Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Groupe Carlyle

Groupe Carlyle

Ratings: (0)|Views: 13 |Likes:
Published by CRAS-SARC

More info:

Published by: CRAS-SARC on Sep 05, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/19/2013

pdf

text

original

 
 Page 1 of 17 
Groupe Carlyle… et les affaires Ovnis ! 
 
d Komarek s’est concentré depuis quelques semaines sur la recherche de l’éventuelle entitéqui dirigerait les opérations en marge du gouvernement officiel américain, qu’il entrevoit comme une gigantesque Compagnie privée internationale. On y retrouve la ligne directrice descenarios de séries télévisées comme Jericho, ou Prison Break.“Du temps de l’administration Nixon, et selon Ben Rich ainsi que Bill Uhouse, les affairesOvnis/ET furent en quelque sorte privatisées, et passèrent sous contrôle d’un comité directeur international. Cette information m’a conduit à formuler quelques hypothèses, et à rechercher quelle pouvait être cette ‘Compagnie X’.“Il s’interroge sur son Blog et dans un long article publié par UfoDigest:“Qui sont les dirigeants,les actionnaires ? Comment sont répartis les profits ? Comment cette compagnie peut-ellecontrôler les militaires, les hommes politiques, et même les nations ? Qu’est-ce qui lui permet de maîtriser le sujet Ovnis/ET ? Quels sont ses moyens d’asseoir sa puissance ? Cettecompagnie doit bien avoir un nom, et un siège social.“L’éditorialiste exopolitique essaye de préciser les contours de ce qu’on nommait jusqu’ici le‘Complexe militaro-industriel’ : “Comment cette compagnie peut-elle contrôler d’autres entités? Par procuration ? Agit-elle comme contractant unique puis délègue des affaires à ses filiales? Je ne pense pas à un conglomérat, qui serait formé de diverses sociétés, parce que ça serait trop évident.La crise de confiance qui a mis à genoux le monde de la finance aura-t-elle fait tomber le premier domino qui pourra entraîner cette Compagnie, en bout de chaîne, à s’écrouler demanière spectaculaire ?“Ed Komarek a remarqué la multiplication récente de réunions privées, à travers le monde, oùse rencontrent les chefs militaires et les contractants de la Défense, et il se demande qui leshéberge et les finance.Michael Salla a alors fourni un élément de réponse : “Si je me demandais quelle Compagnie pourrait avoir essayé d’intimider certains diplomates rattachés aux Nations-Unies, jem’intéresserais en premier lieu au
Groupe Carlyle
. Alex Collier m’a raconté qu’en 2000/2001il avait reçu un appel téléphonique de Frank Carlucci, son président à l’époque, et anciensecrétaire à la Défense, qui lui avait ordonné de “fermer sa gueule”.Carlucci avait été impliqué dans l’incident d’ARV (Alien Reproduction Vehicle, surnommé leFlux Liner) sur la base Air Force de Norton, en 1988, révélé par Mark McCandlishdans le cadredu Disclosure Project.” Suite…
 
 Page 2 of 17 
Salla ajoute : “Je pense qu’ils se sont partagé les tâches, en ce qui concerne ce type de programmes :
Lockheed Martin
 , rétro conception d’engins volants,
Carlyle Group
(*), Sécurité et Procédures,
Paragon Group
 , Renseignement et Recherches Spatiales,
Kissinger Associates
 , Coordination, Résolution de conflits, etc. “Le parcours personnel de Frank Carlucci, ancien sous-directeur de la CIA du temps du président Jimmy Carter, vaut largement d’être examiné. De nombreux sites francophones lui sont consacrés. -Exemple.Un articlede mars 2008 donne la mesure des ambitions du fond d’investissement 
Carlyle
 ,avec son rachat deBooz Allen Hamilton , fondée en 1914, qui est devenue une immense entitéet l’une des principales sociétés de conseil en stratégie. Booz Allen assure entre autres laformation des cadres et la fourniture de systèmes essentiels à pratiquement toutes lesagences de renseignement américaines : NSA, DIA, CIA, NRO, NGA… Par exemple en 2005, leFBI lui avait confié la formation d’urgence de 1.000 nouveaux analystes. Autre Source,francophone.C’est donc une compagnie privée, placée au cœur de l’ensemble du système de renseignement des États-Unis - pour sous-traiter l’essentiel de leurs activités secrètes - qui vient de passer sous contrôle du tentaculaire
Groupe Carlyle
.Ce long article déjà cité dénonce en particulier le jeu des portes tournantes, qui consiste pour cette industrie privée à recruter tous les principaux cadres du service public : “Chez Booz  Allen, de nombreux responsables du renseignement avaient occupé les mêmes fonctions ausein du gouvernement.” On s’aperçoit au passage que l’un des nouveaux créneaux de ces sociétés est l’interception detoutes les formes de communication sur Internet.Source anglophonehttp://www.counterpunch.org/schorcarlucci.html  Remarque : Au début du mandat de George W. Bush, le
Groupe Carlyle
avait attiré l’attention en raisondu nombre de figures politiques qu’il avait recruté : l’ancien président Bush, l’ancien Secrétaired’État James Baker, George Soros, ou l’ancien Premier ministre britannique John Major.
 
 Page 3 of 17 
Targeting ET Corporation X 
 
I believe that the single most important obstacle to UFO/ET disclosure are global entrenched business interests working in concert with global intelligence and military interests. Dwight D. Eisenhower called this kind of cooperation and collusion betweenglobal and national military and business interests the Military Industrial Complex.He warned in the 1950's that the MIC was a grave threat to constitutional government and democracy.Control over the UFO/ET cover-up and the exploitation of extraterrestrial technologies began in the hands of government and military officials through aworking group called MJ 12, www.majesticdocuments.com but according to whistle-blowers global entrenched business interests engineered a purge during the Nixonadministration that resulting in the privatization of both the cover-up and theexploitation of extraterrestrial technologies and knowledge. A major selling point seems to have been that a quasi-private global corporationcould better keep the UFO/ET awareness secret while at the same time exploitingextraterrestrial technologies for the benefit of American and European government security and economic interests. The problem seems to be that it has beenimpossible for factionalized governments to adequately oversee such a vast global unified autocratic enterprise resulting in this nameless Corporation X turning thetables on government control and oversight.I would be the first to say that I could be wrong about the nature, size and influenceof Corporation X and that I could be misinterpreting statements by Ben Rich and others that seem to indicate to me that we are dealing with standard corporatestructure. For instance, when Ben Rich says that since the Nixon purge in the 1960'sUFO/ET matters are now under the control of private enterprise and a international board of directors I think of corporate structure. I would be the first to admit that I only have a very vague understanding of something that is indeed very complex. Still we have to start someplace.I think what we have is a multi-trillion dollar corporation that has become so powerful that it has become a law into itself and can dictate to not only the Americanand European governments that created it, but to most other governments around the globe and the UN as well. Corporation X's real name could be something like Alien Resource Research & Development Corporation (ARRDC) or perhaps moresimply Alien Resource Development Corporation (ARDC). A more generic title could be, Space Resource Research & Development Corporation (SRRDC).I would suspect that this Corporation X is structured similar to quasi-private FannieMae and Freddy Mac but much larger and extremely secretive. Of course Corporation X would dwarf Fannie Mae and Freddy Mac by perhaps 10s of trillions of dollars and its limited oversight would be by more than one government as well. One also has towonder if this Corporation X could be vulnerable to severe economic crisis like Freddy Mac and Fannie Mae and so be subject to a covert meltdown. I certainly hope so.Because of the huge sums of money that Corporation X makes and has at itsdisposal it seems to have been able to buy control over classified elements of global government militaries and intelligence agencies, private corporations, and criminal 

Activity (2)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->