Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Illie Nastase 25 ans après

Illie Nastase 25 ans après

Ratings: (0)|Views: 38 |Likes:
Published by fleg77
Portrait du tennisman 25 ans après sa victoire à Roland-Garros.
Portrait du tennisman 25 ans après sa victoire à Roland-Garros.

More info:

Published by: fleg77 on Jun 20, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/20/2011

pdf

text

original

 
.ff#*#-**rlrltH
-"Ë=u;y
]J
tJ
 
-
dimension
souverainesport
aussi
subtil
qu'attrar
Les
autes,
ceux
qui
al
critiqué
ses mauvaises
n
res,son
manque
d'fiucati(
propension
à
faie
le
pit
mirent
à
regrctter
ce
p€
nage
quiavait
rénové
un
i
jusqu'alorsincamé
par
le
v
per
straightdeIolr:r
combe
et
l'austèredroitur
RodLaver.
N
INTRODUIS,
le
rire
dans
l'a
phère
académiquguindé
des
toumo.
GrandChelenl
le
mainavait
apportéce
qui
quait
le
plus
:
cette
dimer
scénique
que
la
télévi
contribuait
à
développer
dépitde
la
froideur
de
I
Borg
<
Ice
Borg
>
commr
disait
alors,
par
oppositir
cette
chaleur
communicz
qu'Ilie
Nastase
distillait
su
passage.
A
vrai
dirg
ily
avait
(
Nastase
: le
joueuret
le
pet
E
nage,
Indissociables,
con
5
mentaires.
Et
c'est
le
Der
à
nage
qui
sepresentait
àfi
lorsd'un
toumoi
en
É,cr
ft
avec
des
gartsde
boxe
B
attronter
Taylor
(soupç(
5
d'avoir
frappeBob
Hewitt
<
*
un
vestiaire)
au toumoi
de
ENDANT
PRÈS
DE
vingt
ans,
il
mêla
sa
bohème
aux rites
et
haditions
du
tennis
mondial
dont
il
accé,
léra
le
processus,
déjà
bien
engagé,
de
démocratisation.
Il
en
accrut
I'audience.
Mais
c'est
dansune relative
indifférence
qu'il
prit
sa
retaiteau
mois
d'octobre
1985,
après
une
der,
nière
exhibition
âu
tournoi
de
Toulouse.
<
11
va
naintenant
falloir
que
je
m'habihre
à
être
une
personnecomme
les
aubes.
))
C'est
paf
ces
motsqu'Ilie
Nastase
tira
sa
réyérencg
à
l'âgedehente-neuf
ans.
Dans
I'instan!
les
journalistes
cruent
à
une ultime
boutade
e!
cepen-
dant,
jamais
I'intéressé
n'avait
été
aussigrave,aussisédeux,
Il
devinaitqu'il
lui
fallait
renoncer
à
ce
qu'il
étai!
à
son
statut
de
vedette,
à
cette
vie
de
nomade
qui
l'avait
trimballé
de
New
York
à
Paris,
de
Londres
à
Melboume,
des
millions
de
téléspectateurs
lui
témoignaient
leur
gratitude,
parce
qu'à
t!a-
vers
son
jeu,
ses
folies,
sa
dérai,
son,
ils
avaient
enfin
compris
la
lin,
ou encoreavec
un næud
sursa
chemiseLacoste,
e
mant
toutesadualitéet
attraitpour
cette
grande
qu'il
menaitsanscontmiDte
détriment
deson
palmarès.
A
Eastbourne,
sous
la
p
onI'avait
qr
achever
un
mien
s'abdtantd'un
parapluie.
autre
jour,
à
Boumemoutl
avait
emprunté
une
paire
ciseaux
à
une
vieille
damepremier
rangpour
se
coupe
lrange
qui
lui
masquait
la
,
En
AngJeterre,
or)
un
i
l'avait
penalise
pour
une
fz
de
pied,
il
ayaitretiré
sa clu
surg
l'arait
déposêà
lurd
litigieux,et
c'esten
chauss
qu'il
avait
reprisûanquillern
la
partie,
invectivant
le
ju5
.(
C'est
ma
chaussure
ou
n
piedquevous
sanctionniez
Nastase
avait
le
sensl'échange
et
de
la
repartie.ceux
qui
lui
demandaient
pr
quoi
il
discutait
les
décisirdes
juges,
au risque
d'acquit
un
paquet
d'amendes
ou
r
mois
de
suspensio4
il
rép
dait
:
(
Que
serait
le
tennis
si
la
contestation
des
joueurs
?
ll
a
introduit
le
fite
dans
I'atmosnhèreguindée
des
toumoi
le
Goun
n'éhll
qu'un
ftéArc
0w0 àh
h
lrlc
ûs
llasb$.
i
noh
-
Eùroi
u[
l0llndlsl8
ls
lrlllall
rul
303
drflcrlttu
à
llondru
lr
nc$re
d0
Plllc
[cl-dcssùi
à
oarc[Gl,
llarhsr
dÉcocio
.n
!srlu
grcn
anl
de
hnGù
ru
t0!0
cl:
-
fas
ru
do
qml
lo
sulr
caDrtle
!
.
 
icour
q
td
dcmndrlrnl
Dorrruol
lldl$uhll
l0r
décldoor
ds3
lroos,
ll
16!ondîll
:
-
ouo
sGnll
lo
l8[nb$ns
h
G0nlcrlrllon
dos
loocors
?
.
aSw
le
circuit WCT
du
milliar-
daire
Iamar
Hunt,où les
équi-
pes
de
doubledevaientporter
une
tenue
identique,
il
s'était
presenté
aux
côtésd'Arthur
Ashe
le
visage
noirci
par
du
brou
de
noix.
<
Il
vivait
dans
un
monde
différent
des
autres,
sou-
ligne
un
proche.
ON
MONDE
À
LUIétait
burlesque.
n
Pour
preuve,
sa
finale
per-
due
à
Wimbledon
au
cinquième
set,
face
à
I'Américain
Stan
Smith,
pour
une
seule
balle
manquée,
et
parce
qu'il
menait,
conjointe-ment
au
match,
une
âpre
discus-
sion
avec
Michele
Brunetti,
(organisateur
du
tournoi
d'Ancône),
assis
aux
premières
loges.
Il
avaiteneffet
la
fâcheuse
habitudede
dialoguer
avec
un
spectateur
tout
en
jouant,
comme
s'il
avait
besoinde
dédramatiserl'enjeu
des
mat-
ches
ou
d'expurger
une
algoisse.
<
Faire
le
con,
c'étaitmafaçon
à moi
de
me
concen
trer
n,
dta
t,il.
A
Roland-Garros,
où lejour-nalisteGianniClerici
le
ra
sur
ses
difficultes
à
prend
mesurede
NicolasPilic.
Nar
avait
décoché
un
pas
gagnant,avant d'insulter
r
coûrère
:
aAi
visto
mat
roni
?
>.
qui
voulait
d
<
T'as
lru
de
quoi
je
suis
<
ble!>
court n'était
q
théâfe
ouvert
à sa
fantâisi
s'il
cédait
à
sa
mauv
humeur,
à
latentation
sound'en
rajouter
dans
la
pror
tion,
s'il
dépassait
parfoisbomes
du
supportable(tra
par
exemple
un
advers
d'enfantde
salaud),
il
sonl
moinsàpervertir
le
jeu
qu'
domer
en
spectacle.
(
Porbeauté
du
coup,
il
était
cap
de
prolonger
l'échange
or"
sacrifier
le
resultat
).
soul
IonTiriac.
À
Coubertin,
il
laisl
gagner
Tom
Gorman,
qu'il
auparavant
battu
onze
pour
que
l'Américain
n'emp
pasdanssa retraite
une
piètreimage
de
sa
personn
pouvait
tout
aussibien
s'ac
ner
sur
Lrn
rival,
le
tourneldédsion,usant
d'un
comiqu
-
Failelec..,
c'était
ma
laçon
à
moi
deme
Goncentlff
,
répétition
extrêmement
lass
pour
ceux
qui
ell
étaient
victimes.
Au
Royal
Albert
de Londres,
I'histoire
faillit
mal
toumer quand
le
cok
américain
Graebner I'empoi
parle
colet le soulevade
t
<
Si
tu
continues,
je
t'écrabor.
ta
sale
gueule
avec
raquette
!),
avait-il
meni
Pourtoute
réponse,
Naslavaitrepris
saplaceen claqudesdents,
les
jambes
chancei
tes,
mimantla
peur
comme
le
joueraità
graadguignol.public,
lui,
avait
ri
aux
ecl
Quant
à
Graebner,
il
a
perdula
face
et
la
partie.
ANS
LA
NIITT
10
septembre
197
fut,
avec
John
Mc
roe,
le
héros
d
match
indigeste
su
cental
de
Flushing
Meadr
Dans
I'immensechienlits'était
instaurée
sur
le
cent
on avait
vu
l'Américain
adr
ser
un
brasd'honneurau
pul
et
Nastas€
se coucher
de
t
son
longsur
le
coult,
attendques'apaisele
tumulte
que
I
rival
venaitde
declencher.
premier
point
depénalité
ayaccordé
lejeu
à
McEnroe,Roumain
avait
ensuite refusé
reprendre
la
partie.
Et
c'
alorsqu'à
bout
de
patiel
22
L'ÉQUIPE
MAGAZINE/N.842l30MAI
r998

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->