Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
4Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Alchimie Altus - Mutus Liber

Alchimie Altus - Mutus Liber

Ratings: (0)|Views: 31|Likes:
Published by marioalves9633

More info:

Published by: marioalves9633 on May 03, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

03/26/2013

pdf

text

original

 
MUTUS LIBER
LE LIVRE MUETALTUSMUTUS LIBER, IN QUO TATEM TOTA PHILOSOPHIAHERMETICA FIGURIS HIEROGLYPHICIS DEPINGITUR,AURORE CUJUS NOMEN EST ALTUS.
« Le livre sans parole, dans lequel est toutefois présenté en figures hiéroglyphiques la totalité de laphilosophie hermétique, sacrée pour Dieu miséricordieux et trois fois grand, s'adresse uniquement aux filsde l’art et le nom de son auteur est Altus. »Première parution par privilège du Roy le 8 novembre 1676
AU LECTEUR
Quoy que celuy qui a fait les frais de l’impression de ce livre,n’ait voulu mettre à la tête ni Lettre dédicatoire, ni Préface pour les raisons qu’il a pardevers luy, j’ai cru, pourtant, qu’ilne trouveroit pas mauvais que vous dise que cet Ouvrage estadmirable en cecy : c’est qu’encore qu’il soit intitulé Livre Muet ; néanmoins, toutes les Nations du monde, les Hébreux,les Grecs, les Latins, les François, les Italiens, les Espagnols, les Allemans, &c. peuvent le lire & l’entendre. Aussi est-ce le plusbeau Livre qui ait jamais esté imprimé sur ce sujet, à ce quedisent les Savans, y ayant-là des choses qui n’ont jamais esté dites par personne. Il ne faut qu’estre un véritable Enfant del’Art, pour le connoitre d’abord. Voilà (cher lecteur) ce que j’aycru devoir vous dire.
 
 JOURNAL DES SAVANTS
Du Lundi 16 Aout M. DC. LXXVII.MUTUS LIBER, IN QUO TATEM TOTA PHILOSOPHIA HERMETICA FIGURIS HIEROGLYPHICISDEPINGITUR, AURORE CUJUS NOMEN EST ALTUS.In fol. Rupellae apud Petrum Savouret 1677.Et se trouve à Paris chez Pierre le Petit et Estienne Michaller.out le monde sait qu’Hers est lepremier qui a eu la Science de laTransmutation des taux, apslaquelle on voit encore tant de gensinutilement occupés. L’Auteur de celivre prétend montrer ici tout le mystère de cettehaute Philosophie & tout le progrès de cet Art, parde seule figures hiéroglyphiques, sans aucundiscours & sans nulle explication. C’est ce qui le faitappeler le Livre Muet, ne disant pas même le nomde celui à qui il doit le jour.
T
Ceux qui se plaisent à se ruiner à la recherche dugrand œuvre ne seraient peut-être pas fâchés qu’ondonnât ici l’âme & la parole à tant de figures muettesqui composent ce Livre. Je me contenterai d’endéchiffrer quelques-une, laissant à l’Auteur la libertéde leur donner tel autre sens qu’il lui plaira.Un peu au-dessus du milieu de la deuxième plancheon voit une Vessie de verre ou Œuf des Philosophes,dans lequel il paraît un Neptune, qui s’élève sur unDauphin ayant sous ses bras deux figures humainesavec les caractères de l’or & de l’argent sur la tête. Ilsemble que l’Auteur veuille montrer par-là qu’il fautmettre ces deux nobles taux dans l’œuf desPhilosophes pour s’y fermenter & s’ouvrir par le selvolatil du Nitre tiré du sel commun qui est très fixe,représenté par un Dauphin, duquel ce Neptunes’élève. Ce sel volatil nitreux qui est l’agent universeldes Philosophes, et qui contient leur sel, leur soufre& leur mercure est excité par la douce & humidechaleur du Bain vaporeux à feu de lampe, comme onvoit au bas de cette même Planche.Mais parce que ce sel nitre doit être parfaitementpurif, & tel qu’il se trouve partout dans l’air,séparé des soufres étrangers, de l’alun, & d’un selfixe commun, la 4ème Planche semble montrer quelorsque le Soleil est dans le Signe du Bélier ou duTaureau, il faut ramasser sur des linges bien nets laRosée céleste imprégnée de ce feu fixe, & sel solaire,que l’air condensé par la fraîcheur de la nuit laissetomber sur la terre, ainsi qu’une éponge presséerend l’eau qu’elle contenait dans ses pores.Lorsque ce sel Solaire qui n’est autre chose qu’unNitre très purifié est concentré & pétrifié par uneadroite préparation, il imbibe la lumière & devientun petit Soleil artificiel. Peuttre est-ce ce feuperpétuel des Urnes des anciens si célèbre dansl’Antiquité, & si rechercpar les modernes : &peut-être aussi les nouveaux Phosphores de M.Krafft dont nous avons parlé dans le journalprécédent, ne sont-ils autre chose quunepréparation de ce même Nitre. Ce même sel étantment duit en liqueur devient l’alkaest, oudissolvant universel tant cacpar les Maître del’art : aussi l’expérience fait voir que le sel volatil dela Rosée de Mai dissout l’or aussi facilement quel’eau chaude dissout la glace.On voit dans la me Planche ce mercure desPhilosophes qui est le soleil & l’âme des plantesemployé à ouvrir ces deux nobles Métaux à l’aide dela chaleur du Bain vaporeux, & par le moyen dedeux substances qu’il contient, dont l’une estblanche & l’autre rouge. La blanche est la Lune desphilosophes, & la rouge ou l’inrieure est leurSoleil ; & c’est de cette dernière que les Maîtres del’Art tirent avec de l’esprit de vin une teinture quiest le véritable Or Potable des Philosophes, aprèsque le Nitre étant refroidi a pris une couleur bleueen quittant la verte, qu’il avait acquise dans leCreuset par deux heures de cuisson. C’est aussi cettepartie intérieure du Nitre, qui est le soufrehomone à celui de l’or, puisqu’il acquiert sacouleur par degrés, & qu’étant préparé d’une façonil donne un très belle teinture d’or au guled’antimoine.Dans les 4 Planches qui suivent ce Sel Nitre oumenstrue universel est employé à disposer lemercure commun. La 13ème Planche contient laProjection, & la 14ème semble enseigner la façond’une minière artificielle & perpétuelle, danslaquelle l’or & l’argent croissent comme les Plantessur la Terre : Puisque l’expérience fait voir qu’uneonce d’argent de coupelle dissout dans l’esprit deNitre croît dans une fiole en arbre Métallique, si on yajoute demi-livre d’eau de fontaine, & environ deuxonces de bon Mercure commun.Enfin la 15ème & dernière Planche semble montrerque le Mercure commun qui était autrefoisindomptable comme un Hercule, sous la figureduquel cet Auteur le représente, est enfin terrassé, &qu’après sa mort il s’en forme le Soleil & la Lune,c’est-à-dire l’or & l’argent artificiel des véritablesphilosophes Hermétiques.
– 2 –
 
PLANCHE I
– 3 –

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->