Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Enquête OCDE 2011 sur le suivi des principes de la Déclaration de Paris à Madagascar - Rapport pays (2011)

Enquête OCDE 2011 sur le suivi des principes de la Déclaration de Paris à Madagascar - Rapport pays (2011)

Ratings: (0)|Views: 94|Likes:
Published by HayZara Madagascar
Ce rapport est le résultat de la deuxième participation de Madagascar à l’enquête sur le suivi des Principes de la Déclaration de Paris. Il a été réalisé selon les réponses aux questionnaires de 6 partenaires techniques et financiers (PTF) bilatéraux et de 6 PTF multilatéraux1. Pour la partie nationale, le questionnaire adressé au Gouvernement a été traité par les techniciens du Ministère des Finances et du Budget, du Ministère de l'Economie et de l'Industrie, et du Ministère de la Population. La Banque centrale a apporté un complément d'information tandis que la société civile a apporté son concours aux consultations par la voix de la Plate-forme de Coordination des Organisations de la Société Civile. Ce processus a été activement suivi par tous les participants et a donné lieu à un atelier national de validation des résultats de l'enquête auquel étaient présents tous les PTF ainsi que des représentants des Ministères engagés dans la réponse à l'enquête.
Le premier résultat de cette enquête est que le montant total de l'aide déclarée par les donneurs à Madagascar est de 434,5 millions USD.

******************************
2011
Ce rapport est le résultat de la deuxième participation de Madagascar à l’enquête sur le suivi des Principes de la Déclaration de Paris. Il a été réalisé selon les réponses aux questionnaires de 6 partenaires techniques et financiers (PTF) bilatéraux et de 6 PTF multilatéraux1. Pour la partie nationale, le questionnaire adressé au Gouvernement a été traité par les techniciens du Ministère des Finances et du Budget, du Ministère de l'Economie et de l'Industrie, et du Ministère de la Population. La Banque centrale a apporté un complément d'information tandis que la société civile a apporté son concours aux consultations par la voix de la Plate-forme de Coordination des Organisations de la Société Civile. Ce processus a été activement suivi par tous les participants et a donné lieu à un atelier national de validation des résultats de l'enquête auquel étaient présents tous les PTF ainsi que des représentants des Ministères engagés dans la réponse à l'enquête.
Le premier résultat de cette enquête est que le montant total de l'aide déclarée par les donneurs à Madagascar est de 434,5 millions USD.

******************************
2011

More info:

Published by: HayZara Madagascar on Apr 13, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/13/2011

pdf

text

original

 
1
MADAGASCAR
Rapport-pays pour l'enquête 2011 sur le suivi des principes de la Déclaration de Paris
Introduction
Ce rapport est le résultat de la deuxième participation de Madagascar à l’enquête sur le suivi des Principes de laDéclaration de Paris. Il a été réalisé selon les réponses aux questionnaires de 6 partenaires techniques et financiers(PTF) bilatéraux et de 6 PTF multilatéraux
1
. Pour la partie nationale, le questionnaire adressé au Gouvernement a ététraité par les techniciens du Ministère des Finances et du Budget, du Ministère de l'Economie et de l'Industrie, et duMinistère de la Population. La Banque centrale a apporté un complément d'information tandis que la société civile aapporté son concours aux consultations par la voix de la Plate-forme de Coordination des Organisations de la SociétéCivile. Ce processus a été activement suivi par tous les participants et a donné lieu à un atelier national de validationdes résultats de l'enquête auquel étaient présents tous les PTF ainsi que des représentants des Ministères engagésdans la réponse à l'enquête.Le premier résultat de cette enquête est que le montant total de l'aide déclarée par les donneurs à Madagascar est de434,5 millions USD. Il faut replacer cette somme dans le contexte qui a suivi la non reconnaissance des autorités detransition arrivées au pouvoir en mars 2009. La communauté des donneurs a réagi à la crise politique de plusieursfaçons. Un premier groupe a progressivement suspendu ses aides, parfois au moyen de décisions juridiques. Parmi lesdonneurs de ce premier groupe, la Banque mondiale a progressivement repris une partie de ses versements en 2009et en 2010 tandis que l'Union européenne a maintenu la suspension de toute nouvelle programmation. Un deuxièmegroupe de donneurs a poursuivi son aide à l'exception de l'appui budgétaire qui a été redistribué par d'autres canaux.Ces donneurs ont employé des solutions de repli qui se sont parfois écartées des critères de la Déclaration de Parisdans le but de maintenir leur aide. Dans ce deuxième groupe, certains donneurs comme le Système des Nations Uniesont augmenté le volume de leurs versements pour faire face aux besoins les plus urgents en matière de santé et desécurité alimentaire. Tous les donneurs ont continué autant que possible à mettre en œuvre leur aide dans le respectdes critères de l'efficacité de l'aide et ont concentré leurs efforts au niveau des communes et groupes vulnérables.
Tableau 1
.
Vue d’ensemble : défis et actions prioritaires
Principe Appréciation2010Défis Actions prioritaires CommentairesAppropriation Faible Implication des PTFdans l'élaborationet la mise en œuvredu prochain cadrede développementDocuments stratégiques de courtet moyen terme à produire par lapartie nationale.Il n'existe pas de cadre unique dedéveloppement mais seulementdes stratégies sectorielles.Alignement Moyen Augmenter lafiabilité dessystèmes nationauxdes financespubliques- Budgétisation de l’aide- Mise en œuvre de la réforme desFinances publiques.La situation politique ne permetpas le passage par les systèmesnationaux de gestion desfinances publiques.Harmonisation Très faible Les PTF inscriventleur action dans lecadre d'approches-programmesRevenir aux conditions de mise enœuvre de l'aide budgétaire.L'approche-programme estrestreinte à certains versementsdont les accords ont été conclusavant 2009Gestion axéesur les résultatsFaible Avoir un système desuivi et d'évaluationfiable- Renforcer les capacités degestion des informations.- Recensement général de lapopulation.La situation politique n'a paspermis la mise à jour del'ensemble des indicateurs dusystème de suivi-évaluation.ResponsabilitémutuelleNonapplicableactuellementReconnaissanced'un gouvernementlégitime par lacommunautéinternationaleRétablir la tenue périodique dudialogue entre le Gouvernementet ses partenaires.La situation politique n'a paspermis l'établissement denouveaux engagementsréciproques formels.
1
Le Système des Nations Unies à Madagascar est considéré comme un donneur unique. Il est composé de 11 agences.
 
2
En raison des réalités très différentes des versements de l'aide à Madagascar, il faut nuancer les résultatscontenus dans ce rapport. Les principes de la Déclaration de Paris s'appliquent difficilement à la situation du paysdepuis 2009 car la crise politique interne a entraîné une prise de distance entre les donneurs et la partienationale. Des efforts existent des deux côtés pour conserver une aide efficace. Une lecture attentive desrésultats s'impose car en 2010 la situation n'était plus celle d'une restriction massive de l'aide comme en 2009. Ilne s'agissait pas non plus d'un retour à la situation telle qu'elle était en 2008. Le contexte de crise prolongéepourra entraîner un rebond positif de la communauté des donneurs après la normalisation de la situationpolitique.Dans les appréciations qualitatives de ce rapport, nous procédons à des comparaisons entre les résultats del'enquête 2011 et ceux de l'enquête OCDE pour l'année 2007. En ce qui concerne le volume total de l'aide,l'enquête pour l'année 2007 avait conclu à un total de 697 millions USD.Nous faisons aussi des comparaisons à partir des données disponibles dans la base de données Aid ManagementPlatform (AMP). Cette base a été créée en 2008 en coopération avec le gouvernement malgache, la Banquemondiale, la GTZ et le PNUD. Elle reste à actualiser et à compléter mais dans l'état actuel elle nous informe del'évolution de l'aide présentée ci-dessous.
Volume total d'APD selon la base AMP pour les donneurs ayant répondu à l'enquête OCDE (en millions USD)Année 2008 2009 2010Montant de l'APD
564 353 439,8*
* La différence avec le résultat de l'enquête OCDE pour la même année s'explique par les rythmes variables de décaissements et dedéclarations de chaque donneur et par l'application de taux de change différents pour une même période.
Depuis 2009, la situation du développement à Madagascar est marquée par la dégradation des indicateurssociaux malgré les efforts supplémentaires des donneurs pour compenser la baisse du financement de la part desautorités nationales. La mortalité maternelle est passée de 200 p 100 000 à 500 p 100 000 (OMS 2008-2010).Selon les deux dernières enquêtes auprès des ménages, la part de la population vivant sous le seuil de pauvreté aaugmenté de 68% en 2005 à 76,7% en 2010. Une large part de cette hausse est vraisemblablement expliquée parl’arrêt de la croissance économique au cours des deux dernières années. En dépit de l'aggravation de cesindicateurs, le pays n'est pas reconnu comme étant dans une situation d'urgence humanitaire et plusieursacteurs parlent d'une « crise silencieuse ». Un rapport du ministère de l'Economie et de l'Industrie datant de2010 attribuait à la crise politique ainsi qu'à la suspension de la majeure partie des financements extérieurs unralentissement de 3,7% du taux de croissance en 2009. L'économie informelle ou le chômage concernaient deuxtravailleurs sur trois en 2010
2
.
2
Source : Banque mondiale
 
3
APPROPRIATION
L'appropriation se définit comme la capacité des pays à maîtriser réellement leurs politiques et leurs stratégiesde développement. A Madagascar, le principe d'appropriation n'a pas pu être respecté en 2010 selon les critèresde la Déclaration de Paris. La raison principale en est que le pays ne dispose plus d'un cadre unique dedéveloppement depuis 2009 mais seulement de quelques stratégies sectorielles, notamment dans les secteurssociaux (éducation et santé). Les partenaires se réfèrent encore à ces stratégies mais elles sont insuffisantes auregard des critères de la Déclaration de Paris et loin d'être exhaustives.
Indicateur 1 : Les stratégies de développement sont opérationnelles
Cet indicateur est renseigné par l'étude sur l'efficacité de l'aide mené par la Banque mondiale. Nous y apportonsdes observations qualitatives.La partie nationale cherche à mettre en œuvre les stratégies sectorielles dont elle dispose pour les secteurssociaux mais il n'y a plus de cadre unique de développement partagé avec les donneurs depuis le début de latransition en mars 2009. L'ancienne stratégie appelée Madagascar Action Plan
3
n'est plus en vigueurofficiellement mais les entretiens menés avec les techniciens des ministères concernés par l'enquête 2011 ontmontré que ses indicateurs servent toujours de référence pour le suivi et l'évaluation des projets entrepris par lapartie nationale. Pour leur part, les donneurs disposent de leurs propres cadres stratégiques et de leurs propresobjectifs établis avant la crise et qu'ils ont cherché à adapter aux nouvelles circonstances. Certains comme leSystème des Nations unies ont adopté une stratégie intérimaire qui donne de nouveaux objectifs pour lessecteurs sociaux. La Banque africaine de développement a prolongé son Document stratégique de partenariat2005-2009 jusqu'en 2012.Dans la perspective de la reconnaissance internationale des autorités de transition, la partie nationale affirmequ'une stratégie de court terme appelée Document de référence des actions gouvernementales est enpréparation. A plus long terme, un nouveau cadre unique de développement devrait être produit après lanormalisation de la situation politique. Aucune certitude n'existe quant à la reconnaissance de ces futurs cadresstratégiques par les acteurs nationaux tels que la société civile ni par la communauté des donneurs.Précisons que le Système National Intégré de Suivi et d'Evaluation (SNISE) créé en 2008 pour le suivi desindicateurs du MAP est toujours en usage. Des ateliers de formation ont été menés dans les Régions auprès desautorités régionales et locales mais les capacités de l'Etat à mettre en œuvre ce suivi ne sont pas encoredémontrées. En pratique, le suivi de mise en œuvre de la stratégie était semestriel jusqu'en 2009, mais cefonctionnement a été interrompu pour l'année 2010 et remplacé par un rapport annuel. Des revues à mi-parcours existent aux niveaux sectoriels pour le suivi des indicateurs issus du MAP mais sont souvent incompletsen raison du manque d'information. Dans sa réponse au questionnaire, la partie nationale a pourtant indiquéque l'ensemble des secteurs est couvert par la mise en œuvre des politiques de développement. Elle a cochétous les secteurs proposés par le questionnaire. Elle y a ajouté le « secteur administratif », composé desfonctions régaliennes
4
, de la fonction publique, de l'économie et des finances publiques, de la décentralisation etde l'aménagement du territoire.Selon la partie nationale, les priorités exprimées par les structures nationales et régionales de mise en œuvre desprogrammes sectoriels ainsi que celles exprimées par la société civile sont officiellement intégrées aux révisionsannuelles des objectifs. Le ministère des Finances et du Budget indique que les cibles annuelles des stratégiessectorielles prennent en compte les Objectifs du Millénaire pour le Développement et font l'objet de travaux deconcertation et de mise en cohérence. Il n'y a pas eu de nouveau cadre budgétaire national (CBN) ni cadre dedépenses à moyen terme (CDMT) depuis que les derniers ont été établis en 2007.
3
Le Madagascar Action comportait huit engagements alignés sur les Objectifs du millénaire pour le développement. Chaqueengagement était décliné en un certain nombre de défis, chacun assortis d'indicateurs.
4
Sécurité, défense, justice.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->