Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
INF2007 nappes phréatiques _explication & schemas

INF2007 nappes phréatiques _explication & schemas

Ratings: (0)|Views: 272 |Likes:
Published by susCities
Page scientifique sur les nappes phréatiques : facteurs d’infiltration, types de nappes, étude d’une nappe & techniques de forage (8pp) - Source: pensifs.com (FR, 2007) >>> www.pensifs.com
Page scientifique sur les nappes phréatiques : facteurs d’infiltration, types de nappes, étude d’une nappe & techniques de forage (8pp) - Source: pensifs.com (FR, 2007) >>> www.pensifs.com

More info:

Published by: susCities on Nov 04, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF or read online from Scribd
See more
See less

11/15/2013

pdf

 
Nappes phréatiques http://www.pensifs.com/sciences/geologie/nappes-phreatiques.php1 sur 8 3/12/07 10:25
P
ENSIFS
.
COM
L
E
 
SITE
 
QUI
 
VOUS
 
LAISSE
 
SONGEUR
S
OMMAIRE
 
DE
 
LA
 
RUBRIQUE
G
EOLOGIE
P
AGES
G
ÉOLOGIE
: D
IVERS
1.F
ORMATION
 
DE
 
L
'
HYDROSPHÈRE
2.O
RIGINE
 
ET
 
RÔLE
 
DE
 
LA
 
GÉOTHERMIE
3.E
LECTRO
-
MAGNÉTISME
4.Page actuelle:
Nappes phréatiques
5.
N
APPES
 
PHRÉATIQUES
D
ÉFINITION
 
SOMMAIRE
 
DE
 
CE
 
QUE
 
SONT
 
LES
 
NAPPES
 
PHRÉATIQUES
 
ET
 
DE
 
QUELQUES
 
MOYENS
 
D
'
Y
 
CAPTER DE
 
L
'
EAU
.1. F
ACTEURS
 
D
'
INFILTRATION
1.
A
) C
LIMAT
1.
B
) V
ÉGÉTATION
1.
C
) P
OROSITÉ
 
DU
 
SOL
1.
D
) P
ERMÉABILITÉ
 
DU
 
SOL
1.
E
) C
AS
 
PARTICULIER
:
LES
 
RÉSEAUX
 
KARSTIQUES
2. T
YPES
 
DE
 
NAPPES
3. E
TUDE
 
D
'
UNE
 
NAPPE
4. F
ORAGES
4.
A
) F
ORAGE
 
AU
 
BATTAGE
4.
B
) F
ORAGE
R
OTARY
4.
C
) F
ORAGE
 
DE
 
PETIT
 
DIAMÈTRE
4.
C
) 1 - A
L
'
HUILE
 
DE
 
BRAS
4.
C
) 2 - A
U
 
MARTEAU
 
PIQUEUR
4.
C
) 3 - M
ARTÈLEMENT
4.
C
) 4 - I
NJECTION
 
DE
 
BOUE
1. Facteurs d'infiltration
1. a) Climat
L
a pluviosité, mesurée en millimètres d'eau par an, compte beaucoup mais ce n'est pas le seul facteur à prendreen compte.
L
es pluies fines et tranquilles typiques de la façade atlantique (le
crachin breton
) sont mieux absorbées que lesprécipitations orageuses et concentrées des pourtours méditerranéens.
U
ne pluie survenant après une longue sécheresse s'infiltrera moins facilement, car l'air contenu dans les pores, àl'intérieur du sol, forme une couche imperméable.
L
'évaporation peut faire partir une majorité de l'eau arrivée au sol. Elle dépend de la température et del'ensoleillement.
1. b) Végétation
L
a végétation absorbe l'eau et l'évapore, et on peut en déduire que la quantité d'eau infiltrée va en pâtir. Or il n'enest rien, et la preuve en est que
le débroussaillement a un effet négatif sur le volume des eauxsouterraines
. Ceci est dû à ce que que les plantes modèrent la pluie par leurs feuilles, ralentissent leruissellement par leur humus et
diminuent 
l'évaporation en protègeant le sol des rayons solaires. De plus, ellesaugmentent la condensation.
L
'infiltration sera donc plus importante, en définitive, sur un sol cultivé ou boisé que sur un sol nu.
1. c) Porosité du sol
P
our que l'eau constitue des réserves souterraines, il faut que le sol présente une certaine capacité d'absorptionet de rétention.
L
a porosité se mesure au pourcentage du volume des vides sur le volume total d'un échantillon de sol.Le volume des vides est évalué selon : V vides = V total - (poids sec / densité en kg par litre)
Les roches les plus poreuses sont celles meubles dont la taille des grains est la plus homogène
. Parcontre, celles hétérogènes ou cimentées sont moins poreuses. Ceci est évident concernant celles cimentées:elles sont hermétiques. Quant aux roches hétérogènes, leur manque de porosité est dû à ce que les grains lesplus fins tendent à entrer dans les vides laissés par les plus gros.
C
eci étant,
il ne suffit pas qu'une roche soit meuble et homogène
. Ainsi, par exemple, les argiles sontpresque imperméables. En effet, si - comme dans l'argile - les grains sont très petits, la part d'
eau de rétention
grandit jusque représenter la quasi totalité de l'eau.
 
Nappes phréatiques http://www.pensifs.com/sciences/geologie/nappes-phreatiques.php2 sur 8 3/12/07 10:25
D'où la notion de porosité efficace
: pourcentage du volume d'eau libre par rapport au volume total de roche.Ce pourcentage est inférieur ou égal à la porosité totale, précédemment énoncée.
L
a mesure de la porosité efficace se fait par
volume d'eau circulant en 24 heures, rapporté au volumetotal de la roche
. Cette porosité efficace est étroitement liée à la taille des grains. C'est pourquoi la porositéefficace est la plus grande dans les sables et dans les graviers alors qu'elle est très faible dans les argiles.
L'eau de rétention est celle qui est retenue par des forces liées à la tension superficielle de l'eau
.Elle se divise en:eau hygroscopique: impossible à extraire. Retenue par adsorption à la surface des grains, sur uneépaisseur de 0,1 micron (millième de millimètre);eau pelliculaire: eau qui se déplace à la surface des grains, sur une épaisseur d'environ 1 micron. Lesracines parviennent à l'extraire;eau capillaire: eau soumise à des forces de tension superficielle dans les canalicules qui relient les pores;une partie de cette eau capillaire est
suspendue
: elle est captive et ne peut pas suivre la nappe. Onl'englobe dans les eaux de rétention.
E
n définitive, l'eau souterraine que nous pouvons puiser est la partie dite
continue
de l'eau capillaire, à laquelle onpeut ajouter l'eau dite
gravitaire
, qui ne se déplace que selon les forces de gravité (son poids).
L
ors de leur infiltration, les molécules d'eau vont saturer les terrains traversés en eau pelliculaire et capillaireavant d'arriver à la nappe aquifère. Ceci se manifeste par un
retard à l'alimentation
: temps de latence entre lemoment où il pleut et celui où la nappe remonte. Ce temps peut varier entre plusieurs jours et plusieurs mois,selon la profondeur de l'aquifère et le niveau de sécheresse.
L
'
infiltration efficace
est réduite en temps de sécheresse. Les plantes, notamment, ont contribué à assécherle sol. Ainsi, si la nappe accuse un déficit de 50 mm il faudra un apport atmosphérique largement supérieur pourque ce déficit soit comblé.
1. d) Perméabilité du sol
P
erméabilité:
vitesse
à laquelle le terrain laisse passer l'eau sous pression atmosphérique.
L
a perméabilité est donc étroitement liée à la porosité efficace.Elle est cependant définie autrement: en centimètres par seconde.
Un Darcy est la perméabilité d'un terrain laisser passer 1 cm3 d'eau par seconde àtravers une section de 1 cm2, sous une pression d'une atmosphère et à 20°C.
S
achant qu'une année compte à peu près 31,6 millions de secondes, un Darcy équivaut à une vitesse de 316kilomètres par an. Le Darcy semble donc une unité uniquement adaptée aux terrains les plus perméables: lessables et les graviers, qui valent de 100 Darcys à un dix-millième de Darcy. Soit: de 31.600 km à 31,6 mètrespar an.
T
errains semi-perméables : de 0,000.1 à 0,000.000.001 Darcys. Sables très fins, sables argileux et silts.
L
es mouvements de l'eau dans le sol sont donc, en général, d'une
lenteur saisissante
vis-à-vis de ceux de l'eaude surface. Ceci présente l'avantage de rendre les eaux souterraines insensibles aux variations saisonnières, etde garantir leur
filtration
... Pour autant que le sol, par lequel elles passent, ne soit pas gorgé (aux abords desporcheries bretonnes, par exemple) de substances toxiques, telles que les nitrates.
1. e) Cas particulier: les réseaux karstiques
L
es massifs calcaires, tels que les causses du Massif Central, forment des roches compactes à
porositéefficace presque nulle
, qui se caractérisent donc par leur sécheresse. Même sous des pluviosités de l'ordrede 2.000 mm par an, elles absorbent l'eau, ne permettent qu'à une maigre steppe de se développer et sontparfois exemptes de toute eau de surface.
 
Nappes phréatiques http://www.pensifs.com/sciences/geologie/nappes-phreatiques.php3 sur 8 3/12/07 10:25
C
eci cache l'infiltration de l'eau à travers des
fissures
. Celles-ci peuvent s'agrandir considérablement, voireindéfiniment (formation de gouffres) étant donné qu'il s'agit de roches solubles, fortement exposées par ailleursaux pluies acides. Elles forment des réseaux hydrauliques souterrains: les
réseaux karstiques
, qu'il est difficiled'exploiter. Sur de tels terrains, un forage peut aussi bien déboucher sur un terrain totalement sec que sur unerivière souterraine, dont le débit varie de façon simultanée (absence de réserves) avec la pluviométrie.
2. Types de nappes
N
appe
aquifère
: zone du sous-sol occupée par un terrain poreux perméable entièrement gorgé d'eau.
C
ette zone affleure là où l'eau s'est infiltrée. Elle se trouve au-dessus d'un niveau imperméable.
N
appe
libre
: partie de la nappe aquifère exposée à l'air (
surface d'affleurement 
).
N
appe
phréatique
: partie supérieure d'une nappe libre. Phréas signifie puit en grec.Les nappes libres sont facilement atteintes par les puits domestiques, dont le niveau d'eau signale le
niveau piézométrique
, qui délimite le sommet de la nappe libre.
L
e niveau piézométrique n'est pas parfaitement horizontal. Comme le niveau d'un cours d'eau, il est de plus enplus bas dans la direction du sens d'écoulement de l'eau. L'angle ainsi formé est d'autant plus fort - à nouveau,comme dans les cours d'eau - que la vitesse du courant (qui traverse la nappe) est élevée.
L
es mesures de niveaux piézométriques (synonyme : niveaux statiques) permettent l'établissement de cartespiézométriques d'où on tire des informations sur le sens d'écoulement de l'eau ainsi que sur leur débit.
N
appe
captive
: partie de la nappe recouverte par une couche imperméable qui maintient l'eau sous pression, desorte qu'elle coule désormais
en-dessous
de son niveau piézométrique. Des ouvrages de captage sont possiblespour extraire l'eau de l'aquifère. Si le niveau piézométrique est au-dessus de la surface de captage, la nappedevient
artésienne
.
Les sources se trouvent là où le niveau piézométrique croise la surface
du sol. On en distingue deuxsortes de sources.

Activity (3)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
MOUSTAFASO liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->