Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more ➡
Download
Standard view
Full view
of .
Add note
Save to My Library
Sync to mobile
Look up keyword
Like this
2Activity
×
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Lacan Et La Politique

Lacan Et La Politique

Ratings: (0)|Views: 772|Likes:
Published by nabotma

More info:

Published by: nabotma on Apr 23, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See More
See less

08/07/2013

pdf

text

original

 
Lacan et la politique
par Jacques-Alain MILLER, Jean-Pierre CLERO et Lynda LOTTE
| Presses Universitaires de France |
Cités 
2003/4 - n° 16
ISSN 1299-5495 | ISBN 2130534570 | pages 105 à 123
Pour citer cet article :— Miller J.-A., Clero J.-P. et Lotte L., Lacan et la politique,
Cités
2003/4, n° 16, p. 105-123.
Distribution électronique Cairn pour Presses Universitaires de France .© Presses Universitaires de France . Tous droits réservés pour tous pays.La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites desconditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votreétablissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manièreque ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueuren France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.
 
Lacan et la politique 
E
NTRETIEN AVEC
J
 ACQUES
-A 
LAIN
M
ILLER PROPOS RECUEILLIS PAR 
J
EAN-
P
IERRE
C
LÉRO ET
L
 YNDA 
L
OTTE
 J
EAN-
P
IERRE
C
LÉRO
, L
 YNDA 
L
OTTE
.
Lacan est mort il y a un peu plus de vingt ans, en 1981 ; il semble que sa présence, pour ne pas dire son règne, n’ait jamais été aussi éclatante. Il faut toutefois se mé- fier de ce qui paraît évident et peut-être y a-t-il eu de profonds changements aucours de ces deux dernières décennies oùson œuvre est apparue comme la référence obligée, même aux contradictions de ses thèses. Peut-être à cause de la piété de ceux qui ont entouré son œuvre et qui,comme vous l’avez fait, ont permis àd’innombrables leçons du
Séminaire
de  passer de l’enseignement oral à une su- perbe forme écrite, Lacan n’a pas connule passage par le « purgatoire » que subis-sent le plus souvent les grands auteurs après leur mort. Sa figure est devenue celle d’une sorte de père de la psychana-lyse, en passe de se substituer à celle de Freud, et rayonnant sur la famille des analystes, tantôt déchirée, tantôt récon-ciliée ; comme toutes les familles.Cette occultation de Freud n’est pas sans importance pour le sujet qui nous occupe ; en effet, dans la première partie du
XX 
siècle – même si nous en avons  parfois un peu perdu le sentiment, en dé- pit de l’existence d’une littérature fine et importante sur la question –, Freud lui-même et de nombreux psychanalystes de son entourage ont pris des positions poli-tiques qu’ils ont souvent payées de l’exil.Il y a eu des freudiens de gauche (Gross,Fénichel, Marcuse, Fromm, Reich) et des freudiens de droite (Jung, Grod-deck), des façons d’être de gauche et d’être de droite en se réclamant de la psychanalyse.L’importance tout à fait extraordi-naire prise par Lacan en France de- puis 1945, et sans doute aussi hors de France – quoique dans une moindre mesure dans les pays anglo-saxons – pa-raît avoir beaucoup changé les choses.Quel a été, quel est, l’impact politique de Lacan – j’entends aussi bien en phi-
105
Entretien avec J.-A. Miller Propos recueillis  par J.-P. Cléroet L. Lotte 
Cités 16,
Paris,
PUF
, 2003
 
losophie politique que dans la pratique  politique ? Curieusement cet impact est difficile à mesurer, à s’en tenir à Lacan lui-même ; mais on ne se facilite pas la tâche en prenant en compte les « lacaniens » :un certain nombre d’entre eux ne répu- gneraient sans doute pas à être classés à gauche, voire à l’extrême gauche – à la-quelle Lacan ne saurait être directement rattaché ; en revanche, un nombre nonnégligeable d’autres analystes, qui se ré-clament de Lacan, ne sont pas sans  prendre des positions que l’on classerait volontiers à droite, quoique peut-être àtort, comme celles qu’ils prennent sur la famille et par l’espèce de primat accordé au phallus, quand bien même le phallus ne coïnciderait pas avec l’homme mâle en chair et en os. J. Derrida, il y a long-temps, lui avait déjà adressé ce reproche.Il est peut-être temps de regarder d’un peu plus près ce qu’il en est ; d’autant que, d’une part, il n’est pas si facile de démêler une littérature qui coule à pleinbord sur cette question, et que, d’autre  part, les années 1980 et 1990 ont été  fertiles en événements majeurs : l’effon-drement de la coupure Est-Ouest de l’Europe et, presque du monde, avec des redistributions idéologiques et politiques spectaculaires, une menace d’extrême droite qui se précise à nouveau dans des États démocratiques et qui accompagne une grande désaffection politique de leur  population.Le problème qui se pose à quiconque s’intéresse conjointement à la politique et à la psychanalyse est le suivant : com-ment la psychanalyse peut-elle intervenir théoriquement et pratiquement dans le champ politique ? Est-ce en écrivant des ouvrages théoriques : dès lors, quelle al-lure peuvent-ils prendre ? Est-ce en in-tervenant ès qualité dans le domaine po-litique pour conseiller le prince ou les citoyens, les mettre en garde, voire pour détourner ceux-ci de la politique en leur intimant de mener un destin essentielle-ment personnel et privé ?  À coup sûr, de même que la psycha-nalyse rend un peu moins inintelligent sur sa vie privée, on peut s’attendre à ce qu’elle rende un peu moins aveugll’individu au sein des groupes, des fou-les, des masses, des États ; mais on ren-contre une difficulté particulière dans le second cas : sur quoi faut-il s’appuyer  pour avoir une influence politique et dans quel sens faut-il la développer ? Il est difficile de ne pas avoir dans l’oreille ici la plainte de Fénichel qui disait sondésespoir de n’avoir pu aider que cinq àdix personnes par an. La psychanalyse  peut-elle être coue autrement qucomme un immense projet d’éducation privée ? 
 Jacques-Alain Miller
— 
On
ne sau-rait mieux dire. Un immense projetd’éducation privée ! C’est ainsi en effetque la psychanalyse doit apparaîtrequand on considère sa pratique en po-litologue. Elle ne prend pas l’hommeen masse, si je puis dire, mais un parun. Elle le retire de la scène publique,elle le soumet à une expérience singu-lière, qui reste dans la confidence desdeux partenaires. Elle lui promet de lesoulager de certains maux intimes enles élucidant. Et nous en sommesau point où cette pratique, et cellesqu’elle inspire, lesdites psychothéra-
106
Entretien :Lacan et la politique 

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->