Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Arcs-en-ciel, prismes et diffraction sans bord

Arcs-en-ciel, prismes et diffraction sans bord

Ratings: (0)|Views: 86 |Likes:
Published by bahrmanou
Une réhabilitation de Goethe.
Une réhabilitation de Goethe.

More info:

Categories:Types, Research, Science
Published by: bahrmanou on May 21, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/23/2012

pdf

text

original

 
 Arcs-en-ciel, prismes et diffraction sansbord : une réhabilitation de Goethe
Résumé
 J’expliquerai la diffraction mécaniquement en utilisant le champ unifié; une par-tie historique préliminaire. J’expliquerai aussi la réfraction prismatique en utilisant lechamp unifié, chose qui n’a jamais été faite. Finalement, je démontrerai mécanique-ment comment des bandes d’obscurité et de lumière peuvent causer de la diffraction sansaucun bord matériel. Cette extension de la théorie historique prouvera que Goethe et Newton avaient tous les deux tort et tous les deux raison. Goethe avait raison sur le vertet sur la diffraction sans bord, tandis que Newton avait raison en donnant un spin à ses corpuscules afin d’expliquer leur déplacement à travers le prisme. De cette manière, je continuerai à retourner l’Histoire sens dessus dessous : non seulement je montreraique Goethe, dont on dit qu’il avait tort sur à peu près tout, avait raison dans bien desdomaines, mais je montrerai que Newton avait raison sur l’une des (rares) choses surlesquelles on considère qu’il avait tort.
 
 A 
RCS
-
EN
-
CIEL
,
PRISMES ET DIFFRACTION SANS BORD
Je débuterai cet article en citant la critique de Goethe sur Newton. Je fais ceci endépit du fait que je suis ici pour corriger Newton, pas pour l’enterrer. J’ai la plusgrande estime pour Newton et je suis sûr que son optique fut une étape nécessairedans l’Histoire. Ceci dit, je pense que Newton est une cible aussi légitime queGoethe. Goethe a pris plus que sa part de coups ces deux derniers siècles, et ilest plus que temps que Newton soit à nouveau l’objet d’une analyse approfondie.Personne ne devrait protéger Newton d’une critique, que ce soit la mienne ou cellede Goethe. De plus, la critique de Goethe, bien qu’elle ait été rejetée d’emblée parles physiciens modernes, est tout simplement splendide. Pour comprendre cela, vous n’avez pas besoin de haïr Newton, il suffit d’aimer la polémique. Couchédans le langage de Goethe, cette critique serait splendide même si elle était fausse;mais elle ne l’est pas. Malheureusement, les traductions modernes font perdre unegrande partie de sa saveur à la critique de Goethe, nous laissant seulement avecles perles de la préface à la partie 1, comme celle-ci :«
Il n’est donc pas question ici d’un siège fastidieux ou d’une guerre douteuse;non, nous trouvons cette huitième merveille du monde vacillant déjà vers sachute, telle une œuvre antique, et qui commence directement, sans autre céré-monie, à se démanteler à partir du toit et des pignons, vers le sol, de façon quele Soleil puisse luire enfin sur les vieux nids de rats et de chouettes, et exhiber àl’œil du passant étonné ce style labyrinthique et incongru de bâtiment, avec ses pauvres dispositifs rafistolés, résultat d’accidents et d’urgences, son artifice inten-tionnel et ses réparations maladroites. Une telle inspection sera cependant uni-quement possible lorsque, mur après mur, arche après arche, le tout soit démoli,les gravats étant enfin dispersés au loin aussi complètement qu’il soit possible
».Comme je le disais, splendide jusqu’au dernier mot, et encore plus splendidedu fait que c’est vrai. Et encore bien plus splendide en ceci que ce texte peuts’appliquer à toute l’histoire de la physique depuis lors, dans tous les domaines.Ce paragraphe reflète toute ma critique du 20
e
siècle, bien qu’il ait été écrit en1810. Les polémiques de Goethe devaient être jetées au feu et vilipendées, puis-qu’on ne pouvait pas y répondre. Qui était présent à cette époque pour lancerune contre-attaque? Qui est présent aujourd’hui? On pourrait tout aussi bien at-taquer une moissonneuse-batteuse avec un canif. Non, la seule façon de répondreest de censurer, d’ignorer et de ne rien traduire. La physique suivait encore cetteméthode dans les années 1960, lorsqu’elle « débattit » des travaux de Vélikovsky,mais qu’elle oublia comme par hasard de l’inviter au débat. Elle suit toujours cetteméthode en limitant le débat actuel à quelques variations mineures sur le modèlestandard, et les participants au débat à une poignée d’initiés ayant été triés sur le volet par des années d’obéissance aveugle.Bien que mes explications sur la diffraction et la réfraction vont au-delà deGoethe et de Newton, et les falsifient tous les deux, mes explications confirment2
 
UNE RÉHABILITATION DE
G
OETHE
également de larges parties de leurs théories. Selon votre point de vue, ce pa-pier pourra être vu soit comme une synthèse, soit comme une analyse. Selonmon propre point de vue, il est à la fois une synthèse et un succès. Je prendsles meilleures parties de chacune de ces théories et puis, en utilisant le champ decharge, je les dépasse largement. Je le vois comme une synthèse car j’admire lesdeux personnages. Je pense qu’ils étaient tous deux des génies de premier ordre.Si je m’appuie sur Goethe ici, dans mon titre, c’est surtout pour rétablir l’équilibre.Newton a déjà suffisamment reçu les honneurs sur ce problème, et même plus.Goethe non. Goethe fut immédiatement déclaré indésirable, et il l’est toujours. À cette époque comme aujourd’hui, la physique protégeait son propre jeu. Pourdes raisons évidentes, je trouve cela répugnant. C’est aussi très humain, et donccompréhensible, mais ce n’est pas scientifique. De plus, Newton ne manquait pasde défenseurs; mais Goethe a besoin de mon épée. Elle n’est peut-être plus aussibrillante qu’avant, mais elle est souvent presqu’aussi aiguisée, et toujours prête.Mais avançons. Je désirais seulement mettre le doigt sur ce très intéressantsujet; je ne désire pas polémiquer dans cet article. J’ai l’intention de parler dephysique, pas de politique. Comme premier sujet de physique et d’optique, nousallons parler de la couleur verte. Je rappelle que Goethe avait très peu de respectpour le vert. Il pensait que le vert est très proche du gris et il le mit tout en basde son classement des six couleurs. Oui, il classa ses couleurs et mélangea un peude mysticisme dans ses théories. C’est ainsi que des gens comme Steiner furent àmême de s’emparer de ces théories, de gonfler le côté mysticisme et d’ignorer lascience qu’elles contenaient. Mais, d’après ce que j’ai lu, il apparaît que l’optiquede Goethe était mûre pour ce genre de perversion, car sa science est déjà teintéede non-science. Il aurait aussi bien pu laisser tomber les chapitres moraux de sonlivre, cela m’aurait parfaitement convenu.Cependant, je ne suis pas ici non plus pour évaluer tout cela. Au dix-huitièmesiècle, tout le monde teintait sa science d’un peu de non-science, et c’est encore lecas de nos jours. Le science de Newton était aussi chargée de non-science, mais sesdisciples ont soigneusement caché la plupart des ses déclarations embarrassantes.Je désire simplement examiner d’un peu plus près le vert à la lumière de mes ré-centes découvertes sur le photon. La lecture de la théorie de Goethe sur la couleurm’a permis de découvrir certaines des choses que je vais vous raconter.En tant qu’artiste, ce problème constitue une fascination naturelle pour moi.J’ai toujours peint comme un intuitionniste; je ne me suis jamais vraiment impli-qué dansla théorie de la couleur, maistout problème combinant l’art et la physiqueattire mon attention. Il s’avère que certaines couleurs utilisées par les artistes nesont pas trouvées parmi les longueurs d’onde du spectre «prismatique» normal. Cespectre comprend le violet, l’indigo, le bleu, le vert, le jaune, l’orange et le rouge.Le magenta n’est pas dans cette liste, comme vous le constatez, et vous ne pou- vez pas le créer en mélangeant l’une quelconque de ces couleurs adjacentes. Vouspouvez le créer en mélangeant le violet et le rouge, mais ces couleurs se trouvent3

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->