Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
4Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Salaville. De la Spiritualité patristique et byzantine à la Théologie russe. Études byzantines, tome 3, 1945. pp. 215-244.

Salaville. De la Spiritualité patristique et byzantine à la Théologie russe. Études byzantines, tome 3, 1945. pp. 215-244.

Ratings:

5.0

(1)
|Views: 117 |Likes:
Sévérien Salaville

De la Spiritualité patristique et byzantine à la Théologie russe
In: Études byzantines, tome 3, 1945. pp. 215-244.

Citer ce document / Cite this document : Salaville Sévérien. De la Spiritualité patristique et byzantine à la Théologie russe. In: Études byzantines, tome 3, 1945. pp. 215244. doi : 10.3406/rebyz.1945.932 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rebyz_0258-2880_1945_num_3_1_932
Sévérien Salaville

De la Spiritualité patristique et byzantine à la Théologie russe
In: Études byzantines, tome 3, 1945. pp. 215-244.

Citer ce document / Cite this document : Salaville Sévérien. De la Spiritualité patristique et byzantine à la Théologie russe. In: Études byzantines, tome 3, 1945. pp. 215244. doi : 10.3406/rebyz.1945.932 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rebyz_0258-2880_1945_num_3_1_932

More info:

Published by: Patrologia Latina, Graeca et Orientalis on Oct 08, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/02/2013

pdf

text

original

 
De la Spiritualité patristique et byzantine à la Théologie russe
In: Études byzantines, tome 3, 1945. pp. 215-244.
Citer ce document / Cite this document :Salaville Sévérien. De la Spiritualité patristique et byzantine à la Théologie russe. In: Études byzantines, tome 3, 1945. pp. 215-244.
 
De
la
Spiritualité
patristiqueet
byzantine
à la
Théologie
russe.
G.
Bardy,
La
théologie
de
l'Eglise
de
saint
Clément de
Rome
à
saint'
Irênée (Collection
«
Unam
Sanctam
»).
Paris,
Editions
du
Cerf,29,
boulevard
de
La
Tour-Maubourg,
1945,
in-8,
248
pages.
Origènë,
Homélies
sur la
Genèse. Traduction
et
notes
de
L.
Doutreleau,
introduction de
H.
de
Lubac
(Collection
«
Sources
chrétiennes
»).
Paris,
Editions
du
Cerf,,
1944,
in- 12,
263
pages.
Grégoire
de
Nyssë,
La
création
de
l'homme.Introduction
et
traduction
de
J.
Laplace,
notes
de
J.
Daniélou.
Même
collection.
Paris,
1944,
in- 12,
250
pages.
Diadoquë
de
Photicé,
Cent
chapitres
sur
la
perfection
spirituelle
;
Vision;
Sermon
sur
l'Ascension.
Introduction
et
traduction de
E.
des
Places.
Ibid.,
1943,
in-12,
192
pages.
Maxime
le
Confesseur,
Centuries
sur
la Charité.
Introd.
et
trad, de
J.
Pegon.
Ibid.,
1945,
in-12,
175
pages.
P.
Th. Camelot,
Foi
et
Gnose.
Introduction
à
l'étude
de
la
connaissance
mystique
chez
Clément
d'Alexandrie. Paris,
J.
Vrin,
1945,
in-8,
158
pages
(Collection
«
Etudes
de
théologie
et
d'histoirede
la
spi
ritualité
·»).
Cl.
MondésErt,
Clément
d'Alexandrie.
Introduction
à
l'étude
de
sa
pen
e
religieuse
à
partir
de
l'Ecriture (Collection
«
Théologie
»).
Paris,
Aubier,
Editions
Montaigne,
1944,
in-8,
278
pages.
J.
Daniélou,
Platonisme
et
théologie mystique.
Essai
sur
la
doctrine
spirituelle de
s.
Grégoire
de
Nysse
(Collection
«
Théologie
i).
Paris,
Aubier,
1944,
in-8,
339
pages.
Hans
von
Balthasar,
Présence
et
Pensée.
Essai
sur
la
philosophie
reli
gieuse
de
Grégoire
de
Nysse.
Paris,
G.
Beauchesne,
1942,
in-8,
xxvi-
X53
pages.
If,,
du
Manoir
de
Juayë,
Dogme
et
spiritualité chez
saint
Cyrille
d'A
lexandrie
(Collection
«
Etudes
de'théologie
et
d'hist.
de
la
spiritual
ité
).
Paris,
Vrin,
1944,
in-8,
594
pages.
Œuvres
complètes
du
Pseudo-Denys
l'Aréopagite. Traduction,
pré
face
et
notes,
par
M.
de
Gandillac («
Bibliothèquephilosophique
»).
Paris,
Aubier,
1943,
in-12,
392
pages.
Vl.
Lossky,
Essai
sur la
théologie
mystique
de
l'Eglise
d'Orient,
Paris,
Aubier,
1944,
in-16,
248
pages.
 
2
l6
ETUDES
BYZANTINES
Surge:
BouIvGakoff,
Du
Verbe
incarné
(Agnus
Dei),
traduit du
russe
parConstantin
Andronikof.
Paris,
Aubier,
1943,
in-8,
382
pages.
Récits
d'un pèlerin russe
à
son
père
spirituel, traduits
et
présentés
par
Jean
Gau vain
Les
Cahiers
du
Rhône
»).
Neuchâtel
(Suisse),
1943,
in-8,
148
pages.
Les
théologiens
des
Eglises
orthodoxes
orientales
se
réclament
volont
iers
de
lathéologiepatristique
et
de
la
théologie
byzantine.
C'est
un
terrain
qui
peut
d'ailleurs
être
pour
tousun
terrain
d'entente
et
fournir
à
la théologie
tout
court
d'utiles
éléments
de
progrès.
Mais
d'autres
influences
que
celle
des
Pères
et
des
Byzantins,
il
faut
bien
le
reconnaît
re,
e
sont
exercées
sur
certains
théologiens russes
contemporains.
La
présentation
de
quelques
ouvrages
récents
va
nous
fournir
occasion
de
relever
cette
double
constatation.
La
collection
UnamSanctam,
dont
les
perspectives s'ouvrent
large
ment
aux
horizons
peuvent
se rencontrer
tous
les
disciples
du Christ,vient
de s'enrichir d'un
volume
de
G.
Bardy
:
La
théologie
de
l'Eglise
de
saint
Clément
de
Rome
à
saint
Irénée.
Le
nom de
l'auteur
est
une
garantie d'objectivité
scientifique
et
de
sérénité
dans
l'exposé.
Il
suffira
de
rappeler
ici
les
grandeslignes
de
cette
claire
et
solide
étude.
Le
nom
d'Eglise
est
tout
à
fait
primitif
(Act.,
11,
47;
ν,
vu,
38;
vin,
3;
ix,
31,
etc.)
pour
désigner
la
communauté
chrétienne.
«
Lorsque
nous
le retrouvons
dans
les
écrits
des
Pères apostoliques,
il
est
déjà
consacré
par
le
prestige
d'une
longue
tradition.
Ils'impose
sans
qu'on
ait
besoin
de
l'expliquer
ou
de
le
justifier.
Au
sens
premier
et
dans
la
langue
clas
sique,
il
avait
été
employé
à
propos
de
l'assemblée
du
peuple,
ou
du
peu
ple
assemblé,
sans
aucune
référence
à
une
idée
religieuse,
et
c'est
peut-
être
ce
caractère
profane, on dirait
volontiers
laïque,
qui
l'a
fait
adopter
de
préférence
à
tout
autre
par
les chrétiens.
Ce
qu'il
y
a de
sûr,
c'est
que
nul
autre
vocable
n'a jamais
rivalisé
avec
lui
:
lorsque
le
christianisme
sera
assez
répandu
en
Occident
pour
avoir
besoin
d'employer la
langue
latine,
il
se
contentera de transcrire le
termegrec,
nul
n'essayera
de
le
traduire.
»
Mais
l'Eglise
peut
être
envisagée
sous
deux
aspects
différents.
Elle
est
d'abord
la
communauté
chrétienne
qui
réside,
qui
«
pérçgrine
»
dans
telle
ou
telle
cité.
Elle
est
aussi
l'ensemble
des croyants,
l'Eglise
univers
elle,
elle
dont
saint
Ignace
dira
aux
Smyrniotes
(VIII,
2)
:
«
Là
est
le
Christ Jésus,
est
l'Eglise
universelle
»,
dans
un
texte
où
apparaît
pour
la
première
fois
le
terme
fititholikè.
«
En
fait,
les
deux
significa
tions
ont
presque inséparablesl'une
de
l'autre,
tant
elles
s'appellent
et
se compénètrent.
Reste,
mais
ceci
est
capital,
que
l'Eglise
locale apparaît
tout
d'abordsous
la
forme
d'une
organisation,
d'une
société
ily
ades chefs
et
des
subordonnés
et
chacun
doit
rester
à
sa
place
pour
que
soit
maintenue
l'harmonie
de
l'ensemble.
»
La
question
est
de
savoir
si
l'Eglise
universellejouit d'autre chose

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->