Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
4Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Fiscalite Finances Publiques Et Croissance Au Senegal

Fiscalite Finances Publiques Et Croissance Au Senegal

Ratings: (0)|Views: 251 |Likes:
Published by madani_dieme

More info:

Published by: madani_dieme on Jul 04, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/13/2014

pdf

text

original

 
 
1
 
FISCALITE,FINANCESPUBLIQUES ETCROISSANCEAU SENEGAL
Madaniou DIEME
 
 
2
....................................................................... 192.2. Etude économétrique ...................................................................................................... 232.2.1. Expression des recettes fiscales en fonction du PIB .................................................... 232.2.3. Estimation des recettes budgétaires en fonction du PIBpm aux prix constants de 1987242.2.4. Estimation des recettes budgétaires en fonction du PIBcf aux prix constants de 1987 252.2.5. Estimation des recettes budgétaires en fonction du PIB nominal ................................ 252.2.6. Estimation des recettes totales en fonction du PIBpm aux prix constants de 1987 ..... 252.2.7. Estimation des recettes totales en fonction du PIBcf aux prix constants de 1987 ....... 252.2.8. Estimation des recettes totales en fonction du PIB nominal ........................................ 253. Agenda de réformes .......................................................................................................... 263.1. Dans le domaine de la fiscalité ....................................................................................... 263.2. Dans le domaine de la statistique .................................................................................... 29Conclusion ................................................................................................................................ 31Bibliographie ............................................................................................................................ 33
 
 
3
 INTRODUCTION
L’Etat demeure le principal garant de l’activité économique. Cette situation se traduit parfois
par une augmentation des dépenses publiques sans rapport direct avec les possibilités internesde génération de ressources.
L’accroissement des dépenses d’éducation et de santé, dans unsouci de renforcement et de disposition d’une main d’œuvre suffisante et qualifiée, le phénomène d’urbanisation et de l’aménagement du territoire, l’implication de l’Etat dansl’activité économi
que et les difficultés économiques croissantes auxquelles font face lespopulations, sont autant de facteurs qui expliquent en partie la croissance des dépensespubliques ces dernières années.
L’essentiel des dépenses budgétaires est constitué de recettes
fiscales, c'est-à-
dire d’impôts et
de taxes.
La politique fiscale n’est pas tout à fait neutre par rapport à l’activité économique, ce quiconforte l’objet de l’étude de ses relations avec les stratégies de développement.
 
L’impôt, au Sénégal, est une contr 
ibution pécuniaire obligatoire
 – 
pour les assujettis
 – 
ne
donnant pas lieu à un remboursement. Il existe différentes sortes de classification de l’impôt
parmi lesquelles la classification administrative, qui distingue les impôts directs des impôtsindirect
s et des droits d’enregistrement et de timbres.
 
L’impôt direct est recouvré par le Trésor public, liquidé par le fisc et directement supporté par celui qui le paie alors que l’impôt indirect est assis sur et recouvré par l’administration fiscale
et support
é par l’utilisateur final du bien imposé. Quant aux droits d’enregistrement et detimbres, ce sont des impôts qui frappent la richesse lorsqu’elle passe d’un patrimoine à un
autre.
Pour les économistes libéraux, l’impôt reste une variable financière plutôt
 
qu’une variable
instrumentale. Leur préoccupation est de trouver un impôt « neutre », qui perturbe le moinspossible les mécanismes du marché. De ce fait, la politique fiscale est dite optimale, si elle
n’entraine pas de distorsions dans le choix des agen
ts économiques.
L’impôt direct peut être considéré comme un simple transfert de ressources des ménages etdes entreprises vers l’Etat. En revanche, l’Etat est tenu de verser des allocations aux ménages
et de fournir des infrastructures à la collectivité, a
insi que de réguler l’environnement des

Activity (4)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
barassa liked this
Papa Ibra Gueye liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->