Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Phi Lo Sophie

Phi Lo Sophie

Ratings: (0)|Views: 18|Likes:

More info:

Published by: Kouassi Martinese Paraiso on Jun 17, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOCX, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/19/2013

pdf

text

original

 
osop e
Le mot
philosophie
(dugrec ancien, composé de 
 
, « aimer » et , « lasagesse, lesavoir », c'est-à-dire littéralement : « l'amour de la sagesse ») désigne une activité et une discipline existant depuis l'Antiquitéet se présentant comme un questionnement, uneinterprétation et une réflexion sur le monde et l'existence humaine, ou encore comme unsavoir systématique. Différents buts peuvent lui être attribués, de la recherche de lavérité, etde la méditation sur le bienet le beau, à celle du sens de la vie, et du bonheur, mais elle consiste plus largement dans l'exercice systématique de la pensée et de la réflexion. Ancréedès ses origines dans ledialogueet le débat d'idées, la philosophie peut également seconcevoir comme une activité d'analyse, de définition, de création ou de méditation sur desconcepts.À la différence dessciences naturelles, dessciences formelleset dessciences humaines, auxquelles elle est intimement liée par son histoire, la philosophie ne se donne pas un objetd'étude particulier et unique. On trouve toutefois au sein de la philosophie des domainesd'étude distincts, tels lalogique, l'éthique, lamétaphysique, la philosophie politiqueet la théorie de la connaissance. D'autres disciplines se sont jointes, dans l'histoire, à ces branchesfondamentales de la philosophie, comme l'esthétique, la philosophie du droit, la philosophie des sciences(appelée aussiépistémologie), la philosophie de l'esprit, l'anthropologie  philosophique, ou la philosophie du langage.
S
ommaire
[
masquer ]
y
 
1
Étymologie 
y
 
2
Définir la philosophie ? 
y
 
3
Les méthodes de la philosophie 
o
 
3
.
1
Délimitations négatives de la méthode de la philosophie 
o
 
3
.
2
Caractéristiques de la méthode de la philosophie 
y
 
4
La philosophie comme mode de vie 
y
 
5
Philosophie et société 
y
 
6
Philosophie et histoire de la philosophie 
y
 
7
Les branches de la philosophie 
y
 
8
Frise chronologique 
y
 
9
Histoire de la philosophie occidentale 
o
 
9
.
1
Philosophie antique 
 
9
.
1
.
1
Période grecque 
 
9
.
1
.
2
Période romaine et de l'Antiquité tardive 
o
 
9
.
2
Philosophie médiévale 
 
9
.
2
.
1
Philosophie islamique 
 
9
.
2
.
2
Philosophie chrétienne 
 
9
.
2
.
3
Philosophie juive 
 
9
.
2
.
4
L'humanisme 
o
 
9
.
3
Philosophie moderne 
o
 
9
.
4
Philosophie contemporaine 
 
9
.
4
.
1
Le XIX
e
siècle 
 
9
.
4
.
2
Le XX
e
siècle 
y
 
10
Histoire des philosophies asiatiques 
o
 
10
.
1
La philosophie indienne 
 
10
.
1
.
1
Les différentes écoles stika 
 
10
.
1
.
1
.
1
Le Nyâya 
 
 
...
 
10.1.1.3 Le S
hya 
 
10.1.2 Le Vedn
t
a 
 
10.1.3 Le bouddh
i
sme 
o
 
10.2 La ph
il
osoph
i
e baby
l
on
i
enne 
o
 
10.3 La ph
il
osoph
i
e perse 
o
 
10.4 La ph
il
osoph
i
e ch
i
no
i
se 
 
10.4.1 Le confuc
i
an
i
sme 
 
10.4.2 Le néo-confuc
i
an
i
sme 
 
10.4.3 Le
t
aoïsme 
 
10.4.4 Le néo-
t
aoïsme 
 
10.4.5 Les
C
en
t
Éco
l
es 
o
 
10.5 La ph
il
osoph
i
e
 j
apona
i
se 
o
 
10.6 La ph
il
osoph
i
e coréenne 
y
 
11 La ph
il
osoph
i
e afr 
i
ca
i
ne 
y
 
12 No
t
es e
t
références 
y
 
13 Sources 
y
 
14 Pour a
ll
er p
l
us
l
o
i
n 
y
 
15 Annexes 
o
 
15.1 Ar 
ti
c
l
es connexes 
o
 
15.2 L
i
ens ex
t
ernes 
Étymo
l
og
i
 
Augus
t
e Rod
i
n,
 Le Penseur 
, 1880-82
:
représen
t
a
ti
on fameuse d'un homme p
l
ongé dans sesméd
it
a
ti
ons.É
t
ymo
l
og
i
uemen
t
, «
 philosophia
» n¶es
t
pas une cons
t
ruc
ti
on moderne à par 
ti
r du grec
[1]
,ma
i
s b
i
en un mo
t
de
l
a
l
angue grecque e
ll
e-même, depu
i
s
l
'An
ti
qu
it
é. Les
t
ermes 
(
 philosophos
) e
t

 
(
 philosophein
) appara
i
ssen
t
en que
l
ques occurrences chez
l
es penseurs présocra
ti
ques
[2]
 Hérac
lit
e,An
ti
 phon,Gorg
i
ase
t
 Py
t
hagore, ma
i
s auss
i
chez d'au
t
res penseurs con
t
empora
i
ns deSocra
t
e, commeThucyd
i
deouHérodo
t
e. D'après un échoHérac
li
de du Pon
t
,Py
t
hagoresera
it
d'a
ill
eurs
l
e prem
i
er penseur grec à s¶ê
t
re qua
li
i
é
l
u
i
-même de « ph
il
osophe »
[3]
. Tou
t
efo
i
s, c'es
t
 
l
a pra
ti
que qu'en fa
it
 Socra
t
e, dans
l
esd
i
a
l
ogues deP
l
a
t
on(où
l
'on
t
rouve un usage abondan
t
du mo
t
), qu
i
i
xera
l
e
t
ype de recherche e
t
deques
ti
onnemen
t
en quo
i
cons
i
s
t
e encore au
 j
ourd'hu
i
 
l
a ph
il
osoph
i
e
[4]
.
 
 « ph
il
osoph
i
e » s
i
gn
i
i
an
t
a
i
ns
i
 
:
« amour de
l
a sagesse » ou « amour du savo
i
r ». La ph
il
osoph
i
e es
t
à p
l
us
i
eurs repr 
i
ses déf 
i
n
i
e par P
l
a
t
oncomme é
t
an
t
en oppos
iti
on avec
l
esdés
i
rs « huma
i
ns »
:
 
 philo-hèdonos
(amour du p
l
a
i
s
i
r),
 philo-sómatos
(amour du corps), ou
 philo-nikos
(amour de
l
a v
i
c
t
o
i
re). Pour 
l
u
i
, e
ll
e s'exerce p
l
u
tôt
dans
l
a par 
ti
e «p
l
usqu'huma
i
ne » des ê
t
res huma
i
ns, c'es
t
-à-d
i
re dans une pra
ti
que puremen
t
 
i
n
t
e
ll
ec
t
ue
ll
e, e
t
e
ll
ees
t
synonyme de 

 (
 philomathia
)
:
« amour de
l
a conna
i
ssance »
[5]
. Par a
ill
eurs, e
ll
ees
t
une
t
ens
i
on vers un savo
i
r ou une sagesse que
l
'on ne possède pas, e
t
en ce sens e
ll
e re
l
èved'un dés
i
r permanen
t
 
:
a
i
ns
i
, Socra
t
e,
l
ors de son procès rappor 
t
é dans
l
'
 Apologie de Socrate
,aff 
i
rme ê
t
re « am
i
de
l
a sagesse », e
t
non pas « sage »
[6]
.
C
'es
t
ce qu
i
 
l
'amène à
t
rouver dans sacondamna
ti
on à mor 
t
une chance u
lti
me de sépara
ti
on de son corps (propremen
t
huma
i
n) e
t
deson âme (propremen
t
 
i
n
t
e
ll
ec
t
ue
ll
e), ce
tt
e âme pouvan
t
a
l
ors peu
t
t
re con
t
emp
l
er 
l
e savo
i
après
l
a mor 
t
(vo
i
 Phédon
).« Dés
i
r de connaî
t
re e
t
amour du savo
i
r, ou ph
il
osoph
i
e, c'es
t
b
i
en une même chose ? »(P
l
a
t
on,
 La République
, II, 376b).
Déf 
ini
 
l
ph
il
osoph
i
?[mod
i
i]
 
Pau
l
Gaugu
i
n,
 D' 
où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ?
(1897/98).La ph
il
osoph
i
e con
t
empora
i
ne,
i
ssue d'une
t
rad
iti
on mu
lti
 p
l
e, se présen
t
e sous des formesvar 
i
ées
:
 
t
rad
iti
on herméneu
ti
quee
t
pos
t
an
ti
enne en A
ll
emagne, ph
il
osoph
i
e ana
l
y
ti
quedans
l
es pays ang
l
ophones e
t
dans une grande par 
ti
e de
l
'Europe,
t
rad
iti
on phénoméno
l
og
i
queenEurope con
ti
nen
t
a
l
e
[7]
.
C
er 
t
a
i
ns reme
tt
en
t
for 
t
emen
t
en cause
l
a
t
rad
iti
on ph
il
osoph
i
que e
t
ses présupposés
t
e
ll
e
l
a ph
il
osoph
i
e fém
i
n
i
s
t
e,
l
adécons
t
ruc
ti
ondeDerr 
i
daou deHe
i
degger .
C
escouran
t
s formen
t
au
t
an
t
de pra
ti
ques d
i
fféren
t
es e
t
d'op
i
n
i
ons d
i
vergen
t
es sur 
l
a na
t
ure de
l
a ph
il
osoph
i
e, qu
i
 
i
n
t
erd
i
sen
t
de donner une déf 
i
n
iti
on un
i
que accep
t
ab
l
e par 
t
ous. S'
il
y aau
 j
ourd'hu
i
p
l
us
i
eurs
t
rad
iti
ons ph
il
osoph
i
ques, aucune ne peu
t
pré
t
endre résumer 
l
'ac
ti
v
it
é ph
il
osoph
i
que à e
ll
e seu
l
e, n
i
décr 
i
re
l
'ac
ti
v
it
é ph
il
osoph
i
que de fa
ç
on consensue
ll
e.Les d
i
ff 
i
cu
lt
és à déf 
i
n
i
l
a ph
il
osoph
i
e son
t
en ou
t
re de na
t
ure
épistémologique
, car 
il
es
t
 d
i
ff 
i
c
il
e de dé
li
m
it
er r 
i
goureusemen
t
t
hodes,
t
hèmes e
t
ob
 j
e
t
s de
l
a ph
il
osoph
i
e.H
i
s
t
or 
i
quemen
t
, e
ll
e a pu en effe
t
s'
i
nsp
i
rer d'au
t
res d
i
sc
i
 p
li
nes (des ma
t
héma
ti
ques, vo
i
re dessc
i
ences pos
iti
ves). Pour 
t
an
t
, e
ll
e n'a
 j
ama
i
s réuss
i
à déve
l
opper une mé
t
hode ou un ensemb
l
ede mé
t
hodes qu
i
aura
i
en
t
réuss
i
à s´
i
mposer parm
i
 
l
es ph
il
osophes (comme
l
a mé
t
hodeexpér 
i
men
t
a
l
e s'es
t
 
i
mposée en phys
i
que e
t
en ch
i
m
i
e par exemp
l
e). En ou
t
re
l
es ama
l
gamesen
t
re
l
a ph
il
osoph
i
e e
t
d'au
t
res d
i
sc
i
 p
li
nes son
t
de p
l
us favor 
i
sés par une
t
rad
iti
on de ph
il
osophes aux
i
n
t
érê
t
s
t
rès d
i
vers. A
i
ns
i
 Ar 
i
s
t
o
t
eaura é
t
é auss
i
b
i
en
l
og
i
c
i
en, que ph
il
osophe ou na
t
ura
li
s
t
e. Dé
t
erm
i
ner 
l
e ph
il
osophe par sa fonc
ti
on soc
i
a
l
e n'es
t
donc pasa
i
sé. La p
l
upar 
t
des ac
ti
v
it
és au
t
refo
i
s appar 
t
enan
t
à
l
a d
i
sc
i
 p
li
ne son
t
devenues au
 j
ourd'hu
i
 au
t
onomes (psycho
l
og
i
e, sc
i
ences na
t
ure
ll
es, e
t
c.), e
t
 
l
a par 
t
propre de
l
a ph
il
osoph
i
e s'es
t
 rédu
it
e.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->