Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
EXPOSE DROIT PUBLIC CONSTITUTIONNEL - LE MODELE EUROPEEN DE JUSTICE CONSTITUTIONNELLE

EXPOSE DROIT PUBLIC CONSTITUTIONNEL - LE MODELE EUROPEEN DE JUSTICE CONSTITUTIONNELLE

Ratings: (0)|Views: 1,676 |Likes:
Published by Kenza Kermouche

More info:

Published by: Kenza Kermouche on Jun 09, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as TXT, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/29/2012

pdf

text

original

 
TD 2/ L1.BKermouche KenzaCossart MaîlysEXPOSE DROIT PUBLIC / CONSTITUTIONNEL<La Justice Constitutionnelle Européenne>Le professeur Mauro CAPPELLETTI avait coutume de dire que le XIXe siècle était celuides parlements et le XXe celui de la justice constitutionnelle.En effet l'établissement d'une Cour constitutionnelle est depuis 1945 un élément obligatoire de toutes les constitutions modernes. La justice constitutionnelle est par définition un contrôle juridictionnel de constitutionnalité par lequel les juges portent un jugement sur les lois qui expriment et traduisent la volonté majoritaire du peuple. Le modèle européen de justice constitutionnelle est un modèle centralisé parceque le contrôle est exercé par un tribunal unique et spécial car le juge statue par voie d'action dirigée contre la loi en dehors de tout autre litige. Qu'est-ce qui apermit la création et telle évolution de la justice constitutionnelle européenne ?Après avoir relaté les évènements qui ont provoqué l'instauration d'une justice constitutionnelle en Europe, nous verrons son fonctionnement actuel.Kenza Partie -I – L'instauration historique progressive et considérative d'une justice constittuionnelle Européenne d'inspiration KelsenienneA/ L'influence de Hans KelsenA la différence du système américain de contrôle de constitutionnalité des lois, né de laatique et dans le silence des textes, le modèle européenn est le fruit d'un travailthéorique d'un grand juriste autrichien, Hans Kelsen, qui s'est efforcé de fonder, en raison pure, la garantie juridictionnelle de la Constitution.Selon Kelsen, « l'ordre juridique n'est pas un système de normes juridiques placées toutes au même rang, mais un édifice à plusieurs étages superposés, une pyramide ou hierachie formée d'un certain nombre d'étages ou couches de normes juridiques ».La propriété de cette hierarchie est de mettre dans une relation nécessaire les différentes normes, par une logique d'imputation d'où elles tirent leur validité comme normes juridiques.Autrement dit, une règle n'a pas en elle-même et de manière isolée une valeur juridique;elle n'acquiert une telle qualité que dans la mesure où elle peut être mise en rapport avec une autre norme, qui elle-même est dans une relation identique avec une norme supérieure etc.« Chaque degré de l'ordre juridique, écrit Kelsen constitue donc ensemble et une production du droit vis-à-vis du degré inférieur et une reproduction du droit vis-à-vis du degré supérieur ».Pour la première fois, un auteur, Hans Kelsen, propose ainsi une théorie de l'ordrejuridique qui non seulement fonde et légitime en droit le contrôle de la constitutionnalité, mais encore en fait le cœur et même le garant de la validité de l'ensemble du système juridique, puisque, sans ce contrôle, la garantie de la régularité, c'est-à-dire del'imputation d'une règle à une norme supérieure, clef de voûte de la théorie Kelsenienne,ne serait pas assurée; sans le contrôle de constitutionnalité, la pyramide s'effondre!Les caractères du modèle européenConfronté au problème de la forme de l'organisation du contrôle de constitutionnalité, Hans Kelsen,se trouve devant une alternative : « contrôle remis à tous les juges ou à une instance unique ».Le modèle américain de justice constitutionnelle diffuse et décentralisée lui paraît mérit
 
usieurs critiques.D'abord, il laisse planer, pendant longtemps, un doute sur la constitutionnalité des lois, préjudiciables à la sécurité juridique : les décisions des tribunaux, y compris de la Cour suprême, n'ont qu'une valeur relative, limitée à l'espèce, et la querelle constitutionnelle peut renaître indéfiniment, à l'occasion de tout procès. Ensuite, en Europe, les juges, formés au respect fidèle des lois, sont dans une position institutionnelle et politique de faiblesse et de timidité qui ne leur donne pas l'autorité nécessaire pour assurer la tâche difficile de contrôle des lois.En revanche, la création d'une instance unique et spécialisée dans le contentieux constitutionnel présente, selon Kelsen, des avantages appréciables pour le bon déroulementde la vie juridique.Le système évite d'une part, les interprétations constitutionnelles divergentes qui peuvent apparaîtreB/ Le développement de la justice constitutionnelleLe principe du contrôle de constitutionnalité des lois ne s'est pas imposé d'un coup.Il a d'abord été reçu, par étapes successives, là où il avait trouvé sa formulation théoriinon sa naissance, en Europe occidentale.Puis, il a gagné l'ensemble du continent européen.Les étapes du développement de la justice constitutionnelle en Europe occidentaleLes différents Etats de l'Europe occidentale ne se sont pas dotés en même temps d'un mécanisme de contrôle de la constitutionnalité des lois. Chacun y est venu progressivement, au rythme de sa propre histoire politique; sans accorder à la métaphore une valeur absolue, trois grandes « vagues », trois moments importants se détachent dans le processus continu d'expansion de la pratique du contrôle.1ère étape : L'après-Première Guerre mondialeLa première vague se forme après la Première Guerre mondiale, et est souvent qualifiée de « période autrichienne », car seule l'Autriche, sous l'influence de Hans KelsenLa première vague se forme après la 1WW, et est souvent qualifiée de «€période autrichiennar seule l'Autriche, sous l'influence de Hans Kelsen adopte en 1920 une Constitution créant une Haute Cour Constitutionnelle. Sans doute, à la même époque, d'autres Étatss'inspirent de ce modèle : la Tchécoslovaquie qui crée en 1920 une Cour Constitutionnelle de 7 membres, l'Espagne de la 2nde République, institue avec la Constitutiondu 9 décembre 1931 un tribunal des garanties constitutionnelles, dans une moindremesure la République de Weimar et, dans sa Constitution du 1er Juillet 1937, toujours en vigueur, l'Irlande.Mais les profondes crises politiques que traversent ces pays et la montée générale dufascisme en Europe ne permettent, ni à ces Constitutions en général, ni aux nouveaux mécanismes de contrôle de la loi de «€fonctionner€» normalement; rapidement les textes ne sont plus appliqués et la vague se retire aussi vite qu'elle s'était développée; elle laissera cependant des traces dans les esprits.2e étape : Après 1945La 2nde vague revient, plus forte, après la 2WW. La raison en est simple, et elleest politique.Le cataclysme des régimes nazis et fascistes a ruiné d'un coup les théories constitutionnelles fondées sur infaillibilité de la loi, le Parlement, protecteur naturel deslibertés et la volonté majoritaire assimilée à la volonté générale.Au moment de reconstruire la démocratie, les politiques, les juristes, l'opinion divergente cherchent à donner à la société des institutions capables d'empêcher le retour de la «€bête immonde€».Et, dans cette recherche, le contrôle juridictionnel de la constittuionnalité des lois s'impose rapidement comme le seul instrument propre à assurer les droits des minorités, à éviter l'oppression d'une majorité politique et à mettre hors d'atteinte du lég
 
lateur les droits fondamentaux.3e étape : Les 70'sLa troisième vague déferle dans les 70's.Elle atteint d'abord, pour les mêmes raisons que précédemment, les trois États de l'Europe du Sud qui se libèrent de leur dictature et se dotent de nouvelles constitutions où l'énoncé des libertés est accompagné de leur garantie par l'introduction d'un contrôlde constitutionnalité des lois (Grèce, Portugal et Espagne).Cette période est aussi marquée par une consolidation et un approfondissement des mécanismes de contrôle là où ils existaient déjà.Exemple, la France, qui s'est dotée d'un Conseil Constitutionnel en 1958 découvre véritablement cette nouvelle institution dans les 70€'s sous le double effet de la DCdu 16 juillet 1971 qui constitutionnalise la DDHC de 1789 et le Préambule de 1946et de la révision constitutionnelle d'octobre 1974 qui ouvre à 60 députés ou 60 sénateursle droit de saisir le conseil.Dans les 90's, le contrôle de constitutionnalité devient ainsi un élément distinctif etcaractéristique d'un régime démocratique, au même titre que la séparation des pouvoirs, l'indépendance du pouvoir judiciaire, la liberté du suffrage et le pluralisme des partis politiques et des moyens d'expression.Il convient cependant de rester prudent.La réussite de la greffe ne tient pas seulement à son inscription dans le texte constitutionnel, elle dépend aussi du contexte politique dans lequel ces cours vont devoir «€fonctionner€»- Maîlys Partie -II- Le fonctionnement actuel de la justice constitutionnelle européenne.A- Composition et fonctionnement des cour constitutionnelles.Le mode de désignation et d'élection varie en fonction des états européens. En effet laFrance est le seul état ou les membres du Conseil Constitutionnel procèdent de la nomination. Dans les autres états les membres sont découlent d'une élection. En Allemagne par exemple la moitié est élue par le Bundestag tandis que l'autre moitié est élue parle Bundesrat. Au total les cours constitutionnelles comprennent deux catégories de membres: la plus importante est celle des juristes l'autre est celle des personnalités politiques éminentes.Pour toutes les cours constitutionnelles les règles statutaires se donnent pour objet de garantir l'indépendance et la dignité des juges constitutionnels. C'est pourquoi elles sont semblables d'un pays à l'autre sauf sur deux points importants: ladurée du mandat et la situation du président de la Cour. En France, Italie et Espagne la durée du mandat est de 9 ans tandis qu'elle se chiffre à 12 ans pour l'Allemagne. Par ailleurs le mandat est non renouvelable afin de garantir l'indépendance dans la mesure ou les autorités nommantes sont ainsi privée d'échanger une bonne décision contre une réélection. Après avoir compris le fonctionnement du mandat abordons maintenant les modalités et le domaine du contrôle.B-Modalités et domaine du contrôle.Le contrôle des lois peut se dérouler de deux manières différentes. Il peut être soit a priori c'est à dire que les lois sont contrôlés avant leur promulgation. Soit a posteriori c'est à dire que les lois sont contrôlées après leur entrée en vigueur. Il est la modalité de contrôle de droit commun en Autriche, Allemagne, Italie, Espagne, Portugal, Belgique, Pologne, Bulgarie, Croatie, Hongrie et depuis 2010 en France.Le domaine des actes contrôlés varie profondément d'une Cour à l'autre au point de susci

Activity (3)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
Marianne Hugoo liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->