Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
VON Europe - DGCIS Consultation on the Regulatory Provisions of the Transposition of the Telecoms Package

VON Europe - DGCIS Consultation on the Regulatory Provisions of the Transposition of the Telecoms Package

Ratings: (0)|Views: 21|Likes:
Comments of the Voice on the Net (VON) Coalition Europe on DGCIS consultation on the regulatory provisions of the transposition of the Telecoms Package (http://www.economie.gouv.fr/economie/transposition-paquet-telecom)
Comments of the Voice on the Net (VON) Coalition Europe on DGCIS consultation on the regulatory provisions of the transposition of the Telecoms Package (http://www.economie.gouv.fr/economie/transposition-paquet-telecom)

More info:

Published by: Voice on the Net (VON) Coalition Europe on Dec 30, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/30/2011

pdf

text

original

 
VON Europe
 –
Réponse à la Consultation sur la transpositiondu Paquet Télécom dans le Cadre Réglementaire
Page
1
of 
12
 
Réponse à la Consultation sur la transpositiondu Paquet Télécom dans le Cadre Réglementaire
 par VON Europe, juillet 2011
VON Europe remercie la DGCIS d’avoir initié cette consultation relative à la transposition du Paquet
Télécom dans la réglementation française.Notre réponse est structurée en fonction des articles pour lesquels nous souhaitons faire des
commentaires spécifiques, et suivra l’ordre des articles tel qu’utilisé dans le document de
transposition. En fin de document, nous avons également ajouté quelques propositions
d’amendements qui nous semblent nécessaires pour une transposition complète du paquet.
 
Proposition de transposition:Article D. 98-4.- Règles portant sur les conditions de permanence, de qualité et de disponibilité duréseau et du service.
(…)
L'opérateur mesure la valeur des indicateurs de qualité de service définis par l'Autorité derégulation des communications électroniques et des postes dans les conditions prévues par l'articleL. 36-6.
L’Autorité peut demander la certification
des méthodes de mesure de la qualité de service.
 Les modalités de mise à disposition du public du résultat de ces mesures sont fixées par l'Autorité derégulation des communications électroniques et des postes dans les mêmes conditions.Le Rapport Parlementaire Français sur la neutralité du net des députées Erhel et de la Raudière
suggère dans les Proposition n°6 et n°7 de mettre en place un observatoire de la qualité de l’internetet de charger l’ARCEP de garantir l’accès à un
Internet de qualité suffisante.
1
VON encourage dès lorsla DGCIS à envisager
la mise en place d’un tel observatoire
 
au sein de l’ARCEP
, en lui octroyant descompétences qui vont au-
delà de la simple observation pour couvrir également la faculté d’établir
etde faire respecter de vérit
ables lignes directrices. Ce faisant, la DGCIS devrait s’assurer que la naturecomplexe et multidimensionnelle de l’écosystème en ligne
soit prise en compte
. En d’autres termes,et quelle que soit la structure ou le véhicule mis en place, la DGCIS doit s’a
ssurer que des
1
 
VON Europe
 –
Réponse à la Consultation sur la transpositiondu Paquet Télécom dans le Cadre Réglementaire
Page
2
of 
12
 
mécanismes appropriés soient en place pour combiner l’expertise technique au sein de l’ARCEPd’une part et celle d’experts externes d’autre part.
Un group technique de travail
 –
 
incluant l’ARCEPainsi qu’une large représentation des parties concernées de l’industrie (à savoir les FAIs mais aussi lesfournisseurs de contenus, services et applications) actifs à l’échelle européenne ainsi que d’autres
parties intéressées
 –
 
devrait être réuni afin d’obtenir les contributions techniques nécessaire
s à uneprise de décision informée.
Une telle initiative serait en ligne d’une part avec l’obligation des opérateurs de publier des
informations compréhensibles et facilement accessibles sur la qualité de service offerte, telle que
prévue à l’
Art. D. 98-12.
D’autre part, elle fournirait à l’ARCEP un point de référence pour définir lesexigences minimales en matière de qualité de services si elle le souhaite en application de l’
Art. 22.3de la Directive Service Universelle telle que révisé, qui prévoit (emphase rajoutée par nos soins):
 Afin de
 prévenir 
 
la dégradation du service et l’obstruction ou le ralentissement du trafic sur les
réseaux, les États membres veillent à ce que les autorités réglementaires nationales soient enmesure de fixer les exigences minimales en matière de qualité de service imposées à uneentreprise ou à des entreprises fournissant des réseaux de communications publics.
 VON
considère par ailleurs que l’utilisation du verbe ‘prévenir’ dans cet article suggère que toute
action dans ce domaine devrait intervenir
ex ante
plutôt que
ex post 
.
VON considère dès lors
d’ajouter à cet article (voir partie soulignée)
:
(…) L'opérateur mesure la valeur des indicateurs de qualité de service définis par l'Autorité de
régulation des communications électroniques et des postes dans les conditions prévues par l'articleL. 36-6.
L’Autorité peut demander la certification des méthodes de mesure de la qualité de service.
 Les modalités de mise à disposition du public du résultat de ces mesures sont fixées par l'Autorité derégulation des communications électroniques et des postes dans les mêmes conditions.
UnObservatoire de la Qualité de Service
est mis en place au sein de l’Autorité et
impliquera
 
l’ensemble des acteurs pertinents, y compris les opérateurs
 
d’accès, fournisseurs de services et
 
d’applications
sur Internet et les utilisateurs, afin de définir les critères et niveaux de qualités
 
souhaités.
***
 
VON Europe
 –
Réponse à la Consultation sur la transpositiondu Paquet Télécom dans le Cadre Réglementaire
Page
3
of 
12
 
Proposition de transposition
 Article D. 98-8. - Règles portant sur l'acheminement et la localisation des appels d'urgence.
(…) Lors d'un appel d'urgence, l'opérateur transmet
sans délai
aux services de secours,
agissant dansle cadre de missions d'interventions de secours
, les données de localisation de l'appelant
par unprocédé sécurisé
. lorsque les équipements dont il dispose lui permettent de connaître ces données.On entend par données de localisation
l’adresse de l’appelant issue de la liste d’abonnées etd’utilisateurs de l’opérateur complète, non expurgée et mise à jour
, l’adresse de l’installation
 
téléphonique, l’adresse de provenance de l’appel, et dans le cas du service mobile, le lieu
géographique de provenance de l'appel le plus précis que
les équipements dont l’opérateur dispose
 sont en mesure d'identifier. (...)VON
encourage la DGCIS d’impos
er uniquement la mise en
œuvre
de solutions réalisables et qui
tiennent compte de l’environnement technologique en place. Les consommateurs deviennent plus
que jamais nomades dans leur comportement, pouvant se déplacer à tout instant. Cette montée dela co
mmunication mobile et nomadique, combinée avec le passage graduel vers le ‘tout
-
IP’ érodent
peu à peu le concept même de lien entre téléphonie et localisation.VON considère dès lors que la DGCIS devrait procéder avec prudence pendant cette transition vers letout-
IP afin de ne pas créer d’expectatives
que des outils non-traditionnels de communication,
comme c’est le cas de nombreux services et application de voix sur IP (VoIP), peuvent être considérés
comme des remplacements à la téléphonie traditionnelle, et par conséquent être jugés comme une
alternative fiable pour accéder aux services d’urgence
.
VON considère que, dans ce contexte, il est prématuré d’automatiquement imposer la localisationd’appel à
t
out accès aux services d’urgence, que ce soit par l’
utilisateur, son périphérique ou le
réseau, en particulier lorsqu’il s’agit de services et application VoIP
qui sont indépendants desréseaux qui les transportent et ne se présentent pas comme de remplacements des services detéléphonie traditionnelle. Les considérants 23 et 40 de la
Citizens’
Rights Directive (2009/136/EC)confirment cette interprétation, en stipulant que (emphase rajoutée par nos soins):
(23) Les fournisseurs de services de communications électroniques
 permettant les appels
 devraient faire en sorte que leurs clients soient correctement informés de la question de
savoir si 
l’accès aux services d’urgence est fourni ou non et de toute limitation de service (telle qu’une
limitation concernant la fourniture des informations relatives à la loca
lisation de l’appelant ou

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->