Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Les parents ne devraient pas choyer les enfants

Les parents ne devraient pas choyer les enfants

Ratings: (0)|Views: 31|Likes:
Published by Pierre-Albert Hayen
Dans ce discours, Sai Baba, qui a régénéré l'enseignement en Inde, partage son idéal de l'éducation.
Dans ce discours, Sai Baba, qui a régénéré l'enseignement en Inde, partage son idéal de l'éducation.

More info:

Published by: Pierre-Albert Hayen on May 11, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/11/2011

pdf

text

original

 
Les parents actuels ont tendance à prodiguer trop d’affection à leurs enfants. Mais cetteaffection seule n’est pas suffisante. Il devrait yavoir aussi un contrôle sur les enfants. Ildevrait y avoir à la fois de l’amour et desrègles. C’est seulement si l’amour et leslimites sont présents que l’amour s’avérera bénéfique.Pour toutes les mauvaises habitudes desenfants, qui sont naturellement innocents etignorants, les parents sont principalementresponsables. Ils ne font aucun effort pour enseigner aux enfants des modèles decomportement appropriés. Ils choient lesenfants en leur donnant libéralement del’argent. Ils veulent que leurs garçonsdeviennent de hauts fonctionnaires, qu’ilsaient de gros revenus, qu’ils s’enrichissent etqu’ils mènent une vie confortable et aisée.Mais pas un seul instant ils ne considèrentcomment ils devraient faire réaliser auxenfants la nécessité de développer de bonnesqualités. Il incombe aux parents d’apprendre aux enfants à cultiver de bonnes attitudes et desqualités morales. Se contenter de les encourager à réussir dans la vie n’est pas correct. Les parents ne devraient se sentir heureux qu’en voyant leurs fils mener des vies irréprochables,acquérir une bonne renommée et se conduire correctement. Simplement se réjouir de lanaissance d’un fils est débile.Dhritharashthra avait cent fils, les Kauravas. Il savait très bien que c’était une mauvaise cliquequi poursuivait de mauvaises pratiques. Il savait aussi que les fils de son frère, les Pandavas,étaient mariés au
 Dharma
(à la rectitude) et que les Kauravas infligeaient aux Pandavas beaucoup d’indignités et de préjudices. Bien que Vyasa ait à plusieurs reprises répété àDhritharashthra qu’en vertu d’une affection mal placée pour ses fils, il ne devrait pas permettre à ces derniers de persécuter les Pandavas, le père, qui les adorait, ne prêta aucuneattention aux conseils de Vyasa. En conséquence, il se retrouva impliqué dans une quantitéd’actions immorales.
Les enfants devraient recevoir les bonnes valeurs
Vyasa mit en garde Dhritharashthra : ‘’Dhritharashthra ! Je ne prétends pas que pour toi,aimer tes fils est mauvais. Mais tu dois savoir quel genre de fils tu devrais aimer. Sans savoir ceci, tu te conduis en aveugle. En témoignant de l’amour à un mauvais fils, tu causes du tort àla communauté et au pays.’’ Qu’a obtenu Dhritharashthra via son engouement aveugle pour 
 
ses fils ? Au final, il n’en avait même plus un seul pour célébrer ses funérailles ! Ce sont lesvertueux Pandavas qui ont dû lui rendre ce service.Aimer les enfants n’est pas mal. Mais vous(les parents), vous devriez apprendrecomment les aimer. A chaque fois que lesenfants dévient, sciemment ou pas, les parents devraient se hâter de corriger leursfautes et de les ramener sur le droit chemin.Les obligations des parents ne se limitent pasà assurer les repas, la scolarité et laconnaissance des questions matérielles. Lesenfants devraient aussi recevoir les bonnesvaleurs. Ils ne devraient pas être amenés à penser qu’acquérir la richesse est ce qui prime dans la vie. La fortune n’accompagne pas la personne qui quitte le monde. L’argentn’est nécessaire que pour subvenir aux besoins essentiels. Trop d’argent est aussiembarrassant qu’une chaussure trop grande. Trop peu risque d’être douloureux, comme unechaussure trop serrante. Alors, il est souhaitable de ne disposer que de la quantité deressources adéquate pour subvenir aux besoins essentiels. Il est déplorable qu’à l’heureactuelle, dans la folle poursuite de l’argent, les gens oublient toutes les qualités humaines.
Le chercheur persévérant obtient la sagesse
Aujourd’hui, les jeunes sont totalement inconscients de l’importance de consacrer sa vie à degrands idéaux. Il revient aux parents de faire en sorte que leurs enfants mènent des vies quiaient un sens. Pour leur part, les professeurs devraient montrer l’exemple et inculquer les bonnes valeurs à leurs pupilles. Seule une chandelle qui est allumée peut servir à allumer d’autres chandelles. Si les enseignants manquent d’idéalisme, comment peuvent-ils inspirer àleurs étudiants de mener des vies idéales ?Les gens parlent de la vie spirituelle, mais ils pratiquent rarement. Ils agissent souvent en senscontraire. La raison est le manque de vertus. Sans de bonnes qualités, tous les autres attributssont inutiles. C’est comme verser de l’eau dans un pot troué. Quand le cœur déborde demauvaises pensées et de mauvais désirs, comment pouvez-vous le remplir avec desaspirations pures ?Le gouverneur Banerjee a parlé du succès et il a mentionné que ‘’le succès engendre lesuccès.’’ Mais comment obtenir le succès et quel succès devriez-vous viser ? La Gita dit :
‘’Shraddhaavaan labhathe jnaanam’’ 
. (‘’Le chercheur persévérant obtient la sagesse.’’) Ceciveut dire que sans persévérance et sans sérieux, on ne peut obtenir aucun succès. Vous devezvous intéresser à la voie indiquée par les aînés. Vous devez consacrer de l’attention à laconnaissance enseignée par les anciens. Vous devez prêter attention à ce que les aînés disent.Sans sérieux, vous ne pourrez rien réaliser, quelles que soient les autres qualifications quevous puissiez avoir.Malgré des milliers d’années d’évolution et des progrès considérables dans le domaine de laconnaissance scientifique, l’homme n’est pas capable de faire des progrès significatifs vers le
 
Divin à cause du manque d’efforts acharnés dans la sphère spirituelle. Sans pratiquespirituelle, lire des livres religieux et écouter des discours spirituels n’ont aucune valeur.L’étude des Upanishads et des Shastras (sciences spirituelles) et la récitation des noms deDieu peuvent être en soi de bonnes actions, mais s’il n’y a pas d’amour, qui est la base detoute
 sadhana
(discipline spirituelle), cela ne sert à rien. Ils sont pareils à du petit-lait. Maisl’amour de Dieu est pareil au lait bien bouilli. Tout y est, toutes les protéines et toutes lesvitamines. L’amour renforce les énergies physiques, mentales et spirituelles. Les actes dedévotion sans amour sont pareils à du petit-lait dilué sans éléments nutritifs.
Les étudiants devraient cultiver la force d’âme
 Dhyana
(la méditation) et
 Japa
(la répétition d’un mantra), dépourvus d’amour sont desrituels plats. L’amour qui s’exprime par le service à toutes les choses vivantes est la meilleureexpression de l’amour de Dieu. Il n’y a pas de vraie dévotion sans un tel amour. C’est unamour qui est inaltérable et qui ne recule devant aucun sacrifice pour servir les autres. Quandnous aurons des étudiants qui seront remplis d’un tel amour et imprégnés de l’esprit deservice, la nation réalisera une prospérité, une paix et un progrès total et sans réserve.Apprenez tout d’abord à respecter vos parents. Soyez respectueux envers les aînés et prêtezattention à leurs conseils. Faites ce que vos professeurs vous disent. Placez votre confiance enDieu.Sans la foi en Dieu, toutes les autres possessions sont vaines. Prenez par exemple lecas de Duryodhana. C’était le seigneur d’unempire. Duryodhana et Arjuna allèrent trouver Krishna avant la bataille de Kurukshetra.Duryodhana ne voulut que l’armée de Krishnaà son côté, tandis qu’Arjuna était satisfait den’avoir que le seul Krishna. Ceci fut suffisant pour lui assurer la victoire dans la guerre.Toutes les armées de Duryodhana ne lui furentd’aucune utilité. Duryodhana comptait sur lesstratégies habiles de Sakuni. Il n’avait aucunefoi en l’intelligence divine de Krishna. Laleçon que les étudiants devraient tirer de cetépisode, c’est qu’ils doivent s’appuyer, non pas sur l’habileté ou l’astuce intellectuelle,mais sur la guidance de leur intelligencesupérieure, qui transcende la raison et la pensée ordinaires. Ils devraient rechercher lesoutien de Cela qui soutient toute la création.
Rapport entre la spiritualité et la science
Les étudiants devraient cultiver la patience. Tout ce que vous faites, faites-le sans motif égoïste. Vous consacrez beaucoup de temps à acquérir un objet matériel ou l’autre. Combien

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->