Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Le rôle de l’intertexte et du palimpseste dans la création d’une palimpseste dans la création d’une Écosse mithique dans Waverley et Rob Roy de Walter Scott

Le rôle de l’intertexte et du palimpseste dans la création d’une palimpseste dans la création d’une Écosse mithique dans Waverley et Rob Roy de Walter Scott

Ratings: (0)|Views: 44|Likes:
Published by Mayquel Eleuthério

More info:

Published by: Mayquel Eleuthério on Jun 29, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/12/2014

pdf

text

original

 
E-rea
Numéro 7.2 (2010)Instants de ville / City Instants
...............................................................................................................................................................................................................................................................................................
Céline SABIRON
Le rôle de l’intertexte et dupalimpseste dans la création d’uneÉcosse mythique dans
Waverley 
et
RobRoy 
de Walter Scott
...............................................................................................................................................................................................................................................................................................
Avertissement
Le contenu de ce site relève de la législation française sur la propriété intellectuelle et est la propriété exclusive del'éditeur.Les œuvres figurant sur ce site peuvent être consultées et reproduites sur un support papier ou numérique sousréserve qu'elles soient strictement réservées à un usage soit personnel, soit scientifique ou pédagogique excluanttoute exploitation commerciale. La reproduction devra obligatoirement mentionner l'éditeur, le nom de la revue,l'auteur et la référence du document. Toute autre reproduction est interdite sauf accord préalable de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législationen vigueur en France.Revues.org est un portail de revues en sciences humaines et sociales développé par le Cléo, Centre pour l'éditionélectronique ouverte (CNRS, EHESS, UP, UAPV).
...............................................................................................................................................................................................................................................................................................
Référence électroniqueCéline SABIRON, « Le rôle de l’intertexte et du palimpseste dans la création d’une Écosse mythique dans
Waverley 
et
Rob Roy 
de Walter Scott »,
E-rea
[En ligne], 7.2 | 2010, mis en ligne le 24 mars 2010. URL : http://erea.revues.org/1213DOI : en cours d'attributionÉditeur : Laboratoire d’études et de recherche sur le monde anglophonehttp://erea.revues.orghttp://www.revues.orgDocument accessible en ligne sur :http://erea.revues.org/1213Document généré automatiquement le 06 décembre 2010.© Tous droits réservés
 
Le rôle de l’intertexte et du palimpseste dans la création d’une Écosse mythique dans Wav (...)2
E-rea, 7.2 | 2010
Céline SABIRON
Le rôle de l’intertexte et du palimpsestedans la création d’une Écosse mythiquedans
Waverley 
et
Rob Roy 
de Walter Scott
1
« Il n’existe aucune nation en Europe qui, au cours d’un demi-siècle ou guère plus, ait subiun changement aussi total que ce royaume d’Écosse »
2
, conclut Walter Scott dans le « [p]ost-scriptum, qui aurait dû servir de préface »
3
au roman
Waverley
. Cette conclusion introductiverésume à elle seule toute l’entreprise du romancier-historien qui, dans ses romans écossais,s’est attaché à peindre la métamorphose de l’ancienne Calédonie en nation moderne : « Scott’sfirst impulse to write a novel came from his profound sense of the changes that had occurredin Scotland in the recent past »
4
, insiste David Daiches. L’Écosse est en effet secouée pardes rébellions jacobites,une série de guerres civiles qui culminent en 1715 et 1745 aprèsl’abdication forcée du monarque Jacques II, accusé de vouloir restaurer le catholicisme, etl’intronisation de l’Électeur de Hanovre, George I, lointain descendant de Jacques I. Deux roiss’affrontent et revendiquent leur droit
de facto
ou
de jure
à la couronne écossaise. De plus,l’Écosse schizophrène, au visage de Janus, voit ses valeurs identitaires gravement mises à malpar la fusion des deux nations, anglaises et écossaises, en un royaume de Grande-Bretagne.L’hymen, initié en 1603 et consommé par l’Acte d’Union de 1707, est vécu comme unevéritable annexion par de nombreux Écossais. Ces disjonctions politiques s’accompagnent defortes agitations religieuses entre les différentes branches catholiques et protestantes, tandisqu’une révolution agricole sonne le glas de la culture traditionnelle et par là même de lasociété clanique des Hautes Terres d’Écosse
5
. Ces transformations
6
radicales, tant politiques,économiques, que sociales et religieuses, engendrent une crise identitaire sans précédent. Pourredéfinir son image, l’Écosse a besoin de réécrire son Histoire par le mythe
7
.
2
Pour étudier la création d’une image mythique de l’Écosse, deux œuvres de Walter Scott,
Waverley
et
 Rob Roy
,s’imposent. Tout d’abord, ce sont deux romans historiques qui revisitentles soulèvements jacobites de 1715 (
 RR
) et 1745 (
) et questionnent la toute fraîche union del’Angleterre et de l’Écosse depuis une perspective écossaise mais surtout anglaise grâce auxdeux protagonistes Edward Waverley et Frank Osbaldistone.
3
De plus, les deux fictions mettent en scène un clan emblématique des Hautes Terres d’Écosse,le clan des MacGregor, à travers ses deux chefs Fergus et surtout Rob Roy, personnagehistorique du début du XVIIIe siècle transformé par la légende pour devenir hors-la-loi et hérospopulaire connu sous le nom de Robin des Bois écossais. Dans son roman
 Les Indes noires,ou l’aventure humaine
(1877), Jules Verne présente les
 Highlands
comme la contrée de cesdeux patriarches écossais :
‘C’est là le pays de Rob Roy et de Fergus Mac Gregor !’ s’écria James Starr, [un ingénieurécossais en mission dans les Highlands], ‘le territoire si poétiquement célébré par Walter Scott !Tu ne connais pas ce pays, Jack ?— Je le connais par ses chansons, monsieur Starr, répondit [son collègue] Jack Ryan, et, lorsqu’unpays a été si bien chanté, il doit être superbe!’ (chapitre XVIII)
4
Les deux personnages établissent un lien direct entre le pays imaginaire et littéraire, célébrépar Walter Scott, et le pays réel, géographique et historique. L’équation des deux images necrée-t-elle pas une confusion ? L’Écosse poétique de Walter Scott n’est-elle pas une Écosseen trompe-l’œil ? Jules Verne offre une image intertextuelle
8
(intertexte littéraire scottien) etpalimpseste de l’Écosse puisqu’il superpose deux images, celle des Indes, colonie anglaise àla richesse presque mythique, et celle de l’Écosse, terre riche en gisements houillers qui lui
 
Le rôle de l’intertexte et du palimpseste dans la création d’une Écosse mythique dans Wav (...)3
E-rea, 7.2 | 2010
vaut son surnom d’ « Indes noires ». Le palimpseste, à l’origine un manuscrit sur parchemind’auteurs anciens que les copistes du Moyen-Âge ont effacé pour le recouvrir d’un secondtexte, est devenu, dans un sens plus large, une œuvre dont l’état premier laisse supposer etapparaître des traces de versions antérieures. Cette idée de « trace » est intéressante puisquele théoricien Michel Riffaterre qualifie aussi l’intertexte de « trace » dans son article « LaTrace de l’intertexte ». Il existe donc un lien évident de complémentarité entre le palimpseste,texte fait d’une superposition translucide d’autres textes, et l’intertexte, texte patchwork, fruitd’une « interaction textuelle »
9
selon Julia Kristeva, auteur de l’expression. Autrement dit, lepalimpseste recoupe l’intertexte, il en est son hypéronyme. L’intertexte apparaît comme uncas particulier du palimpseste. Dans quelle mesure les romans historiques de Walter Scott ont-ils contribué à véhiculer une ou des image(s) mythique(s) de l’Écosse ?
5
Waverley
et
 Rob Roy
convoquent tout un éventail d’intertextes pour susciter une imagemythique de l’Écosse. Cependant, à cette construction mythique est superposée une autreimage plus réaliste construite par d’autres points de vue et d’autres voix. Cette aporie estrésolue par une écriture picturale et mythifiante qui à la fois dénonce et cautionne le mytheécossais.
Création d’une Écosse mythique par le biais d’intertextesmythiques
6
Les romans de Walter Scott ont recours à trois grands types d’intertextes mythiques : mythesthéogoniques, mythes classiques grecs et romains, et mythes littéraires.
Mythes théogoniques
7
Waverley
et
 Rob Roy
sont parsemés de références aux mythes théogoniques. Le parc écossaisde Tully-Veolan est décrit comme un « paradis enchanté »
10
, un jardin d’Eden dans lequeldéambule le majordome, « image du vieil Adam, occupé à soigner ce jardin »
11
. Dans
 Rob Roy
,les femmes, « fille[s] d’Eve »
12
, sont la proie du serpent incarné par Rashleigh Osbaldistone.Dépeint comme un monstre ophidien difforme
13
au cou de taureau et à la démarche clopinante,il est le « serpent venimeux »
14
à la voix sifflante et envoûtante comme le laisse entendre lesallitérations en /s/, /t/ et l’assonance en /i/ :
As if to compensate him for these disadvantages of exterior, Rashleigh Osbaldistone waspossessed of 
a voice the most soft, mellow, and rich in its tones that I ever heard 
, and was atno loss for language of every sort suited to so fine an organ. His first sentence of welcome washardly ended, ere I internally agreed with Miss Vernon, that my new kinsman would make
aninstant conquest of a mistress
whose ears alone were to judge his cause. (
 RR
I, 6 : 45 c’est moiqui souligne)
8
Si Rashleigh fait figure de serpent biblique, il est aussi, comme ses frères, le « digne descendantde Nimrod »
15
selon le narrateur Frank Osbaldistone qui reconnaît chez ses belliqueux cousinsles qualités guerrières et sanguinaires du puissant chasseur devant l’Éternel. Mais l’intertextebiblique dépasse le cadre de la Genèse pour, par exemple, évoquer le Roi David du livre deSamuel. Dans
Waverley
, le baron de Bradwardine compare les nouvelles recrues jacobitesmenées par le chef de clan Fergus et le Prince exilé « aux fidèles qui vinrent se joindre au bonroi David dans la caverne d’Abdullam »
16
.
9
Les romans de Scott puisent leurs imageries mythiques non seulement dansl’Ancien Testament, mais aussi dans le Nouveau Testament comme le suggère la référenceà l’apôtre St Paul dans
 Rob Roy
. Arrivé à Glasgow un jour de sabbat, Frank est entraîné parson guide Andrew Fairservice dans les antres de la cathédrale écossaise où se rassemble toutela communauté religieuse de la paroisse. Par un effet de zoom en trois temps, le narrateurbrosse une description très détaillée de l’architecture du lieu de culte (
 RR
II, 7 : 156-157),puis de son décor intérieur et de sa crypte (II, 7 : 159-160), et enfin de l’attitude fervente des

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->