Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Est il possible de taxer l'enrichissement

Est il possible de taxer l'enrichissement

Ratings: (0)|Views: 2 |Likes:
Published by smallvillevq

More info:

Published by: smallvillevq on Apr 10, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/10/2011

pdf

text

original

 
Est-il possible detaxer l’enrichissement?C’est l’une des pistes envisagéespourremplacer l’impôt de solidarité sur lafortune. Maisuntel projet est-il réaliste?Alorsque le gouvernementva dévoiler lesgrands axes de sa réformefiscale,deuxexperts débattent.
Oui
Cela permettrait d’imposer les revenus qui ne sont jamais distribués»Michel Taly,avocat associé du cabinet Arsène Taxand
L’Etat envisage de remplacer l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) par une taxesur l’enrichissement.Qu’en pensezvous?
Le principal intérêt de cette proposition est de faire avancer le débat stérile sur l’utilitéde l’ISF. En présentant comme des solutions alternatives une simple réforme de l’ISF etson remplacement par un impôt sur l’enrichissement, le gouvernementmontre bienque ce quiest en cause, c’est l’incapacité del’impôtsurlerevenu(IR)àmesurer la capacité contributivedes ménages les plus aisés.Dans ses travaux récents, l’économiste Thomas Piketty a montré que ces contribuablesparvenaient
 
à échapper partiellement à l’impôt, car leur patrimoine est tenu dans des entitésintermédiaires (sociétés civiles, holdings, sicav…), qui distribuent peu de revenus, alors quel’IR ne taxe que les revenus effectivement peus. Taxerl’accroissementdupatrimoinepermettrait d’imposer les revenus qui ne sont jamaisdistribués.
L’idée est séduisante, mais est elle réaliste?
Il faut se poser trois questions: un tel système serait-il techniquementréalisable,raisonnableéconomiquementet équitable ? Pour les revenus effectivement perçus et capitalisés, c’est possible. Pour lesplacements à revenu fixe (par exemple les obligations), les plusvalues et le revenu sont demême nature et taxés au même taux(19 %). Quant aux revenus d’un contrat d’assurance-vie en euros, on saurait faire ce qu’onfait déjà pour les prélèvements sociaux.En revanche, taxer les compartimentsenunitésde compte,dontla valeur fluctue augdel’évolution desmarchésfinanciers,nemesemblepasréaliste.Lorsqueleur valeur baisse, on pourrait reporter les moins-values sur dix ans, suggère Bercy.Celame paraît acrobatique. On ne peut taxer une plus-value que si elle est acquise.De plus,une telle mesure risquerait de détourner les épargnants des unités de compte.
Et pour l’immobilier?
Taxer la plus-value latente d’un patrimoineimmobiliermesemble irréaliste. Dans le cas d’unesicav ou d’un contrat d’assurance-vie, l’intermédiaire a perçu les revenus sur lesquels ilfaudrait retenir l’impôtà la source. Rien de tel pour le propriétaire immobilier. Certaines personnes pourraientêtre obligéesde vendre leur bien pour acquitter l’impôt. Je ne vois pas comment les politiques et l’opinionl’accepteraient. De plus, les loyers, qui sont soumis à l’impôt sur le revenu, et les plus-valuesimmobilièresnesontpasdemême nature, et sont taxés différemment. Autres difficultés,l’évaluationdesbienschaqueannéedonnerait lieu à des contestations et lagestiondusystèmepourles contribuablesfranchissant le seuil d’entrée de 1,3 million d’euros serait trop compliquée. Enfin, cela nepourrait qu’aggraver la pénurie de logements locatifs.
Que préconisez-vous?
 
Ona le choix entre deux méthodes. Soit on taxe « au réel », par transparence, mais cela nepeutconcerner que les revenus capitalisés, pas les plus-values latentes. Soit on met en place unimpôt surlafortune forfaitaire etnonplafonné, mais avec un taux plus faible que celui de 1,8% envigueur pourla dernière tranche de l’ISF. Mais cet impôt doit se substituer à l’impôt sur le revenu, pass’y ajouter.Sinon, ceux qui peoivent le revenu sont tas deux fois et l’impôt peut devenirconfiscatoire. C’estainsi que, aux Pays-Bas, une telle taxe a remplacé à la fois l’IR et l’ISF. Pour qu’il soitéquitable, cetimpôt devrait toucher tous les actifs, y compris ceux qui bénéficient d’exemptions oud’exonérationsdansl’actuelISF( biensprofessionnels, oeuvres d’art, bois et forêts et terresagricoles). Il pourraitainsi permettre de trouver les 3à4milliardsd’eurosquerapporte l’ISF déduit du bouclierfiscal.p
Propos recueillispar Jérôme Porier
Non
Lesrecettesfiscalesdeviendraientcomplètementimprévisibles»Michel Aujean, économiste, associé du cabinet Taj, membre du Cercle des fiscalistes
Faut-il créer une taxe sur l’enrichissement pour remplacer l’ISF?
Taxer des revenus non réalisés n’est pas unebonne pratique fiscale.Cela obligerait certains contribuablesàvendredesbiensetaboutiraitàtaxerdavantagel’investissementet la constitution du patrimoine que la rente et l’héritage. Il peut paraître choquant de voirdes sommes importantes échapper à l’impôt, car elles sont placées dans desstructuresdéfiscalisantescomme

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->