Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
15Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
La Digestion Chez Le Ruminant

La Digestion Chez Le Ruminant

Ratings:

4.8

(5)
|Views: 10,355|Likes:
Published by PERRIN

More info:

Published by: PERRIN on Oct 07, 2008
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

01/07/2013

pdf

text

original

 
l'Institut Babcock pour la Recherche et le Développement International du Secteur Laitier 
Essentiels Laitiers 
Université du Wisconsin à Madison 
240 Agriculture Hall, 1450 Linden Dr., Madison, WI 53706 USA
 ,
 phone: 608-265-4169, babcock@calshp.cals.wisc.edu
1
1111))))DDDDIIIIGGGGEEEESSSSTTTTIIIIOOOONNNNCCCCHHHHEEEEZZZZLLLLAAAAVVVVAAAACCCCHHHHEEEELLLLAAAAIIIITTTTIIIIEEEERRRREEEE
Michel A. Wattiaux
 Institut Babcock 
W. Terry Howard
 Département des Sciences Laitières
INTRODUCTION
Les vaches laitières, ainsi que d'autresanimaux tels que les moutons, les chèvres, lesbuffles, les chameaux et les girafes, sont desherbivores parce que leur alimentation estcomposée principalement de matières végétales.Certains herbivores sont aussi des ruminants.Les ruminants sont des animaux facile àreconnaître parce qu'ils mastiquent leursaliments non seulement pendant les repas, maisaussi, la plupart du temps, entre les repas.Après avoir été avalés, les aliments reviennentdans la bouche (régurgitation) où ils sontmélangés avec de la salive et mastiqués ànouveau. Cette activité, qui s'appelle
rumination
, fait partie du processus d'adaptationqui permet aux ruminants d'obtenir de l'énergiedes parois cellulaires végétales, ou fibresalimentaires.
ADAPTATION A L'UTILISATION DESFIBRES ET L'AZOTE NON-PROTEIQUE
La fibre est le composant principal des tigesvégétales; c'est une structure rigide qui joue unrôle important dans la croissance et la protectioncontre les prédateurs. Certains sucres tels que lacellulose et les hémicelluloses sont emprisonnésdans la paroi cellulaire végétale. Ces sucressont inaccessibles auxanimaux non-rumi-nants, mais ils peuventêtre utilisés par lesruminants. La popula-tion microbienne quivit dans le réseau et lerumen (Figure 1)permet aux ruminantsd'extraire de l'énergiede la fibre.L'azote dans laration des non-ruminants ne peutprovenir que d'acidesaminés préfabriqués etassemblés en pro-téines. Par contre, lesruminants peuventutiliser d'autressources d'azote non-protéique (ANP).L'ammoniac ou l'urée,par exemple, sontutilisés par lesbactéries du rumenpour synthétiser les
Rumen(Panse)Abomasum(Caillette)Omasum(Feuillet)Réticulum(Réseau)Gros IntestinPetit Intestin
VessieOs dubassin
Bouche
 O e s o p  h a g e
Figure 1: Le système digestif de la vache est composé de quatreestomacs. Le rumen peut être comparé à un lac dont un coin esttraversé par une rivière.
 
Essentiels Laitiers—Nutrition et Alimentation
2
l’ Institut Babcock 
acides aminés et leurs propres protéines. Cesprotéines bactériennes sont ensuite digéréesdans l'intestin et elles fournissent la majorité desacides aminés dont la vache a besoin.
LES QUATRE ESTOMACSLe rumen (la panse) et le réticulum (leréseau)
Le rumen et le réseau sont les deux premiersestomacs des ruminants. Chaque minute, leréseau se contracte et son contenu se mélangeavec celui du rumen. Ces deux estomacs sontdonc souvent appelés le
réticulo-rumen
parcequ'ils partagent une population dense de micro-organismes (bactéries, protozoaires, etchampignons) qui fermentent les aliments.Le rumen est un réservoir de fermentationd'un contenu qui varie d'environ 35 kg pour unevache de 250 kg à plus de 90 kg chez une vachede 600 kg. La fermentation des particulesfibreuses est un processus lent et celles-cirestent donc dans le rumen de 20 à 48 heuresavant de passer dans l'omasum. Les particulesqui sont fermentées plus rapidement onttendance, cependant, à rester dans le rumenmoins longtemps.Le réseau peut être comparé à un carrefour oùs'effectue le triage des particules qui entrentdans le rumen et celles qui en sortent. Avant depouvoir quitter le rumen et entrer dansl'omasum, les particules doivent être d'unedimension inférieure à 1 ou 2 mm de longueuret d'une densité supérieure à plus ou moins 1.2g/ml.
L'omasum (le feuillet)
Le troisième estomac ou
omasum
est unorgane de forme sphérique (Figure 1) d'unecapacité d'environ 10 litres. En dépit de sapetite dimension, cet organe a une grandecapacité d'absorption. Il permet le recyclage del'eau et de certains minéraux, tels que le sodiumet le phosphore, qui sont absorbés dans le sanget retournent dans le rumen via la salive. Lefeuillet est un organe de transition entre lerumen et l'abomasum qui ont des modes dedigestion très différents. Cependant, le feuilletn'est pas un organe essentiel. En fait, il estabsent chez les chameaux, les lamas et lesalpacas (pseudo-ruminants).
L'abomasum (la caillette)
Le quatrième estomac est l'abomasum. Cetestomac est similaire à celui des non-ruminants.Il secrète un acide fort et de nombreusesenzymes digestives. Chez les non-ruminants,les aliments ingérés y arrivent directement et ysont digérés. Par contre, le matériel qui entredans l'abomasum d'un ruminant provient durumen. Les produits de la fermentationruminale qui passent dans la caillette sont donccomposés de particules alimentaires résiduelles,de certains sous-produits de la fermentationbactérienne, et d'une masse microbienne(bactéries, protozoaires) qui a crû et s'estmultipliée dans le rumen.
LES BACTERIES DU RUMEN
Le rumen fournit un environnement idéalavec, en général, une quantité d'aliments quasiillimitée pour la croissance et la reproductionbactérienne. L'absence d'air (oxygène) dans lerumen favorise la croissance de certainesespèces de bactéries, en particulier cellescapables de dégrader les fibres végétales. Lesmicrobes fermentent les sucres de la paroicellulaire végétale pour en obtenir de l'énergie.Durant ce processus, ils produisent les acidesgras volatils (AGV) qui sont les produits finauxde leur fermentation. Les AGV qui sont sansvaleur pour les microbes traversent la paroi durumen et deviennent la source d'énergieprincipale dans les cellules du corps de la vache.L'énergie disponible aux bactéries du rumenleur permet d'utiliser l'ammoniac poursynthétiser les acides aminés et leurs propresprotéines. La plupart des protéines bactériennesainsi formées dans le rumen sont digérées dansle petit intestin où elles deviennent la sourceprincipale d'acides aminés pour la vache.Tableau 1: Utilisation de différentes sourcesd'énergies et de protéines chez le ruminant et lenon-ruminant.
Exempled'alimentsNon-ruminant(porcs)Ruminant(vache)
L'ÉNERGIESucressimplesMélasse
++
AmidonRacines
++
CellulosePailles
0±
L'AZOTEANP1Urée
0+
ProtéineSoya
++
1
ANP = azote non-protéique+ = complète; ± = partielle; 0 = nulle.
 
1 - Digestion chez la vache laitière
l’Université du Wisconsin-Madison
3
LES ORGANES DU TRACTUS DIGESTIF ET LEURS FONCTIONS1 - Bouche (rumination et production de salive)
Réduction de la dimension des particules, ce qui facilite l'attaque de lafibre pendant la fermentation microbienne.Production de 160 à 180 litres de salive lorsque la vache mastiqueentre 6 et 8 heures par jour, mais moins de 30 litres si la ruminationn'est pas stimulée (trop de concentré dans la ration ou mouture tropfine du fourrage).Production de
tampons
dans la salive (bicarbonates et phosphates) quineutralisent les acides produits par la fermentation microbienne et ainsifavorisent la digestion des fibres et la croissance microbienne grâce aumaintien d'une acidité neutre dans le rumen.
2 - Réticulo-rumen (fermentation)
Rétention de longues particules fibreuses quistimulent la rumination et la salivation.Activité microbienne intense qui conduit à laproduction d'acides gras volatils (AGV) qui sontdes produits terminaux de la fermentation dessucres et à la production d'une masse microbienneriche en protéine.Absorption des AGV à travers la paroi du rumen.Les AGV sont utilisés comme source d'énergiedans les cellules du corps ainsi que pour la synthèsedu lactose, des protéines et de la matière grassetrouvés dans le lait.Production et expulsion par éructation de plus de1000 litres de gaz par jour.
3 - Omasum (recyclage de certains nutriments)
Absorption de l'eau, du sodium, du phosphore et des AGV.
4 - Abomasum (digestion acide)
Sécrétion de l'acide chlorhydrique et de nombreuses enzymes digestives.Digestion de protéines qui ont échappés à la fermentation ruminale et dela majorité des lipides.Digestion des protéines bactériennes produites dans le rumen (0.5 à 2.5kg par jour).
5 - Petit intestin (digestion et absorption)
Sécrétion d'enzymes digestives par la paroi de l'intestin, le foie et lepancréas.Digestion enzymatique des hydrates de carbone, des protéines et deslipides.Absorption de l'eau, de minéraux et des produits de la digestionintestinale (glucose, acides aminés et acides gras).
6 - Caecum (fermentation) et le gros intestin (formation desfèces)
Fermentation, par une population bactérienne, des produits de ladigestion intestinale non absorbés.Absorption de l'eau et formation des matières fécales.
GazLongues particulesenchev
ê
tr
é
esPetites particules ensuspension
;;;;;;; ;;;; ;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;
;

Activity (15)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
Ivan Rayon liked this
Moussaab Isd liked this
So Wise liked this
monasse liked this
Meyna Kobbi liked this
Vincent Soulier liked this
Sylvie Plamondon liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->