Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Ceci est un « potiron »

Ceci est un « potiron »

Ratings: (0)|Views: 5|Likes:
Published by Pierre Wechter
« Il y a peril à manger des potirons, parce qu’il y en a qui ſont du poiſon » — Dictionnaire de l’Académie françoise (première édition, 1694)
« Il y a peril à manger des potirons, parce qu’il y en a qui ſont du poiſon » — Dictionnaire de l’Académie françoise (première édition, 1694)

More info:

Published by: Pierre Wechter on Jan 30, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/13/2014

pdf

text

original

 
 
 Aux tru
 ff 
es, nous accouplerons les mousserons, potirons ou boulets
[bolets]
 , pour cueillir en nostre jardin ces fruicts passagers et volontaires
.Olivier de Serres,
Le Theatre d’agriculture
(1600)
Pour vn qui auroit mangé des potirons venimeus
.« Les Secrets du Seigneur Alexis Piemontois » [Girolamo Ruscelli, † 1566]
 
 
Avenant
Modifie« Les Dames galantes »
au fil des mots
008 (toutes versions), p. 17, note 103 :
 
«
 Le Guast qui estoit un
potiron
de ce temps
» [citation de Marguerite de Valois]et complète« Les Dames galantes »
au fil des mots
015, p. 23 :«
les dames courent… aux morilles, aux trufles, aux mousserons et 
potirons
». Voir en outre « Les Dames galantes »
au fil des mots
023, p. 32 :(Brantôme parle d’arrivistes, de parvenus)«
aujourd’huy je les vois advancez comme
 
potirons
 
et fort aggrandis
».
1548:Agaricestcommepotironprouenanteztroncsdezarbresglandiferesatousnauseabond.(Citédans
Revuedelinguistiqueromane
,LVII,1993,p.250;
nauseabond
:«quicausedesnausées»)
Ilscreurentquecettemaiſon&cesdependenſess’eſtoitfaited’elle-meſme,commevnpotironcroiſtenvnenüitſurlefumierd’vnemetairie.JeanLeJeune[1592-1672],Sermon
XXIX
:
DuCiel,quenousperdonsparlepéché 
(1670).
 
lors que le potiron (
cucurbita maxima
) est inconnu en Europe jusqu’à la décou-verte de l’Amérique, le mot lui-même est attesté en français depuis 1476 (dans les
Comptes du roi René 
) avec le sens de « champignon » et il faut attendre 1651 pourqu’il désigne une variété de courge.Voici un extrait des
Chroniques de Louis XII 
de Jean d’Auton [1466-1527] dans l’édition
SHF 
 par R. de Maulde La Clavière (IV, 1895, 95-96) qui illustre bien la valeur du terme :
le
XV
me
jour de jung, en l’an susdit mille
CCCCC
et six, advint que ung des gentishommes deGennes [
Gênes
], nommé Visconte de Aurya [
Visconti Doria
], se trouva en la place de Aurya [
Doria
],ou se vendoit la fruyte et les herbes, de quoy se repaissent souvant les Gennevoys [
Génois
] ; et lafut ung autre Gennevoys nommé Guillon, de ceulx du peuple, lequel marchanda a quelqun qui laestoit [
qui négocia avec un vendeur le prix
] des
potirons
, que les aucuns appellent champaignons, eticeulx voulut emporter ; ce que voulut avoir aussi ledit gentilhomme, et mist la main au panier ouestoient lesdits potirons. Celuy Guillon, qui ancores ne les avoit paiez, les voulut emporter, disantque premier les avoit marchandez [
qu’il était entré en transaction le premier 
] et qu’il les auroit. Et,
A
 
voyant ce, ledit gentilhomme haulce la main et donne ung grant coup de poing au travers duvisage dudit Guillon, en disant : «
Emporte cela, villain, et j’emporteray les potirons ! 
» Et de faict tira unedague qu’il avoit et voulut frapper ledit Guillon, qui tantost quicta le gaige [
lâcha aussitôt ce qu’ilavait pris comme garantie
], et, comme oultragé d’avoir esté batu, commance a cryer : «
Pople ! pople ! 
»sur les gentishommes. Dont tout a coup se meut [
 se souleva
] le peuple […].
Rabelais fournit des exemples de cette acception : (Quaresmeprenant avait)
le mentoncomme un potiron
 s’il
 fi
antoit c’estoient potirons et morilles
isle
[de messere Gaster]
… peumoins inaccessible que le mons du Dauphiné 
[le Mont-Aiguille, dans le massif du Vercors]
 ,ainsi dit pour ce qu’il est en forme d’un potiron
.
Potirons et morilles
» éclaire bien la 2
e
cita-tion de Brantôme.)
La plupart des éditeurs s’abstiennent de tout commentaire, lesautres avançant des interprétations extravagantes à partir du sens moderne.Con
rmation, s’il en était besoin,chez Robert Estienne, 1549 : « vn Potiron,
ou champignon
, Fungus, Boletus. »chez Nicot : « Potiron,
ou champignon
, Fungus, Boletus
.
» ; «
vn
Champignon
ou poti-ron
, Fungus. »chez Cesar Oudin,
Thresor 
: « potiron, champignon.
 fungo
, hungo, xeta. »chez Cotgrave : « Potiron.
 A Mu
 ſ 
hrome, or Toad
 ſ 
toole
. »Richelet, 1680, n’y voit qu’une «
 ſ 
orte de citrouille
» mais dé
nit C
HAMPIGNON
: «
Manierede petit potiron qui vient dans les champs
 ſ 
ans être
 ſ 
emé, & dont on
 ſ 
e
 ſ 
ert dans les ragoûts
. »chez les Académiciens (1694) :

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->