Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Recueil de mes pensées indignées.

Recueil de mes pensées indignées.

Ratings: (0)|Views: 50 |Likes:
Published by christian-bochet
Au fil du temps j'ai accumulé sur mon blog des réflexions diverses souvent le fruit de l'indignation et de la révolte face à tout ce qui peut se passer dans notre pays et dans ce monde qui me semble bien malade.

Je vous les soumet ci-dessous brutes de décoffrage, reflet de l'humeur révoltée et exacerbée d'un homme qui ne comprend plus la société dans laquelle il essaye tant bien que mal de vivre et de s'adapter.

Les chroniques s'arrêtent à fin 2009 car après cette période vous pouvez en prendre connaissance directement sur le blog que j'alimente tous les jours à cette adresse :

http://www.la-gazette-picarde.com/

dans les rubriques : Liberté de penser, Mes chroniques, Coup de gueule.
Au fil du temps j'ai accumulé sur mon blog des réflexions diverses souvent le fruit de l'indignation et de la révolte face à tout ce qui peut se passer dans notre pays et dans ce monde qui me semble bien malade.

Je vous les soumet ci-dessous brutes de décoffrage, reflet de l'humeur révoltée et exacerbée d'un homme qui ne comprend plus la société dans laquelle il essaye tant bien que mal de vivre et de s'adapter.

Les chroniques s'arrêtent à fin 2009 car après cette période vous pouvez en prendre connaissance directement sur le blog que j'alimente tous les jours à cette adresse :

http://www.la-gazette-picarde.com/

dans les rubriques : Liberté de penser, Mes chroniques, Coup de gueule.

More info:

Published by: christian-bochet on Mar 19, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/03/2013

pdf

text

original

 
Recueil de mes chroniquesindignées.
Ou l'histoire vue de la France d'en bas.
Christian Bochet © 2011
 
 
A
u fil du temps j'ai accumulé sur mon blog des réflexions diverses souvent le fruit del'indignation et de la révolte face à tout ce qui peut se passer dans notre pays et dans cemonde qui me semble bien malade. 
e vous les soumet ci-dessous brutes de décoffrage, reflet de l'humeur révoltée etexacerbée d'un homme qui ne comprend plus la société dans laquelle il essaye tant bienque mal de vivre et de s'adapter. 
L
es chroniques s'arrêtent à fin 2009 car après cette période vous pouvez en prendreconnaissance directement sur le blog que j'alimente tous les jours à cette adresse :http://www.la-gazette-picarde.com/dans les rubriques : Liberté de penser, Mes chroniques, Coup de gueule.
Lettre à Monsieur le Président Sarkozy.
Article écrit le 19/12/2007
Monsieur le Président,J’aimerais bien que l’on me réponde sur tous ces points.Pourquoi dans la plupart des villes les structures administratives suivantes sont-ellesmaintenues à l’heure où l’Europe pourrait nous permettre de réduire et de tendre à unerationalisation des administrations et réductions importants des coûts de fonctionnement :
Mairie,
Préfecture,
Sous-préfecture,
Conseil régional,
Conseil général,
Regroupement de communes.Ces structures sont présentes sur Amiens, dans la Somme et cela semble bien lourd etaux yeux de bien des Français ces structures sont inutiles.Même si l’état s’est largement désengagé financièrement, le transfert de ces charges pèsetrès lourdement sur les citoyens qui ne pourront plus très longtemps financer par l’impôtlocal ces dépenses. De surcroit il est de notoriété publique que ces fonds sont mal utiliséspour financer essentiellement le social qui tue et pourrie notre société. Le nombre defonctionnaires ne cesse d’augmenter et l’économie qui pourrait être réalisée est, selon
 
certains économistes, de l’ordre de 15 milliards d’Euros par an.
Depuis plus de trente ans la fonction publique ne remplace plus ses fonctionnairespartant en retraite et leur nombre est toujours aussi imposant.Les frais de fonctionnement de l’état sont trop important vous ne disposez donc d’aucunemarge de manœuvre et vous ne pourrez pas relancer l’économie ni le pouvoir d’achat.
Comment allez-vous faire ? en dehors des mesures consistant à faire payer lepatronat pour une petite partie des Français. En effet seuls ceux qui peuventtravailler ont droit à ces fausses faveurs. Ces dernières ne serontvraisemblablement pas appliquées dans la majeure partie des cas, les entreprisesfrançaises sont fragiles. Le risque est de piéger les travailleurs car ces 35 heures,nous sommes d’accord, n’ont pas générés d’emplois mais on a demandé auxtravailleurs de faire leurs 39 heures en 35 alors s’ils y sont arrivés je vous laisse àpenser les réponses des patrons.
Qu’avez-vous fait des Français chômeurs, des Français en contrats bâtards : mi-temps, temps choisi, etc., des nouveaux pauvres travaillant soient 7.200.000d’individus, des retraités qui ont donné à la France et pour la prospérité d’unepoignée de familles riches 40 ans de leur vie active ?
Monsieur le Président vous n’avez rien réglé.Comme aurait dit mon grand-père vous mettez un cautère sur une jambe de bois.
Les charges salariales et patronales sont trop lourdes en France, la dette trop importante,aucune réforme en vue, les Français ne se prolongeront plus très longtemps à ce point devue. Il y a loin de la coupe aux lèvres semble-t-il.Pourquoi, Monsieur le Président, faites vous voter le budget de la France avec uneestimation de croissance de 2.8 % alors qu’elle ne sera jamais supérieure à 1.5% en 2008toujours selon certains économistes.Pensez-vous que le budget des familles est géré de cette manière. Dans un foyer il estassez rare de dépenser plus que ce l’on gagne sinon c’est l’interdiction bancaire et laBanque de France.Nous sommes dans une économie déraisonnable et peu responsable. Bien entendu lescontribuables seront encore là pour payer le mauvais calcul que vous aurez fait. Maispendant combien de temps pensez-vous que les ménages français pourront supporter cette situation ?Monsieur le Président vous avez fait des promesses, les Français pensaient que vous lesauriez tenues : c’était votre slogan « je fais ce que je dis » et non je dis ce que je fais (làmoins certain).Bien entendu Monsieur le Président il serait réellement présomptueux de vous demander des résultats passé sept mois de présidence mais tous les indicateurs sont au rouge et lesmesures ne sont pas prises.Le problème majeur du pouvoir d’achat n’est pas résolu et ne le sera vraisemblablementjamais, les caisses sont vides. Les Français veulent des réformes sans les souhaiter.Alors un jour lointain il faudra réellement prendre les bonnes décisions. Ce jour lointain est

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->