Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword or section
Like this
2Activity

Table Of Contents

0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Facteurs relatifs au faible poids de naissance au CHUA gynécologie obstétrique de Befelatanana (RAKOTOZANANY L.E, RABARIJAONA L.P, RAKOTOMANGA JDM - 2004)

Facteurs relatifs au faible poids de naissance au CHUA gynécologie obstétrique de Befelatanana (RAKOTOZANANY L.E, RABARIJAONA L.P, RAKOTOMANGA JDM - 2004)

Ratings: (0)|Views: 11,648|Likes:
Published by HayZara Madagascar
Le faible poids de naissance (FPN) représente un problème majeur de santé publique aussi bien dans les pays en voie de développement que dans les pays développés, il constitue probablement le facteur le plus important de mortalité néonatale, ainsi qu’un déterminant significatif de la mortalité postnéonatale et de la morbidité infantile [3].
Cette étude rétrospective a pour objectif d’étudier la fréquence et les facteurs relatifs au faible poids de naissance au CHUA Gynécologie Obstétrique de Befelatanana.
Au total, 984 nouveau-nés avec leur mère ont fait l’objet de cette étude sur une période de six mois (janvier 2003- juin 2003), parmi les 984 nouveau-nés étudiés, 127 nouveaunés sont de FPN, soit un taux de FPN de 12,9%. Les facteurs significativement associés à la survenue de FPN étaient : l’âge gestationnel inférieur à 37 semaines d’aménorrhée (SA), le nombre de consultations prénatales (CPN) inférieur à 3, la taille maternelle de moins de 150 cm, la primiparité le statut matrimonial célibataire de la mère et l’intervalle intergénésique inférieur à 24 mois.
Une attention particulière doit être portée sur ceux de ces facteurs qui peuvent être prévenus.
******************************
RAKOTOZANANY L.E, RABARIJAONA L.P, RAKOTOMANGA JDM - 2004
Le faible poids de naissance (FPN) représente un problème majeur de santé publique aussi bien dans les pays en voie de développement que dans les pays développés, il constitue probablement le facteur le plus important de mortalité néonatale, ainsi qu’un déterminant significatif de la mortalité postnéonatale et de la morbidité infantile [3].
Cette étude rétrospective a pour objectif d’étudier la fréquence et les facteurs relatifs au faible poids de naissance au CHUA Gynécologie Obstétrique de Befelatanana.
Au total, 984 nouveau-nés avec leur mère ont fait l’objet de cette étude sur une période de six mois (janvier 2003- juin 2003), parmi les 984 nouveau-nés étudiés, 127 nouveaunés sont de FPN, soit un taux de FPN de 12,9%. Les facteurs significativement associés à la survenue de FPN étaient : l’âge gestationnel inférieur à 37 semaines d’aménorrhée (SA), le nombre de consultations prénatales (CPN) inférieur à 3, la taille maternelle de moins de 150 cm, la primiparité le statut matrimonial célibataire de la mère et l’intervalle intergénésique inférieur à 24 mois.
Une attention particulière doit être portée sur ceux de ces facteurs qui peuvent être prévenus.
******************************
RAKOTOZANANY L.E, RABARIJAONA L.P, RAKOTOMANGA JDM - 2004

More info:

Published by: HayZara Madagascar on Apr 15, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/06/2013

pdf

text

original

 
- 1 -
FACTEURS RELATIFS AU FAIBLE POIDS DE NAISSANCE AU CHUA GYNECOLOGIEOBSTETRIQUE DE BEFELATANANA
RAKOTOZANANY L.E
1
, RABARIJAONA L.P
2
, RAKOTOMANGA JDM
3
2.1.
 
RESUME
Le faible poids de naissance (FPN)représente un problème majeur de santépublique aussi bien dans les pays en voie dedéveloppement que dans les pays développés,il constitue probablement le facteur le plusimportant de mortalité néonatale, ainsi qu’undéterminant significatif de la mortalité post-néonatale et de la morbidité infantile [3].Cette étude rétrospective a pour objectif d’étudier la fréquence et les facteurs relatifsau faible poids de naissance au CHUAGynécologie Obstétrique de Befelatanana.Au total, 984 nouveau-nés avec leur mèreont fait l’objet de cette étude sur une périodede six mois (janvier 2003- juin 2003), parmiles 984 nouveau-nés étudiés, 127 nouveau-nés sont de FPN, soit un taux de FPN de12,9%. Les facteurs significativementassociés à la survenue de FPN étaient : l’âgegestationnel inférieur à 37 semainesd’aménorrhée (SA), le nombre deconsultations prénatales (CPN) inférieur à 3,la taille maternelle de moins de 150 cm, laprimiparité le statut matrimonial célibatairede la mère et l’intervalle intergénésiqueinférieur à 24 mois.Une attention particulière doit être portéesur ceux de ces facteurs qui peuvent êtreprévenus.
 Mots-clés : faible poids de naissance - facteurs de risque - Madagascar.
2.2.
 
SUMMARY
The low birth weight (LBW) represents amajor problem of public health as well in thedeveloping countries that in the developedcountries, it probably constitutes the mostimportant factor of neonatal mortality, aswell as a meaningful determinant of the post-neonatal mortality and the infantile morbidity[3].This retrospective survey has for objectiveto study the frequency and the relative factorsto LBW in the CHUA Obstetric Gynaecologyof Befelatanana.Globally, 984 newborns with their motherwere the subject of this survey on one periodof six months (January 2003 - June 2003),among the 984 studied newborns, 127newborns are of LBW, either a rate of LBWof 12,9%. Factors significantly associatedwith LBW were : age of pregnancy less than37 weeks of amenorrhoea, less than 3prenatal consultations (CPN), mother’s sizeless than 150 cm, primiparity, unmarriedmatrimonial statute of the mother and theshort interpregnancy interval less than 24months.A particular attention must be carried onthose of these factors that can be warned.
Key-words : low birth weight – risk factors - Madagascar.
(1)
 
Médecin en service au SSD Miarinarivo(2)
 
Docteur en Epidémiologie, chargé de recherche à l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM)(3)
 
Professeur Titulaire, Département Santé Publique Faculté de médecine d’Antananarivo, Directeur de la Formation et de laRecherche à l’Institut National de Santé Publique et Communautaire (INSPC)
 
- 2 -
1
 
INTRODUCTION
"Peser quelques grammes de plus peut faire toute la différence du monde pour unnouveau-né." (
Globe & Mail, 12 août 1994)
[1]
.
Un bon poids à la naissance est l’objectif le plus important pour un enfant, essentiel à son meilleur développement et constitue lepremier indicateur de santé pour le reste de sa vie [2]. En revanche, le faible poids denaissance constitue probablement le facteur le plus important de mortalité néonatale, ainsiqu’un déterminant significatif de la mortalité post-néonatale et de la morbidité infantile [3].Le faible poids de naissance représente un problème majeur de santé publiqueaussi bien dans les pays en voie de développement que dans les pays développés. En 1993dans le monde, près de 24 millions, soit environ 19% de tous les nourrissons naissent avecun poids inférieur à 2 500 grammes [3]. Cette fréquence varie selon les pays allant de 7%dans les pays développés à 19% dans les pays en voie de développement [4]. Au Canada,le taux d'insuffisance de poids à la naissance n'a pas sensiblement changé au cours des dixannées, passant de 6% des naissances vivantes en 1980 à 5,5% en 1990 [1]. C'est en Asiedu sud-est que se trouvent les quatre pays (Bangladesh, Inde, Pakistan et Sri Lanka) ayantles taux les plus élevés d'insuffisance pondérale à la naissance [5]. En Afrique, les donnéessur l’insuffisance pondérale à la naissance des 40 pays d’Afrique subsaharienne montrentque dans 35 pays, plus de 10% des enfants naissent avec un poids insuffisant à la naissance[6, 7], à Madagascar en 2003, la proportion de naissances de faible poids est de 7,8%(source : Service des Statistiques Sanitaires MIN SAN/PF). La plupart des données surl’insuffisance de poids à la naissance proviennent des hôpitaux, ne tiennent pas compte desnombreux enfants qui naissent à domicile et le fait d’accoucher à l'hôpital peut être unsigne de revenus plus élevés et donc d'une meilleure nutrition ou un signe d'une naissanceà haut risque, ce qui peut biaiser les résultats [5].Les deux principales causes d’insuffisance de poids à la naissance sontl’accouchement prématuré ( avant que 37 semaines de grossesse soient terminées ) et leretard de croissance intra-utérin (RCIU) [8]. Dans les pays en voie de développement où lamalnutrition est fréquente, environ 80% de l’insuffisance pondérale à la naissance sontimputables au retard de croissance intra-utérin dû en grande partie à la malnutritionmaternelle [6]. En revanche, dans les pays développés, la naissance prématurée constitue lapremière cause de faible poids à la naissance, 70% environ des enfants de faible poids à lanaissance sont des prématurés [8].
 
- 3 -En ce qui concerne les conséquences de l'insuffisance pondérale à la naissance, elleest à l’origine de plus de cinq millions de décès néonatals chaque année dans le monde [5].Une étude sur les décès périnatals entre 1970 et 1973 à Narangwal ( Inde ) montre que32% des décès sont dus à l’insuffisance pondérale à la naissance [9]. Par ailleurs, à l’âgeadulte, les enfants de faible poids à la naissance sont plus exposés aux anomalies dumétabolisme glucidique, aux pathologies coronariennes, à l’hypertension artérielle, auxincapacités telles que la paralysie d’origine cérébrale et les troubles d'apprentissage. Desurcroît, les soins spéciaux dont certains de ces enfants ont besoins, parfois durant denombreuses années, comportent des coûts émotifs et financiers élevés pour les familles etla collectivité [2,10,11,12].Etant donné que la réduction de la mortalité infantile est l’un des principauxobjectifs de l’OMS dans le cadre de la stratégie de la santé pour tous et de la révolutionpour la survie et le développement de l’enfant [9], la prévention du faible poids denaissance constitue un moyen pour atteindre cet objectif. Cette prévention est un défi desanté publique, car il n’existe aucun groupe médical à risque clairement défini et il existeégalement de nombreux facteurs de risque dont les mécanismes sous-jacents responsablesdes naissances prématurées et des retards de croissance intra-utérins sont mal compris [10].Cependant, une attention particulière doit être portée sur ceux de ces facteurs de risques defaible poids de naissance qui peuvent être prévenus dans le cadre des consultationsprénatales. En somme, bien que les programmes nationaux, élaborés en faveur de la santématernelle et infantile aient été mis en œuvre, le faible poids à la naissance reste unproblème de santé publique à Madagascar.C’est dans ce contexte que s’inscrit cette étude rétrospective intitulée « les facteursrelatifs au faible poids de naissance » au Centre Hospitalier Universitaire d’Antananarivo,Gynécologie-Obstétrique de Befelatanana. La présente étude vise à déterminer lafréquence ainsi que les facteurs associés au faible poids à la naissance, la proportion durisque attribuable à ces facteurs, à proposer des suggestions aux autorités médicales dans lebut de renforcer et de mieux cibler les interventions de santé dans le domaine deprévention du faible poids à la naissance.Ce travail est divisé en six chapitres portant respectivement sur les généralités sur lefaible poids de naissance et la croissance fœtale, la méthodologie adoptée, les résultats, lesdiscussions et commentaires, les suggestions et recommandations, et la conclusion.
 

Activity (2)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->