Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
ONU Flash Madagascar - n°7 - Octobre (SNU/2011)

ONU Flash Madagascar - n°7 - Octobre (SNU/2011)

Ratings: (0)|Views: 58 |Likes:
Published by HayZara Madagascar
DANS CE NUMERO :

- Un monde à 7 milliardsd’habitants

- Autonomisation des femmes et des jeunes filles vulnérables à travers le travail décent

- Mise en oeuvre du Protocole de Montréal sur la gestion des gaz à effet de serre

- Plateforme de suivi des investissements : un outil pour encourager le début d’une fragile reprise

- Etude sur la redynamisation des filières blé et soja à Madagascar

- Mission de suivi réactif du Patrimoine mondial des « Forêts humides de l’Atsinanana »

- Renforcement de capacités: Libérer l’initiative à la base afin d’accroître la résilience communautaire

- Démarginalisation des plus vulnérables dans les Régions Atsimo-Atsinanana et Vatovavy-Fitovinany

- Sécurité alimentaire : Le Sud reste vulnérable

- Dépenses publiques :Rapport de la Banque Mondiale

- Assainissement urbain: Partenariat pour promouvoir l’hygiène à Antananarivo
********************************
SNU - 2011
DANS CE NUMERO :

- Un monde à 7 milliardsd’habitants

- Autonomisation des femmes et des jeunes filles vulnérables à travers le travail décent

- Mise en oeuvre du Protocole de Montréal sur la gestion des gaz à effet de serre

- Plateforme de suivi des investissements : un outil pour encourager le début d’une fragile reprise

- Etude sur la redynamisation des filières blé et soja à Madagascar

- Mission de suivi réactif du Patrimoine mondial des « Forêts humides de l’Atsinanana »

- Renforcement de capacités: Libérer l’initiative à la base afin d’accroître la résilience communautaire

- Démarginalisation des plus vulnérables dans les Régions Atsimo-Atsinanana et Vatovavy-Fitovinany

- Sécurité alimentaire : Le Sud reste vulnérable

- Dépenses publiques :Rapport de la Banque Mondiale

- Assainissement urbain: Partenariat pour promouvoir l’hygiène à Antananarivo
********************************
SNU - 2011

More info:

Published by: HayZara Madagascar on Nov 17, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/12/2014

pdf

text

original

 
DANS CE NUMERO :
Un monde à 7 milliards
d’habitants
 2 Autonomisation desfemmes et des jeunes filles vulnérables à travers letravail décent3Mise en oeuvre du Protocolede Montréal sur la gestiondes gaz à effet de serre4Plateforme de suivi desinvestissements : un outilpour encourager le début
d’une fragile reprise
 5-6Etude sur la redynamisationdes filières blé et soja àMadagascar8-11Mission de suivi réactif duPatrimoine mondial des« Forêts humides de
l’Atsinanana
»
 
11-12Renforcement de capacités:
Libérer l’initiative à la baseafin d’accroître la résilience
communautaire
 
12-13Démarginalisation des plus vulnérables dans lesRégions Atsimo-Atsinananaet Vatovavy-Fitovinany 14-15Sécurité alimentaire : LeSud reste vulnérable15-16Dépenses publiques :Rapport de la BanqueMondiale16-17 Assainissement urbain:Partenariat pour
promouvoir l’hygiène à
 Antananarivo18-19
 Année II, Numéro 7 
Octobre 2011
Chères lectrices,Chers lecteurs,
L
e 31 octobre 2011, la populationmondiale a atteint 7 milliards
d’individus. Lors de la Journée
des Nations Unies, célébrée le 24octobre, le Secrétaire-général de l'ONU,Ban Ki-moon, a déclaré: «
D’ici quelques jours, la grande famille qu’est l’humanité
accueillera son sept milliardièmemembre. Certains disent que notreplanète est surpeuplée. Pour moi, être 7milliards est une force.
». Le SG de l’ONU
a en outre indiqué: « Nous devonsautonomiser les femmes et les jeunes.Dans le monde entier, ils sont descendusdans la rue pour demander le respect deleurs droits, de nouvelles opportunités etune voix pour leur avenir. »Pour les agences du Système des NationsUnies opérant à Madagascar, le respectde ces droits et opportunités passe parune meilleure planification desinvestissements en faveur des jeunes
femmes et les hommes. Aujourd’hui,
nous pouvons prétendre à des villes etdes communautés prospères et durables,des forces de travail productives quialimentent la croissance économique etsociale, des jeunes qui contribuent au bien-être de leurs sociétés, descommunautés où les personnes âgéessont productives, en bonne santé,économiquement fortes et dignes.L'édification d'une société plus égalitaire,plus prospère et plus juste devra se faire
à travers l’emploi et l’entrepreneuriat,
deux piliers capables de porter unecroissance économique rapide et durablepermettant de répondre efficacement auxeffets des crises.
Pourtant, d’aucun constate à l’heure
actuelle que le pays est confronté à undysfonctionnement grandissant dumarché du travail avec 336.000 emploisperdus depuis 2008, un chômage et unsous-emploi qui touchent un jeune sur
deux, un taux d’emploi vulnérable de
88% (dont 87% pour hommes et 92%
pour les femmes), une informalisation
accrue de l’emploi avec
9 travailleurs
sur 10 évoluant dans la sphère de
l’économie informelle.
Certes, Madagascar a engagé depuis lemilieu des années 80 un processus deprofondes réformes structurelles visant à stabiliser les fondamentauxéconomiques et à enclencher unemeilleure redistribution des effets de
la croissance, dans l’objectif de réduire
la pauvreté.
EDITORIAL
Fatma Samoura,
Coordonnatrice résidente du Système desNations Unies, Représentante résidente duPNUD
Christian Ntsay,
Directeur du Bureau International du Travail
 
Page 2
Malheureusement, les croissances économiques
étaient pauvres en emploi, qui est l’un des
répartiteurs les plus justes des fruits de lacroissance.Dans ce contexte, les interventions du BureauInternational du Travail (BIT), centrées sur lapromotion du travail décent, comptent sans douteparmi les réponses les plus cruciales aux crisesayant frappé le pays et visent le développement
d’une stratégie de développement centrée surl’emploi, de mécanismes fondés, d’une part, surl’amélioration des offres en terme de qualification etde compétence, surtout en milieu rural, et d’autre
part, sur la relance de la demande par le soutien aux
investissements et aux entreprises, l’entrepreneuriat
des jeunes et des femmes, et la promotion de
programmes à forte intensité d’emplois. Les Salonsrégionaux de l’emploi, organisés à Antananarivo, à
Mahajanga et à Antsiranana ces derniers mois, visent justement à stimuler le marché du travail encette période de crise, conformément aux directives
du Pacte mondial pour l’emploi auquel Madagascar
a adhéré en juin 2009.Le BIT continuera à renforcer ses actions à
Madagascar et à poursuivre la mise en œuvre del’agenda du travail décent basé sur l’emploi, la
protection sociale, les normes internationales dutravail et le dialogue social. Il estime que la prioritédes priorités dans les efforts de redressement post-crise sera de créer une dynamique nationale en
faveur de l’emploi des jeunes et des femmes,
premières victimes de la double crise économiquemondiale et politique intérieure.Pour terminer, il convient de souligner que lesinterventions du BIT sont menées conformément auProgramme Pays pour le Travail Décent (PPTD) ensynergie avec le Plan-cadre des Nations Unies pour
l’assistance au développement (UNDAF), qui est le
cadre de planification de référence des activités dedéveloppement du Système des Nations Unies àMadagascar. Ce cadre de référence fera l'objet d'unréalignement avec la Vision stratégique adoptée parle Système des Nations Unies en 2010 pourrépondre aux nouveaux défis enclenchés par la crisepolitique, au cours de l'atelier de priorisationstratégique prévu du 15 au 17 novembre prochain.Le prochain numéro de ONU Flash Mada nemanquera pas de faire écho des conclusions etrecommandations des travaux de cet atelier.Chères lectrices, chers lecteurs,Nous vous souhaitons une bonne lecture de cemagazine d'informations du Système des NationsUnies à Madagascar!
Fatma Samoura,Coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies,Représentante résidente du PNUDChristian Ntsay,Directeur du Bureau International du Travail
Le 31 octobre 2011, la population mondiale aatteint sept milliards. La campagne organisée
par l’UNFPA, intitulée «
 
7 milliards d’actions
»
encourage chaque individu à s’engager à
prendre soin les uns des autres. Dans un
monde de 7 milliards d’habitants, l’attentiondoit être donnée sur l’urgence et l’importance
des problèmes de population et notamment
l’implication des jeunes dans le
développement. En effet, le monde a
aujourd’hui le plus important effectif de jeunes
 jamais connu. Ces jeunes sont en train de
changer notre monde et l’avenir. Investir dans
les jeunes, en particulier les adolescentes, est
l’un des investissements les plus avisés qu’un
pays puisse faire. A Madagascar, dans le cadre de la campagne«
7 milliards d’actions
» et du Mois de laJeunesse, organisés par la Direction de laJeunesse et des Loisirs de Toliara, le sous-
 bureau de l’UNFPA dans la Région Atsimo
- Andrefana a organisé une conférence-débatportant sur le thème «
 Les rôles et responsabilités des jeunes face audéveloppement 
». Deux sous-thèmes ont ététraités durant cette conférence débat, à savoir«
 Les droits en santé de reproduction des jeunes
» et «
 L’implication des jeunes dans le
développement économique
».Environ 150 personnes dont 70% de jeunes ontassisté à cette conférence-débat. Le thème surles droits en santé de la reproduction a suscité beaucoup de questions de la part des jeunes.
POPULATION
Un monde à 7 milliards
d’habitants
 
© UNFPA 
 
Page 3En outre, une journée « Portes ouvertes » a étéorganisée pour informer et sensibiliser lapopulation en général et plus particulièrement les
 jeunes, sur le mandat et la mission de l’UNFPA ;les interventions de l’UNFPA dans le Sud (Atsimo
 Andrefana, Androy et Anosy) ont été exposéesdurant la journée. En parallèle, un film sur lesfistules a été projeté afin de sensibiliser les jeunessur les conséquences néfastes des grossessesprécoces.Des jeunes issus des établissements scolaires, desassociations et des ONG de Toliara sont venus engroupes, conduits par leurs encadreurs, pour
 visiter l’exposition et participer aux séances desensibilisation sur les fistules. L’activité a ététenue dans les locaux de l’Alliance Française. LeDirecteur de l’Alliance Française a manifesté sasatisfaction en notant qu’il n’a jamais vu autant de
 jeunes venir si nombreux pour de tellesmanifestations.Cette première activité de la campagne « 7
milliards d’actions
» a été une réussite dans la ville de Toliara. Les médias tels que la radio et latélévision locale, ont largement couvert cetévènement.
 Un projet intitulé «
 Vers l’autonomisation des
femmes et jeunes filles vulnérables à travers letravail décent (AFED) » conjointement mené
par l’UNFPA et le BIT pour une durée de douzemois, vient d’être lancé dans la ville de Toliaraet les localités environnantes afin d’apporter des
solutions aux problèmes des femmes et jeunes
filles à risque et victimes d’injustice sociale.
Ce projet touche les groupes cibles identifiés
dans la Politique Nationale de l’Emploi (PNE),
qui encourage plus particulièrement laparticipation des femmes et des groupes vulnérables aux activités économiques du pays.Par ailleurs, une attention particulière sera
portée à l’endroit des femmes fistuleuses dans la
mesure où elles sont marginalisées par la sociétéet se trouvent sans emploi après avoir étéréparées. Elles sont exposées à une pauvretépersistante qui les rend vulnérables auxdifférentes sortes de violences.Le nombre total de la population directe etindirecte ciblée par le projet est de 720personnes et se répartit comme suit :
120 jeunes femmes et filles vulnérables de 16
à 35 ans dont :
EMPLOI DÉCENT
 Autonomisation des femmes et des jeunes filles vulnérables à
travers l’emploi décent à Madagascar
60% sont des femmes vulnérables avec
fistules obstétricales réparées ;
20% sont des femmes survivantes de
 violences ;
20% sont des jeunes filles ou filles-
mères
en situation précaire et dont la majorité amoins de 20 ans.
600 autres individus sur l’ensemble des zones
d’intervention seront touchés par les activitésd’information et de mobilisation
communautaires sur la santé reproductive,
l’approche genre, les opportunités socio
-économiques, etc.
Les partenaires privilégiés du projet sont lesservices techniques décentralisées (population, jeunesse, santé, emploi, économie, etc.), les
communes et les quartiers d’intervention, les
organisations des employeurs et des
travailleurs, les structures d’appui locales
(associations et ONG évoluant dans la
mobilisation sociale, les IMF locales, les entités
d’information et d’orientation sur les
opportunités économiques, les organisationspaysannes, etc.) .
 
© UNFPA 

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->