Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
De La Monarchie Parlementaire

De La Monarchie Parlementaire

Ratings: (0)|Views: 69 |Likes:
Published by B.I

More info:

Published by: B.I on May 26, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOCX, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/11/2013

pdf

text

original

 
Hamid OURAZOUK
 De la monarchie parlementaire
 
A notre époque, nombreux sont ceux qui croient que l¶instauration, au Maroc, d¶unemonarchie parlementaire est l¶unique voie qui mène vers le développement et laprospérité. A force de la répéter, cette idée a fini par devenir un des dogmes les plusindiscutables chez beaucoup de nos politiques.Or, cette vision erronée n¶est que la conséquence immédiate d¶une autre erreur. Il s¶agitde l¶idée, très généralement répandue, que les institutions peuvent remédier auximperfections des sociétés, et que le progrès des peuples résulte de la seule réforme desconstitutions.Certes, cette assertion est aussi vieille que la pensée politique. Elle fut, tout au long del¶Histoire, le point d¶appui de toutes les révolutions ayant secoué les différentescivilisations. Mais est-il vrai que les changements sociaux s¶opèrent par le seulchangement des codes et des lois? Assurément, nous ne pouvons répondre que par lanégative. Car nous pensons, à l¶instar du sociologue français Gustave Le Bon, que lesinstitutions sont filles des idées, des sentiments et des murs ; et qu¶on ne refait pas lesidées, les sentiments et les murs en refaisant les codes. «Les peuples, écrit Le Bon, nesont pas gouvernés suivant leurs caprices d¶un moment, mais comme l¶exige leurcaractère». Par conséquent, aucun peuple n¶a le pouvoir de choisir des institutions à songré, pas plus qu¶il n¶a le pouvoir de choisir la couleur de sa peau.A ce propos, la Révolution française représente l¶exemple typique des drames pouvantêtre causés par la volonté de transformer les destinées des hommes à travers le brusquechangement des régimes politiques. Ignorant, en effet, que la grandeur d¶une nationdépend de son caractère et nullement de la forme de son gouvernement, les penseurs dela révolution de 1789 prêchèrent la mise en place d¶un système politique créé de toutepièce. Cependant, leur action ne fut qu¶un désastre ayant conduit la France à la dictature.A l¶heure actuelle, ce sont les américains qui semblent suivre la même chimère. En effet,les Etats Unis mènent, en Irak et en Afghanistan, deux guerres sanglantes dont le but estd¶imposer des institutions auxquelles est attribué le pouvoir magique de métamorphoserles sociétés. Mais la résistance des peuples irakien et afghan démontre que lesconstitutions politiques n¶ont nullement le pouvoir surnaturel d¶être valable en tout lieu.Utiles à un moment donné pour un peuple donné, elles peuvent être nuisibles pour unautre.Malheureusement, cette loi, pourtant évidente, demeure méconnue de la part de tousceux qui réclament, avec un enthousiasme exaltant, une monarchie parlementaire auMaroc. Des personnes qui, pour étayer leur position, passent leur temps à disserterphilosophiquement sur les limites de notre constitution actuelle ainsi que sur celles durégime auquel elle donne naissance. Un régime au sein duquel ces adeptes de larationalité politique pensent que le monarque occupe une place de première ordreéclipsant, de la même, les autres acteurs. Aussi ces mêmes personnes considèrent-ellesl¶activité royale parmi les facteurs perturbateurs de l¶action gouvernementale. Desconsidérations qui impliquent, à leurs yeux, la nécessité d¶élaborer une nouvelle loifondamentale qui aura pour conséquence la restriction des pouvoirs dévolues au Roi.Sans doute, les critiques formulées, ainsi que les réformes préconisées, sontparfaitement valables aux yeux de la raison pure. Or, ce n¶est point la raison qui mène lavie des peuples. Car quand nous voyons le notre, composé d¶ethnies diverses, consacrerdes siècles d¶efforts pour fonder cette forme de gouvernement que certains veulentchanger de manière subite ; quand nous constatons les puissants liens affectifs quiunissent les marocains à leur Roi, nous pouvons conclure que notre système politiquen¶est, en réalité, que le résultat d¶inexplicables nécessités dont on ne soupçonne mêmepas l¶existence. De là, vouloir importer des institutions, aussi parfaites soient-elles, neserait que contraindre les marocains à porter un vêtement d¶emprunt complètementétranger à leur structure mentale.Deux raisons nous poussent à croire qu¶une monarchie agissante est, pour le moment,l¶une des conditions même de la stabilité de notre société :

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->