Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
François Halkin. Le concile de Chalcédoine esquissé par Jean Xiphilin. Revue des études byzantines, tome 24, 1966. pp. 182-188.

François Halkin. Le concile de Chalcédoine esquissé par Jean Xiphilin. Revue des études byzantines, tome 24, 1966. pp. 182-188.

Ratings: (0)|Views: 20|Likes:
François Halkin

Le concile de Chalcédoine esquissé par Jean Xiphilin
In: Revue des études byzantines, tome 24, 1966. pp. 182-188.

Citer ce document / Cite this document : Halkin François. Le concile de Chalcédoine esquissé par Jean Xiphilin. In: Revue des études byzantines, tome 24, 1966. pp. 182-188. doi : 10.3406/rebyz.1966.1369 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rebyz_0766-5598_1966_num_24_1_1369
François Halkin

Le concile de Chalcédoine esquissé par Jean Xiphilin
In: Revue des études byzantines, tome 24, 1966. pp. 182-188.

Citer ce document / Cite this document : Halkin François. Le concile de Chalcédoine esquissé par Jean Xiphilin. In: Revue des études byzantines, tome 24, 1966. pp. 182-188. doi : 10.3406/rebyz.1966.1369 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rebyz_0766-5598_1966_num_24_1_1369

More info:

Published by: Patrologia Latina, Graeca et Orientalis on Oct 08, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/01/2013

pdf

text

original

 
Le concile de Chalcédoine esquissé par Jean Xiphilin
In: Revue des études byzantines, tome 24, 1966. pp. 182-188.
Citer ce document / Cite this document :Halkin François. Le concile de Chalcédoine esquissé par Jean Xiphilin. In: Revue des études byzantines, tome 24, 1966. pp.182-188.
 
LE CONCILE
DE
CHALCEDOINE
ESQUISSÉ
PAR
JEAN
XIPHILIN
Historien
de
l'Église
byzantine,
de
sa théologie,
de
sa
liturgie
et
de
ses
chefs,
le
R.
P.
Venance
Grumel,
à
qui
ce
volume
de
Mélanges
est
si
opportunément
dédié,
a
bien
mérité
la
reconnaissance
des
cher
cheurs
par
les
deux
remarquables
instruments de
travail
dont
il
les
a
dotés
:
les
Regestes
des
Actes
des
Patriarches
de
Constantinople,
de
381
à
1206,
parus
en
trois
parties
(1932, 1936
et
1947),
et
la
volu
mineuse
Chronologie
(1958)
qui
appartient
au
Traité
d'études byzantines,
lancé
par
le
professeur
Lemerle.
Acôté
de ces
monuments
aère peren-
niora,
une
longue
série
d'articles
et
de
notes,
moins
considérablespar
l'étendue,
n'en
sont
pas
moins
précieux par
la
sûreté
de
la
méthode
et
la
nouveauté
des
résultats.Onvoudra
bienpermettre
à
un
Bollan-
diste
d'en
rappeler
ici
quelques-uns
parmi
ceux qui
intéressent
plus
directement
l'hagiographie.
Voici,
dans
les
Échos
d'Orient,
deux
études
sur
l'iconologie
de
saint
Théodore Studite (1921)
et
de
saint
Germain
de
Constantinople
(1922),
une autre
sur
le
«
Miracle
habituel
»
des
Blachernes
(1931)
et
une
quatrième
sur
la
date
de
fondation
du
monastère
d'Acapniou,à
Thessalonique,
et
sur
son fondateur,
saint
Photius
le
Thaumaturge
(1931).
Dans
la
Revue
des
études
byzantines,
voici une
discussion
serréesur
l'origine
des
fêtes
de
saint
Denys
l'Aréopagite
et
de
son
maître
saint
Hiérothée
(1955);
une note
érudite
sur
les
attestations
les
plus
anciennes
de
la
fête
de
la
Transfiguration
(1956);
une homélie inédite
du
patriarche
saint
Germain
sur
la délivrance
de
Constantinople
assiégée
par
les
barbares
(1958);
un
essai
d'identification
du saint
Calliste
inscrit
dans
un
synaxaire au
22
novembre
(1960);
une
recti
fication
chronologique
à
propos
de
la
vie
de
saint Syméon le
nouveau
théologien
(1964).
Enfin,
dans
les
Mélanges
offerts
au
P.
Paul
Peeters
à
l'occasion
de
ses
quatre-vingts
ans,
le
P.
Grumel
a
identifié
et
publié
 
F.
HALKIN
:
LE
CONCILE DE
CHALCÉDOINE
183
le
«
canon
»
de
la
fête
du saint
Mandilion
tel
qu'il
était
chanté au
chur
jusqu'à
la condamnation
du
métropolite
Léon
de
Chalcédoine
(Analecta
Bollandiana,
1950,
p.
135-152).
Une
uvre
moins
connue
du P.
Grumel,
qui
m'est signalée
par
le
R.P.
Vitalien
Laurent,
lui
assure
une
place assez
inattendue
au
nombre
des
auteurs
de
textes
hagiographiques
et
liturgiques
:
il
composa
en
effet
entre
les
deux
guerres
mondiales,
à l'usage
du
clergé
latin
de
Constantinople,
sur
la demande
de
la
Délégation apostolique,
outre
des
leçons
pour
le
Propre
du
diocèse,
l'office
et
les
hymnes (trois)
de
sainte
Euphémie
et
des hymnes
pour
saint
Léon,
pape
(une),
et
saint
Jean
Chrysostome
(une).
* *
Le
petit
texte
qu'on
va
lire
concerne
précisément
la
patronne
de
Chalcédoine
et
son
plus
fameux
miracle,
celui
par
lequel
aurait
été
confirmée
la
définition
dogmatique
de
451.
Il
ne
s'agitpasd'un
docu
ment
contemporainou
du
récit
d'un
témoin oculaire,
bien
loin
de
;
ce
n'est
même
pas
un
texte
proprement
hagiographique
:
il
aurait
en
ce
cas
être
inséré
dans
le recueil
des légendes
byzantines
de
sainte
Euphémie
de
Chalcédoine
qui
vient
de
paraître
à
Bruxelles (1).C'est
simplement
le
prologue historique
placé
par
Jean
Xiphilin
en
tête
de
son
homélie
pour
la
????a??
t??
????,
le
dimanche
de
juillet
où
les
Byzantins
commémoraient
la
définitiondu
concile de
Chalcédoine
t
l'intervention
de
sainte
Euphémie
en
faveur
de
cette
défi
nition
(2).
L'homélie
en
question
fait
partie
d'un
homiliaire
du
xie-xne
siècle,
composé
d'un bout
à
l'autre
par
un
seul auteur
appelé
Jean
Xiphilin,
qui
n'est
pas
le
patriarche
Jean
VIII
(1064-1075),
mais
bien
son
neveu
et
homonyme,
le
moine
Jean
Xiphilin, comme
l'a
montré
Albert
Ehrhard
(3).
Ce
moine
érudit
dédia
à
l'empereur Alexis Comnène (1081-
1118)
une collection
de
vies
de
saints
destinée
à
compléter
le
méno-
loge
de
Syméon
Métaphraste
(fvers
1000) (4).
(1)
Dansla
collection
bollandienne
des
Subsidia
hagiographica,
il
porte
le
41.(2)
Voir
l'article du
P.
S.
Salaville,
La
fête
du
concile
de
Chalcédoine
dans
le
rite
byzantin,
inséré
au
tome
II
(1953),
p. 677-695,
du
grand
recueil
d'A.
Grillmeier
et
H.
Bacht,
Das
Konzil
von
Chalkedon.
Quelques
compléments dans
Anal.
Boll.,
t.
LXXII
(1954),
p.
446-
447.(3)
Überlieferung und
Bestand
der
hagio
graphischen
und homiletischen
Literatur
der
Grie
chischen
Kirche,
t.
III
(=
Texte
und
Untersuchungen,
t.
LH,
1943),
p.
525-559.
(4)
La
dédicace
à
Alexis
Comnène
n'existe
plus
que
dans
la
traduction
géorgienne
qui
a
été
publiée par
Kekelidze
en
1912.
Cf.
Ehrhard,
t.
c,
p.
384.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->