Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
6 Octobre

6 Octobre

Ratings: (0)|Views: 9 |Likes:
Published by roseetgris4435

More info:

Published by: roseetgris4435 on Oct 19, 2008
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/16/2009

pdf

text

original

 
6/10FLTR 1510 : littérature européenneEuripide : Tragédie évolue de manière sensible pas au niveau du la dramaturgie mais Euripide n’estplus du tout un poète intéressé par l’action des dieux sur l’homme. Désormais le théâtredevient un théâtre philosophique où le dramaturge réfléchit => théâtre à thèseOn réfléchit en fonction de l’évolution de la philo => intérêt porté à l’individu et à soncomportement => Q de type éthique, moral (importance que prennent dans l’individu lespassions humaines : colère, amour, …) éléments qui conditionnent l’action de l’homme.Fatalité extérieure à l’homme, de dieu, que le conditionnement de ce qui est à l’intérieurde l’homme ( passions, caractère, …) forte influence sur théâtre, tragédie romaine.17 tragédies d’Euripide. Théâtre parlait davantage à Rome que les autres. Une despassions qui apparaît de façon extrêmement sensible dans ce théâtre est l’amour.L’amour (heureux ou déçu) commence à prendre une place importante dans la littératureet la tragédie (Phèdre & son gendre, Andromaque & Hector). Hommes de ce temps là necroient plus à une intervention permanente de la divinité : l’homme devient responsablede son destin et ce qui conditionne son *** sont ses passions (tragédie d’Hécube).B. La comédieComos = le village, la campagneSorte de représentation de mise en scène liée à ce qui se passe dans la campagne, faits,rituels campagnards, vie des paysans et en lien avec Dionysos. L’origine de la comédieest p-ê à chercher dans les grandes fêtes de Dionysos dans les campagnes, liée à tous lesrituels d’ivresse => certaines pratiques religieuses.Met en scène non seulement rite du vin, mais aussi la danse, orgie, rites de fécondité,indécence, grossièretéComédie ancienne : extraordinaire grossièreté, agressivité du théâtre, … théâtre critiquequi peut être très grossier (critique sociale, politique, …)Aristophane :2
ème
moitié du 5
ème
s. : principal représentant de la comédie ancienne. Ecrit un théâtremordant, agressif contre la société de son temps. En réalité, théâtre réactionnaire.Critique pas nécessairement un progrès que l’on veut amener : une critique systématiquede la société de son temps parce qu’il défend un certain nombre d’intérêts de caste etnon pas collectif. Parfois s’attaque à des démagogues, mais dans d’autres il s’attaque àdes personnages qui on fait évoluer l’idée même que l’on peut avoir de l’homme en tantqu’individu et d’être collectif comme Socrate.Il écrit un plaidoyer pour la paix alors que sa cité connaît un temps de guerre. Sociétéidéale pour lui = société des oiseaux. Ils sont parvenus à se créer une société ni sur terreni dans le ciel, ni homme, ni dieu => bonheur parfait, utopie.Il critique des grands personnages de son temps à cause des valeurs progressistes qu’ilsdéfendent.Acteurs déguisés, masque qui fait partie de tous les costumes, ailes d’oiseau. Unpersonnage joue de la « flûte » (aulos) => théâtre musical.Ménandre :Vit un siècle après Aristophane (340, milieu du 4
ème
siècle) société a beaucoup évolué.Ménandre incarne ce mouvement théâtral appelé la comédie nouvelle : doit faire rire,éventuellement critique, mais qui s’exprime de manière plus raffinée, policée, et qui nes’attaque plus à la collectivité, qui ne présente plus une critique sociale mais quis’intéresse aux individus (épicurisme, stoïcisme). Critique d’attitudes/comportementsindividuels : mœurs privés (grincheux, avare, belle-mère insupportable, marâtresindulgentes, fils de famille mal tournés, malhonnêteté, … pers. Qui deviendront des types=> répertoire d’individus avec défauts/qualités typiques)Créateur de types théâtraux qui inspireront Molière et Térence par exemple.
 
C. La poésie lyriqueEncore aujourd’hui, chanson à texte remonte à l’antiquité.Poésie lyrique : apparue au jour où l’épopée n’a plus été jugée satisfaisante pourexprimer les scènes du cœur. Haine, amour, rancœur, amertume, … émotions de tous les jours non exprimés dans l’Epopée.Dans ce petit poème, on peut mettre tous ces états d’âme. Un poète chante ses étatsd’âme personnels, accompagné d’un instrument à cordes (pour garder bouche libre) : lyra(=> lyre) donne son nom à la poésie lyrique.Poésie monodique : une seule personne qui chante.Poésie chorale : Poésie chantée par un chœur : Sentiments plus collectifs, joie d’unegrande victoire => cité demande de composé un hymne en honneur de cette victoire, …se chante également. Chanteurs sont dans un chœur, doivent harmoniser leurs voix, etinstruments à bouche les accompagnent. (Aulos = flûte double)Valeur littéraire aux dialectes : chaque type de poésie a un dialecte précis et est consacréà une certaine forme de poésie.Lyrisme ionien : « Elégie » ou « Iambes » : 2 genres poétiques assez agressifs : exprimentsentiments agressifs et nostalgiquesLyrisme lesbien : apparition de la strophe. Strophe est une invention de poètes qui setrouvaient sur l’île de Lesbos (Alcée et Sappho : 1ere femme poète).Le lyrisme dorien : lyrisme choral (=/=monodique) destiné à chanter des grands étatsd’âme collectifs. Principal représentant = Pindare.Lyrisme alexandrin : raffinement extrême, hermétisme de l’expression, sens duraffinement poétique. Poésie extrêmement complexe où tous les mots sont pesés. On netolère pas la moindre imperfection au risque de transformer la poésie en galimatias. Meten œuvre sentiments, personnages qui n’appartiennent pas à la vie courante => genrede l’idylle, pastorale, bucolique, … met en scène situations hors du temps, inhabituelles,« monde artificiel ».L’histoireL’histoire est un genre littéraire avant toute chose. Ce n’est pas une disciplinescientifique. Genre qui fait appel à toutes les techniques de la littérature. Conditionne leregard sur les historiens de l’antiquité. Ils sont d’abord des hommes de lettre, et non pasdes savants. Ce qu’ils cherchent à faire n’est pas chercher la vérité du passé pour laretranscrire le plus exactement possible. Ils cherchent à raconter le passé comme le faitun homme de lettres. L’histoire est un récit => un historien ne peut pas admettre quequand il raconte quelque chose il ne sait pas quelque chose : quand il y a des trous, ilinvente. Le passé est recomposé par les historiens. L’histoire est le moment où l’hommedécide que la destinée s’inscrit dans le temps et non plus dans le monde des dieux.L’histoire c’est raconter la destinée des hommes dans leur temps indépendamment de lavolonté des dieux. On raconte simplement ce qui arrive aux hommes, dieux n’ont plusd’action. Un des signes : histoire n’est plus écrite en poésie mais en prose. La poésie estréservée pour le monde des dieux, prose pour ce qui relève du monde des hommes. 2grands noms :Hérodote :Le mot histoire vient du grec historia qui signifie enquête, recherche, et Hérodote donnepour la première fois le titre « historia » à son œuvre (né vers 485). Hérodote seraprésenté pas Cicéron comme le père de l’histoire. Il s’intéresse aux faits et gestes del’homme. Il décrit sous la forme d’un grand reportage et ce reportage, il le fait envoyageant beaucoup, pour voir comment vivent les hommes( Asie mineure, Sicile,méditerranée, Egypte, …). Il s’intéresse à des « barbares » (celui qui quand il parle fait« brbrbr » => qui parle une langue dont on ne comprend rien). Gens qui ne parlent pasle grecs qui émettent des sons qu’il ne comprend pas. Il englobe le non-grec. Le but son
 
œuvre est d’étudier des faits et gestes contrôlables dans l’expérience humaine, quichange d’une civilisation à une autre. Donne une série d’informations sur des sujets telsque la géographie. Thucydide :Personnage très actif dans la cité. Il a connu une des périodes les plus troublées de laGrèce : guerre du Péloponnèse. Historien de cette guerre. Thucydide est le père de lascience historique. Il introduit dans l’œuvre historique une dimension relativementignorée d’Hérodote : la possibilité de contrôler dans les faits, dans l’observation deschoses qu’il raconte. Il veut savoir contrôler ce qu’il dit : veut s’intéresser à des chosesqu’il connaît personnellement. Historien des temps présents : ne s’intéresse qu’aux faitsd’actualité. Essaie de comprendre ce qui se passe, pourquoi ça se passe. Il n’est pas unraconteur d’histoire, n’introduit pas de merveilleux dans son texte, beaucoup plusrationnel. Démonte le mécanisme des événements.
L’héritage latin
Religion latine ? Art latin ? Philosophie latine ? Histoire latine ? On parle d’histoireromaine, art romain, religion romaine, … Quand en Grèce on parle d’un ensemble, pource qui est du latin, on parle d’une cité = différence fondamentale entre 2 héritages.Héritage latin, en réalité, est l’héritage d’une ville qui un jour a décidé de prendre encharge le monde entier. Perspective radicalement différente. Rome a décidé un jour d’êtrela tête du monde et à ce titre là, Rome n’a plus toléré qu’il y ait autre chose qu’elle. Cequi n’était pas elle est devenu rien. A Rome, le barbare est quelqu’un qui ne relève pasdu monde humain. Ce que Rome n’a pas conquis n’existe pas. Les romains vonts’attacher à reproduire partout où ils vont le modèle de leur culture, lois, cités, …MAIS Romains sont ouverts aux autres cultures, mais toujours intéressés à intégrer cescultures dans leur propre système de valeurs (christianisme).Romains n’ont inventé aucun genre littéraire (à part satire et roman), ils ont assimilé tousles genres grecs. Littérature latine = littérature de Rome. Dialecte de Rome s’est imposé :le latin.La conscience culturelle romaine s’est construite au contact de la Grèce.Spectacle :Culture latine est entièrement une culture de spectacle. Tout à Rome passe par lespectacle. On ritualise tous les gestes. Les gestes de la vie quotidienne sont des rites. Toute la vie est une mise en scène. Paradoxalement, on n’a pas conservé grand-chose duthéâtre latin/romain, seulement 2 grands noms : Plaute et Térence, auteurs de comédie.Plaute écrivait une comédie dont le but est de faire rire, peu importe les invraisemblancesde l’action. Pas une critique sociale, mais s’intéresse à des mœurs privés. On rigole deson voisin le plus possible. Térence s’adresse à un public plus raffiné, plus « BCBG », c’est un théâtre moins marrantmais ou on invite quand même à réfléchir.La satura = spectacle improvisé qui a lieu à certaines fêtes (mariage, …) se lancer desblagues les uns aux autres. => en musique => Les chœurs s’affrontaient => satireLe terme satura = potpourris, mélange, ratatouille.Pas un genre littéraire, mais un spectacle (pas de textes) : ritualisation, mise en scène,réglementation, …Cicéron et sa génération :Combat et passionCicéron : l’idéal romain

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->