Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Chap 2 Pv Doctrine & Pratique Représentation

Chap 2 Pv Doctrine & Pratique Représentation

Ratings: (0)|Views: 139 |Likes:
Published by Kelly
Université de VERSAILLE ST QUENTIN
ANNEE 2008 2009
LICENCE 1 PROMO 1
DROIT EUROPE COURS DE DROIT PUBLIC
Université de VERSAILLE ST QUENTIN
ANNEE 2008 2009
LICENCE 1 PROMO 1
DROIT EUROPE COURS DE DROIT PUBLIC

More info:

Published by: Kelly on Oct 27, 2008
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

10/07/2013

pdf

text

original

 
CHAPITRE 2
Le pouvoir politique et la doctrine de la représentation
I – concept de représentant
A – Différences en droit privé et en droit publicLorsqu’on parle de la représentation, cela a quelque chose de théâtral. Cela évoque deuxchoses ou deux personnes : représentés et représentants. Il y a une sorte d’image desreprésentés dans les représentants. Il y a aussi les personnages des représentés et l’acteur. Tousles problèmes de représentation sont l’adéquation ou la fidélité. Cette image doit êtrefidèlement représentée. Ce sont des allégories. Ce sont des métaphores. Elles fonctionnementdifféremment en droit privé et en droit public.En droit privé, les mécanismes de représentation sont des mécanismes où le représenté crééson représentant (ex : mandat, mineur et son parent tuteur, …).En droit public, ce n’est pas simple. La représentation est une sorte de justification du pouvoir des gouvernants. Ils disent d’eux-mêmes : nous ne sommes que vos simples représentants.Cette représentation n’est pas forcément démocratique, parfois c’est totalement usurpé. Asavoir que les représentants font tout de même partis du peuple et qui ne sont pas des personnes mais des organes, des institutions. Avant qu’on ne structure un représentant, le peuple n’existe pas. Donc, si on réfléchit bien, le représentant créé le peuple, les représentés.C’est seulement au moment que l’on instaure la représentation que le peuple existe. Lesreprésentants créent le peuple. Le peuple est une notion déjà constitutionnelle et non des tasde gens. Cette distinction vient de Carl Schmitt il distingue ces deux types dereprésentations. Il dit qu’il y a ce qu’il appelle la représentation incarnation et le deuxième,représentation mandat, est la délégation mandat. La première est vraiment politique et laseconde est dévalorisante, techniquement juridique. Cela signifie rendre visible (deuxième).On dit que la démocratie est représentée par nos institutions. Mais, plus anciennement, il y ala doctrine chez Hobbes : les représentants représentent le peuple. Le Léviathan n’est pas une personne mais plutôt une institution. La seconde est une conception matérialiste qui s’estadaptée aux relations marchandes. Le mandat n’est pas vraiment politique. Il y a une idée detranscendance. C’est pour cela que Schmitt a un peu déraillé. Dans la démocratie, au fond, le peuple s’auto constitue. L’autorité vient d’en bas et on peut dire que le bête est le représentantde la nation. La souveraineté du peuple ne se représente pas. Schmitt prétend que ce n’est pasd’un intérêt historique car on trouve dans le droit public une incarnation de cela. Il y a unesorte de conflit entre la démocratie et la représentation, soit la démocratie complète, soit elledivise. C’est une forme de compromis démocratique.
II – Représentation et démocratie
A – Paradoxe. En France, discussions sur la structure même de la représentation, sur ses défauts etincompatibilités avec la démocratie. Le représentant peut toujours trahir. Le principal paradoxe pourrait être énoncé : lorsque nous désignons nos représentants (dans les élections par exemple) soit il s’agit d’élire le bon représentant, sélectionner le meilleur m ais là nous1
 
aboutissons au gouvernement des meilleurs (aristocratie). C’est ce qu’on appelle électionsélection. Finalement, la démocratie représentative est une aristocratie, une démocratieconfisquée. D’un autre côté, nous pouvons élire des gens qui reproduisent la composition ducorps électoral. C’est pour ça qu’on appelle ça élection reproduction. Problématique résumée par Lord Boothby. Si nous voulons que nos représentants nous ressemblent et qu’ils ne fassent pas de bêtises, nous les traitons comme des simples mandataires et nous leur donnons desinstructions de leurs faits et gestes.B – Thèse d’incompatibilité etIncompatibilité entre le type de représentation et la démocratie. Démocratie que directe car le peuple ne peut se représenter que par lui-même. Rousseauistes confirme ce principe. Mandatlibre, c'est-à-dire représentation au sens authentique, se heurte à la souveraineté populaire. Iln’y a pas de gouvernants sans gouvernés. Suffrage universel qui possède beaucoupd’impulsions. Représentants moralement, politiquement liés par l’opinion publique ?? DeTocqueville, Démocratie en Amérique, frappé en découvrant que le mérite était commun chezles gouvernés et peu commun chez les gouvernants. Mandat impératif possible ? C’est pratiquement irréalisable. Comment structurer ces instructions ? Qui va les imposer ? Celaengendre la division immédiate. Comment gérer une assemblée où les représentants reçoiventdes instructions incompatibles de leurs électeurs ? Dispersion d’inrêts. Exigencefonctionnelle que de laisser les députés libres. Principe du mandat impératif. Principed’unanimité, le veto. Puissances voisines ont profide cette faiblesse. Résultat : disparitionde la Pologne pendant de longues années ; Mandat impératif donc impossible. Dans toutes lesconstitutions françaises, il y a le mandat représentatif (Locke). Parfois implicitement, parfoisexplicitement.C – Théorie du mandat représentatif Représentant ne transmet pas la volonté mais la formule. Il n’y a pas de volonté générale, lereprésentant créé cette volonté et créé donc le peuple, unit la masse de gens. C’est une notionconstitutionnelle. Grandes discussions déjà à la constituante qui a délibéré pendant deux ansavant de donner la première constitution. Ca s’est transformé en théorie doctrinale. Qu’est cequ’un représentant ? A l’époque, il y a un conflit de deux souverainetés : royale et populaire.Barnard (député) qui a beaucoup participé à cette discussion et a dit en août 1791 : lereprésentant est chargé de vouloir pour la nation. Tandis que le simple fonctionnaire n’est jamais chargé que d’agir pour elle. Sa volonté sera donc considérée comme volonté générale.A la convention, Condorcet définit son monopole : mandataire du peuple. « Je ferais ce que jecroirai le plus conforme à ses intérêts ». Charger de vouloir pour la nation. Repr2sentantirresponsable, il n’a pas de comptes à rendre à ses électeurs. De plus, il ne faut pas confondrele représentant avec un élu. Il y a des représentants qui ne sont pas élus. Tel était le cas par exemple du roi dans la constitution de 1791, ou de Louis Philippe en 1830 et les jugesconstitutionnels qui sont nommés, les juges de la cour suprême des USA. Leur volontécompte pour la volonté nationale et sont même autorisés à casser la loi fabriquer par lesreprésentants élus. Les représentants sont des mécanismes où l’on parle et formule pour le peuple. Peut importe le mode de représentation, le représentant est une fonction du juridique.L’essence reste dans la nation mais l’exercice appartient aux représentants.-Il était impraticable dans les grands états modernes. Il bloquerait complètement lesdébats aux assemblées.2
 
-Montesquieu : prétend que le peuple n’est pas capable de discuter des affaires politiques. Il est inculte politiquement. Il n’est capable que d’élire les représentants quile feront pour lui.Théorie du mandat représentatif était souvent inspiré par la peur du peuple, on ne lui fait pasconfiance. Vote référendaire des précautions extrêmes. président de la République qui ne puisse invoquer le référendum. Mandat représentatif est une fiction, on ne réserve quel’électorat au peuple. Carré de Malberg : on revenait finalement à la doctrine de lasouveraineté du Parlement. On confisquait la souveraineté nationale.Caractères du mandat :-
Mandat
 
collectif 
: exerpar un organe, une assembe. Dans un vote auxassembes, certains pus sont mis en minori, ce ne sont pas donc desreprésentants => absurdité totale. Ce coté collectif était déjà perçu dans la constitutionde 1791. Instructions qu’on leur donnait. Ils représentaient toute la nation et non queles électeurs.-
Mandat n’est pas vraiment représentatif 
: pas de volonté donc pourquoi appeler çaun mandat ? Les élus sont chargés de formuler leur volonté qui passe pour la volontégénérale. Les représentants élus se présentent plutôt comme incarnant la nation que par un mandat quelconque. Monarchisation de la fonction présidentielle et qui a des prérogatives royales. Le président de la République a plus de pouvoir que les anciensrois, aujourd’hui.-
Théorie, sorte de fiction pour les élus
. Théorie de la représentation permet de justifier n’importe quelle forme de gouvernement mais justifie le mieux l’aristocratie,notamment du Parlement.-
Distorsions de la théorie dans la pratique de la politique
: elle devient plusthéâtrale. C’est l’Etat spectacle.On parle de la démocratie directe ou semi-directe et de la démocratie représentative. Onessaye de mettre en place la démocratie semi-directe. Mais rare. Politiciens discutent, souventc’est un autre plan qu’ils traitent.
III – Représentation et représentativité
A – Conception juridique et sociologique de la représentationReprésentation = mécanisme juridique.Représentativité = concept socio-politique.Le mécanisme purement juridique repose sur (Hart) la règle constitutive. La volonté d’une personne compte pour la volonté générale. C’est une institution. Débat institutionnel.La représentativité est regardée par les gouvernés, les représentés. Cette élite au pouvoir doitnous ressembler. C’est la vitesse de répercutions sur les gouvernants des aspirations desgouvernés. Ils connaissent les aspirations par les sondages par exemple mais n’en tiennent pasvraiment compte.B – Il faut préciser l’aspiration de qui ? Double critère.3

Activity (3)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->