Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword or section
Like this
1Activity

Table Of Contents

0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Rapport SOS Racisme Fichage Ethno-racial 11 09

Rapport SOS Racisme Fichage Ethno-racial 11 09

Ratings: (0)|Views: 267 |Likes:
Published by sosracisme75
Un rapport accablant sur les pratiques de grandes entreprises Patrick Karam, délégué interministériel pour l'Égalité des chances des Français d'outre-mer, et Samuel Thomas, président de la Fédération nationale des Maisons des potes et vice-président de SOS Racisme, ont rendu public le mercredi 04 novembre 2009. Un rapport accablant sur les systèmes discriminatoires de recrutement dans les entreprises et dans le marché locatif. Ce rapport fait suite à la signature le 13 novembre 2008 d'une convention de partenariat entre Patrick Karam, SOS Racisme et la Fédération nationale des Maisons des potes relative au fichage territorial ou ethno-racial. Les signataires s'engageaient alors à entreprendre de concert une action déterminée et ciblée pour contraindre les contrevenants à cesser ces pratiques. Dans le rapport, une quinzaine de grandes entreprises sont dans le collimateur, soupçonnées d'avoir mis en place un fichage ethno-racial ou territorial qui constitue une infraction pénale en soi. Une pratique qui constitue le préalable à des discriminations systématisées visant les Ultramarins et plus largement toutes les composantes de la diversité. Le rapport pointe ainsi preuves à l'appui le fait que les candidats à un poste fichés selon leurs origines (par exemple : « Origine pays : La Réunion, Guadeloupe, Afrique... ») étaient l'objet de discrimination. La convention signée avec Patrick Karam a soutenu la Fédération des Maisons des potes et SOS Racisme pour relancer les procédures judiciaires en cas de non lieu ou de classement sans suite dans les dossiers les plus solides mais aussi pour accompagner les victimes dans leurs démarches judiciaires. En matière de discriminations à l'emploi, l'État seul ne peut tout régler. De même, les associations n'ont pas toujours les moyens d'agir. Le partenariat avec le délégué interministériel pour l'Égalité des chances des Français d'outre-mer qui a permis à SOS Racisme et la Fédération nationale des Maisons des Potes d'assurer une véritable mission de service public, est le gage de l'efficacité pour traquer et dénoncer les pratiques discriminatoires à l'embauche qui fragilisent le pacte républicain. Le délégué interministériel a participé activement à la mise au point de la stratégie globale pour mettre un terme à ces discriminations. C'est ainsi que pour la première fois, l'État apporte son concours à la lutte contre un délit pourtant inscrit dans le code pénal depuis plus de trente ans. Une véritable volonté politique incarnée par Patrick Karam couplée à la compétence du milieu associatif aura été nécessaire pour obtenir des résultats probants sur cette question.
Un rapport accablant sur les pratiques de grandes entreprises Patrick Karam, délégué interministériel pour l'Égalité des chances des Français d'outre-mer, et Samuel Thomas, président de la Fédération nationale des Maisons des potes et vice-président de SOS Racisme, ont rendu public le mercredi 04 novembre 2009. Un rapport accablant sur les systèmes discriminatoires de recrutement dans les entreprises et dans le marché locatif. Ce rapport fait suite à la signature le 13 novembre 2008 d'une convention de partenariat entre Patrick Karam, SOS Racisme et la Fédération nationale des Maisons des potes relative au fichage territorial ou ethno-racial. Les signataires s'engageaient alors à entreprendre de concert une action déterminée et ciblée pour contraindre les contrevenants à cesser ces pratiques. Dans le rapport, une quinzaine de grandes entreprises sont dans le collimateur, soupçonnées d'avoir mis en place un fichage ethno-racial ou territorial qui constitue une infraction pénale en soi. Une pratique qui constitue le préalable à des discriminations systématisées visant les Ultramarins et plus largement toutes les composantes de la diversité. Le rapport pointe ainsi preuves à l'appui le fait que les candidats à un poste fichés selon leurs origines (par exemple : « Origine pays : La Réunion, Guadeloupe, Afrique... ») étaient l'objet de discrimination. La convention signée avec Patrick Karam a soutenu la Fédération des Maisons des potes et SOS Racisme pour relancer les procédures judiciaires en cas de non lieu ou de classement sans suite dans les dossiers les plus solides mais aussi pour accompagner les victimes dans leurs démarches judiciaires. En matière de discriminations à l'emploi, l'État seul ne peut tout régler. De même, les associations n'ont pas toujours les moyens d'agir. Le partenariat avec le délégué interministériel pour l'Égalité des chances des Français d'outre-mer qui a permis à SOS Racisme et la Fédération nationale des Maisons des Potes d'assurer une véritable mission de service public, est le gage de l'efficacité pour traquer et dénoncer les pratiques discriminatoires à l'embauche qui fragilisent le pacte républicain. Le délégué interministériel a participé activement à la mise au point de la stratégie globale pour mettre un terme à ces discriminations. C'est ainsi que pour la première fois, l'État apporte son concours à la lutte contre un délit pourtant inscrit dans le code pénal depuis plus de trente ans. Une véritable volonté politique incarnée par Patrick Karam couplée à la compétence du milieu associatif aura été nécessaire pour obtenir des résultats probants sur cette question.

More info:

Published by: sosracisme75 on Jul 12, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/12/2011

pdf

text

original

 
 
LE FICHAGE ETHNO-RACIAL= UN OUTIL DE DISCRIMINATION
L’État et les associations : une collaboration étroiteest nécessaire pour en finir avec les discriminations
 
Rapport de
Samuel THOMAS
, président de la Fédération Nationale des Maisons desPotes et Vice Président de SOS Racisme remis à
Patrick KARAM
, Déléguéinterministériel pour l’égalité des chances des Français d’Outre mer pour rendre comptedu travail réalisé à la demande de ce dernier dans le cadre de la
«
 convention relative au fichage territorial ou ethnique pouvant conduire à des pratiques discriminatoires de recrutement dans les entreprises
» signée le 13 novembre 2008.Mercredi 4 novembre 2009SOS Racisme
51 av de Flandre75019 ParisTél. 01 40 35 36 55www.sos-racisme.org 
Fédération Nationaledes Maisons des Potes
16, Square Dunois75013 PARISTél. 01 44 93 23 23
 
www.poteapote.info
 
 2
Préambule sur la genèse de ce rapport
Depuis janvier 1978 la loi réprime le fichage ethno-racial de 5 ans de prison et de300 000 € d’amende pour les auteurs personnes physiques (1,5 million € pour lesentreprises).Depuis prés d’une dizaine d’année, l’association SOS Racisme dénonce l’existence desystème de discrimination fondé sur le fichage ethno-racial dans le monde del’entreprise comme dans le secteur du logement.Pourtant, jusqu’à ce jour, l’Etat n’avait jamais engagé d’action de lutte contre ce délit àcaractère raciste et personne n’était condamné pour cette infraction.Lorsqu’en octobre 2008, SOS Racisme obtient au Tribunal Correctionnel de Nanterre, lapremière condamnation d’une entreprise pour fichage ethno-racial de ses salariés,l’espoir renaît. Enfin la démonstration est faite qu’il est possible de faire condamner cetype d’infraction. Pour autant la condamnation est extrêmement faible. L’entrepriseDAYTONA n’est condamnée qu’à 5000 € d’amende ferme alors même que le fichageethno-racial concernait les 5000 vacataires pendant de nombreuses années.La Fédération Nationale des Maisons des Potes décide alors d’épauler SOS Racismepour réactiver la lutte contre les systèmes de fichage ethno-racial en entreprise etdemander le soutien du Délégué Interministériel pour l’égalité des chances des Françaisd’outre mer.Nous montrons alors à Patrick KARAM que sur le site internet d’une grande entreprise,déjà poursuivie pour des discriminations raciales fondées sur la politique des quotas, ondemande toujours au candidat à l’embauche de préciser son pays en distinguant s’il estde la « France » ou bien de la « Martinique », de la « Guadeloupe », de la « Guyane »ou encore de « La Réunion ».
Une véritable volonté politique couplée à la compétence du milieu associatif Le soutien du Délégué interministériel aux actions de lutte contre le délit de fichageethno-racial de la Fédération nationale des Maisons des Potes et SOS Racisme estdès lors total. Il participe activement à la mise au point de la stratégie globale pourmettre un terme à ces discriminations. C’est ainsi que pour la première fois, l’Étatapporte son concours à la lutte contre un délit pourtant inscrit dans le code pénaldepuis plus de 30 ans. Une véritable volonté politique incarnée par PatrickKARAM couplée à la compétence du milieu associatif aura été nécessaire pourobtenir des résultats probants sur cette question.
Une convention a ainsi été signée le 13 novembre 2008 avec le Délégué interministérielà l’égalité des chances des Français d’outre mer qui a confié à la Fédération Nationaledes Maisons des Potes
« la mission de rechercher par tous moyens dans les entrepriseset dans les professions intermédiaires de l’emploi (secteur de l’intérim, cabinets derecrutement, bureaux de placement, chasseurs de têtes etc. ) mais aussi chez lesemployeurs publics et à travers les annonces publiées sur Internet, les pratiques de
 
 3
 fichage territorial ou ethnique et les discriminations à l’embauche qu’elles pourraient entraîner ou qu’elles sous-tendent. ».
 Cette convention précise la méthode retenue pour la réalisation de cette mission :-
 Etablissement d’un diagnostic général sur les pratiques incriminées
-
Choix d’un certain nombre de cibles à explorer tout spécialement 
-
Pour ces dernières, intervention précise (avec assistance d’huissier sinécessaire) et analyse des fichiers correspondants
-
Vérification, au-delà du fichage territorial ou ethnique s’il est constaté, du préjudice éventuel qui en découlerait pour les victimes
-
Par comparaison des taux relevés entre les candidatures et les embaucheseffectives, mesure de l’ampleur de la discrimination dans l’entreprise enquestion (à niveau égal de compétence).
La convention précise en outre que : «
 Le compte rendu des enquêtes effectuées serasystématiquement et immédiatement transmis à la délégation interministérielle. Au vude son avis, la Fédération Nationale des Maisons des Potes et SOS Racisme décideront ensemble des actions à engager devant les tribunaux en fonction du cas considéré. SOS Racisme aidera dans leurs démarches les victimes rencontrées qui souhaiteraient introduire une poursuite judiciaire à titre personnel. Le Délégué interministérielappréciera de son côté les suites à donner parallèlement, le cas échéant sur le planadministratif. »
Ainsi cette convention nous a permis de relancer les procédures judiciaires en casde non lieu ou de classement sans suite dans les dossiers les plus solides, mais aussid’accompagner les victimes dans leurs démarches judiciaires.
A l’occasion du procès de l’OPAC de Saint-Etienne qui s’est tenu le 18 décembre 2008au TGI de Saint-Etienne, la mission confié à la Fédération des Maisons des Potes et àSOS racisme par le Délégué Interministériel a été élargie aux enjeux du «
fichageterritorial ou ethnique pouvant conduire à des pratiques discriminatoires dans lesecteur locatif »
 En collaboration étroite avec Patrick KARAM, Délégué interministériel pour l’égalitédes chances des Français d’outre-mer, cette mission a été menée à bien par SamuelTHOMAS, Président de la Fédération Nationale des Maisons des Potes et Viceprésident de SOS Racisme, assisté notamment d’Emilie PERRIER responsable du PôleJuridique anti-discrimination de SOS Racisme, et de l’association « EGAL », experte endiscrimination dans le monde de l’entreprise et du logement.Il convient aussi de remercier les nombreux RH, experts, militants, juristes et avocatsqui ont œuvré à démanteler ces systèmes de discrimination fondés sur le fichage ethno-racial.Nadège ABOMANGOLI, Vivianne ABRAHAM, Adrien AMSLER, Me OlivierAGUILLON, Guillaume AYNE, Djamel AZELMATE, Anny BALTA, Me DominiqueBAHUCHET, Boualem BENABDELMOUMENE, Me Jacky BENAZERAH, SarahBENICHOU, Mohamed BENOUDA, Me Emmanuel BIJON, Géraldine BILIONIERE,Me Barbara BOAMAH, Christian BOUCHAT, Malek BOUTIH, Caroline BRAY, MeGuillaume BROUILLET, Christine CASSAN, Me Maxime CESSIEUX, JohanCHANTRE, Me Mahor CHICHE, Me Julia COURVOISIER, Me KarineDECARVALHO, Me Christina DESYLLA, Colomba DELCORSO, Me Laurent

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->