Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
partenaire_08

partenaire_08

Ratings: (0)|Views: 34|Likes:
Published by beebac2009
Ce document a été uploadé via Beebac, le réseau social gratuit de partage de savoirs scolaires et professionnels. Beebac apporte un service ouvert et personnalisé pour tous ceux qui souhaitent apprendre et partager leur savoir, avec des cours, des fiches, des questions qui permettent à chaque collégien, lycéen, ou étudiant de trouver un support scolaire gratuit dans toutes les matières. Beebac permet à chacun de trouver les explications pertinentes dont il a besoin, quel que soit son niveau et le domaine scientifique ou culturel de ses questions. Beebac permet à tous de publier ses cours, ses notes, son expérience, par la mise en ligne de documents ou un outil d'écriture dédié. Pour en savoir plus rendez-vous sur Beebac à l'adresse http://www.beebac.com
Ce document a été uploadé via Beebac, le réseau social gratuit de partage de savoirs scolaires et professionnels. Beebac apporte un service ouvert et personnalisé pour tous ceux qui souhaitent apprendre et partager leur savoir, avec des cours, des fiches, des questions qui permettent à chaque collégien, lycéen, ou étudiant de trouver un support scolaire gratuit dans toutes les matières. Beebac permet à chacun de trouver les explications pertinentes dont il a besoin, quel que soit son niveau et le domaine scientifique ou culturel de ses questions. Beebac permet à tous de publier ses cours, ses notes, son expérience, par la mise en ligne de documents ou un outil d'écriture dédié. Pour en savoir plus rendez-vous sur Beebac à l'adresse http://www.beebac.com

More info:

Published by: beebac2009 on Mar 18, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

10/15/2013

pdf

text

original

 
Urb’Art 2009 : développer l’esprit d’entreprendre par une initiation à l’art urbain.
Les termes “Métier”et “Art” sont-ils anti-nomiques ?
Non, bien sur, ils sont même complémen-taires. Les exemplesprésentés dans cenuméro en font ladémonstration.Qu’un CFA forme des apprentisdans un métier d’art ou qu’uneécole de gestion et de management sensibilise ses étudiants à l’art, l’ob-jectif est toujours le même : donner le goût de la perfection et inciter àla recherche de l’excellence.Lorsqu’un jeune choisit une orienta-tion professionnelle, qu’elle soit ounon artistique, talent, enthousiasmeet sensibilité, sont indiscutablement des qualités pour réussir. Mais,sans ténacité, discipline, et surtout travail, il lui sera impossible d’aller au bout de sa passion.Quand il y parviendra, encore lui faudra-t-il ne pas oublier l’essentiel 
afn de pouvoir dire un jour, comme
Montaigne : “Mon métier et monart, c’est vivre…”  
Jean-Pierre HULOT Président 
n
o
7 – décembre 2008
LETTRE D’INFORMATION DE L’UNIPE SUR L’EMPLOI DES JEUNES ET LA TAXE D’APPRENTISSAGE
 
n
o
8 – juin 2009
L
e risque artistique et le risque en-trepreneurial sont identiques. Par-tant de ce constat, le Groupe IGSa décidé de placer ses élèves, étudiants
et apprentis, sur un terrain inconnu an
d’initier leur goût de l’innovation, créa-teur de richesse dans les entreprises.Pour la deuxième année consécutive,du 16 mars au 7 avril 2009, à Toulouse,Lyon et Paris, 200 jeunes ont ainsi puassister à des démonstrations d’artis-tes avant de s’initier eux-mêmes à l’ArtUrbain. En complément cette année, etcomme source d’inspiration, une expo-sition itinérante soutenue par l’IGS leurétait proposée sur les trois campus :
“ 400 ml”
, une collection de 400 bombesaérosol rassemblées par Gautier Jour-dain, un passionné d’art contemporain,et décorées à sa demande par 400 artis-tes grapheurs du monde entier.Comme le précise Frank de Nebehay,Secrétaire Général et organisateur dela manifestation Urb’Art 2009 en parte-nariat avec l’association “Le Mur”,
L’Art Urbain se voit tous les jours dans la rue,il ne nécessite pas de fréquenter desgaleries ou des expositions. Il est direc-tement accessible aux étudiants. Quand ils se promènent en ville, et parfois enbanlieue, ils peuvent voir le long des pa-lissades des lettrages, des signatures,des marquages de territoire. Ces œuvressont de qualité inégale. Certaines sont complexes. Si elles ne les touchent pas,ils savent que ça existe.
Pour Roger Serre, Directeur Général Dé-légué du Groupe IGS,
l’Art est synonyme
L’art : un atout de la formation professionnelle 
t
 
d’entrepreneuriat 
et
l’Art urbain portetoutes les valeurs identitaires du groupeIGS
. C’est un art de proximité, visuel, quifait appel à la sensibilité directe : “
Quand quelqu’un passe devant une fresquesauvage, il ressent un choc
.”Cette démarche pédagogique originaleet innovante soutenue par l’UNIPE arencontré un grand succès auprès desétudiants. Ainsi, Anne-Laure, étudianteen 1
e
année de l’ICD, aime bien dessi-ner. Elle voulait découvrir quelque chosede nouveau. Elle a su saisir l’opportunitéqui lui était offerte
: “Sans cet atelier, jen’aurais probablement pas essayé dedessiner avec une bombe...”
Romain, lui aussi étudiant de l’ICD maisen 3
e
année, a été inscrit par des amis.Il n’est pas surpris de l’organisation decette manifestation :
le marketing a uncôté créatif que je retrouve un peu ici.C’est aussi apprendre à mener un projet.
Et puis, il y a le résultat nal 
.”
Enn, pour Éric, l’un des 5 étudiants de
l’ISCPA qui ont couvert tout l’événementà Paris, Lyon et Toulouse - et de ce faithors concours - “
Faire entrer le Graf et l’art urbain dans les campus, c’est gé-nial, vraiment intéressant. On a plutôt l’habitude de voir le Graf comme vandale,quelque chose qui va dégrader certainsmonuments. Ici, c’est artistique. C’est une très belle approche que de donner la possibilité à des artistes de s’exprimer sur des campus et d’initier des étudiantsà leur passion.”
De telles initiatives peuvent sembler enmarge de la pédagogie, mais, selon Ro-ger Serre, “
elles sont en fait au cœur duprogramme : faire accepter parfois ledécalage entre le souhaité et le réalisé,permet de construire un parcours profes-sionnel enrichi de ses échecs et de sesréussites. Or, pour réussir, il faut faire...”
C’est dans le prolongement de ces ré-
exions que le lancement au sein de
l’ICD d’un Master “
Art, créativité et en-trepreneuriat”
a été décidé. La création
prochaine d’une nouvelle lière ap
-prentissage avec l’Académie Française
s’inscrit dans la même logique. Enn, laréalisation des lms institutionnels des
événements de l’IGS par des étudiants
en journalisme de l’ISCPA, conrme l’im
-portance accordée par ce Groupe à laprofessionnalisation des jeunes qui lui
font conance.
Urb’ Art 2009
(suite)
Le Groupe IGS
Université Professionnelle Internationale, dèle à trois valeurs “éthique,
humanisme et entreprise”. Le Groupe IGS entretient des relations régulièresavec plus de 4 000 entreprises et 64 universités partenaires en Europe, enAmérique, en Asie et en Océanie.Implantés à Paris, Lyon et Toulouse, ses écoles, instituts et CFA proposent actuellement 138 programmes de formation du niveau Bac à Bac + 6. Ensemble,ils forment environ 10 000 personnes chaque année principalement dans lesmétiers :
- du Management et des Ressources Humaines, de l’administration des
entreprises,- de la bureautique appliquée et de l’informatique,- du marketing, de la distribution, du commerce et de la vente,- du journalisme et de la communication,- de la santé.
Les programmes et les différents cursus bénécient de reconnaissancesofcielles françaises et internationales.
Pour en savoir plus :
http://www.groupe-igs.asso.fr/
et 
http://www.urbart-groupe-igs.com/
L’association
“Le Mur”.
L’association “Le Mur” a étéfondée par Jean Faucheur, l’un des
premiers artistes français à être
parti à New-York dans les années80 pour apprendre à détourner les
espaces publicitaires au prot de
l’art urbain.Avec l’aide de la mairie du11
e
arrondissement de Paris,l’association qu’il a fondée à son
retour “squatte” de façon ofcielle
un panneau publicitaire situé entreSaint Maur et Oberkampf. Desartistes du mouvement Art Urbainl’utilisent pour s’exprimer. Ilschangent tous les quinze jours enfonction de l’actualité.Pour en savoir plus :
http://www.associationlemur.com/
 
S
itué dans le 16
e
arrondissementde Paris, le CFA “
Danse, Chant et Comédie forme aussi bien de
frêles jeunes lles des beaux quartiers
que de grands gaillards casquettés du“9-3
”. Le plus souvent les premières ontété initiées dès leur plus jeune âge à ladanse classique, tandis que les autrescommençaient à pratiquer le Hip-Hopdans la rue…Le contraste est saisissant mais pour Ni-cole Chirpaz, la Directrice Générale, cettemixité est normale. “
Ici, tout le monde asa chance. C’est le seul moyen de dé-tecter de véritables artistes. La sélectionse fait par le travail. Certains jeunes sont très doués mais se laissent aller, ils neréussiront pas. D’autres, bien que moinsdoués mais travaillant beaucoup, sauront aller jusqu’au bout de leur passion.”
Le CFA est né à son initiative en 1997,16 ans après l’Académie Internationalede la Danse (AID), une école pluridiscipli-naire que son ami Rudolf Noureev l’avaitconvaincue de créer.Aujourd’hui, tant dans l’AID qu’au CFA,la pluridisciplinarité est au cœur des en-seignements dispensés par une soixan-taine de professeurs.Comme l’expli- que Alain Tonnoir,son adjoint, l’idée est deformer des artistes de scènecomplets
“un peu à la modede Broadway”
. Aussi, c o m m eon a pu le voir au Châteletlors de la célébrationxdu 35
e
 anniversaire de l’AID,xl e sjeunes apprennentxl adanse classique - c’est labase de tout - la dansecontemporaine, le jazz,mais aussi le Hip-Hop, lacomédie musicale, le frenchcancan, ou encore le chant etla comédie.Tous ne deviendront pas desv e d e t t e s . LeCFA n’estpas d’ailleursune école des élites. Il entend par contreformer de bons professionnels qui soientcapables de gagner leur vie.Les jeunes viennent se renseigner parle bouche à oreille. L’apprentissage estla seule voie qui leur permette de fairede leur passion un métier, et ce sans
contrainte nancière.Au début, cone Alain Tonnoir,
“il n’a pasété facile de convaincre les entreprisesd’embaucher des apprentis”.
Les pre-mières promotions ne comportaient que10 à 15 jeunes. Les entreprises du spec-tacle vivant sont en effet habituées à tra-vailler avec des intermittents déjà forméset sélectionnés par casting.Mais, ajoute Nicole Chirpaz,
“grâce aux aides de nos partenaires, l’UNIPE no-tamment, et de la Région Île de Francenous accueillons désormais près de 300jeunes chaque année”.
Il est vrai que ledispositif 
“Passerelles”
permet au CFA d’offrir une année d’étude gratuite àtous les jeunes qui réussissent un exa-men d’aptitude technique organisé par leministère de la culture.
“Ils peuvent ainsi bien se préparer pour passer des audi-tions et obtenir un contrat d’apprentissa-ge”
conduisant au titre d’Artiste Danseurinscrit dans le Répertoire National de la
Certication Professionnelle (niveau IV).
Au cours de cette année, ils apprennentla rigueur, la discipline, le goût de l’effort.Et, avec 90 à 95 % d’intégration dansdes comédies musicales comme “Cléo-pâtre” ou “Mozart” les résultats sont là !Mais aussi dans la vie active !L’apprentissage ne pouvant répondre àtous les besoins, dans un proche avenir,une nouvelle étape devrait être franchieavec la création, à l’initiative delAFDAS (lOP- CA du secteur )dun Grou- pement dEm-ployeurs pour l’Inser-
tion et la Qualication
(GEIQ). Il permettra dedévelopper des synergiesentre des organismes du spec-tacle vivant : le CFA Arts du Cirque,le Centre de Formation Professionnelleaux techniques du spectacle (CFPTS),le CFA des comédiens et le CFA DanseChant Comédie.
Pour en savoir plus :
http://www.academiedanseparis.com/
Danse, Chant et Comédie,un CFA qui apprend à concilier passion et métier.
Les GEIQ
Les GEIQ regroupent desentreprises qui, pour résoudreleurs problèmes structurels derecrutement, parient sur le potentiel des personnes éloignées del’emploi.Impliquées dans un groupement d’employeur, les entreprisesconcernées accueillent des salariésdu GEIQ en contrat d’alternance.
Ceux-ci bénécient d’un parcours
de formation individualisé et d’un double tutorat social et professionnel.Pour en savoir plus :
http://www.geiq.net/

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->