à la Dsont elliptiques, des groupes de sious la Dynastie 0, ellesbes des pharaons, donctendue de leur contrôlee Haute et de Bassees
ink inscriptions
desde la Dynastie 0. Sousun champ social plusreflètent la dispositionles élites. Dynastie II,des scribes dans desle
hb sd 
) et témoignentdu pouvoir.établir une paléographieclairage sociologiquescribes des premières
nastic Egypt 
 
[in:]
 
Zeichen auschichte zu Ehren von Günter 
r und Ulrich Hartung, 2008,
e les inscriptions desà des règles précises,atut social ici, contrôlees là, la cursive des
ink 
ur propose un point deétitivité d’inscriptionsle flanc des poteries,à Abydos.s
Sekhen/K
3333
, à partire d’Abydos (Umm elnant des
accounts of 
10 des
Lower 
nnées
Ink inscriptions
 ribes
(Petrie, 1901, XXXI) 
gérant,
i
n.w
s
m
c
.w
,
les
l‘autre
,
i
w.t m
h
.w
, lesgé du nom de l’huile,
rque : le mot égyptien diffère
lu,
huile de roseau,
s
aman
,
The Scents of Larsa : A Study of Kingdom
,thesis, Yale, 2010, 68).
la Dynastie 0, sous
i
ry
cised with the name of Iry-Hor 
[in:]
E-M Engel, V. Müller und
semblent inspirées parines
potmarks
de Basse
type
». Elles foisonnentynastie I.Leurs formesgnes, deux ou trois.
 
 Les
potmarks
correspondantes aux tombS3504 observent la même distribution grépartie entre Abydos et Saqqara que les
ink 
des tombes des rois et des élites. Elles époucarte des
inscriptions scigillographiques.
tombes royales des souverains de la DAbydos et dans celles de leurs haut-foncSaqqara, les
potmarks
 
ne «voisinent» pasavec les
empreintes de sceaux
.
Edwin vanétabli un inventaire du voisinage
 
de ces dles tombes abydiennes d'Aha à Qa'a, et
 
poélites de Saqqara (tombes 3357, 3471,3503, 3035, 3036, 3506, 3507, 3038, 3111,chronologique). Les tombes abydiennesune balance
potmarks
impressions de scea
mais sur des
 
quantités appréciables, partila tombe T de Den, 269
potmarks/ 
227
imsceaux
. Les tombes de haut-fonctiondominées par le poids des impressions de
 
scDjed, et leur disparition ensuite, sauf pour3506 (61
potmarks
/178
impressions de sce
règne de Den
 
(
E. van den Brink,
The International Pot While at London or After or How to Progress with the Study Potmarks
,
 
Egypt at its Origins 3, 2008,s.p
. Cf. aussi
Edw
Potmark Egypt.Com
, Egypt at its Origins 2, 2005, Leuven
Edwin van den Brink précise : «
Sincewine jars (potmarked or not) were seacaps/cones bearing cylinder seal impressionexpect indeed many sealings in those tombwine jars (with or without potmarks; as fothe case of Tomb T/Den [269/227]) and fein those tombs with fewer wine jars (wit potmarks); as for instance in the case of T (65/29). Since not necessarily all potmark the royal and elite tombs are only wine ja(frequently) and bowls (sometimes) also car this
 
would perhaps explain some of the d between numbers as, for instance, in the cY/Merneith (442/56), although this should against the actual record, that is one should out how many of the 442 potmarks aMerneith's tomb actually do appear on wihow many on other types of 
 
pottery vessels
Brink,
communication personnelle
, 20-10-2008
).
 
Empreintes de sceaux
, des
ink inscriptipotmarks
sont distribuées là où le pouniveaux de hiérarchie dans la chaîne opérdistribution des biens, les répartit.inscriptions permettent de suivre «à la
tra
l’appui, comme ceux de Hemaka (
htm.w b
i
t
s S3357 etéographique
inscriptions
 sent aussi laDans lesynastie I àionnaires àpar hasardden Brink années pourr celles des185, 3504,dans l'ordreprésentent
ux
variable,culièrement
ressions de
aires
 
sonteaux jusqu'àla tombe S
ux
), sous le
arks Workshop:of Early Dynastic
in van den Brink,2008
,
237-239
).
any of theed by clays you would with manyinstance iner sealingsor without mb Q/Qa'ad vessels ins (beer jarsy potmarks)iscrepenciesse of Tombbe checked try to figurepearing ine jars, and 
(
Edwin van den
ons
et desoir, et sesatoire de laoutes ces
ce
»,
titres
àt
m
dh dh dh dh 
nsw
),ceux qui, au sein des élites, ul’exercice du contrôle palatialtravaux, et d’esquisser les contonaissant. Se dessine ainsi lafunéraires qui sont au principetombes d’Abydos au sud à cellqui fournissent l’essentiel desBasse Egypte de Minshat Abou Opar Tarkhan (
L.Mawsdley
), milieu eautour des Sequence Dates 77-8le Nagada III C2-D de Stan HenLe graphisme des
potmarks
estlogographique que celui des
i
semblent caractérisées par ungroupes de deux ou trois signpouvant présenter des difficultépeut-être une maitrise diffégraphiques liée à la strate socialphénomène non pas dialectal, mbien que nombre de ces signesdes premiers hiéroglyphiques,d’entre eux n’apparaissent pasautres inscriptions, Geoffrey Ta
hieroglyphs
à leur propos (
G.Tassie,B.Calcoen,
Corpus of Potmarks
 
from the P Cemetery at Kafr Hassan Dawood, Wadi Tu
its Origins 2, 2005, Leuven 2008,203-235
).Nous prendrons pour premienotre étude la série [
poisson
+qui apparaît 6 fois comme
potm
219d, 220d, 222d) dans lesd’Hemaka, S 3035, à Saqqara, criches d’inscriptions phonétisées.Cette série de deux signes estnotamment Tombe X53, sous
c
 
Abydos (source : Edwin van den B
On la retrouve à Saqqara tomtombe S 3505, sous Qa’a (
cf.
table
sent de l’écriture dansdes produits et desrs d’un appareil d’Etatcarte des institutionsde sa légitimité, dess de Saqqara au nord,onnées, et jusqu’à lamar (
K.Kroeper
) en passantt fin de la Dynastie I,, de Petrie, c'est-à-direrickx.moins élaboré et plus
nk inscriptions
. Ellesformat standard dees, parfois simplifiés,s de lecture et refléterrente des standardsle de leurs auteurs - unais diastratique. Aussi,soient contemporainset parce que certainsdans les corpus dessie parle de
preformal
F.Hassan, J.van Wetering and
rotodynastic to Early Dynasticilat, East Delta, Egyp
t, Egypt at
thème de(
rectangle
)]
rks
(195c, 214d, 218c,oteries de la Tombelèbre par des étiquettesfréquente à Abydos,
b
(
Petrie RTI 1900
).
rink, Egypt-Potmark.com )
e S 3506, sous Den,
au chronologique
 
plus haut
).
 
 En Basse Egypte, elle est attestée à Tark Minshat Abu Omar, 4 fois (tombe T311 deKafr Hasssan Dawood, 4 fois (tombes 4000et 4058 sur des
wine jars
(
G.Tassie and al.,2008, 228,
 
Potmarks de Minshat Abu Omar
(
Kroeper,2000,2
 
A Minshat Abu Omar, la série apparaitombes de la
Early Dynastic period 
, sur des
Petrie SD 78-80
, tombe T 1590 datée de Se
82
,
middle and end of DI 
et sur des
wine j
tombe T 1590, et 15 fois tombe T 2275 (
K.Kro
Elite in MAO
, 1992,127-150, part. 139-140, [ in :] E. van den Brin1992
). Karla Kroeper propose une lecture asecond signe, carré ou rectangulaire :
h
wt
ouLisa Mawsdley a souligné la fréquence,significative, de ce second signe: «
…themoapplied mark appears to be from sign-gr group includes marks that are composed square or square with one or more secoDue to the shape of the sign it has been in
h
wt
(
Gardiner O 6
), and may have been used an estate
(
Kroeper 2000, 216
).
It must be noteusually depicted as a rectangular enclosmaller building within one corner while(
Gardiner Q 3
) denotes the letter 
p
. First Dynames on seal impressions are inscribed wirectangular or square enclosure so it would either shape could be used to represenalthough the main form was the rectanglpossible that the square may have berepresent 
pr
(
Gardiner O 1
) or house
»
. Potmar 
9
wine jars
à Tarkhan (cf .figure ci-dessous
).
Lisa Mawdsley relève l’association de cecelui du poisson «
Of interest is one typincised with a fish adjacent to a square.Fisa wide chronological range from the reigQa’a and are frequently found on vessels f Saqqara and Minshat Abu Omar 
(
Helck,1992000,208
),
but are poorly attested at Tarkhan
The corpus of potmarks from Tarkhan,
BMSAES 13,2009,19
 
Marks with squares on wine jars, Tarkhan
(
afte
r Petrie
et al.
1913, XX, XXXI; Tomb cards for tombs 115 and 148, Petrie
an, Abusir,Sabu), et à, 4034,4051
234
).
08
).t dans huit
Vessels type
merchet,
SDrs
: 22 fois
per
Tombs of the
,
The Nile Delta…,
lternative du
r
i
.sans doute
t frequentlyoup I. Thisof a singledary signs.terpreted as
 
o represent that 
h
wt
isure with athe squarenasty estatethin either aappear that an estate,. It is alson used to
attestée sursigne avec
76l vesselh signs haveof Den toom Abydos,
,18-19; Kroeper,
» (
L.Mawdsley,7-219).
Museum, London).
A Minshat Abu Omar, le poissonrameau ou un arbre, dans une graà celle d’une série d’
ink inscriptio
 
Potmark de Minshat Abu Omar et ink ins
Les
ink inscriptions
des jarres duaussi la figure du Scorpion, m
bassins
,
 
s
,
 
qui fourniront plusnotion de
département 
administr
arbres
, exprimant une commétonymiques de
l’arbre
, qui délou se confond avec lui, du
poin
qui l’administre, pour qualifier l
Scorpion + rameau/bassin/arbrPotmarks de Tarkhan (Kroeper, 2000,208) et
Les
potmarks
de la tombe 3040l’arbre et le rectangle d’édificemais peuvent aussi associer les
potmark 
de la Tombe d’Hecomposée d’un groupe de tro
nominateur 
commun des drameau et rectangle ? Quel seiconographique, particulièremepoisson ? Ilona Regulski lui atdans une
ink inscription
standard
of Upper Egypt 
figurant à cotéantérieure aux
potmarks
de la To
2008, 592, 590 : figure 2
). Sa graphie, acen traits, privilégie l’articulation
i
n
est combiné au bol
nw
:
Ink inscriptions portant le serekh d’Aha(Regulski,2008,590,fig.2)
La combinaison du hiéroglyphesigne commutable avec le poissécrire
i
n.w
est attestée par l’inscr
Lauer,
PD
, V, 13, Abb56
), lue
i
n.w pr.w
 
Frühägyptisches Wörterbuch
, 2002, 149
).données, cela ne saurait suffiautoriser à voir dans laou
h
wt
, et de
deliveries
,
i
n.w
.est parfois associé à unhie cursive comparable
ns
de la tombe Uj.
criptions de la Tombe U-j
roi Scorpion associentétaphore royale, à destard leur référent à laatif, et des
rameaux
vsutabilité des signeslimite l’espace contrôlé,
t d’eau
, et de l’
édifice
 s domaines contrôlés.
e/ ? (Dreyer, 1998).de Saqqara (egypt-potmark.com)
de Tarkhan commutent(3040/17 vs 3040/28),deux (1590/67). Unemaka à Saqqara estis signes, le poisson,ux signes domaniaux,ns donner à ce libellét au graphème duribue une valeur
i
n
.
w
,
i
n
.
w
s
m
c
.w
, deliveries
du serekh d’Aha, doncbe d’Hemaka (
I.Regulski,
ompagnée d’un plurielphonétique : le poissonde la maison et d’unon, le bol jambé, pouription d’un vase (
Lacau &
par Jochem Kahl (
Kahl,
En l’état actuel desre cependant à nousention d’un
office
,
pr
 

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->