Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Histoire de La Magie 112-156 _P03

Histoire de La Magie 112-156 _P03

Ratings: (0)|Views: 105 |Likes:
Published by ragod2

More info:

Published by: ragod2 on Dec 31, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/31/2011

pdf

text

original

 
MAGIE DANS
UN
TEMPLE
D'ÉGYPTE
copiesmanuscrites
du
célèbre
grimoire
se
retrouvaient
dans
les
bibliothèques
des
savants.
L'Histoire
a
noté
la
gloire
immense
du
monarque
juif,
dans
la
richesse
inépuisablede
son
Palais
personnel.
La
reinede
Saba
en
fut
éblouie.
et.
à
cette occasion,
la
Bible
révèleque
son
Palais
d'or
était
pavé
de
cristal.
Selon
le
Koran, les
démons
y
travaillaient
pour
sa
grandeur.
La
Bible
ne
cite-t-elle
pas
Moloch
et
Chemos?
L'Ecriture
ne
doute
pas
un
instant
dumystérieux
pouvoir
de
sa
magie.
La
lampe
magique
de
Salomon,
le
Sceau
de
Salo-
mon,
sont
restés
légendaires.
Or, trop
de
pouvoirsconfèrent
de
redou-
tables
maléfices.
Après
la mort
dramatiquede
Salomon.
la
ville
de
Jérusalem,
son
Temple,
son
Palais seront
anéantis.
Pour
lesArabes,Salomon
fut
le
réel
enchanteur
qui
séduisit
les Djinns;
ces
esprits
féeriques,
sur
le
tapis
magique,chaque
jour
par
les
airs,
le
transportaient
deJérusalemà
la
Mecque.
oslRrs
ET
ISrS,
OU
LA
MAGIEEN
ÉGYPTE
Aussi
anciennequecelle
de
Babylone.
la
civilisation
égyptienne
desbords
du
Nil
pratiquait
le
culte
original
deI'adora-
tion
des
dieux-animaux.Les
astrologues
et
les
magiciens
d'Égypteavaient
une
place
préponciérante
dans
le
système
politique
et
social,
d'oir
ils
tiraient
la
raison
deleur
puissance
opérante
et
efficace
pour
le
royaume.Leurintervention
l12
 
sacramentelle
obligeait
Ie
dieu à
paraître.
Porphyre.dans
sa
LrrrRE
n
ArÉsoN,
s'ëtonne
de
<'ette
('ro.t'an(eahsolue
dans
le
pouvoir
tle
l'ër'ocation
par
des
noms.
par
des
mots
sqcrës.
Jamblique. dans
ses
MysrÈnrsEcvpttexs.
y
voit
I'origine
des
religions
et
des
mystiques
cabalistiques
d'adoration
du
nom
et
des
lettres.
Les
collèges
de
-
prêtres-magesétaient
nombreux
dans
I'E-eypte
des
Pharaons.
eux-mêmes
mages
:
Pytha-eore.
PIaton,Eudoxe.
et
beaucoup
d'autres.
vinrent
s'y
instruire.
Lessolstices
et
les
mouvements
du
soleil
et
de
la
lune
(etleur
influence
sur la
crue
du Nil)
dirigeaient
leurs tra-
vaux.
Les fêtes
étaiententièrement
basées
sur
I'astrologie.
La
sérénité absolue
du
ciel
permettaitces
observations.
On
en
trouvait
les
principes
dans
les
livressacrés
attribués
au dieu
Thot.
considéré
comme
I'inventeur
de
l'écriture
et
que
lesGrecsassimilèrent
à
Hermès. Ce
sontles Égyptiens
qui
détailtèrent
les
noms
des
planètes
qui
agissent
sur
les
membres
et
lesparties
du
corpshumain.
Ils
pen-
saient aussi
qu'à
chaque
naissanceappa-
raissait
dans
le
ciel
une
planètetutélaire(idée
qui
sera
reprise
par
les
Mages
de
laCrèche).Les Egyptiens.
pourleur
messe
magique
du
culte
et
de
I'offrande
d'Osiris.
invo-
quaient
leur
dieu
:
I'officiant
éveillait
la
statue
en
lui
insuffiant
l'âme.
Rites
funé-
raires
:
le mort revit
dans les
bandelettes.
Toute-puissance
de I'appel
du
Nom.
de
la
Lettre.
du
Chiffre.
Le
Chef.
qu'il
soit
Pharaon
ou
prêtre.
est
sacramenté,
initié,
intronisé
par
des
passes
magiques.
par
des onguents
consa-
crés.
des
parfums.
des
rites
ancestraux
transmis
parla
Tradition.
Il
n'y
a
pas
de
religion
sansmagie, avons-nous écrit.
L'Egypte
dominante
fut
toujours
le
pay's
du
drame
d'Osiris
ressuscité pour
sauver
les
hommes
en
proieaux
cruautés
des
dieux
animaux
magiques. aux
pouvoirs
terrifiants.
Pierres
magiques
tutélaires.pyramides
chargées
d'expressions occultes.Magie
funéraire
:
la méditation
égyptiennerepose
sur
le
domaine
des
morts, sur
le
bénefice
du
sacrifice.
Thème
repris
par
le
judaïsme.
Le
sphinx
demeure I'emblème-type
de
la
magie.
A
la
porte
duciel.
Moïse
voit
un
Iaureau symbolique
tenant une
épée
ffamboyante.
la
tête
humaine,
le
sphinx
des
Assyriens
et
de
I'Egypte.
Leschérubs
de
l'Arche
d'Alliance
d'lsraë1,
à
corps
d'animaux.
aux
ailes
d'aigle,
la
figure
d'homme.
la
vigueur
et
la
superbe
des
griffes
de
lion,
l'ésotérisme
du
sphinx.
Un
des
plus
grandsmythes
de
la
magie
estcertainement
celuide
la
légende
ésoté-
rique
qui
dirigea
pendant
tant
de
siècles
la
religion
égyptienne.
dont
on
sait
combien
elle
est abondamment
et
profon-
dément
nourrie
de
pratiques
magiques.
Lesobélisques. les
pyramides,
les sphinx,
autant
de
motifs.
autour
des
temples,
autant
d'emblèmes
occultes.
Osiris. selon Plutarque.
avait
épousé
sa
sæur
lsis
et
régnait
sur
les habitants
de
la
vallée
du
Nil.
leur
enseignant
l'agricul-
ture.
leur
dictant
sa reli-eion
et
prêchant
avec des
chants
et
de
la
musique
une
civi-
lisation de
douceur.
Son
rival.
T5,phon.
esprit
malfaisant.aussi
appelé Set.
bien
quesurveillé
par
Isis,
se
jeta
un
jour
sur
lui
et,
avec
la
complicitédes
soixante-douze, l'enferma
I
13
 
dans
un
coffre
qu'iljeta
dans
le
Nil.C'étaitle
dix-septième
jour
du
mois
des
Athys,oir
le soleil
va
au
signe
du Scorpion
et
dans
la
vingt-huitième
année
du
règne
d'Osiris.
Les
Pans
et
les
Satyres
se
désolèrent
d'apprendrele meurtre
d'Osiris.
lls
firentrégner une
terreur
<
panique
>.
Isis
pritdes
vêtements
dedeuil
et
chercha
de
tous
côtés,
en
gémissant,
la
dépouille
de
son
mari.
Deuxenfants
qu'elle
rencontra
lui
indiquèrent
qu'à
l'embouchure
du
Nil
on
voyait
le
sarcophage
qui
avait
été
poussé
par
les
criminels
vers
la mer,
non
loin
de
Byblos.
Là,
elle
retrouva le
corps
d'Osiris
et
son
affiiction
fut
totale.
C'était
auprès
destamaris
dont
le
roi
prenait
le
bois
pour
construire
sonpalais.
Typhon,
qui
se
livrait
àla
chasseau
clair
de
lune,
ramassa
le
cadavre
et
le
découpa
enquatorze morceaux
qu'il
jeta.
Isis,
désolée
chercha
les
restes
et
les
ramassa
tous
sauf
un,
le
phallus,qu'un
poisson mangea.Elle
les
réunit,
remplaça
le manquant
parun
postiche, et
aidée
des
dieux
Thot
et
Anutris,
procéda
à
I'em-baumement.
Ainsi
fut
constituée
la
pre-
mière
momie.
Le
filsd'Isis,
Horus,
livra
le
combat
à
Typhon,
le
serra dansles
chaînes
et
le
donna
à
lsisqui
accordale
pardon.Horus
s'en indigna
et,
se
jetantsur
samère,
illui
enleva
sa
tiareroyale.
Thot
remplaça
le
signe
de
sa
royauté
par
une
coiffure
à
I'image
d'une
tête
de
vache,
sur
la
tête
d'lsis.
La
reine
déesse
eut
encore
un
fils
d'Osiris,bien
quemort,
le
dieu
faible
desjambes,
que
les
Grecs
appelaient
Harpocrate.
Osiris.
homme.
roi
et
dieu.était le
filsl14
du
dieu
Soleil
et
de
Rhéa,
qui
était
la
fille
du
Ciel
et
de
la
Terre
divinisés
et
l'épouse
de
Kronos.
Le
dieu
à
tête
d'ibis,
Thot,
joua
aux
dés
avec
la
lune
et
gagna
la
soixante-dixième
partie
de
ses levers
de
I'année
faite
de
douzelunaisons,
soit
cinq
levers
de
lune.
Thot
les
ajoutaaux
360
jours
de
I'année
égyptienne,
ce
qui
fit
I'année
de
Nabo-nassar
de
365
jours.Le
premier
de
ces
jours,
Rhéa
fit
naître
Osiris. Le
deuxième
jour,
elle
accoucha
d'Horus,le
troisième
jour
de
Typhon
ou
Set,
qui
vint
acciden-
tellement, en
rompant
le
côté de
Rhéa et
jaillit
par
cette ouverture.
Le
quatrième
jour,
Isis
aussi
naquit. Le
cinquième,
ce
fut
Nephtis,
appeléeVénus
ou
Victoire.
Osiris et
Horus étaient
nés
de la concep-
tion
du
soleil.
Isis
était
née
de
la
conceptiondeThot,
et Typhon
et
Nephtis,
de Kronos.
Isis
et
Osirisauraient mêléleurs corpsavant
de
naître dans
le
sein
de
Rhéa
et
donné
le
jour
à
Horus,que
les
Grecs
appellent
Apollon.Osiris,par
les actesmagiques
de
Thot,
Isis
et
Horus,
est
réanimé.Les
dieuxontinscrit
sur
ses
bandeletteslesfigures
et
les
formules.
ilsont
dessiné
les
signes
ma-
giquessur
le
sarcophage,
ainsi
que
les
scènes
de
la
vie
qu'il
connaîtraoutre-tombe.
A
la
porte
du
caveaufunèbre,
on
dresse la
momie,
et
avec I'herminette
à
croixansée,
l'ankh,
on
procède
au
rite
de
I'ouverture
de
Ia
bouche,
et
les
aliments
comme
le
souffie
de
vie
ressuscitent
le
dieu
qui
va
reprendresa
vie
après
son
court
séjour
au
royaumefunèbre
dont
il
revient
I'initié
sublimé.
<<
Pour
les
Égyptiens,
écrit
G.
Bénédite,

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->