Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
4Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
HÉRODOTE

HÉRODOTE

Ratings: (0)|Views: 197|Likes:
Published by Xawahë Damon

More info:

Published by: Xawahë Damon on Sep 28, 2008
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/29/2013

pdf

text

original

 
HÉRODOTE
HISTOIRE
AVIS DE L'ÉDITEUR 
Plus d'un demi-siècle s'est écoulé depuis la publication de l'
 Hérodote
de Larcher, et pendantce demi-siècle le succès de cet ouvrage n'a pas cessé de s'accroître. C'est aujourd'hui un livreclassique, et les savants eux-mêmes lui ont marqué sa place, en le signalant comme lemonument durable d'un grand travail qui avait absorbé la vie entière de son auteur.Lorsque Larcher publia cette traduction, il crut nécessaire d'y joindre un assez grandnombre de notes puisées aux sources les plus savantes, et utiles soit pour l'établissement dutexte, soit pour l'intelligence des faits. Ces notes remplissent quatre volumes de sa premièreédition, et six de sa seconde. C'était beaucoup, c'était trop, sans doute; et cependant Larcher  préparait une troisième édition, dont nous avons eu la copie sous les yeux, et où un assezgrand nombre de notes nouvelles se trouvaient ajoutées.On l'a blâmé avec raison de ce luxe effréné d'érudition; et Volney, savant remarquable, et de plus homme de goût, avait témoigné le désir qu'une main amie se chargeât d'élaguer ces broussailles de la science, sous lesquelles l'arbre vigoureux d'Hérodote demeurait commeenseveli. Le but était d'éclairer et non d'étouffer l'historien.C'est ce travail que nous offrons aujourd'hui au public; nous avons tenté de réaliser le vœude Volney, de supprimer l'érudition inutile, de recueillir les éclaircissements indispensables,et de réunir dans un très-petit nombre de notes, empruntées aux autres commentateurs, toutce qui peut faciliter l'étude du père de l'histoire, ou, comme l'appelait le docte Sainte-Croix,du grand rival d'Homère. L. AIMÉ-MARTIN.26 mai 1842.
PLAN DE L'HISTOIRE D'HÉRODOTE
Hérodote ne s'était proposé pour but, comme il le dit lui-même au commencement de sonHistoire, que de célébrer les exploits des Grecs et des Perses, et de développer les motifs quiavaient porté ces peuples à se faire la guerre. Parmi les causes de cette guerre, il y en avaitd'éloignées et de prochaines. Les éloignées étaient les enlèvements réciproques de quelquesfemmes de l'Europe et de l'Asie, qui, ayant donné occasion à la guerre de Troie, avaientulcéré les cœurs des Asiatiques contre les Grecs. Les causes prochaines étaient les secoursque les Athéniens avaient donnés aux Ioniens dans leur révolte, l'invasion de l'Ionie etl'incendie de Sardes par les Athéniens. Les Perses, irrités de ces hostilités, résolurent d'entirer une vengeance éclatante. Les Perses avaient été jusqu'alors peu connus des Grecs. Il étaitdonc nécessaire de leur faire connaître cette nation, contre laquelle ils avaient lutté avec tantde gloire. Pour parvenir à ce but, Hérodote a pris ce peuple dans son origine, et nous a faitvoir par quels moyens il avait secoué le joug des Mèdes; et, comme cela n'aurait pas donnéaux lecteurs des idées bien claires et bien nettes, il a fallu leur présenter un coup d'œil rapidede l'histoire des Mèdes. Cette histoire elle-même était tellement liée avec celle des Assyriens,dont les Mèdes avaient été sujets, qu'il a dû instruire les lecteurs de la manière dont ilsavaient secoué le joug, et donner pareillement un abrégé de l'histoire d'Assyrie. Ces troishistoires ne sont donc pas des hors-d'œuvre. On ne peut retrancher l'une sans répandre del'obscurité sur les deux autres; et, si on les supprime toutes les trois, on n'aura qu'uneconnaissance très-imparfaite des difficultés que les Grecs eurent à surmonter.
 
Cyrus, ayant subjugué la Médie, marcha de conquêtes en conquêtes. Cette puissanceformidable donna de l'inquiétude à Crésus. Il voulut la réprimer, cl par là il attira sur lui lesarmes de Cyrus; il fut battu, et son pays fut conquis. C'était une occasion pour faire connaitreles Lydiens. Hérodote la laissa d'autant moins échapper,
PLAN DE L'HISTOIRE D'HÉRODOTE
qu'il était bon de donner au moins un aperçu de ces princes qui avaient soumis la plupart desGrecs établis en Asie. Cependant, comme il ne perdait jamais de vue le plan de son Histoire,il ne dit que deux mots de l'origine du royaume de Lydie, de ses progrès et de sa destruction.Cyrus, après cette conquête, laisse à ses généraux le soin de soumettre les Grecs asiatiques; ilmarche en personne contre les Babyloniens et les peuples de leur dépendance, et lessubjugue. Hérodote ne s'arrête quelques instants que sur les objets les plus importants et les plus intéressants. Aussi ne parle-t-il ni des Bactriens ni des Saces, que Cyrus avait subjugués.S'il s'étend davantage sur les Massagètes, c'est que la guerre que leur fit Cyrus lui fut très-funeste, et qu'il périt dans un combat qu'il leur livra.Cambyse, son fils, lui succéda. Fier de sa puissance, il marcha en Egypte. Ce pays étaitalors le plus célèbre qu'il y eût dans le monde; et les Grecs commençaient à y voyager, pluscependant pour les intérêts de leur commerce que par curiosité et par le désir de s'instruire,quoique ces deux derniers motifs y eussent beaucoup de part. Il était donc de la dernièreimportance de leur donner une connaissance de ce pays singulier, de ses productions, desmœurs et de la religion de ses habitants, avec un récit succinct de ses rois. Hérodote y aemployé son second livre. L'Égypte soumise, Cambyse marcha contre le faux Smerdis, quis'était révolté contre lui; il périt par un accident. Peu de temps après sa mort, on découvrit lafourberie du mage Smerdis; il fut massacré, et l'on élut pour roi Darius. Ce prince remit sousle joug les Babyloniens qui s'étaient révoltés, et, comme il était très-ambitieux, il voulutasservir les Scythes. Ces peuples n'étaient alors connus que par leurs voisins, et par les Grecsétablis dans les villes limitrophes de la Scythie. Les Scythes étaient alors pour les Grecs unobjet de curiosité d'autant plus piquant, qu'il y avait déjà en Thrace et sur les bords du Pont-Euxin, tant en Europe qu'en Asie, des colonies grecques. Si notre historien no s'est pas étendusur ces peuples avec la même complaisance que sur les Égyptiens, du moins l'a-t-il fait avecassez d'étendue pour donner aux Grecs une idée de la forme de leur gouvernement et de leursmœurs, avec une description succincte de leur pays. Cette description est si exacte, qu'elle setrouve confirmée dans la plupart de ses points par la relation de ceux d'entre les modernes quiont voyagé dans la Bulgarie, la Moldavie, la Bessarabie, le Czernigow, l'Ukraine, la Crimée,et chez les Cosaques du Don. Darius fut oblige de repasser honteusement dans ses États. LesIoniens, qui ne savaient ni être libres ni être esclaves, se révoltèrent.
PLAN DE L'HISTOIRE D'HÉRODOTE
Ils s'étalent assurés des secours des Athéniens, qui cependant ne leur en donnèrent que demédiocres. Avec ces secours, ils s'emparèrent de Sardes, et y mirent le feu. Darius, ayantappris la part que les Athéniens avaient eue à la prise et à l'incendie de cette ville, jura de s'envenger. Il commença par remettre sous le joug les Ioniens. Les Ioniens soumis, il envoyacontre les Athéniens une armée formidable. Les Perses furent battus à Marathon. A cettenouvelle, Darius, furieux, fit des préparatifs encore plus considérables. Mais sur cesentrefaites l'Égypte s'étant soulevée, il fallut la réduire. La révolte de l'Égypte n'avait fait quesuspendre la vengeance de Darius. Ce pays ne fut pas plutôt soumis, qu'il reprit le dessein dechâtier les Athéniens; mais sa mort, qui survint peu après, en suspendit l'exécution. Xerxès,son fils et son successeur, qui n'était ni moins ambitieux ni moins vindicatif que son père, noncontent de châtier les Athéniens, voulut encore subjuguer le reste de la Grèce. Résolu de
 
marcher en personne contre les Grecs, il leva l'armée la plus nombreuse et la plus formidabledont on ait jamais entendu parler. Il équipa une flotte considérable, et pendant plusieursannées il ne s'occupa qu'a faire transporter dans les villes frontières de la Grèce les blés et lesvivres nécessaires à la subsistance de cette multitude innombrable d'hommes. Il reçut d'abordun échec au pas des Thermopyles. Sa flotte ayant ensuite été battue à Salamine, il repassahonteusement en Asie; mais, ayant laissé Mardonius en Grèce avec l'élite de ses troupes, cegénéral, vaincu à Platée, périt dans l'action avec la plus grande partie de son armée. Le jour même de la bataille de Platée, il se livra à Mycale, en Carie, un sanglant combat. Les Grecs yremportèrent une victoire signalée.C'est ici qu'Hérodote termine son Histoire. On voit, par ce court exposé, qu'il y a dans toutesles parties de ce bel ouvrage une liaison intime; qu'on n'en peut retrancher aucune sansrépandre de l'obscurité sur les autres; que notre historien marche avec rapidité, et que s'ils'arrête quelquefois en chemin, ce n'est que pour ménager l'attention de ses lecteurs, et pour les instruire agréablement de tout ce qu'il leur importait de savoir.LARCHER.
TOME I LIVRE PREMIER CLIO
Les Perses — Les Mèdes
 — 
Babylone — Crésus — Solon — Candaule et Gygès — Cyrus — Sémiramis — Thomyris, etc...
 LIVRE SECONDEUTERPE
Égypte — Isis — Oracle de Dodone— Sésostris — Rhampsinite — Héliopolis — Éléphantine — Le Nil — Embaumements — Sépultures — Les douze rois — Psammitichus — Wecos — Psammis — Apriès — Amasis, etc...
L'Égypte — La Perse — Cambyse — Memphis — Le bœuf Apis — L'Éthiopie — Polycrate — Amasis — Le faux Smerdis — Darius — Siége de Babylone — Zopyre, etc...
 LIVRE QUATRIÈMEMELPOMÈNE
La Scythie — Hercule — Les Gryphons — Les Hyperboréens — Description de la terre — Peuple de Scylax — Usage des Scythes — Anacharsis — Expédition de Darius — Le Pont-Euxin — Les Amazones — Les Thraces — Les Gètes — La Libye — Culte du soleil, etc...
 LIVRE CINQUIÈMETERPSICHORE
Suite de l'histoire de Darius — Athènes et Sparte — Les Pisistratides — Cléomène— Lesstatues d'Égine — Origine de l'inimitié des Athéniens et des Éginètes — Cypsélus, tyran deCorinthe — Hippias — Prise de Sardes par les Ioniens et les Athéniens — Darius lance uneflèche contre le ciel, en demandant aux dieux de se venger des Athéniens — Toutes les villesde l'Hellespont, de l'Ionie et de l'Éolie sont soumises par les Perses, etc...
TOME II LIVRE SIXIÈMEÉRATO
Darius s'empare de Milet — Le poète Phrynicus — Darius envoie demander la
 
terre et l'eauaux peuples de la Grèce — Prérogatives des rois de Sparte — Prise d'Érétrie par les Perses — Cléomène — Sa mort— Les Perses attaquent Athènes — Bataille de Marathon — Miltiade — Les Spartiates n'arrivent qu'après la victoire — Miltiade devant Paros — Il échoue dansson expédition — Condamné à une amende — Les Pélasges — Lemnos ...

Activity (4)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
fmsequeira liked this
neilleneille liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->