Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Securite_electrique

Securite_electrique

Ratings: (0)|Views: 28|Likes:
Published by Wael Boufaden

More info:

Published by: Wael Boufaden on Feb 04, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/23/2013

pdf

text

original

 
_____________________________________________________________________________________________
Sécurité électrique
-
1
Plate-forme 3E (Électricité, Electronique, Electrotechnique)
C.E.S.I.R.E. – Université J.Fourier Grenoble
Sécurite électrique
PARTIE THEORIQUE
1
-
Le
courant
alternatif
triphasé
Toute
l'électricité
industrielle (à plus de 99%) est
produite
sous forme de
triphasé
alternatif parceque :- les alternateurs ont un
excellent
rendement (>98%)- le
transport
de l
'énergie
électrique
peut
se faire à moindre coût- le
triphasé
est plus
facilement
redressé que le monophasé
(pour
l'alimentation
en courantcontinu d'appareils
transistorisés
ou de moteurs à courant continu)- le
triphasé
permet la création de champs magnétiques
tournants
à la base des moteursasynchrone et synchrone (réciproque de l'alternateur)
1-1) Courant alternatif
monophasé
 
Le monophasé domestique BT est pris entre phase et neutre du réseau
triphasé
EDF. Au niveau dutransformateur BT alimentant un
immeuble
ou un
village,
EDF fabrique un neutre (qui
n'existe
pas
en
MT
et
HT)
et distribue les 3
phases
entre les utilisateurs de
manière équilibrée.
Le compteur dechaque consommateur
intègre
dans le
temps
la puissance active.On
peut
mesurer la puissance active P avec un
wattmètre,
appareil qui comporte 2 circuits :- un circuit gros fil traversé par le courant I alimentant le récepteur- un circuit fil fin traversé par un courant
proportionnel
à la tension V ou U à
laquelle
estsoumise le récepteur.La puissance réactive correspond à la
circulation
de puissance
électromagnétique
effectuant desallers-retours (2 par période) entre la source et la
charge
réactive (bilan nul sur une période).La seule puissance qui "compte" (c'est-à-dire qui fait tourner le compteur) est la puissance active P,
elle
seule intervient dans le bilan final
d'échange d'énergie.
Pourtant
la
circulation
de la puissanceréactive Q dans la
ligne
d'amenée
de la centrale EDF au compteur du consommateur,
demande
uneintensité supérieure à ce
qu'elle
serait si la
charge
était purement active (une résistance par
exemple),
donc conduit à des
pertes
Joule en
ligne
supérieures, puissance qu'EDF doit fournir sans pouvoir lafacturer au consommateur.Par
exemple
en
charge
inductive de facteur de puissance cos
ψ 
= 0,9 , les
pertes
Joules en
ligne,
proportionnelles
au carré de l'intensité, sont de 20% supérieures {elles varient en (1/cos
ψ)
2= 1/0,81= 1,2} à ce
qu'elles
seraient en
charge
résistive avec cos
ψ 
= 1.Aussi EDF impose-t-elle à ses gros clients
(P>1MW)
un cos
φ
> 0,95 sous peine
d'amende.
Malgré
cela
50% de la puissance
produite
par les alternateurs d'EDF est perdue en
ligne!
 
_____________________________________________________________________________________________
Sécurité électrique
-
2
Plate-forme 3E (Électricité, Electronique, Electrotechnique)
C.E.S.I.R.E. – Université J.Fourier Grenoble
1-2 ) Transport du courant
triphasé
 
Al
t
ernat
e
ur
1
000V100m5
0
0k 
m
MT 4
0
kV
B
T
2
20/380V123NHT 400kVtra
n
sfo
t
ransfotransfo1
0
km1k 
m
Les alternateurs EDF produisent du
triphasé
(et non du monophasé :
meilleure
utilisation de l'espacestatorique cf.T.P
machines
à courant alternatif). Le
triphasé
coûte aussi moins cher au
transport
: 3fils suffisent
pour transporter
la puissance P = 3 V Icos
φ
, alors qu'il en faut 2 en monophasé
pourtransporter
P = V Icos
φ
d'où une
économie
d'un facteur 2 sur le cuivre.Enfin, en alternatif,
grâce aux
transformateurs (qui ont un
excellent
rendement
99%), on
peut
modifier
la
présentation
de la puissance
électrique
: monter V pour abaisser I. Les
pertes
Joulevariant
comme
I2
(P/V)2, on
élève
au
maximum
la tension
pour
le
transport
à
longue
distance. Latension est cependant
limitée
par la tenue des isolants. La BT (basse tension) à la distribution estimposée
pour
la sécurité des
personnes.
2
-
Sécurité
électrique des
personnes
2-1
 
) Le
danger
d'électrisation
et
d'électrocution
 
Le phénomène
électrique
qui
peut
tuer
l'homme
est le courant traversant la
région
du cœur (risquesde
fibrillation cardiaque)
: aucun effet
grave
en dessous de 10 mA (sauf tétanisation et risques dechute!), risques mortels à
partir
de 30 mA. Ce courant est fonction de la tension à
laquelle
lapersonne est soumise et de sa résistance
électrique
(qui dépend de la nature des contacts : peauhumide,
bottes
ou gants de caoutchouc, nature du sol ...);
elle
varie de 200 à 2000
.Sans entrer dans les détails, on admet que la tension de contact UCà
laquelle
on
peut
être soumissans
danger,
ne doit
pas
dépasser une valeur
limite
UL, qui vaut en alternatif : 12V (ef 
ficaces)
dansdes
locaux
immergés,
25V dans un lieu humide et 50V dans un endroit sec (la tolérance est le doubleen continu).
Si
la tension de contact UCest supérieure à ces limites UL, on
peut
tout
de
même
s'en sortir si
l'électrocution
ne dure
pas
trop
longtemps. Par
exemple,
en
local
sec, il n'y a
pas
de
danger
si ce
temps
t
n'excède
pas
170ms
pour
une tension de 220V, et
pas
de
danger
si t<340ms
pour
Uc=120V; en
local
humide
pas
de
danger
si t<50ms
pour
220VOn
peut
s'électrocuter en touchant directement un conducteur (un fil de
ligne
d'une phase) de ladistribution
électrique.
Cela
peut
arriver si l'on
travaille
sur un appareil sous tension et représente5% des accidents. La
plupart
des accidents arrive par contact avec la carcasse d'un appareil (samasse) soumise à une tension supérieure
aux
limites ci-dessus par suite d'un défaut : un fil de phase
 
_____________________________________________________________________________________________
Sécurité électrique
-
3
Plate-forme 3E (Électricité, Electronique, Electrotechnique)
C.E.S.I.R.E. – Université J.Fourier Grenoble
est au contact de la carcasse
métallique
et l'utilisateur, dont les pieds sont au sol, joue le rôle deconducteur. Pour l'éviter, la première précaution est de
supprimer
tout
risque de contact avec desconducteurs sous tension en utilisant par
exemple
une carcasse en plastique
(sèche-cheveux,
robot
ménager,
perceuse,... etc ) qui offre cependant un risque
d'incendie.
Mais
pour
des raisons
mécaniques
et/ou électriques
(référence
de
potentiel),
beaucoup d'appareils ont une carcasse
métallique.
La
protection
des
personnes
dépend alors des installations électriques :- du réseau BT (basse tension) de distribution EDF- de l'installation BT de l'utilisateur.
2-2 ) Les régimes de
 
protections
 
(TT,TN,IT)
 
a)
Signification
de la
première
lettre
Elle
concerne
ce qui se
passe
chez EDF.Au niveau de son transformateur
MT/BT
(moyenne tension/basse tension)
triphasé,
EDF sort 3 filsde phase et un fil de neutre qui vont chez l'utilisateur. Mais EDF
relie
aussi ce fil de neutre :- soit directement à la terre - lettre T -
(régimes
TT
ou
TN)
- soit indirectement à la terre, à travers une impédance Z - lettre I -
(régime
IT).
Si
Rbest la résistance de mise à la terre (Rb<1
en
général),
la résistance rencontrée par le courantde retour du sol est donc Rben
régime
TT
ou
TN
, et Rb+Z
Z en
régime
IT
b)
Signification
de la
deuxième
lettre
Elle
concerne
ce qui se
passe
chez l'utilisateur.Les carcasses des appareils (ordinateurs,
chaine
hifi, moteurs,
oscillo, générateurs,
... ), ce qu'onappelle les masses, sont
reliées
à un conducteur de
protection
équipotentiel (PE) lui
même
 
relié
:- soit directement à la terre - lettre T -
(régimes
TT
ou IT). Il y a alors une résistance de terreRa, moins
surveillée
malheureusement
que
celle
d'EDF (Ra<20
si possible)- soit
relié
au neutre - lettre N -
(régime
TN)
de la façon suivante :: TNC : neutre et conducteur de
protection
sont
C
onfondus: TNS : neutre et conducteur de
protection
sont
S
éparés
2-3
 
) Le régime TT
L'exemple
le plus courant du
régime
TT
est
celui
des installations domestiques BT. On fera donc
surtout
l'étude en monophasé.A
gauche
de la
figure
est représenté
l'enroulement secondaire
du transformateur EDF
MT/BT
qui
délivre
une tension constante V = 220V (ou 127V) entre phase (Ph) et neutre (N). R est la résistancedu transfo vue du
secondaire
(R
1
). A droite
figure
l'installation
électrique
de l'utilisateur. Lacarcasse de l'appareil est
reliée
à la terre par le conducteur de Protection Equipotentielle PE àtravers une résistance de terre Ra.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->