Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Les Evangiles

Les Evangiles

Ratings: (0)|Views: 18|Likes:
Published by nicole_plante

More info:

Published by: nicole_plante on May 17, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/30/2014

pdf

text

original

 
A PROPOSDES EVANGILES CANONIQUES
I - SUR JESUS
En araméen comme en hébreu, lenom du rabbi palestinien comme d'ailleurstous les noms propres, en ce temps-là,avait un sens. Nous disons en françaisJésus, qui est lui-même la transcription del'hébreu IECHOSSHUA, plus tardIESCHOUA.Les traducteurs en langue grecquede l'ancien testament, ceux qu'on appelleles septantes ont adopté la forme hébraïqueIECHOUA et ont transcrit Iësous. Quantau mot Christ, c'est la transcription du motChristos qui signifie "oint". Celui qui areçu l'onction, Ieschoua signifie YHWH.C'est le nom propre du Dieu d'Israël quiveut dire "Sauve".Pour une oreille juive palestiniennedu 1
er 
siècle de notre ère, Jésus le Christ aun autre sens que celui que nous luidonnons aujourd'hui.De me que le terme nouveautestament provient de l'breu "Berithadaschab" qui signifie "alliancenouvelle". Un testament en françaissignifie autre chose qu'une alliance.Il y a aussi d'autres termes traduitsde l'hébreu qui sont erronés comme le mot"Tequal" qui veut dire tomber, trébucher,et "Tequalab" le piège qui fait tomber etque l'on a traduit par scandale, scandaliser,qui n'ont rien à voir avec le sens du mothébreu.
2 - LA BIBLE -LES EVANGILES
Elle comprend les deux testaments,on devrait dire : l'ancienne et la nouvellealliances. Il est le livre sacré de l'humanité.Les vérités essentielles qu'elle confient serelient aux traditions de tous les peuples etde tous les âges.Mais à ces vérités bien deséléments inférieurs sont venus s'ajouter. Ace point de vue l'Evangile est comparable àun vase précieux où, parmi la poussière etles cendres se trouvent des perles et desdiamants,La réunion de ces joyauxconstituent la pure doctrine chrétienne.Quant aux Evangiles apocryphes, Fabricus,théologien allemand qui vécut de 1668 à1738, en comptait 35. Les originaux desEvangiles ont disparu sans laisser aucunetrace certaine dans l'histoire. Ils ont été probablement détruits lors de la proscription de l'empereur Dioclétien dansson édit impérial de 303.Les écrits sacrés qui échappèrentaux destructeurs ne sont donc que descopies. Primitivement, ces documentsétaient dépourvus de ponctuation, mais de bonne heure ils furent divisés en péricopes(passages des Epîtres et des Evangiles quise lisent à la grand-messe) pour lacommodité de la lecture en public. La
- 1 -
 
division actuelle parut pour la premièrefois en 1551. Origène se plaignait amèrement de l'état des manuscrits de sontemps. Irénée de Lyon rapporte que des peuples entiers crurent en sus sansl’intermédiaire du papier et de l'encre. Onn'écrivit pas de suite peut-être parce qu'onattendait le retour du Christ.Celse qui vivait à Rome au 2èmesiècle avant Jésus-Christ, reprochait auxchtiens de remanier sans cesse lesEvangiles et d'effacer le lendemain ce quiavait été inséré la veille. Il y a néanmoinsdans les Evangiles comme un sens caché.C'est Origène (185-254) qui le pressentquant il dit :"Les Ecritures sont de peu d'utilité pour ceux qui les prennent comme ellesont été écrites. La source de beaucoup demaux est dans le fait que l'on s'attache à la partie charnelle et extérieure. Cherchonsdonc l'esprit et les fruits substantiels de la parole qui sont cachés et mystérieux."Il ajoute :"I1 y a des choses qui sontrapportées comme étant historiques, qui nese sont jamais pases, et qui étaientimpossibles en tant que faits matériels, etd'autres qui étaient possibles, mais ne sesont pas passées." .Saint Hilaire (désincarné en 367)déclare à plusieurs reprises qu'il estnécessaire, pour l'intelligence desEvangiles, de leur supposer un sens caché,une interprétation spirituelle.Saint Augustin (354-430) abondedans le même sens quand il dit :"Dans les œuvres et les miracles denotre sauveur, il y a des mystères cachésqui ne peuvent s'interpréter imprudemmentet selon la lettre, sans que nous tombionsdans l'erreur et commettons de lourdesfautes."Saint Jérôme (331-420) dans sonépître à Paulin, évêque (343-431 ) déclareavec insistance :"Prends garde, mon frère, auchemin que tu suivras dans la SainteEcriture. Tout ce que nous lisons dans la parole sainte est lumineux et rayonne aussiextérieurement, mais la partie intérieure estencore plus douce. Celui qui veut manger le noyau doit briser la coquille."
3 - LES POINTSOBSCURS
Il y a des significations dans lesEvangiles dont le sens était connu des premiers chrétiens. On peut supposer qu'ilsont dissimulé avec soin par exemple ladivinité supposée de Jésus et l'affirmationdu principe de la réincarnation.Certains faits paraissent bizarrescomme la naissance à Bethléem qui n'est pas reconnue comme un fait historique. Lemassacre des innocents, Flavius Josèphe
1 
n'en parle pas, la fuite en Egypte, la doublegénéalogie de Jésus en apparencecontradictoire chez Luc et Mathieu laissent perplexes.sus le Christ n'a laisaucunécrit. Les manuscrits des Evangiles ditscanoniques les plus anciens ne sont jamaisanrieurs au me siècle. Le texte dunouveau testament n'a pas été fixé avant le6éme siècle. Ce qui est regrettable pour cerner la pure vérité c'est que lesdocuments sur lesquels ont travaillé lesmoines copistes ont également disparu.Quant à l'école biblique de rusalemdirie par les Dominicains et qui faitautorité, elle a démontré que ce que l'onappelle les "Evangiles Canoniques" n'esten fait que l'aboutissement de rédactionssuccessives.
1
 
 Historien juif né à Jérusalem (37-100) a écrit : La guerre juive et des Antiquités judaïques.
- 2 -
 
Il semble donc établi que l’ultimerédaction des Evangiles est une version de3ème et 4ème mains.Quant à ceux dits apocryphes,reflets du christianisme populaire desorigines, ils ne remontent pas au-delà desme et me siècles à l'exception del'Evangile de la Paix de sus-Christtraduit directement de l'Araméen à partir d'un texte datant du 1er scle et del'Evangile de Thomas, celui des douzeapôtres qui, selon Jean (XX - 24 - 29)hésitait à reconnaître sus aps samatérialisation devant ses disciples.L'Evangile de la Paix de sus-Christ rappelle entre autres les devoirs del'homme à l'égard de son corps, temple dela divine présence.Il existe 2 versions selon le Dr Szekely comme l'indique son livre publiéaux Editions Genillard à Lausanne.L'original en araméen est conservé à la bibliotque Habsbourg aujourd'hui propriété de l'état autrichien.On est redevable de ces deuxversions aux prêtres nestoriens,communaureligieuse qui subsista enPerse jusqu'au me siècle et dont le patriarche Nestorius fut popar leConcile d'Ephèse en 431. Nous avons à tenir compte del'Evangile de Thomas qui se trouvait avecdouze autres manuscrits sur papyrusdis en langue copte dans une jarreexhue fortuitement en 1945 par un paysan dans une galerie rocheuse servantde cimetière prés du village de Ndg-Hamadi en Haute Egypte.Ce n'est qu'en 1974 sous l'égide del'UNESCO et du département desantiquités de l'état égyptien, que le fac-similé de cet évangile a été mis à ladisposition des exégètes du monde entier.Certains exégètes qui se sontdonnés la peine d'apprendre le coptecomme Philippe de Suarez, pensent quel'Evangile de Thomas par sa simplicité, par son pouillement, serait le seul quicontiennent les paroles authentiques duChrist. Il met de première main l'accent sur une recherche intérieure beaucoup plus quesur les dogmes.Jésus s'exprime ainsi ou se seraitainsi exprimé :"Le monde est un pont ; passedessus mais n'y établit pas ta demeure."Il souligne dans le logion 77 dumême texte l'universalité de la présencecosmique :"Je suis le Tout, le Tout est sorti demoi et le Tout est parvenu à moi."Force est donc de constater que 3siècles au moins s'intercalent entre larédaction et les premiers manuscrits quenous possédons. Quant aux manuscrits dela mer Morte découverts il y a un quart desiècle à Qumran en Israël, il résulte que lechristianisme doit presque toutes sesorigines à la secte juive appeléeEsnienne. Leurs enseignements etécritures sont antérieurs à Jésus. Cent ansavant lui, le collège initiatique essénien deQumran était familier avec les idées, la philosophie, les proverbes, les bénédictionset les béatitudes en usage chez leschrétiens. Les mots mêmes de sermon sur la montagne étaient écrits et connus bienavant la venue de sus, car ils sont lereflet de cette riprimordiale que leChrist a pu révéler à quelques-uns.On peut conclure que les paroles duChrist basées sur le souvenir ne sont peut-être pas transmises sous une formeabsolument identiques par les évangélistes.
- 3 -

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->