Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Fiscal

Fiscal

Ratings: (0)|Views: 146 |Likes:
Published by dazert12345

More info:

Published by: dazert12345 on Nov 01, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/01/2011

pdf

text

original

 
DROIT FISCAL
PREMIÈRE PARTIEPREMIÈRE PARTIEINTRODUCTION À LA THÉORIE GÉNÉRALE DE L’IMPÔT.INTRODUCTION À LA THÉORIE GÉNÉRALE DE L’IMPÔT.Il n’y a pas de neutralité, ni politique, ni économique, ni sociale en matière fiscale. Il s’agit derépondre à la question qui va payer et donc quelle assiette pour l’impôt ?Il existe toujours un système fiscal, c'est à dire la coexistence, la juxtaposition de plusieursimpôts. Ça permet d’avoir une appréciation sur le système fiscal d’un Etat donné.
Chapitre 1 : les caractères généraux de l’impôt.
Il n’y a pas dans le droit positif de définition juridique de l’impôt. La doctrine et la jurisprudence ont identifié un certain nombre d’éléments constitutifs de la notion d’impôt.Articles 34 et 37 de la Constitution : finition de la jurisprudence notammentconstitutionnelle, ils donnent la répartition des compétences.On distingue toute une typologie des impôts.La dernière section portera sur l’utilité de l’impôt. On verra la fiscalité de l’environnement.
Section 1 : la notion d’impôt.
Du côté du législateur, il n’y a pas une rigueur exemplaire dans la qualification qu’il donneaux prélèvements fiscaux.Certains prélèvements ne s’appellent pas impôt, mais ils sont juridiquement des impôts. Il y ala CSG : contribution sociale généralisée, il y a eu débat pour savoir si c’était un impôt ou unecotisation sociale.La TVA porte le nom de taxe mais juridiquement c’est un impôt.Il y a plusieurs approches de la notion d’impôt, celle de la doctrine et de la jurisprudence duConseil constitutionnel.La doctrine : Gaston Jèze : il avait tenté de définir l’impôt. «L’impôt est une prestation pécuniaire requise des particuliers par voie d’autorité à titre définitif et sans contrepartie envue de la couverture des charges publiques». Cette définition est très fortement marquée par des considérations politiques. On retrouve dans cette définition tout le poids des conceptsissus de la déclaration des droits de l’homme de 1789. Il consacre tout le symbolisme del’impôt tel qu’il est appréhendé dans la déclaration de 1789. À l’époque l’idée dominante estla couverture des dépenses publiques. Article 13 de déclaration des droits de l’homme, il justifie l’impôt par l’entretien de la force publique et les dépenses d’administration. Quelquesoit sa pertinence juridique cette définition place l’impôt dans un contexte juridique et socialdonné.La notion de prélèvement pécuniaire effectué par voie d’autorité.L’histoire de l’impôt montre que cette contrainte qu’est l’impôt est devenue pécuniaire au fildu temps. Mais le prélèvement fiscal n’a pas toujours dû être payé en argent. Au XIXèmedans le cadre de la fiscalité communale, il y avait encore des impôts qu’on payait par des journées de travail. La taxe vicinale permettait l’entretien des chemins communaux. Jusqu’auXIXème, on pouvait la payer en argent ou travailler à l’entretien des chemins. Il existe uncertain nombre de procédures spécifiques comme la procédure de la dation en paiement quiautorise le biteur d’une dette fiscale à remettre soit une œuvre d’art, soit un bienimmobilier. Elle existe en particulier pour le droit de succession ou la donation et c’est une1
 
 procédure qui a été étendue à l’ISF. Les musés nationaux se sont enrichis grâce à ce procédé.Il faut un agrément ministériel, on consulte le ministère de la culture, et ça permet des’acquitter de sa dette fiscale. On a également étendu cette procédure de la dation auximmeubles et terrains qui présentent un intérêt écologique justifiant leur conservation.L’impôt par nature même est ce qu’on appelle un droit régalien. Aujourd’hui on retrouve cedébat dans le cadre de la construction européenne. La construction de l’Etat est indissociabledes efforts des légistes de l’ancien régime pour qu’il puise lever l’impôt. Il y a un lien évidententre la construction de l’Etat et ce pouvoir d’imposer.«Les impôts découlent du pouvoir de législation et c’est à la puissance suprême de les prescrire» Jean Bodin.On retrouve cette problématique entre souveraineté et pouvoir fiscal à la Révolution française.La déclaration des droits de l’homme pose le principe du consentement à l’impôt.On retrouve cette problématique aujourd’hui concernant la construction européenne. L’UEdispose de ressources propres, mais en réalité cela reste très proche des modes de financementdes autres OI. Il n’y a pas à proprement parlé d’impôt européen. Il y a des contributions desEtats membres.Toute une histoire dans les annales du parlement européen de créer un véritable impôteuropéen avec la résistance des Parlements nationaux qui refusent d’être dessaisis de cette prérogative essentielle.
Lien entre impôt et contrainte.L’une des caractéristiques du prélèvement fiscal est que par échéant on peut utiliser les prérogatives de puissance publique. Un contribuable qui refuse de payer l’impôt s’expose àdes procédures d’exécution forcée.À la Révolution française, le lien entre impôt et arbitraire de l’AR est tel qu’aucun impôt ne portera le nom d’impôt. On les appelle contribution. À la RF, on ne retient que le termeimposer, que les prérogatives exorbitantes mises en œuvre sous l’AR pour recouvrer l’impôt.A partir de 1791, on ne retrouve plus le terme d’impôt, on retrouve que le terme decontribution parce que l’assemblée constituante considère que ce terme de contribution reflètela solidarité devant les charges publiques. Le Conseil constitutionnel reprendra cette analyse pour qualifier la CSG d’impôt.La CRDS : contribution au remboursement de la dette sociale.L’administration fiscale est tenue de percevoir l’impôt. Et en particulier, il y a dans le code pénal des dispositions lorsqu’un fonctionnaire « sous une forme quelconque et pour quelquemotif a sans autorisation de la loi accordé des exonérations ».Les remises gracieuses sont encadrées, elles ne sont pas arbitraires.Cet élément caractéristique qu’est la contrainte sert aussi juridiquement à qualifier ou non un prélèvement de prélèvement fiscal.Le caractère d’absence de partie et de prélèvement définitif.
L’absence de contrepartie.Avec le caractère obligatoire, l’absence de contrepartie est le critère qui juridiquement vadistinguer un prélèvement fiscal d’une redevance.Juridiquement, la redevance est le prix d’un service rendu.Juridiquement, la redevance relève du pouvoir réglementaire.2
 
Juridiquement, une redevance est proportionnelle au coût du service rendu.La redevance voit son produit affecté au service qui a fourni la prestation.Le problème est que le législateur qualifie parfois de taxe une redevance et vice-versa alorsque le régime juridique est très différent.La jurisprudence du Conseil d’Etat a évolué en la matière et privilégie désormais la notion decontrepartie ou non au caractère obligatoire. Cette jurisprudence est connue au travers de lanotion de critère de l’équivalence. S’il y a équivalence, le montant du prélèvement trouve sacontrepartie directe dans le service rendu. Dans ce cas-là, on a à faire à une redevance.
 
Arrêt de principe : CE, 21 novembre 1958, Syndicat national des transports aériens.
 Le Conseil constitutionnel s’appuie aussi sur ce critère.La différence avec l’impôt est que précisément l’impôt ne serait pas la contrepartie d’unservice rendu. Juridiquement, cet élément est déterminant.Dans la doctrine, on retrouve parfois une analyse de l’impôt-échange. L’idée pour légitimer l’impôt est qu’en réalité, il est la contrepartie à la sécurité de la personne et de ses biens. Ledroit positif est très clair et en particulier le Conseil constitutionnel s’appuie sur cette absencede contrepartie y compris quand il a à qualifier la CSG.
Décision 285 DC du 28/12/90 du Conseil constitutionnel.Cette décision est la première du Conseil constitutionnel rendue au sujet de la CSG. Il s’estappuyé sur la logique de la solidarité nationale. Puis il a été amené à se reprononcer en 1993et il a utilisé cette fois pour confirmer la qualification d’impôt de la CSG l’absence decontrepartie.
Décision 385 DC du 13 août 1993.Dans cette décision, le Conseil constitutionnel insiste en particulier sur le fait que lescotisations sociales se caractérisent par l’existence d’une contrepartie contrairement à l’impôt.Il y a dans le droit positif une définition des cotisations sociales : « les apports des personnes protégées ou de leur employeur à des institutions octroyant des prestations sociales en vued’acquérir ou de conserver le droit à ses prestations ». INSEE.À l’origine, une partie de la CSG servait à alimenter le fonds cotisation vieillesse.
Le caractère définitif.L’impôt se distingue de l’emprunt en ce sens où l’emprunt est en principe temporaire,volontaire et rémunéré. Parfois les pouvoirs publics cident de lancer des empruntsobligatoires. En 1983, le gouvernement a lancé un emprunt forcé et les contribuables àl’impôt sur le revenu, qui s’appelait à l’époque l’impôt sur les grandes fortunes, devaientsouscrire obligatoirement à l’emprunt à hauteur de 10% de l’impôt acquitté l’année précédente. Les pouvoirs publics prennent comme référence l’impôt.
Section 2. les principales classifications fiscales.
 §1 : La distinction impôt réel/ impôt personnel.
Il y a derrière cette distinction des considérations politiques et de techniques fiscales.Un impôt personnel est un impôt qui a pour ambition d’appréhender les facultés contributives, par exemple les charges de famille.L’impôt personnel cherche à personnaliser la chargefiscale. On essaye de personnaliser la charge fiscale à la capacité contributive.L’impôt réel est l’inverse, il ne se préoccupe pas de la personne qui va payer. Il appréhende lamatière imposable dans sa seule dimension économique. Cette distinction est importante car 3

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->