Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
4Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Le rôle des victimes du terrorisme dans la prévention de la radicalisation qui conduit au terrorisme

Le rôle des victimes du terrorisme dans la prévention de la radicalisation qui conduit au terrorisme

Ratings: (0)|Views: 218 |Likes:
Published by Luca Guglielminetti
French version of the speech by Luca Guglielminetti for Aiviter, in the occasione opd the VII EUropean Day in Memory of Victims of Terrorism.
Version française du discours prononcé par Luca Guglielminetti pour Aiviter, dans l'occasione de la VII Journée européenne à la mémoire des victimes du terrorisme.
Bruxelles, 11 03 2011

Italian version here: http://www.vittimeterrorismo.it/iniziative/ue/giornata_eu2011.htm
French version of the speech by Luca Guglielminetti for Aiviter, in the occasione opd the VII EUropean Day in Memory of Victims of Terrorism.
Version française du discours prononcé par Luca Guglielminetti pour Aiviter, dans l'occasione de la VII Journée européenne à la mémoire des victimes du terrorisme.
Bruxelles, 11 03 2011

Italian version here: http://www.vittimeterrorismo.it/iniziative/ue/giornata_eu2011.htm

More info:

Categories:Types, Speeches
Published by: Luca Guglielminetti on Sep 14, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

10/11/2013

pdf

text

original

 
Bruxelles, 11 Marzo 2011 - VII Giornata Europea in Memoria delle Vittime del terrorismo
Le rôle des victimes du terrorisme dans la prévention de la radicalisation quiconduit au terrorisme : l’expérience italienne
Le titre du sujet qui nous occupe aujourd’hui comprend déjà en lui-même deux axiomes. Lepremier implique que les victimes du terrorisme puissent avoir un rôle dans le déroulement d’uneaction positive : celle de prévenir.La pr
é
vention en question, le second axiome, a pour objet un ph
é
nom
è
ne, le terrorisme, qui estrattach
é
 
à
une cause principale : la radicalisation.Si ces deux axiomes sont r
é
els, je crois qu
il est important de souligner d
embl
é
e deux aspects quine sont pas au premier abord
é
vidents.Premier aspect
 
: il faut tenir compte du fait que la possibilit
é
pour les victimes du terrorismed
exprimer une action positive vient du fait que, en Italie comme dans d
autres pays europ
é
ens,celles-ci ne se sont jamais exprim
é
es pour demander vengeance. Il ne s
agit donc pas d
ungroupe qui a exhort
é
le d
é
clenchement d
une r
é
action en cha
 î 
ne sanglante, comme celle qui s
estcr
éé
e dans les guerres ethniques de l
ex-Yougoslavie, ou qui ait jamais r
é
clam
é
de poursuivre leterrorisme avec d
autres moyens que ceux relevant de l
application de la loi.En d’autres termes, les victimes du terrorisme se sont appropriées le point de vue de Primo Levien ce qui concerne les victimes de l’holocauste et leurs bourreaux : « ni pardon, ni vengeance,mais la justice ».Quant au second axiome, nous tenons pour s
û
r que la radicalisation des conflits de naturepolitique, sociale, religieuse, ethnique et nationaliste repr
é
sente une d
é
faite du dialogue, de laconfrontation pacifique, d
é
mocratique et pluraliste. Une d
é
faite qui conduit
à
l
emploi de la violencedans sa version traditionnelle, la guerre, ou dans sa variante
« à
basse intensit
é »
, le terrorisme.Il est tout aussi
é
vident, par contre, que la non-r
é
ussite de la r
é
solution des conflits d
une mani
è
repacifique, au-del
à
de leur nature, a pour responsable un seul contexte : celui de la politique qui apar d
é
finition pour objectif la m
é
diation et la r
é
solution des conflits. Je crois qu
il est possible dedire qu
aussi bien le terrorisme que les guerres repr
é
sentent la d
é
faite de la politique. Cet
é
tat defait met les victimes du terrorisme dans une position d
é
licate, celles-ci ayant un double r
ô
le : d
unepart, elles sont victimes de ceux qui ont mat
é
riellement commis l
acte de violence, et d
autre partelles sont aussi victimes d
une d
é
faite politique.
 
Il s
agit d
un
é
l
é
ment important dont il faut tenir compte parce qu
il conf
è
re au statut de victime uneposition politique d
é
licate, dont les effets conduisent
à
un rapport pour le moins r
é
ciproquementembarrassant entre les institutions et la politique d
un Etat d
une part, et ses citoyens qui ont
é
t
é
 victimes de l
acte terroriste d
autre part.En Italie, cet embarras de la part de l’Etat s’est vérifié de multiples façons : j’en citerai quelques-unes avant de passer à l’exposé des actes positifs effectués par les victimes italiennes quipourraient, nous l’espérons, devenir un modèle, ou des
best practices 
, pour le travail futur auniveau européen.L
Italie a connu sa premi
è
re attaque terroriste en 1969,
à
Milan, avec la bombe de la placeFontana, apr
è
s laquelle se sont succ
é
d
é
s d
autres massacres d
origine fasciste et l
apparition d
unterrorisme communiste qui a atteint son paroxysme durant la seconde moiti
é
des ann
é
es 70, pourse terminer durant la d
é
cennie suivante : un total de plus de 400 morts et des milliers de bless
é
s.L'Italie a ensuite d
é
plor
é
des victimes du terrorisme international,
à
partir du premier cas en 1973,par la main d
organisations arabo-palestiniennes, jusqu
aux plus r
é
centes attaques de la part du jihad islamique. Les victimes italiennes, organis
é
es en associations, ont d
û
lutter et attendre 2004pour obtenir une loi organique d
é
di
é
e
à
leurs droits, tout comme elles ont d
û
lutter et attendre 2007pour obtenir une comm
é
moration officielle de la part de notre R
é
publique, avec l
introduction d
une journ
é
e de la m
é
moire, analogue
à
celle d
aujourd
hui. Nous parlons donc d'une reconnaissancede droits de la part de l
Etat italien envers ses citoyens victimes du terrorisme, qui a eu lieu des
Aiviter – Associazione Italiana Vittime del terrorismo – www.vittimeterrorismo.it
1
 
Bruxelles, 11 Marzo 2011 - VII Giornata Europea in Memoria delle Vittime del terrorismo
dizaines d
ann
é
es apr
è
s les faits. Ce sont des droits reconnus par un Etat qui continue
à
 manifester son ambigu
ï
t
é
en agissant avec lenteur et lourdeur bureaucratique, rendant de ce fait lechemin de la reconnaissance des droits long et parsem
é
d
emb
û
ches.
 
Ce pr
é
ambule
é
tait n
é
cessaire pour comprendre au moins de mani
è
re partielle quelles sont lesdifficult
é
s rencontr
é
es par les victimes, les survivants et leur famille en Italie, et donc decomprendre comment les actions positives ont pu avoir lieu,
à
leur tour, souvent avec un retardimportant par rapport au d
é
roulement des faits.Le moment est venu de donner un nom à ces actions positives, celles qui devraient prévenir laradicalisation qui conduit au terrorisme. J’en entrevois trois, liées entre elles : mémoire, vérité,dialogue.Plus exactement
 
: utiliser la m
é
moire pour chercher une v
é
rit
é
partag
é
e
à
travers le dialogue. Uneactivit
é
qui a donc une connotation didactique et une valeur politique, auxquelles il est possible defaire pr
é
c
é
der le verbe
«
Eduquer
»
, lequel,
à
son tour, dans l
acception socratique de ma
ï
eutique,serait peut-
ê
tre en mesure de synth
é
tiser l
essence de l
action pr
é
ventive des victimes duterrorisme.
 
Premier terme, la mémoire : Tzvetan Todorov nous rappelle que la base de toute recherchehistorique consiste en la mise en place précise et complète des faits, comme le “Mémorial desdéportés juifs” écrit en France par Serge Klarsfeld, qui documente avec une simplicité extrême lesnoms, les lieux, les dates de naissance. Cette activité répond surtout à une première nécessité :restituer la dignité à toutes les victimes. Ce travail, premier pas du travail historique, a été initié enItalie par les victimes, par l’association italienne des victimes du terrorisme (Aiviter) en 2001 quandcelle-ci a chargé celui qui vous parle de rédiger des fiches de mémoire de toutes les victimes, afinde les publier sur le site internet alors en construction. Le travail a été achevé en 2008 à l’occasionde la publication de la part de la Présidence de la République Italienne du volume « Pour lesvictimes du terrorisme en Italie républicaine ».Un travail analogue a été lancé récemment pour les victimes italiennes du terrorisme internationalque nous comptons mener à bien, avec la collaboration d’un grand quotidien italien, “La Stampa”,pour le 10ème anniversaire cette année des attentats du 11 Septembre. Je rappelle au passageque dans les tours jumelles, 270 citoyens italo-américains ont perdu la vie.L
activit
é
de m
é
moire s
exerce aussi surtout gr
â
ce
à
une action active des victimes : le t
é
moignage.Todorov, toujours, nous enseigne que lorsque des
é
v
è
nements v
é
cus par un individu ou un grouped
individus sont de nature exceptionnelle ou tragique, le droit
à
la m
é
moire et au t
é
moignagedevient un devoir. Un devoir que les victimes du terrorisme, en Italie comme ailleurs, omettentrarement d
accomplir quand l
occasion leur en est offerte, ce qui en r
é
alit
é
n
est pas fr
é
quent.Dans ce cas aussi, en Italie, la premi
è
re donn
é
e relative
à
ces t
é
moignages est le retard. Les casdans lesquels le t
é
moignage s
est exprim
é
 
à
travers la publication de livres par exemple, dansl
instantan
é
it
é
temporelle des faits, sont rares. Au contraire, les cas qui se sont succ
é
d
é
s depuis2004, quand les fils des victimes ont pris le stylo en main, sont nombreux. Durant cette longueparenth
è
se temporelle, les ex-terroristes ont, eux, largement publi
é
leurs t
é
moignages, beaucoupd
entre eux
é
tant toujours pr
é
sents dans l
activit
é
 
é
ditoriale.A ce sujet, et j
en arrive au second terme, il faut tout de suite pr
é
ciser que si la v
é
rit
é
r
é
v
é
l
é
e par unex-terroriste s'av
è
re
é
videmment assez suspecte, quand bien m
ê
me celui-ci se serait repenti oudissoci
é
de son ancienne activit
é
criminelle, le t
é
moignage de la victime pr
é
sente lui aussi deslimites envers la v
é
rit
é
. Primo Levi, toujours, nous enseigne que le r
ô
le des victimes n
est pas decomprendre leurs propres assassins.
 
La valeur du t
é
moignage des victimes, relatif
à
l
activit
é
de donner un sens aux faits, de r
é
v
é
ler lav
é
rit
é
, r
é
side en fait dans le troisi
è
me terme : le dialogue. La v
é
rit
é
se r
é
v
è
le quand le t
é
moignage dela victime devient un dialogue avec quelqu
un qui l
interroge ou qui interagit. Il s
agit donc d
unepratique
«
intersuggestive
»
et non r
é
f
é
rentielle, pas tr
è
s
é
loign
é
e du dialogue socratique.Une pratique active de comparaison qui r
é
pond, en outre,
à
ce besoin social diffus qui ne se
Aiviter – Associazione Italiana Vittime del terrorismo – www.vittimeterrorismo.it
2
 
Bruxelles, 11 Marzo 2011 - VII Giornata Europea in Memoria delle Vittime del terrorismo
contente pas de la justice, c
est-
à
-dire de punir, mais qui veut comprendre pourquoi le crime a
é
t
é
 commis, quelles en ont
é
t
é
les causes qui l
ont g
é
n
é
r
é
pour tenter d
en pr
é
venir d
autres.Le discours, le verbe, la parole de la victime-t
é
moin repr
é
sentent donc une source,
é
tudi
é
e parmid
autres par les chercheurs. Durant les trois derniers mois, trois demandes d
entrevues avec lesvictimes sont parvenues
à
notre association de la part de chercheurs ou de professeursuniversitaires de disciplines telles que le droit et la politique internationale, l
histoire du terrorismeitalien, la litt
é
rature ayant pour objet le terrorisme en Italie.Il s
agit de la premi
è
re fois que de telles demandes sont formul
é
es, et cela ne doit probablementrien au hasard, avec des chercheurs italiens qui travaillent hors de notre pays (l
italica accademiasouffre de mani
è
re
é
vidente comme la politique d
un malaise analogue envers les victimes), maisce n
est pourtant pas la premi
è
re fois que le t
é
moignage des victimes du terrorisme est port
é
sur laplace publique,
à
travers un dialogue. Cela est d
é
 j
à
arriv
é
, m
ê
me si cela s
est produit de fa
ç
onsporadique et discontinue depuis longtemps, quand les institutions ou les
é
coles ont propos
é
desrencontres et des d
é
bats durant lesquels la pr
é
sence et le t
é
moignage des victimes
é
taientrecherch
é
s.Aiviter s
est donc dot
é
e dans le temps d
instruments didactiques et d
information toujours pluscons
é
quents et sophistiqu
é
s, en support aux t
é
moignages directs de ses membres au cours desdiverses opportunit
é
s de rencontre. La publication des actes du premier congr
è
s organis
é
 
à
Turinen 1986, une premi
è
re exposition
Pour ne pas oublier
r
é
alis
é
e en 1989, auxquels se sontsucc
é
d
é
s d
autres congr
è
s, d
autres expositions, d
autres publications de livres, le site internet, undocumentaire et un CD-rom multim
é
dia.
 
Cette activit
é
de m
é
moire document
é
e et de t
é
moignage que Aiviter cherche maintenant
à
rendretoujours plus syst
é
matique et continue, surtout dans les
é
coles italiennes, fait partie du travail,pr
é
sent dans les objectifs sociaux statutaires de l
Association, qui rev
ê
t un r
ô
le de pr
é
vention. Lapr
é
vention se concr
é
tise par des activit
é
s d
’é
ducation. Une
é
ducation qui n
est pas une rechercheabstraite de paix, et encore moins d
une comm
é
moration fixe de faits tragiques, mais dynamiqueset concr
è
tes de d
é
voilement de la v
é
rit
é
. Une v
é
rit
é
qui est aussi politique et historique, en plusd
’ê
tre morale, et donc parfois incommode, mais s
û
rement indispensables pour que la soci
é
t
é
civilepuisse partager le sens des blessures que le terrorisme a inflig
é
es
à
son corps.Le terrorisme repr
é
sente donc une s
é
quence terrifiante d
attaques violentes sans discrimination quidoit se transformer, avec le t
é
moignage, la recherche et le dialogue, en un patrimoine socialpartag
é
d
exp
é
riences utiles pour pr
é
venir sa r
é
p
é
tition.Je ne peux pas ne pas conclure en reconnaissant, sans aucun plagiat de la commission qui nousre
ç
oit ici, qu
une partie du travail d
Aiviter et de la r
é
flexion que j
ai port
é
e
à
votre attention doit untribut
à
l
Europe,
à
son Parlement et
à
ses institutions, qui d
é
 j
à
au lendemain des attaquesterroristes de Madrid en 2004, se sont mobilis
é
es moralement et se sont engag
é
es dans despolitiques concr
è
tes en faveur de toutes les victimes europ
é
ennes du terrorisme.
Luca Guglieminetti 
 
Aiviter – Associazione Italiana Vittime del terrorismo – www.vittimeterrorismo.it
3

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->