Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Les conséquences de la directive deee sur le secteur de la micro-informatique

Les conséquences de la directive deee sur le secteur de la micro-informatique

Ratings: (0)|Views: 127|Likes:
Published by Simon Claus

More info:

Published by: Simon Claus on Mar 15, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

03/15/2011

pdf

text

original

 
08/11/2010
Master 2 économie industrielle et veille stratégique |Claus Simon 
Innovation etRéglementationEnvironnementale
L
ES CONSEQUENCES DE LA DIRECTIVE DEEE SURLE SECTEUR DE LA MICRO
-
INFORMATIQUE
 
 
 
2
 :
Sujet :
 
Les effets de la directive relative aux
Déchets d’Equipements Electriques et 
Electroniques
1
sur le secteur micro-informatique (stratégie, modification de la polit 
ique…).
 I
NTRODUCTION
:En 2003, les législateurs européens décident
d’adopter une
directive
2
relative aux
Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques
(DEEE). Cette directive a été transposéeen droit français et mise en application par le décret n° 2005-829 du 20 juillet 2005.
L’objectif est d’apporter une réponse à la problématique du recyclage des appareils électriques et
électroniques.Ainsi, depuis 2003, cette directive européenne DEEE impose aux fabricants et auximportateurs d'équipements électroniques et électriques de prendre en charge les coûts deramassage et de traitement des déchets d'équipement électriques et électroniques.Les EEE sont définis par la réglementation européenne comme étant des
« équipementsfonctionnant grâce à des courants électriques ou à des champs électromagnétiques, ainsi queles équipements de production, de transfert et de mesure de ces courants et champs »
. Un
EEE devient un DEEE dès lors que son propriétaire l’a abandonné ou le destine à l’abandonparce qu’il n’en a plus l’utilité.
 
On se situe dans des secteurs ou la nouveauté et l’innovation sont des caractéristiques très
importantes et des enjeux commerciaux et marketings de première importance.
L’obsolescence relativement rapide des produi
ts entraine une réduction de la durée de vie deceux-
ci et une accélération du taux de remplacement. Ce phénomène s’observe
particulièrement bien avec le téléphone portable. Chaque mois, un téléphone révolutionnaire
sort reléguant l’ancien à l’âge de pierre.
 On a donc une croissance des déchets ce qui entraine certains risques quant à la préservation
de l’environnement.
D
’après
l
’ 
ADEME
3
, «
Chaque année, de 1,7 à 2 millions de tonnes de
déchets d’équipements électriques et électroniques sont générés par les entreprises et les
ménages. Ces déchets ont un taux de croissance élevé : de 3 à 5% par an ».
De plus, cesdéchets peuvent contenir des matières très polluantes, voir toxiques (exemples : du cadmium,du mercure, du plomb, de l'aluminium ou du cuivre).Avec cette directive, le producteur est responsabilisé et se retrouve
dans l’obligation de
modifier son comportement en prenant en compte la dimension environnementale.Celui-ci est incité à opter pour une production durable notamment en intégrant à cetteproduction des composants facilement recyclables.Dans ce travail, nous allons nous intéresser au secteur de la micro-informatique en cherchant àconnaitre les conséquences de cette directive sur ce secteur.La micro-informatique désigne tout ce qui rentre en rapport avec les micro-ordinateurs. Unmicro-ordinateur est un ordinateur personnel (encore appelé ordinateur individuel). Celui-ciest destiné à l'usage d'une personne et ses dimensions sont assez réduites pour tenir sur un
1
En anglais Waste Electrical and Electronic Equipment
2
La Directive 2002/96/CE
3
 
Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie
 
 
 
3
 bureau. L
’arrivée de la
micro-informatique et sa démocratisation ont eu pour effet d'introduirel'informatique chez les particuliers, ce qui fait du micro-ordinateur, un produit de grandeconsommation.Longtemps considéré comme une industrie propre la micro-informatique et plus globalement
l’informatique
se sont révélées être des industries très polluantes avec un impactenvironnemental important. Les déchets engendrés par ce secteur appartiennent à la catégorietrois du classement des DEEE qui regroupe les équipements informatiques et detélécommunications.Les produits de ce secteur évoluent très vite et peu de temps après achat sont considéréscomme obsolètes (2 à 5ans)
4
et remplacés.De plus, ceux sont des secteurs où
l’on utilise beaucoup de produits toxiques et non
-biodégradables. Certains composant
s d’un ordinateur comme l’écran ou la carte électroniquesont très polluants et nécessitent des opérations de dépollution spécifiques. A titre d’exemple,
un ordinateur de bureau contient en moyenne 1,7 kilos de plomb, 50 grammes d'arsenic, dechrome et de cobalt et 6,35 kilos de matières plastiques non dégradables.
L’
objectif de la directive européenne est donc de limiter tout ces DEEE ainsi que leurempreinte écologique. Dans ce travail, nous allons
tacher d’
analyser comment les acteurs dusecteur de la micro-informatique ont régit face à cette directive et
tenter d’
identifier lesstratégies de ceux-
ci particulièrement en matière de conception et d’innovation.
Ainsi, nouspourrons voir si la directive DEEE incite réellement les entreprises de la micro-informatique àproduire « une informatique verte »
 
(Green computing).
Le producteur de micro-informatique « éco-responsabilisé »
Comme nous l’avons dit
précédemment, la directive DEEE impose aux producteursd'équipements électroniques et électriques de prendre en charge les coûts de ramassage et detraitement des déchets d'équipement électriques et électroniques. Emmanuel Beaurepaire,responsable des affaires publiques chez Recy'stem-Pro
5
, nous explique que «
Par producteur,il faut entendre l'entreprise qui met le produit sur le marché. Il peut donc s'agir del'importateur »
.
Il est important de noter qu’aujourd’hui,
 
l’environnement des firmes produisant de la micro
-informatique incite et même oblige ces firmes à adopter un comportement éco-responsable etla
directive DEEE n’est pas la seule incitation ou contrainte que l’on peut observer.
 En effet, une démarche « écologique
» s’impose de plus en plus aux sociétés produisant desproduits intégrant de l’électronique
.
Tout d’abord,
ces firmes sont fortement sollicitées par lamise en application de directives européennes environnementales en plus de la DEEE commela RoHS
6
, l’ISO 14001
7
, la REACH
8
et la EuP
9
 
qui va généraliser l’éco
-conception.
4
Selon une enquête de Greenpeace, le turn-over du matériel informatique est passé de 5 à 2 ans.
5
Un éco-organisme qui se charge, moyennant finances, de gérer les DEEE à la place des constructeurs et desutilisateurs professionnels
6
La Restriction of the use of certain Hazardous Substances interdit l'usage du plomb, mercure, cadmium, ...
7
 
L’ISO 14001vise à garantir l'amélioration environnem
entale continue des fabricants

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->